Le Musée de l’Homme rouvre ses portes

0
Publié par Luc Menapace le 19 octobre 2015 dans Collections

Après six ans de travaux, le Musée de l’Homme est à nouveau ouvert à la visite avec une nouvelle présentation de ses collections. Ce n’est pas la première fois qu’il change de visage.

Élisée Reclus, L’homme et la terre, Tome 1. 1905-1908

Le Musée de l’Homme est installé sur la colline de Chaillot surnommée la colline des musées en raison de la concentration de musées actuels et disparus sur ce site. Le palais du Trocadéro est construit au sommet de la colline en 1878 à l’occasion de l’Exposition universelle qui se tient cette année-là. Après la fin de cette manifestation, les locaux du palais deviennent disponibles pour plusieurs projets. Le musée de sculpture comparée est inauguré en 1882 sur une idée de l’architecte Viollet-le-Duc ; rebaptisé musée des Monuments français en 1937, il est ensuite intégré à la Cité de l’architecture et du Patrimoine ouverte en 2007.

imagemontagnardtonkin.jpg
Colonel E. Diguet, Les montagnards du Tonkin, 1908

En cette même année 1882 ouvre le Musée d’Ethnographie du Trocadéro dans l’aile Passy du palais du Trocadéro, et qui prend la suite de l’exposition ethnographique présentée lors de l’exposition universelle quatre ans plus tôt. L’ethnographie est alors stimulée par l’expansion coloniale et par les expéditions menées dans les terres inconnues d’Afrique, d’Amérique ou d’Océanie. On peut y voir le sceptre de Béhanzin, roi du Dahomey, après la conquête de ce pays par la France. L’organisation des collections est influencée par des concepts aujourd’hui dépassés comme celui de races humaines pour définir l’homme actuel. En 1928, le musée est rattaché au Muséum national d’Histoire naturelle. Ce rattachement perdure encore aujourd’hui.

imagejardinacclimatation.jpg
Jardin zoologique d’Acclimatation. Kalmoucks. Caravane. 1883

L’Exposition universelle de 1937 ouvre une nouvelle page dans l’histoire du musée. Le palais du Trocadéro est remodelé dans le style de l’époque, et le musée d’ethnographie cède la place à deux autres musées : le Musée de l’Homme et le Musée des Arts et traditions populaires. Ce dernier est créé par Georges-Henri Rivière à partir des collections françaises du Musée d’ethnographie. En 1969, il déménage pour s’installer dans le bois de Boulogne, qu’il quitte quelques décennies plus tard pour s’établir à Marseille sous le nom de Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, inauguré en 2013.

À sa création, le Musée de l’Homme regroupe l’ethnographie non européenne, l’anthropologie physique et la préhistoire et est alors un établissement très apprécié. Malheureusement, le manque de crédits durant les décennies ultérieures écorne cette belle image. Son avenir semble compromis avec le projet de Musée du Quai Branly. Ce dernier ouvre ses portes en 2006 grâce au transfert des collections du Musée national des arts africains et océaniens et des collections d’ethnologie du Musée de l’Homme, qui représentent alors 80% des œuvres exposées dans ce musée. Il faut alors repenser tout le projet scientifique du musée. C’est l’objet des travaux qui débutent en 2009 grâce à l’attribution d’importants crédits pour ce chantier.

En 2015, le Musée de l’Homme est de nouveau ouvert, recentré sur l’homme, son apparition et sa place dans le vivant. Il participera aux diverses manifestations de la conférence sur le climat, signe que la place de l’homme dans le monde est encore un sujet d’actualité.

Luc Menapace, département Sciences et techniques

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.