Bibliothèque municipale de Chambéry (médiathèque Jean-Jacques Rousseau)

Voir les documents dans Gallica

Description de la bibliothèque

La bibliothèque municipale classée de Chambéry a été fondée en 1783. Son action s’organise aujourd’hui autour de deux établissements : la médiathèque Jean-Jacques Rousseau et la bibliothèque Georges Brassens. Elle assure les missions de lecture publique et la conservation du troisième fonds patrimonial de la région Rhône-Alpes.

Son origine remonte au XVIIIe siècle lorsque l’Abbé de Mellarède lègue à la ville de Chambéry sa bibliothèque composée de 5 000 volumes et de son cabinet d’histoire naturelle. Le 16 décembre 1783, la bibliothèque ouvre ses portes au premier étage de l’Hôtel de Ville. Elle s’enrichit ensuite, grâce à l’achat de livres, aux dons, mais surtout grâce à l’acquisition du fonds de la bibliothèque des Jésuites vers 1885. En 1909, l’Etat dépose à la Bibliothèque les livres confisqués aux Séminaires de Savoie (Chambéry, Moûtiers, Saint Jean de Maurienne), suite à la loi de séparation des Eglises et de l’Etat. Aux XXe et XXIe siècles, le fonds patrimonial s’enrichit du fonds Lannoy de Bissy, du fonds Dardel sur les Petits Savoyards et enfin des ouvrages de l’ancienne bibliothèque populaire de Chambéry.

Le fonds ancien est de type encyclopédique, avec pour points forts l’histoire des États de Savoie et les Alpes, le droit sarde, les éditions italiennes et une collection importante de cartes géographiques. Nombre des ouvrages conservés à Chambéry sont rares : la Savoie n’ayant été rattachée à la France qu’en 1860, il n’y a pas eu de dépôt légal à la Bibliothèque nationale avant cette date.

Description du fonds numérisé

La bibliothèque numérique de Chambéry donne accès au Bréviaire de Marie de Savoie, l’un de ses plus beaux manuscrits enluminés, à sa collection de cartes et plans régionaux et au fonds Lannoy de Bissy sur la cartographie de l’Afrique. A terme, elle vise à rassembler toutes ses collections numérisées (presse ancienne, estampes, livres anciens) afin de proposer deux orientations principales : documentation et iconographie régionales ; cartographie du monde.