Robert Estienne (1503-1559) et Etienne Dolet (1509-1546): deux imprimeurs humanistes

0
Publié par Equipe Gallica le 1 janvier 2013 dans Collections

L'année 2009 nous permet de nous attarder sur deux imprimeurs français du XVIe siècle.

Robert Estienne, installé à la suite de son père Henri Estienne, à Paris rue Saint-Jean de Beauvais à l'enseigne de l'olivier, a voulu consacrer à Dieu les prémices de ses travaux typographiques.

Dictionnaire francois latin contenant les motz et manières de parler francois, tournez en latin ([Reprod.])
Source: Bibliothèque nationale de France

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k505878

 

Il publia 12 éditions de la Bible en hébreu, latin, français dans tous les formats mais il a également imprimé plus de 40 auteurs grecs ou latins, poètes, orateurs, jurisconsultes ainsi qu'un grand nombre de traités à l'usage des écoles: au début de sa carrière, il fit paraître "La manière de tourner en langue française des verbes actifs" en 1526, dont Gallica propose une édition de 1541. Nommé imprimeur royal en 1539 par François Ier, il fut malgré cette protection, persécuté par le collège de la Sorbonne, jusqu'à son exil en 1552 à Genève où il meurt en 1559.

Etienne Dolet, né en 1509 à Orléans, fait un passage par Toulouse pour des études de droit, où il se fait remarquer avec son discours en latin prononcé pour la défense des étudiants. Au XVIe siècle, Lyon est le deuxième centre d'édition important en dehors de Paris. Etienne Dolet s'y installe en 1534, tout d'abord comme correcteur chez Sébastien Gryphe, puis à son compte en 1540. Gallica nous propose de nombreux textes de cet érudit, le poème latin célébrant la naissance de son fils Claude en 1539, de nombreuses publications sortent de ses presses après 1540, comme les oeuvres de Clément Marot mais également l'histoire du règne de François Ier qu'il publie en vers latins et qu'il traduit également en prose française.

En 1544 il est accusé d'avoir envoyé deux ballots de livres prohibés à Paris. Etienne Dolet passe en Italie et prépare sa défense qu'il revient secrètement publier à Lyon en 1544, sous le titre: Le Second enfer.

 

Le second enfer d'Estienne Dolet,... : qui sont certaines compositions faictes par luy mesmes sur la justification de son second emprisonnement
Source: Bibliothèque nationale de France

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k713234

 

Il sera le premier imprimeur lyonnais condamné au supplice pour fait de religion. Il est brûlé à Paris, place Maubert en 1546. La Bibliothèque municipale de Lyon lui consacre une grande exposition, du 12 novembre 2009 au 2 janvier 2010, qui apporte un nouvel éclairage sur cet imprimeur emblématique.

Ces deux imprimeurs, dont les chemins se sont peut-être croisés, laissent chacun une oeuvre fondamentale.

Publié initialement le 2 décembre 2009.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.