Le Père GoriotBalzac, 1835


Balzac résume l'intrigue du Père Goriot d'une manière lapidaire : « Un brave homme – pension bourgeoise – 600 F de rentes – s'étant dépouillé pour ses filles qui, toutes deux, ont 50 000 F de rentes – mourant comme un chien. » L'histoire de Goriot est étroitement mêlée à celle d'Eugène de Rastignac, jeune aristocrate sans fortune monté à Paris, et de l'inquiétant Vautrin, qui se révélera être un ancien forçat. Avec ce roman, Balzac inaugure le retour des personnages, principe de composition de la Comédie humaine.
Le Père Goriot est d'emblée un succès de librairie. Sa peinture d'une société bourgeoise, avide de reconnaissance sociale, et où l'argent est synonyme de pouvoir, n'a rien perdu de son acuité.