Depuis la défaite de Sedan (1870), les chansons imprègnent les Français d’un esprit de revanche envers la Prusse en s’appuyant sur deux éléments essentiels : la nostalgie de l’Alsace-Lorraine et la haine du « boche ». Ainsi lorsqu’en août 1914 l’Europe entre en guerre, la société française est moralement prête à prendre part aux combats.