Le Blog
Gallica
La Bibliothèque numérique
de la BnF et de ses partenaires

Les faits divers de Gallica : Paul Grappe, déserteur travesti

0

L’histoire de Paul Grappe, déserteur travesti, a été racontée en 2011 par Fabrice Virgili et Danièle Voldman dans La Garçonne et l’assassin, puis adaptée en bande dessinée par Chloé Cruchaudet en 2013 sous le titre Mauvais genre. Elle est toujours d'actualité, car André Téchiné vient d’en faire un film qui sort en salles le 13 septembre, Nos Années folles, avec Pierre Deladonchamps et Céline Sallette.

Paul Grappe sous ses deux identités (Détective et L’Ouest-Eclair)

En 1915, deux ans avant Les Mamelles de Tirésias, Paul Grappe se transforme volontairement en femme pour déserter. Au bout de dix ans, il reprend sa première identité. Le Journal officiel de la République française du 5 et 6 janvier 1925 promulgue en effet la loi relative à l’amnistie. Le Journal ou Paris-Soir commentent pendant plusieurs jours les articles 6 et 8 concernant les déserteurs et les insoumis. Pour eux, il y aura peu de bénéficiaires, puisqu’il n’y a presque plus de déserteurs dans les prisons, alors que La Presse évalue à 30 000 les déserteurs et à 100 000 les insoumis vivants sous de faux noms.

 

« ‘Mlle Suzanne’ dite ‘la Garçonne’ revit en Paul Grappe déserteur… amnistié »

Paul Grappe se déclare le 28 janvier 1925 et est rayé des « contrôles désertion ». On ne sait pas combien d’hommes ont bénéficié de cette amnistie, mais l’histoire de Paul est suffisamment extraordinaire pour qu’une semaine après, elle fasse le tour des rédactions. Le Petit Parisien publie le premier article le 5 février. Le lendemain, les textes sont quasiment identiques dans L’Echo d’Alger, Le Rappel, L’Ouest-Eclair ou Le Petit Journal, avec des erreurs, inexactitudes ou raccourcis. Seuls les titres sont percutants.

image_02.jpg
Titres dans Le RappelLe Petit Parisien et L’Echo d’Alger

Né en 1891, Paul Grappe fait son service militaire en 1912. Un mois avant la quille, c’est la mobilisation et il rejoint le 102e régiment d’infanterie. Blessé à la cuisse au combat, puis à l’index droit et soupçonné d’automutilation, il est mis aux arrêts. Amputé des deux premières phalanges, sa convalescence dure plus de six mois et reste inexpliquée. Menacé par son capitaine d’être renvoyé au front, il déserte et se cache à Paris avec sa femme Louise. Les articles racontent avec plus de détails comment il s’est travesti en femme : Louise lui perce les oreilles, lui prête ses vêtements, il se maquille, se laisse pousser les cheveux, s’épile et change sa voix. Ce sont désormais deux femmes qui vivent ensemble, Suzanne Landgard et Louise Joly, ce qui n’attire pas trop l’attention en temps de guerre et pendant les années folles (La Garçonne de Victor Margueritte est paru en 1922).

Si les articles se focalisent sur le travestissement, seul L’Intransigeant soulève un peu le voile sur la vie de Suzanne la Garçonne pendant dix ans. Suzanne, qui travaille à domicile, prend l’habitude de fréquenter le Bois de Boulogne, Montmartre et Montparnasse. Adepte de l’union libre et des amours multiples, elle se prostitue probablement.

Alors que les journaux se cantonnent au fait divers, L’Indépendant du Berry s’indigne au nom des anciens combattants. André Billy dans Le Petit Journal aimerait demander à Paul Grappe ce que c’est qu’être une femme et Louis Latzarus dans Comœdia s’interroge sur la femme de l’homme-femme.

image2_7_500.jpg
Illustration et légende de Détective

Paul Grappe passe ainsi de dix ans de clandestinité à une notoriété soudaine où la presse, mais aussi les lecteurs et la science, s’intéressent à lui. Il reçoit de nombreux courriers de lecteurs après la mention dans les journaux de son épilation à l’électrolyse. Cette pratique date de la fin du 19e siècle (De la destruction des poils par l’électrolyse ; Méthodes d’épilation) et on trouve de nombreuses publicités, conférences ou annonces sur le sujet. Oscar-Paul Gilbert étudie les cas de déguisement et lui envoie un questionnaire ; il en tirera De quelques hommes déguisés en femmes et L'Homme-femme sans que le cas de Paul ne soit mentionné.

Dans les semaines qui suivent, Paul provoque quelques petits scandales. Alors qu’on lui propose de faire un reportage sur son lieu de travail, son ancienne patronne, mère d’un mutilé de guerre, refuse et Paul, habillée en femme, finit au poste de police. Le mois suivant, L’Humanité le défend quand sa propriétaire veut l’expulser, prétextant que le bail est au nom de Suzanne. En avril, il est arrêté pour exhibitionnisme et accusé d’attentat à la pudeur.

