Le Blog
Gallica
La Bibliothèque numérique
de la BnF et de ses partenaires

Quand Gérard Noiriel redonne vie à Chocolat

Du côté des Gallicanautes
0

Gérard Noiriel, spécialiste de l’histoire de l’immigration, enseigne à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

 

Bonjour Gérard Noiriel. Saviez-vous que vous êtes un Gallicanaute ?

Non je ne savais pas, mais je suis heureux de l'apprendre.

Pouvez-vous nous raconter dans quelles circonstances vous avez découvert Gallica ?

Je ne m’en souviens plus très bien. Au début, je l'ai utilisé comme un outil bibliographique et pour consulter les anciens ouvrages accessibles en ligne.

Comment utilisez-vous Gallica dans le cadre de vos recherches ? et plus particulièrement la presse ?

C'est lorsque j'ai débuté mes recherches sur le clown Chocolat que j'ai commencé à faire un usage intensif de Gallica. Comme je l'explique dans mon livre, j'ai travaillé à partir des occurrences « clown Chocolat », et comme ça ne donnait pas grand-chose, j'ai cherché aussi à « Chocolat ». J'ai épluché méthodiquement tous les quotidiens de la période 1870-1939, titre après titre, pour limiter un peu le nombre des occurrences. Bien que le travail ait été fastidieux (car le mot chocolat renvoyait à de multiples données sans rapport avec mon personnage), j'ai conservé cette méthode pour être sûr de ne rien rater. Comme l'occurrence du mot est restituée sur le site dans le contexte de la phrase, ça me permettait de savoir tout de suite si l'article concernait mon sujet. J'ai pu ainsi faire défiler assez vite les pages sélectionnées. J'ai utilisé la même méthode empirique avec beaucoup d'autres occurrences ; pour les autres clowns (notamment Foottit) et pour les autres artistes que le clown Chocolat a côtoyés au cours de sa carrière. J'ai aussi cherché des renseignements sur les cirques, les music-halls, les cafés-concerts, etc., en procédant de la même manière.

 
Dessin d’André Rouveyre et la pantomime de Guillaume Tell

 

Y-a-t-il des différences méthodologiques entre la recherche dans un journal sous forme papier et celle dans la presse numérisée de Gallica ?

C'est évident. Si Gallica n'avait pas existé, je n'aurais pas pu écrire ce livre. J'ai pu reconstituer sa carrière, quasiment mois par mois, parce que les journaux de l'époque publiaient de petits entrefilets donnant des informations sur les cirques. En consultant la version papier des journaux (ce que j'ai fait pendant plus de vingt ans pour mes recherches avant l'invention de Gallica), je n'aurais jamais pu trouver ces informations perdues dans l'océan des pages imprimées.

Que vous apporte la presse numérisée dans le cadre d’un sujet comme la biographie de Chocolat, sans fonds d’archives ?

Cette biographie était en effet un sujet rêvé pour l'utilisation de Gallica, car il s'agit d'un personnage qui a été très populaire (donc qui a laissé des traces dans les comptes rendus de presse), mais d'une personne inconnue, puisqu'il n'avait même pas d'état civil, donc aucune trace dans les archives écrites, et qu'il n'a pas écrit ses mémoires.


Publicité et portrait de Chocolat par Du Guy (1902)
 

Vous utilisez les comptes rendus et annonces de spectacles, mais aussi les petites annonces et publicités ou encore la rubrique faits divers. La presse peut-elle répondre à tout ?

Un historien doit être capable de faire fonctionner son imagination. Selon les sujets sur lesquels il travaille, les outils qu'il doit mobiliser peuvent varier. Dans le cas présent, j'ai effectivement tiré profit des petites annonces publiées dans les journaux car elles mentionnaient les adresses de ceux qui cherchaient un emploi. J'ai pu ainsi trouver quelques informations sur le milieu social du quartier où vivait le clown Chocolat.

Vous faites aussi des « filatures électroniques » ! Pouvez-vous nous expliquer ?

J'ai utilisé cette formule un peu provocatrice pour évoquer un autre usage que j'ai fait de Gallica, consistant à reconstituer le réseau des individus en lien avec un personnage central de mon histoire. Ici, il s'agissait de Foottit. Je voulais savoir si ses liens avec les journalistes pouvaient expliquer la dévalorisation du clown Chocolat dans la presse, quand Foottit a commencé à être jaloux de sa notoriété.

Entretien de Georges Foottit dans La Presse et article de Sergines, pseudonyme d’Adolphe Brisson dans les Annales politiques et littéraires
 

Cependant cette masse de petites informations, fragmentées et isolées, nécessite encore de nouvelles recherches dans Gallica pour être interprétée ou même vérifiée. Est-ce sans fin ?

Disons que la masse d'informations éparses et souvent anecdotiques qu'on peut obtenir grâce à Gallica exige ensuite un gros travail d'analyse pour leur donner de l'intelligibilité.

Une anecdote au sujet d'un document découvert dans Gallica ? Vos plus belles trouvailles ?

Quand j'ai découvert la lettre qu'il a adressée au journal Le Temps, le 19 novembre 1909, en réponse à un journaliste qui avait annoncé sa mort. C'est le seul texte écrit de sa main que j'ai trouvé.

Le Temps, 18 et 19 novembre 1909

 

Découvrir dans la presse numérisée des faits jamais mentionnés dans des livres d’histoire, cela vous ouvre-t-il d’autres perspectives de recherche ? ou d’autres projets de recherche ?

Je conseille maintenant à mes étudiants d'effectuer des investigations dans Gallica dès le début d'une recherche. Gallica est une ressource particulièrement intéressante pour écrire l'histoire de lieux ou de personnages publics, notamment dans le monde du spectacle. Cette ressource est très utile aussi pour l'histoire de la langue commune. J'ai cherché par exemple à savoir à quelle date le mot racisme était entré dans le langage courant. Grâce à Gallica j'ai découvert que les occurrences de ce terme dans la presse s'étaient multipliées seulement dans les années 1930, alors que je pensais que ça datait plutôt du début du siècle et de l'Affaire Dreyfus.

 

Publicité du Nouveau Cirque

 

Les ouvrages de Gérard Noiriel sur Chocolat :

Chocolat, la véritable histoire d'un homme sans nom, Librairie Arthème Fayard, Pluriel, 2017 (édition actualisée)
Chocolat, la véritable histoire d'un homme sans nom, Bayard, 2016
Chocolat, clown nègre, l'histoire oubliée du premier artiste noir de la scène française, Bayard, 2012

Vous pouvez aussi consulter le site de l’association DAJA, dédié à la mémoire du clown Chocolat. Vous y trouverez notamment les références de Chocolat, la véritable histoire de l’homme sans nom et une conférence de Gérard Noiriel aux Rendez-vous de l’Histoire de Blois.
 

Lire aussi : "Le clown Chocolat et la presse"

Propos recueillis par
Sophie Robert et Philippe Mezzasalma
 

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.