A la rencontre du suricate

2
Publié par Claude Venault le 23 mai 2017 dans Collections

Connaissez-vous le suricate ? Ce petit animal, cher aux dessins animés, y est toujours plein de ressources. Dans la réalité, il est tout aussi fascinant : voici un tour d’horizon de cette charmante créature.

Illustrations de Histoire naturelle des mammifères

Suricata suricatta pour les initiés, il s’est aussi fait appeler Meerkate (chien de mer en hollandais), qui est resté son nom anglais, Zenick, puis enfin Surikate, ainsi nommé car on pensait à tort qu’il venait du Surinam. Le premier spécimen connu en Europe, décrit par Buffon, ayant été acheté en Hollande, il y eut confusion sur sa provenance : en réalité, l'espèce est native d’Afrique.

Ce mammifère ressemble à s’y méprendre à une mangue mais il n’en est rien. S’il appartient à la même famille que celle-ci, les Herpestidae, il est tout de même bien identifiable grâce à sa particularité osseuse : il dispose uniquement de quatre doigts aux pattes et compte trente-six dents.

Adepte du soleil, le suricate aime sortir en groupe pour profiter de la chaleur. Il habite des terriers qu’il creuse à même le sable. Pour se nourrir, il préfère la viande mais a aussi un faible pour les œufs : il a souvent été dépeint essayant de pêcher un œuf dans une marmite d’eau ! Il utilise effectivement ses pattes de devant à la manière d’un écureuil pour attraper ce qui lui plait.

cuviersuri.png
Oeuvres de Cuvier et Lacépède

Le suricate a une tendance bien connue : il se tient souvent debout sur ses pattes arrière en tournant fréquemment la tête. Combinez cette attitude avec sa petite taille (il est aussi grand qu’un lapin), son pelage rayé, ses petites oreilles noires comme le contour de ses yeux, et l'on comprend que certains se soient pris d’affection pour lui au point d’essayer d’en faire un animal de compagnie !

dicosuri.png
Dictionnaire des sciences naturelles

Il a été décrit comme étant assez docile avec sa famille d’adoption, mais il n’hésiterait pas à se retourner contre ses maîtres en cas de mauvais traitement. Compagnon pratique, il débarrasse la maison des rats, des souris mais aussi des serpents ! A savoir, s’il vous vient l’idée de l’adopter : en cas de peur, il aboie comme un chien et, lorsqu’il est heureux, il fait un bruit de… crécelle !

Commentaires

Soumis par Michel 59175 le 24/05/2017

Bien cet article sur les chiens crécelles !

Soumis par Friart le 24/05/2017

bonne idée cet article sur un animal attachant et inoffensif.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.