Le Blog
Gallica
La Bibliothèque numérique
de la BnF et de ses partenaires

Jacques Le Calvé, mélomane inspiré

0
27 septembre 2016

Depuis 2012, de nombreux entretiens ont été menés et enregistrés par le département de l'Audiovisuel, proposant de découvrir des parcours professionnels d'éditeurs phonographiques aux itinéraires singuliers et dynamiques. Jacques Le Calvé s'est à son tour prêté au jeu de l'interview.

Rencontres autour de l'édition phonographique. Entretiens réalisés par le département de l'Audiovisuel (BnF)

Né en 1933, Jacques Le Calvé reprend en 1963 une petite boutique de disque à Compiègne, après ses études d'ingénieur et son service militaire. En six mois, il triple le chiffre d'affaires et rachète rapidement un magasin mitoyen pour s'agrandir.
Son amour pour la musique classique et ses contacts avec les labels de l'époque, lui permettent également de mettre sur pied les concerts Arpège où il invite Jean-Claude Malgoire, Marie-Claire Jamet, Michel Chapuis ou encore Marie-Claire Alain. Un ami lui demande d'enregistrer un disque de vénerie et il crée pour l'occasion, en 1969, le label Arpège.
 

itw-jacques_le_calve_ims_texte.png
Entretien avec Jacques Le Calvé

Au tournant des années 1960, Jacques Le Calvé propose à son ami Michel Garcin, bras droit de Philippe Loury chez Erato, d'enregistrer des œuvres sur le nouvel orgue de Compiègne. Ce dernier tarde à répondre et c'est à cette occasion que Jacques Le Calvé se lance réellement dans l'aventure de l'édition phonographique et fonde le label Calliope. Il enregistre ainsi Le livre d'or de l'orgue français avec André Isoir et L'œuvre d'orgue d'Olivier Messiaen, interprété par Louis Thiry, que le critique de Télérama Paul Meunier considère comme "l'une des plus grandes réalisations de toute l'histoire du disque". Au-delà de la qualité des interprètes qui signent chez Calliope, Jacques Le Calvé porte un fort intérêt à la technique de prise de son, ce qui contribuera à la notoriété du label. Il engage l'ingénieur du son Georges Kisselhoff, disciple d'André Charlin, s'essaye entre autre à la gravure directe et à la quadriphonie et utilise pour ses captations sonores le premier le micro Brüel, voué à un bel avenir.

Le département de l'Audiovisuel remercie Jacques Le Calvé d'avoir accepté de se prêter au jeu de l'interview et d'avoir apporté son expérience et sa vision du monde de l'édition phonographique.
Interview réalisée par Jean-Rodolphe Zanzotto (Bibliothèque nationale de France, département de l'Audiovisuel).
Ingénieur du son : Luc Verrier (Bibliothèque nationale de France, département de l'Audiovisuel).

Cet entretien appartient au corpus Rencontres autour de l'édition phonographique, où de nombreuses autres personnalités témoignent également de leur expérience du métier de producteur phonographique. De nouveaux entretiens avec Jean-Yves Labat de Rossi, Gilbert Artman, Frédéric Leibovitz et Patrick Mathé seront bientôt consultables.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.