Description de la bibliothèque

La bibliothèque patrimoniale Valentin Haüy est dédiée à l’histoire de la cécité et des aveugles. Ses collections sont composées d’ouvrages (certains à valeur bibliophilique), revues, littérature grise, albums de coupures de presse, archives, et d’un fonds de plaques photographiques en verre de soldats de la Grande Guerre « mutilés des yeux ». Elle conserve aussi des documents concernant le handicap auditif, l’histoire de la scolarisation des sourds et des aveugles ayant eu partie liée à ses débuts. Si le français est majoritaire, vingt-trois autres langues sont représentées, d’abord l’anglais.

Son fondateur, Maurice de La Sizeranne (1857-1924), a perdu la vue à l’âge de neuf ans. Élève, puis enseignant de l’Institution nationale des jeunes aveugles de Paris, il milite pour l’émancipation de ses « frères en cécité ». En 1886, il crée deux bibliothèques. La « Bibliothèque Braille » fournit aux aveugles des ouvrages en braille, codage tactile de la langue écrite conçu par Louis Braille vers 1835. La « Bibliothèque Valentin Haüy », quant à elle, a vocation à rassembler tous documents en « noir », appellation désignant l’écriture des voyants, relatifs à la cécité et/ou produits par des auteurs aveugles. En 1889, La Sizeranne fonde l’association Valentin Haüy à laquelle appartiennent dès lors ces collections.
Cette bibliothèque et l’association qui l’abrite portent le nom du pionnier de la scolarisation des enfants aveugles, Valentin Haüy, qui dirigea en 1785 la première école jamais ouverte pour eux.

Description du fonds numérisé

Le Valentin Haüy est une revue « en noir », créée en 1883 par Maurice de La Sizeranne, parallèlement à la revue Le Louis Braille, imprimée en braille. Le Valentin Haüy a pour but de « […] renseigner la France sur ce qui se fait de bon à l’étranger, et apprendre à l’étranger ce qui se fait de bon et d’utile en France. Il servira de lien, de point de contact à tous. Ce programme comprendra donc l’étude de toutes les questions relatives aux aveugles […] ».
La parution est mensuelle jusqu’à juillet 1914 inclus. Pendant la Première Guerre mondiale, seuls trois numéros paraissent : en janvier et juillet 1917, puis un unique en 1918. La parution reprend en 1919, avec une périodicité désormais trimestrielle. En 1940 paraît un seul numéro, en début d’année. La parution s’interrompt ensuite pour reprendre en 1947. Elle s’arrête à nouveau. Devant les protestations, dès le mois de février 1948, on remplace Le Valentin Haüy par une édition en noir du Louis Braille à la périodicité variable, puis trimestrielle à partir de 1977. En 1986, la revue retrouve son nom initial. En 2004, Le Valentin Haüy devient Le Valentin Haüy Actualités. En janvier 2010, paraît une nouvelle formule, le VHA, accessible en ligne  sur le site de l’association Valentin Haüy.
La France a joué un rôle pionnier dans l’histoire de l’émancipation intellectuelle des aveugles. D’où l’importance de cette revue qui constitue une précieuse source d’informations sur le handicap visuel et son traitement sociétal, en France et ailleurs.