L'hôpital militaire du Val-de-Grâce

0
Publié par Alina Cantau le 8 octobre 2013 dans Collections

Le cycle « Rencontres médicales » vous présente l’histoire d’hôpitaux parisiens qui portent le nom de célèbres médecins. Ces praticiens continuent à vivre aujourd’hui à travers ces lieux de soins chargés d’histoire.

Val de Grâce : [dessin] / [non identifié]

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8456227n/f1.item
 

Le cycle « Rencontres médicales »  continue et consacre ce billet à l’histoire de l’hôpital militaire du Val-de-Grâce situé dans le 5e arrondissement de Paris.  Le faubourg Saint-Jacques, où sont situés les bâtiments actuels de l’hôpital, remonte au Moyen-Age et on y trouvait à l’époque de nombreux couvents et établissement religieux. L’existence de l’abbaye royale du Val-de-Grâce remonte au XIème siècle. En 1514, Anne de Bretagne lui donne le nom d’Abbaye du Val-de-Grâce de Notre Dame de la Crèche. A l’époque, l’abbaye bénédictine était située dans la Vallée de la Bièvre, à une douzaine de kilomètres au Sud-Ouest de Paris.En mai 1621, Anne d’Autriche, épouse de Louis XIII, favorise l’installation de la communauté des bénédictines du Val-de-Grâce de Notre-Dame de la Crèche à Paris. Elle achète, en mai 1621, le site du Petit Bourbon au faubourg Saint-Jacques et y commence d’importants travaux de construction d’un ensemble de bâtiments qui prendront le nom de « Val-de-Grâce ». A la naissance de Louis Dieudonné, le futur Louis XIV, la Reine promet d’y édifier « un temple magnifique » voué à la Nativité. L’église du Val-de-Grâce a pour ex-voto  « Iesu nascenti virginio matri » (A Jésus naissant et à sa mère la Vierge), et sa construction confiée à François Mansarta été terminée en 1665, un an avant la mort d’Anne d’Autriche.

L’hôpital militaire, ancien Service de Santé des Armées, a été créé en 1708 par Louis XIV. A cette époque, il existe une cinquantaine d’hôpitaux militaires en France et les bases de l’enseignement médical sont mises en place.

Après la Révolution, le Val-de-Grâce et ses dépendances ont une vocation hospitalière dédiée aux soins des blessés et des malades. En 1796, le Val-de-Grâce évolue vers un hôpital d’instruction, une véritable clinique universitaire avant la lettre, à côté des hôpitaux de Lille, Metz et Strasbourg.  L’objectif principal d’une telle institution est la formation des officiers de santé par des stages, un contrôle permanent des connaissances, des concours et des prix annuels. Parmi les illustres professeurs du Val-de-Grâce, rappelons le baron Desgenettes, médecin en chef de la Grande Armée, le baron Dominique Larrey, médecin de Napoléon, Jean-Antoine Villemin, qui démontra en 1865 que la tuberculose était contagieuse, ou encore Alphonse Laveran, qui découvrit la cause du paludisme.

Pendant les guerres napoléoniennes, cette forme d’enseignement  est remplacée par la pratique sur les champs de bataille. Puis, sous la Restauration, Louis XVIII rétablit l’activité de l’hôpital d’instruction du Val-de-Grâce, qui continuera jusqu’en 1836.

Sous la Monarchie de Juillet, de 1836 à 1848, le Val-de-Grâce devient hôpital de perfectionnement et a un rôle privilégié dans l’achèvement de la formation médicale initiale, obtenue dans les hôpitaux d’instruction de Lille, Metz et Strasbourg. On y organise des cours de clinique interne, pathologie médicale, hygiène, médecine opératoire et appareil, chimie et toxicologie, histoire naturelle, botanique, préparation des médicaments, physiologie, anatomie pathologique.

Si en 1850, Louis-Napoléon Bonaparte y suspend l’activité de perfectionnement et d’instruction pour attribuer ce rôle aux universités, le Val-de-Grâce devient, sous la pression publique, Ecole Impériale d’Application de Médecine et de Pharmacie Militaires.  La guerre de Crimée, celle de 1870 et la Grande Guerre reconfirment l’importance de la formation des médecins militaires.

Pendant la seconde guerre mondiale, sous l’occupation allemande, le Val-de-Grâce est fermé jusqu’à la Libération.

img2_5.png

Hôpital du Val-de-Grâce, Paris © BIU Santé

http://blog.bnf.fr/gallica/index.php/2013/10/08/lhopital-militaire-du-va...

 

Actuellement, l’Ecole d’Application du Service de Santé des Armées (EASSA), lieu d’excellence de la médecine militaire, porte le nom d’Ecole du Val-de-Grâce. En 1974, l’adoption d’un nouveau plan architectural a permis la restauration des bâtiments abbatiaux et des jardins. Après des travaux d’excavation d’une ampleur exceptionnelle, les niveaux inférieurs sont posés directement sur les carrières souterraines du Moyen-Age.

L’inauguration de l’hôpital actuel, qui a eu lieu en janvier 1979, vient ajouter un nouveau chapitre à l’histoire du Val-de-Grâce qui a acquis au fil des siècles une valeur de symbole, au titre d’hôpital militaire et civil à la fois.

Alina Cantau, Département Sciences et techniques

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.