Bibliothèque des arts décoratifs

Voir les documents dans Gallica

Description de la bibliothèque

Fondée en 1864 par l’Union centrale des beaux-arts appliqués à l’Industrie, aujourd’hui Les Arts Décoratifs, la bibliothèque est un lieu de référence et de recherche pour les étudiants, les historiens et critiques d’art, les architectes mais aussi les designers, graphistes, stylistes, décorateurs de théâtre, experts ou commissaires-priseurs.

Outre ses ouvrages imprimés spécialisés dans les domaines des beaux-arts et des arts appliqués, la bibliothèque propose en libre accès une collection iconographique d'environ 1 million d'images. Créée par Jules Maciet de 1885 à 1911, elle constitue un ensemble d'estampes, de photographies et d'impressions photomécaniques, rassemblés dans 4.730 albums classés de façon méthodique.

Description du fonds numérisé

La Bibliothèque des arts décoratifs a engagé depuis 2000 la numérisation de la collection iconographique Maciet et de ses collections patrimoniales, grâce depuis 2013 au mécénat de la Fondation Bettencourt Schueller.

A ce jour, l’internaute peut consulter via Gallica plusieurs séries de la collection Maciet  : Accessoires de costume, Allégories-mythologies, Cérémonies et fêtes, Décoration, Etoffes, Graveurs et ornemanistes, Jardins, Mode, Orfèvrerie civile, Vases, Vues d’optique, des albums d’estampes japonaises ; les séries Carrelages-Dallages, Costume français XVIIe et XVIIIe siècle sont, pour le moment, uniquement accessibles sur le site de la bibliothèque des Arts décoratifs.

Le fonds d’atelier Henri le Secq (1818-1882), l’un des primitifs de la photographie et le fonds Eugène Atget (1857-1927) sont accessibles via Gallica ; le fonds Léopold Reutlinger  (1863-1937), photographe des actrices de la Belle Epoque sera bientôt sur le site de la bibliothèque.

La bibliothèque conserve une très riche collection de revues de mode du 19ème au 21ème siècle. Le plan de numérisation concertée en Art lancé conjointement par la BNF et l’INHA en 2012, a permis la numérisation et l’océrisation de revues emblématiques telles le Journal des dames et des modes (1912-1914), Art, Goût, Beauté (1920-1936), Paris élégant (1925-1934) complété depuis par La Mode illustrée (1860-1920). L’ensemble de ces revues sera consultable en ligne en 2015.