Aux origines de la pensée économique, épisode 2

0
Publié par Carmen Guy le 21 mars 2017 dans Collections

Toujours à l’occasion du cycle de conférences Monnaies virtuelles et monnaies locales, quels enjeux ? programmé à la BnF les jeudis 2, 9 et 23 mars 2017 de 18h30 à 20h en salle 70, seront présentés ci-après quelques textes pionniers des approches anthropologique et sociologique de la monnaie, les questions monétaires dans les premiers manuels d’économie politique et deux ouvrages richement illustrés.

Banque des Amis réunis, 1848, Collection de Vinck : Un siècle d'histoire de France par l'estampe

La réflexion actuelle sur la monnaie se nourrit d’apports en provenance de l’anthropologie et la sociologie. Disciplines récentes, les contributions pionnières datent du premier tiers du XXe siècle. On trouve sur Gallica des textes de deux auteurs phares : Marcel Mauss pour l’approche anthropologique et François Simiand pour l’approche sociologique.

 

Du don à la monnaie : approche anthropologique

Parmi les textes de Marcel Mauss consultables sur Gallica figure la communication à l’Institut français d'anthropologie intitulée Les origines de la notion de monnaie, qui a trait aux sources de la confiance dans la monnaie. Cette communication eut lieu pendant la séance du 14 janvier 1914  et  figure dans les pages 14 à 19 du Tome II des Comptes rendus  de cette institution.

Par ailleurs, son ouvrage fondateur Essai sur le don : forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques, où il est question de l’usage de la monnaie, a été publié pour la première fois dans L'année sociologique, nouvelle série, 1923-1924, t. I.

anthropologie_paris_0.jpg
Cinquantenaire de l'Ecole d'Anthropologie, 1926, agence de presse Meurisse

 

Approche sociologique

La monnaie, réalité sociale,  texte majeur où François Simiand développe sa contribution à l’étude de l’origine de la valeur de la monnaie à partir du rôle de la confiance, fut publié dans la revue des Annales sociologiques, série D, 1934, p. 1-86 (la revue n’a pas encore été numérisée).

En revanche, on peut d'ores et déjà consulter sur Gallica deux autres textes de François Simiand où il est question de la monnaie. Soit, Le salaire, l'évolution sociale et la monnaie : essai de théorie expérimentale du salaire, introduction et étude globale, publié en 1932, et De l'Échange primitif à l'économie complexe, publié en 1934.

f._simiand.jpg
Portrait de François Simiand par Simon Glatzer, 1934

 

Enseignement de l'économie politique

L’économie politique se développe comme discipline au début du XIXe siècle, période à laquelle apparaissent les premiers manuels conçus comme support de cours. Ils contiennent des chapitres dédiés aux sujets monétaires.

Le manuel le plus célèbre, plusieurs fois réédité, est celui de Jean-Baptiste Say, économiste, pédagogue et entrepreneur, premier titulaire de la chaire d’Economie politique au Collège de France. Il s’intitule Traité d'économie politique, ou Simple exposition de la manière dont se forment, se distribuent et se consomment les richesses.  Sa première édition date de 1803 et comporte deux volumes présents sur Gallica.

La cinquième édition de ce manuel comporte trois volumes et son auteur a ajouté à la fin un épitome (abrégé) des principes fondamentaux de l'économie politique et un index raisonné des matières. Le tome 2 de cette édition commence avec les chapitres XXI à XXX du livre premier, qui traitent « d’un produit particulier qui joue un grand rôle dans la formation et la circulation des richesses, c'est-à-dire des Monnaies ».

Jean Baptiste Say participe aussi, avec des notes explicatives et critiques, à l’édition publiée en 1823 du Cours d'économie politique, ou Exposition des principes qui déterminent la prospérité des nations par Henri Storch. Il comporte quatre volumes et avait été publié pour la première fois en 1815 à Saint Pétersbourg. Le livre cinquième du tome II, pp. 106 à 228, est consacré au numéraire et, plus précisément, le chapitre 3 « origine et usage de la monnaie ». Par ailleurs, le tome IV de cet ouvrage est dédié intégralement à des notes pour le cours. Les notes VI à XVI, pp. 38 à 237, sont sur des sujets monétaires, dont la question du papier-monnaie et une histoire de la Banque de France par Jean-Baptiste Say, pp. 168-180.

jean-baptiste_say_papiers_i_papiers_._btv1b53030251d.jpg
Témoignage du dialogue entre l'économie politique et le théâtre, les papiers littéraires de Jean-Baptiste Say
La Tante et le prétendu, ou Le Noble mis à la porte, 1789

 

La monnaie et ses représentations

Enfin, il est possible de consulter dans Gallica deux livres, publiés à plus de quatre cents ans d’intervalle, remarquables par les illustrations de monnaies qu'ils proposent. Il s'agit de l'ouvrage Le billon d'aur et d'argent : de plusieurs royaumes, ducés, contés, seigneuries, païs & villes, 1552 et de l’Histoire morale & immorale de la monnaie de René Sédillot publié en 1989, ce dernier traité dans le cadre de la numérisation des indisponibles du 20e siècle, est accessible en ligne uniquement sur Gallica intra-muros[1].

 

[1] : Gallica intra-muos donne accès aux documents numérisés de la BnF qui sont sous droit et ne peuvent être diffusés hors des emprises de la bibliothèque.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.