Thanksgiving : quand l’Europe découvre les plantes américaines

0
Publié par Luc Menapace le 26 novembre 2015 dans Collections

Le 26 novembre, les États-Unis festoieront de dinde, de maïs et de citrouille. Autant d’espèces que l’Europe ignorait. En effet, la découverte de l’Amérique a ramené sur nos rivages quantité d’espèces végétales nouvelles.

Zea mays : fleurs mâles terminales

Les Pères Pèlerins, partis d’Angleterre à bord du Mayflower, débarquent au Massachusetts où ils fondent Plymouth en décembre 1620. Leur survie est difficile et beaucoup meurent du scorbut. Les Indiens Wampanoag leur font découvrir les espèces locales et comment les élever (la dinde) ou les cultiver (le maïs). Pour les remercier, les colons organisent trois jours d’action de grâce. Cette festivité a donné naissance à Thanksgiving, fêtée le quatrième jeudi de novembre, et popularisée par George Washington et Abraham Lincoln. Au menu, dinde, patate douce, haricot, potiron, toutes plantes américaines qui ont été acclimatées sous nos cieux. Ce ne sont pas les seules plantes américaines à avoir franchi l’Atlantique.

Les plus connues et les plus importantes économiquement sont le maïs, la pomme de terre, la tomate et le haricot. Imagine-t-on nos plats sans eux ? Les Irlandais firent de la pomme de terre la base de leur alimentation, une vraie monoculture qui s’avéra catastrophique lorsqu’éclata une épidémie de mildiou qui ravagea les cultures et entraîna la mort d’un million d’Irlandais. L’introduction de nouvelles plantes ne se fit pas sans mal. Qu’on se souvienne des stratagèmes de Parmentier pour faire connaître ce tubercule qu’il avait découvert lors de sa captivité en Allemagne.

affiche_patates_0.jpg
Affiches composées par les enfants de France pour la prévoyance et l’économie pour la guerre : « Économisons le pain en mangeant des pommes de terre », 1916

Le maïs a mis du temps lui aussi à pénétrer en Europe. On le surnommait blé de Turquie. Pourtant, il était à la base des civilisations maya et aztèque, et c’est actuellement la céréale la plus produite dans le monde, pour l’alimentation animale et humaine. Quant à la tomate, elle fait partie de la dangereuse famille des solanacées comme la datura et la belladone et a elle aussi mis du temps à se faire accepter sous des noms aussi variés et poétiques que pomme d’amour ou pomme d’or. Le haricot est allé jusqu’à usurper les noms de légumes communs en Europe et auxquels il ressemblait, la fève et le dolique.

flageolets.jpg
Drôleries végétales. L’Empire des légumes, mémoires de Cucurbitus I, recueillis et mis en ordre par MM. Eugène Nus et Antony Méray, dessins par Amédée Varin, 1851

D’autres plantes ont été introduites en Europe, mais avec un impact économique moindre : le tournesol pour la production d’huile, le topinambour pour remplacer les pommes de terre accaparées par les Allemands pendant l’Occupation, le poivron pour agrémenter les salades, le piment pour enflammer les palais, et la courge pour les sculptures végétales la veille de la Toussaint.

Les plantes issues des régions tropicales américaines allèrent enrichir les cultures des zones tropicales des autres continents. Ainsi, le cacao nous donna le chocolat… et l’agave la tequila. Tout le repas y passe, de l’avocat avec le guacamole, jusqu’à l’ananas, en passant par le tapioca tiré du manioc, ou l’huile d’arachide pour faire revenir les patates douces. N’oublions pas les plantes qui permettent de se soigner et de profiter de telles agapes comme le quinquina, connu pour combattre le paludisme. Après les soins, le loisir avec l’hévéa car que serait une baignade sans sa chambre à air en caoutchouc ? Enfin, restent quelques plantes qu’on souhaiterait n’avoir jamais découvert, comme le tabac et la coca, dont la sombre réputation n’est plus à faire.

L’arrivée des plantes américaines a bouleversé la vie des autres continents. On comprend alors mieux le geste de ces quelques puritains arrivés dans un monde nouveau pour eux – mais pas pour les Indiens qui leur faisaient face – et qui rendirent grâce pour des plantes qui font aujourd’hui notre quotidien.

 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.