Éric Basset se passionne très jeune pour la musique grâce à un grand-père organiste et écoute Edith Piaf, Richard Wagner ou encore Enrico Macias. Durant ses études d'histoire à Créteil, il monte avec des camarades une structure associative, Musique du kiosque, afin d'organiser des concerts. Avec l'appui de certaines MJC du département, il programme, entre autres, Malicorne, Gwendal, Bernard Lavilliers et le tout jeune groupe Téléphone. Partagé un temps entre l'enseignement et la musique, il intègre finalement la Société civile d'artistes associés Écoute s'il pleut  en 1979, organisatrice du Printemps de Bourges. En 1980, il rejoint l'équipe du label et organisateur de concert Paris album et ramène avec lui quelques groupes qu'il continue à programmer. En 1983, sa rencontre avec le groupe de musique antillaise Malavoi marque le début de sa carrière dans l'édition phonographique. Il reprend avec Bruno Barré le label Blue silver fondé par Dominique Buscail. Depuis 1986, Éric Basset a fondé de nombreux labels (Déclic communication, Créon music, Aztec musique), constamment désireux de faire découvrir les musiques antillaises et bretonnes.

Entretien réalisé le 10 octobre 2013 à la BnF, en présence de Chloé Cottour (bibliothécaire), Jean-Rodolphe Zanzotto (bibliothécaire) et Luc Verrier (ingénieur du son).

1. Premières découvertes musicales et parcours avant le label Blue silver .- 2. Les labels Blue silver et Déclic communication .- 3. Globe music .- 4. Marzelle, Créon music et Aztec musique .- 5. Les musiques créoles .- 6. Édition phonographique et projets.

Entretien avec Eric Basset : enregistré le 10 octobre 2013 à la BnF

1. Premières découvertes musicales et parcours avant le label Blue silver .- 2. Les labels Blue silver et Déclic communication .- 3. Globe music .- 4. Marzelle, Créon music et Aztec musique .- 5. Les musiques créoles .- 6. Édition phonographique et projets