L'approvisionnement en eau des jardins de Versailles sous Louis XIV

0
Publié par Luc Menapace le 6 mai 2015 dans Collections

Pas de jardin sans eau. Peut-on imaginer les jardins de Versailles et de Trianon sans fontaines, sans cascades, sans jets, sans grandes eaux ? Quand Louis XIV commence à aménager le château qu’il a hérité de son père à Versailles, il dote les jardins de jeux d’eaux. Et quand château et parc prennent des proportions grandioses, il faut disposer de volumes d’eau toujours croissants. A château royal, solutions royales.

Veüe générale de la ville et du château de Versailles du côté des jardins (1793)

Louis XIV commence vraiment à s’intéresser à Versailles en 1661, au début de son règne personnel ; il entame alors les travaux à partir du petit château que son père lui a laissé. Dès le début, il désire un parc en conséquence. La création des installations hydrauliques destinées à alimenter le parc peut être répartie en plusieurs phases :

- en 1663, les eaux des alentours sont collectées dans l’étang de Clagny et amenées vers le parc par aqueduc grâce à des moulins puis des pompes. L’étang, aujourd’hui disparu, était situé dans le prolongement du château de Clagny, construit pour Madame de Montespan, favorite de Louis XIV.

- les besoins croissants du parc conduisent à étendre les recherches à d’autres bassins versants. En effet, Versailles est situé dans la vallée du ru de Gally, sous-affluent de la Seine, sur un plateau éloigné de la vallée de la Seine et d’autres cours d’eau importants. La présence des sources de la Bièvre, affluent de la Seine, près de Versailles, donne l’idée en 1668 de capter ses eaux par le creusement des étangs de la Minière et de les envoyer vers Satory grâce à des moulins.

- en 1675-1678 sont aménagés l’étang de Trappes aujourd’hui appelé étang de Saint-Quentin et les étangs, asséchés en 1807, de Bois-Robert et Bois-d’Arcy. Ils drainent le plateau de Trappes et leurs eaux sont dirigées vers Satory.

- en 1680-1685, le plateau de Saclay est drainé par la création des étangs inférieurs, organisés autour des étangs de Saclay. L’eau est conduite dans des rigoles et traverse la vallée de la Bièvre par l’aqueduc de Buc, achevé en 1686.

- en 1684-1685, les étangs supérieurs drainent, sur le même modèle, les eaux des plateaux près de Rambouillet (étangs de Hollande, de Pourras, de Saint-Hubert…) par un réseau de rigoles.

Les aqueducs de Marly qui conduisent à Versailles. Les eaux élevées par la Machine

 

- en 1681-1684 est bâtie la machine de Marly. Elle permet d’élever l’eau de la Seine sur une hauteur de cent cinquante mètres. Quelques années plus tôt, un projet avait été proposé pour construire un canal amenant les eaux de la Loire, mais les captages étaient à une hauteur inférieure à celle de Versailles. La Seine est plus proche, mais il faut en élever les eaux. Ce défi technique est relevé par des ingénieurs liégeois qui appliquent à Marly les techniques de pompage utilisées dans l’industrie minière liégeoise, mais dans des proportions inédites. Quatorze roues de douze mètres de diamètre, plus de deux cents cinquante pompes, trois réservoirs successifs sont nécessaires pour accomplir cette prouesse qui devient un manifeste de la grandeur royale, un outil de propagande. L’eau alimente aussi le parc de Marly, aménagé pour Louis XIV à la même époque, et lui aussi doté de jeux d’eaux et de nombreuses conduites. L’eau est dirigée par aqueduc vers des réservoirs. Mais le rendement de la machine baisse rapidement au XVIIIème siècle.

- le plus gros chantier reste néanmoins celui du canal de l’Eure et de l’aqueduc de Maintenon en 1685-1688. La vallée de l’Eure près du château de Maintenon se trouve à une altitude plus élevée que Versailles, et il est projeté d’amener ses eaux par un aqueduc et de rejoindre les étangs supérieurs. La traversée de la vallée par un siphon aurait été plus simple et moins coûteuse, mais la propagande royale souhaite un monument à la hauteur de la gloire royale. Malheureusement, et malgré le travail de plus de vingt mille soldats, le chantier reste inachevé en raison des fièvres qui déciment des milliers d’hommes, du coût important et surtout de la guerre de la ligue d’Augsbourg qui met un terme définitif aux travaux.

Fontaine du Labyrinthe de Versailles : le conseil des rats, d’après les fables d’Esope
 

En un quart de siècle, Louis XIV bouleverse la région de Versailles pour amener l’eau dans son parc. Ces travaux représentent 40% des dépenses réalisées à Versailles. Dans cette somme, la plus forte dépense est représentée par la création d’un réseau d’étangs d’une contenance de huit millions de mètres cubes et son réseau de deux cents kilomètres de rigoles, drainant ainsi quinze mille hectares. Dans le parc de Versailles, le Grand Canal et la Pièce d’eau des Suisses coûtent plus cher à eux seuls que toutes les fontaines des jardins. Il est vrai que le Grand Canal est un élément de prestige, doté d’une flottille dont quatre gondoles offertes par Venise. Son personnel et ses bateaux sont hébergés dans la Petite Venise. Rien n’était trop beau pour le Roi Soleil.

Luc Menapace, département Sciences et techniques

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.