 

« Meurtre d’un mari en jupons »

Comme l’avait annoncé Oscar-Paul Gilbert, le retour à la masculinité entraîne des problèmes d’identité. Paul boit beaucoup, s’exhibe dans les cafés habillé en femme, y raconte son histoire et montre son album de photographies. Alors que Louise est enceinte, Paul, de plus en plus violent, arrête de travailler.

Trois ans plus tard, dans la nuit du 21 au 22 juillet 1928, Louise tire sur Paul qui, ivre, les menace, elle et leur enfant malade. Les journaux racontent la scène : Excelsior, Le Matin, Le Petit Journal, Le Petit Parisien. Certains sans vérification se trompent de prénom : Paris-Soir, Le Populaire, L’Humanité. Les grands journaux (L'Œuvre, L’Echo de Paris, L’Action française, Le Journal des débats, Le Gaulois, L’Intransigeant, Le Temps) publient quelques lignes, tout en donnant les informations essentielles : Louise se dénonce à la police et Paul, transporté à l’hôpital Saint-Antoine, y meurt. Seul, Clément Vautel dans Le Journal s’amuse le comparant à Achille et au chevalier d’Eon, tout en regrettant qu’il n’ait pas écrit ses mémoires.

image_03_plus_nette.jpg
Titres et photographies de Suzanne dans Excelsior (1928), Le Matin et Excelsior (1929)

Le 2 août, Louise est interrogée chez le juge d’instruction (Le Journal des débats) en présence de son avocat Maurice Garçon (Le Temps). Son fils meurt à l’hôpital Trousseau le 12 août, pendant son incarcération à la prison de Saint-Lazare.

 

« L’épouse meurtrière de l’homme-femme est remise en liberté »

Elle est mise en liberté provisoire le 25 août. Les journaux en profitent pour mettre en avant, à nouveau, le passé de Paul, déserteur travesti, sans aucun jugement (L’Ouest-Eclair, L’Humanité, Le Petit Journal). D’autres insistent sur le calvaire d’une femme poussé au crime par l’alcoolisme et la brutalité de son mari et sa volonté de sauver son enfant (L’Echo de Paris, Le Temps, Le Journal, L’Homme libre, Le Populaire qui est seul à évoquer les succès masculins de Paul Grappe). Un certain nombre d’informations non vérifiées sont reproduites, son activité de parachutisme, ses mémoires publiées ou son appartenance à une section féminine de police des mœurs (Le Figaro, Excelsior).

image_05_plus_nette.jpg
Suzanne (Le Matin), Louise (Le Matin et Le Petit Parisien) et Maurice Garçon (Paris-Soir)

Pour L’Action française, c’est à cause du temps où il était femme que Paul Grappe a pris l’habitude de la paresse ! L'Œuvre insiste sur ce paradoxe : « Par fraude, il évite la guerre mais est tué par sa femme », comme Comœdia, qui se moque du déserteur.

 

« Les jurés de la Seine acquittent celle qui tua l’homme-femme »

Le 20 janvier 1929, Louise Grappe comparaît devant la cour d’assises de la Seine. La presse reprend l’histoire de Paul, parfois avec beaucoup de variantes et d’imagination (L’Intransigeant, p.1 et p.3 , L’Echo de Paris, Le Populaire, Le Figaro, Excelsior, Le Journal des Débats). Géo London dans Le Journal cite La Prisonnière d’Édouard Bourdet. Paris-Soir note que « rarement débats se sont ouverts dans une atmosphère aussi favorable à l’accusée », qualifiée de « banale inculpée » « assez pitoyable » et « petite femme usée avant l’âge », pendant que Le Matin met en avant la mort de son enfant.

image_04.jpg
Louise et Maurice Garçon dans Détective, Le Populaire, Le Journal et Le Petit journal

Devant la curiosité du public, seuls les professionnels sont admis et Le Petit journal signale la présence de Lucie Delarue-Mardrus. Les articles assez complets donnent un portrait de Louise, sobre, en deuil et portant à son cou la photographie de son enfant, puis donnent des extraits de l’interrogatoire (Le Matin, Excelsior).

Le président Bacquart (Le Petit Parisien et p.2, Le Matin p.2, Le Journal et p.2) se demande tout de même si Louise n’a pas tué Paul pendant son sommeil et s’étonne que l’accusée n’ait pas pensé à d’autres solutions, comme le divorce. Cependant la personnalité de la victime (L’Action française, Le Populaire et p.2) et la brillante défense de Maurice Garçon, qui inverse les rôles et présente Louise comme la victime, font que la légitime défense n’est pas contestée et que Louise est acquittée (L’Echo de Paris, Le Temps).

image_06.jpg
Maurice Garçon à son bureau, Agence Meurisse, 1934
 

Si la presse cite quelques détails horribles concernant Paul (Le Journal des Débats), une certaine décence reste de mise. Le Gaulois ne peut reproduire les détails de la « magnifique et émouvante plaidoirie » de Maurice Garçon, dont certains passages auraient mérité le huis clos selon Comœdia. Seul Détective se distingue en publiant sur quatre colonnes un récit plus étoffé, mais parfois grossièrement fautif, avec des photographies différentes.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.