Description de la bibliothèque

La bibliothèque historique de Nogent-sur-Marne est l’une des quatre bibliothèques du Cirad. Le Cirad, Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement, est un établissement public à caractère industriel et commercial, né en 1984 du regroupement de neuf instituts de recherche spécialisés en agronomie, médecine vétérinaire et exploitation forestière des régions tropicales, fondés entre 1942 et 1960.

Riches de plus de 200 000 documents, les bibliothèques du Cirad situées à Montpellier, à Nogent-sur-Marne et à Saint-Pierre (Réunion) mettent à la disposition des lecteurs, étudiants, stagiaires, chercheurs ou professionnels, des collections en agronomie tropicale et sciences connexes, avec des thématiques liées à leur implantation et à leur histoire. L’accès aux ressources documentaires et la conservation du patrimoine institutionnel contribuent au rayonnement et à la valorisation des recherches scientifiques menées au Cirad depuis de nombreuses décennies.

La bibliothèque historique est installée dans l’un des bâtiments de l’ancien Jardin colonial, actuel Jardin d’agronomie tropicale, à l’est du bois de Vincennes, en lisière de la commune de Nogent-sur-Marne. Le Jardin, créé en 1899, devenu l’Institut national d’agronomie de la France d’outre-mer en 1934, avait pour mission de rassembler et de diffuser toutes les informations disponibles sur la mise en valeur des régions intertropicales et méditerranéennes du globe. La bibliothèque historique est dépositaire du fonds patrimonial de ces anciennes institutions qu’elle met à disposition de ses publics. Reflet de l’histoire de la recherche agronomique tropicale en France, elle joue ainsi le rôle de mémoire institutionnelle pour le Cirad.

Description du fonds numérisé

Avec l’appui de la Bnf, le Cirad a entrepris en 2012 la numérisation des collections de revues qui ont contribué à mieux faire connaître les milieux tropicaux et méditerranéens dès le début du XXe siècle. Les revues du jardin colonial,  Agriculture pratique des pays chauds  publiée dès septembre 1902 et relayée en 1913 par  L’Agronomie coloniale , dont la parution est interrompue en 1939, ont été les premières collections retenues. L’ont été aussi les revues de la même époque, complémentaires de celles du Jardin colonial : La  Revue des cultures coloniales  éditée de 1898 à 1904 par l’Union coloniale française, le  Bulletin de l’Office colonial, devenu celui de l’Agence générale des colonies en 1919, qui paraîtra jusqu’en 1934 et qui traite plus particulièrement des questions économiques et commerciales, le Journal d’agriculture tropicale, de J. Vilbouchevitch, publié de 1901 à 1919, beaucoup plus ouvert à l’international et consacrant un nombre important de pages aux bibliographies annotées, la  Revue internationale des produits coloniaux, éditée à partir de 1926, qui publie de nombreux articles de fond sur les filières des plantes et des produits tropicaux, enfin deux revues spécialisées, Riz et riziculture et Coton et cultures cotonnières, qui parurent de 1925 à 1939. D’autres collections ont également été traitées : le Bulletin économique de l’Indochine, édité de 1898 à 1945, et le Bulletin économique de Madagascar, édité de 1901 à 1939.