Résultats de l’étude d’usages de la plateforme Correct

0

Suite à l’ouverture de la plateforme expérimentale Correct (Correction et Enrichissement Collaboratifs de Textes) pour laquelle nous vous avions sollicités, nous avons mené une étude d’usages auprès de ses utilisateurs. Vous avez été nombreux à participer et nous vous en remercions.

Plateforme Correct

La réalisation de cette étude a été confiée au bureau Van Djik et le rapport final est disponible sur le site bnf.fr.

Des outils de corrections faciles d’utilisation mais qui restent encore à optimiser

L’enquête en ligne a révélé que les outils de correction sont considérés comme faciles à utiliser pour 80% des utilisateurs, mais avec un temps d'adaptation nécessaire pour 60% d’entre eux. Plusieurs ont même évoqué le côté plaisant et ludique des interfaces.

« Je vais essayer de me dégager chaque jour un moment pour m'atteler à cette tâche. J'adore et ce sera encore mieux quand je serai plus à l'aise. »

« C’est comme les mots croisés mais c’est utile »

Cependant, s’ils sont considérés comme faciles à utiliser, des problèmes de dysfonctionnement de ces outils ont été remontés à plusieurs reprises et 2/3 des utilisateurs souhaitent leur amélioration (zoom, navigation dans les documents, aide en ligne, meilleure visibilité des activités de correction...).

Facilité d'usage des outils de correction

Facilité d'usage des outils de correction

 

Des outils d’échanges et de collaboration peu utilisés

Concernant les fonctionnalités d’échange et de collaboration, le premier constat est leur faible utilisation. Pour les outils d’échange cette faible utilisation n’est pas à imputer à leur difficulté d’usage mais plutôt à la jeunesse de la plateforme.

« Je ne suis pas rentré en contact pour l’instant avec les autres utilisateurs de Correct mais cela m’intéresserait de le faire avec les personnes qui corrigent un document qui m’intéresse. »

Les outils de collaboration autour des documents se sont avérés, quant à eux, plus complexes à appréhender et à manipuler. De plus, l’analyse de l’activité des groupes de correction démontre une très faible collaboration : peu d’articles ont été créés, peu de discussions ont vu le jour.

Répartition des échanges avec les autres utilisateurs

Répartition des échanges avec les autres utilisateurs

 

Un potentiel de mobilisation autour des ressources numériques de Gallica

L’étude d’usages a démontré un réel intérêt pour le projet et un potentiel de participation et d’implication des utilisateurs autour des ressources numériques de Gallica .

« Idéalement je voudrais pouvoir corriger les documents auxquels j’accède sur Gallica dans le cadre de mes recherches généalogiques et auxquels je fais référence. Donc le projet deviendra réellement intéressant pour moi lorsque je pourrai choisir n’importe quel document de Gallica et non une présélection comme c’est le cas actuellement. »

Des attentes ont même été exprimées pour corriger un plus grand nombre de documents, d'avoir la possibilité d’annoter et d’enrichir les documents ou de pouvoir intervenir sur tous types de documents  disponibles sur Gallica (images, manuscrits, cartes, partitions,…).

Des résultats de participation et d’implication très encourageants

Sur la période étudiée, du 24 novembre 2014 au 24 janvier 2015, ce sont 369 personnes qui se sont inscrites. Parmi ces utilisateurs, si 47% ont abandonné en 48 heures, 45% sont revenus plusieurs fois. Certains ont été particulièrement actifs : 37 correcteurs réalisant 63% des corrections. En deux mois, 22% du nombre total des pages ont été corrigées (soit 3 701 pages). Aujourd’hui, les 563 inscrits sur Correct ont contribué à la correction de 6447 pages (soit 38% du nombre total de pages).

Malgré les dysfonctionnements inhérents à l’expérimentation, la participation et l’implication des utilisateurs confirment le potentiel réel du projet, fortement lié à la correction des documents patrimoniaux de Gallica. Tous les résultats du projet vont permettre à la BnF de poursuivre sa réflexion sur les problématiques collaboratives et participatives.

Un grand merci à toutes les personnes qui ont participé à cette expérimentation. Le projet de recherche s’arrête le 1er juin, mais la plateforme Correct sera encore accessible jusqu’à la fin de Futur en Seine où nous seront présents. Nous vous donnons d’ailleurs rendez-vous du 11 au 14 juin, sur notre stand de la Gaîté lyrique !

Isabelle Josse - Département de la Conservation

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.