Les livres de chirurgie

0
Publié par Anne BOYER le 17 mars 2015 dans Collections

Le cycle de billets consacrés au livre de médecine dans Gallica continue avec l'histoire de la chirurgie, discipline représentant souvent des images délicates.

Ambroisé Paré est le plus grand chirurgien français du XVIe siècle. En 1540-1541, il obtient le titre de maître chirurgien-barbier (à l’époque le chirurgien était associé à celui qui rasait les cheveux et la barbe, et non aux médecins) à Paris. Lors d’un séjour à Turin, au lieu de cautériser une plaie par arme à feu (c’est-à-dire appliquer sur celle-ci un fer chauffé à blanc pour stopper l’hémorragie), il utilise un onguent plus doux qui mettra fin à plusieurs siècles de souffrance pour les blessés. Cependant, pour d’autres types de blessures, il ne peut que recoudre la plaie. C’est le cas dans cette image tirée de la Méthode curative des playes et fracture de la teste humaine publiée en 1561 qui présente dans la partie inférieure de l’image, l’aiguille et la méthode pour recoudre le visage, et dans la partie supérieure la couture réalisée par le chirurgien.

Différentes images tirées de ces Cinq livres de chirurgie publiés par André Wechel à Paris en 1572 sont visibles ci-dessous.

Au XIXe siècle, Dominique-Jean Larrey (1766-1842), baron d’Empire, est médecin et chirurgien militaire, et devient le père de la médecine d’urgence. Il a suivi Napoléon dans toutes ses campagnes et pratiquait ses soins sur le terrain le plus tôt possible, grâce à des ambulances chirurgicales mobiles. Son texte le plus célèbre est sans contexte ses Mémoires de chirurgie militaire et campagnes, parus en 4 volumes entre 1812 et 1817, dont le volume 4 comprend par exemple le plan et la situation des ambulances pendant un mouvement de la campagne de Russie, mais également le procédé opératoire utilisé par Larrey pour une épaule.

Il a écrit aussi un Recueil de mémoires de chirurgie, publié en 1821 et schématise dans sa planche IV des vaisseaux développés à l’extrémité d’une portion d’os fracturé, pour former le cal (dessin du bas).

La chirurgie militaire sera à l’origine de la chirurgie dite « esthétique », permettant de réparer les gueules cassées, ou de refaire un nez peu plaisant !

Opérations de chirurgie reconstructive du nez © BIU Santé
Opérations de chirurgie reconstructive du nez © BIU Santé

Retrouvez les précédents billets d'histoire de la médecine dans Gallica en suivant le mot-clef "histoire de la médecine" dans le nuage de tags !

Anne Boyer, département Sciences et techniques

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.