Informations détaillées

Titre : 
Giuniano Maio , De Majestate .
Auteur : 
Giuniano Maio. Auteur du texte
Auteur : 
Nardo Rapicano. Enlumineur
Date d'édition : 
1492
Contributeur : 
Giovan Matteo de Russis. Copiste
Type : 
manuscrit
Langue : 
italien
Format : 
Ce manuscrit a été copié à. - Naples. - par. - Giovan Matteo de Russis. - qui a été payé pour ce travail " 1 ducato., 4 tari, e 15 grani." (. - Cedole di tesoreria dell'Archivio di Stato di Napoli. - , Registro 148, fol. 677). - Ecriture livresque. Texte copié sur une seule colonne. - Manuscrit enluminé par Nardo Rapicano qui fut payé pour ce travail "15 ducati, 4 tai. e 15 grani " (Cedole di tesoreria dell'Archivio di Stato di Napoli , fol. 436). Il est sans doute apparenté à l'un des principaux enlumineurs napolitains du XVe siècle, Cola Rapicano. Le style de Nardo Rapicano se caractérise par des personnages aux têtes arrondies, dessinés et modelés de façon un peu sèche et une attention portée aux coloris.Une trentaine de miniatures (55-77 mm) qui racontent la vie de Ferdinand Ier d'Aragon : une miniature est peinte à chaque début de chapitre.F. 1 : lettre ornée (or, vert, rouge, bleu), encadrement végétal à bianchi girari , au bas duquel sont peintes les armoiries royales d'Aragon, avec un lièvre et quatre perroquets. F. 8 : miniature représentant l'attentat contre Ferdinand Ier de Naples perpétré par quatre chevaliers en 1460 : Marino Marzano (identifiable par les armoiries sur son armure), Giacomo Montagano, Marino Marzano et Deifobo Anguillara.F. 10v : miniature représentant Ferdinand Ier , devant les tentes d'un camp militaire, qui accorde son pardon à Marino Marzano (portant ses armoiries sur son armure) qui avait tenté de l'assassiner. La partie gauche du tableau est occupée par un paysage fluvial détaillé à la façon flamande, jusque dans la manière d'évoquer les reflets sur l'eau. Dans la marge, le candélabre à l'antique se détachant sur un fond ombré en dégradé rappelle l'emprise du style archéologique d'origine padouane sur l'enluminure napolitaine de la fin du siècle (influence probable de Giovanni Todeschino). F. 12v : miniature représentant Rhodes et ses fortifications, lors du siège de 1480, avec deux bateaux à voile et plus d'une dizaine de galères.F. 14 : miniature représentant la bataille de Troie entre les troupes aragonaises et les troupes de René d'Anjou en 1462. Cavaliers et fantassins s'affrontent sous les remparts de la ville.F. 16v : miniature représentant une allégorie des vertus de Ferdinand Ier de Naples. Le roi, représenté en géant, est sur un bâteau à voile dont il tient le gouvernail ; sur la rive, un pêcheur tient une canne à pêche.F. 19 : miniature représentant une allégorie des vertus de Ferdinand Ier de Naples. Le roi, agenouillé devant un autel, continue à prier alors que les murs de l'église se fissurent (sans doute à cause d'un séisme). La foule, ainsi que le prêtre, s'enfuient du bâtiment.F. 21v : miniature représentant une allégorie des vertus de Ferdinand Ier de Naples. Le roi se tient debout, les bras écartés, sur un rocher parsemé de gemmes, avec en fond une forêt et une ville. F. 23v : miniature représentant Ferdinand Ier de Naples, assis sur son trône, faisant l'aumône aux pupilles de l'annunziata (jeunes femmes), avec à ses pieds deux enfants se tenant la main et jouant avec un chien. F. 26 : miniature représentant Ferdinand Ier de Naples, sous un dais, rendant sa liberté (en lui donnant un document écrit) à Jean II d'Anjou, agenouillé à ses pieds, en présence des membres de la cour royale. F. 27 : miniature représentant Ferdinand Ier de Naples, sous un dais, récompensant Antonio Todeschini Piccolomini en lui donnant une épée et une couronne.F. 29 : miniature représentant Ferdinand Ier de Naples, en armure, devant un rocher, refusant de prendre possession de la ville de Volterra, peinte en arrière plan, dont un représentant est agenouillé aux pieds du roi. F. 31 : miniature représentant le siège de Gênes en 1459. Trois bateaux à voile et deux galères naviguent devant le port de la ville assiégée par un camp militaire (représenté par des tentes).F. 33v : miniature représentant Ferdinand Ier de Naples faisant chasser les flatteurs par les membres de sa cour.F. 35v : miniature représentant les barons rebelles emprisonnés par Ferdinand Ier de Naples. Derrière une grille, des nobles sont attablés avec deux musiciens jouant du luth. F. 41v : miniature représentant une allégorie des vertus de Ferdinand Ier de Naples, assis sur son trône, tenant son sceptre et un globe. Devant lui, quatre personnages, debouts, tiennent, l'un un compas, l'un un sifflet, le troisième se couvre les oreilles, et le quatrième porte des lunettes. F. 43 : miniature représentant la construction des remparts de Naples sous le règne de Ferdinand Ier de Naples. Un cavalier vient inspecter le chantier où travaille un cimentier avec une houe, des tailleurs de pierre avec des marteaux et des maçons occupés à des opérations de levage et de construction.F. 50 : miniature représentant une allégorie des vertus de Ferdinand Ier de Naples. Une femme (la justice) en sandale, habillée en blanc et noir, tient dans sa main droite une épée et désigne avec son index gauche le trône royal, sur lequel sont déposés un sceptre et un globe. F. 52 : miniature représentant une allégorie de l'assainissement du royaume par Ferdinand Ier de Naples. Un homme coiffé d'un chapeau, les bras écartés, saigne de la bouche après une amputation de la langue. Dans la pièce se trouvent des tréteaux recouverts d'un drap blanc, avec des cartes à jouer et des dés, dispersés sur le sol. F. 52v : miniature représentant une allégorie de l'assainissement du royaume par Ferdinand Ier de Naples. Un noble vient de se faire couper la main et son bras saigne. La main coupée, ainsi que des armes (épées et bouclier), jonchent le sol. Au fond de la pièce, se trouve l'instrument du supplice.F. 52v : miniature représentant une allégorie de l'assainissement du royaume par Ferdinand Ier de Naples. Des prisonniers sont conduits par une troupe d'hommes en armes, au pied de fortifications (sans doute le castel nuovo), vers une galère arborant les couleurs aragonaises. Certains prisonniers montent déjà sur la passerelle qui les conduit au navire. F. 53 : miniature représentant une allégorie de l'unification du royaume par Ferdinand Ier de Naples. Les écus armoriés de différentes familles de la noblesse sont posés sur un tertre rocheux, dominé par un pennon aux couleurs des aragonais, au milieu d'une plaine verdoyante.F. 53v : miniature représentant une allégorie des vertus de Ferdinand Ier de Naples. Un satyre tient une araire tirée par un cheval et un boeuf, dans un champ où se trouvent un chien, un lièvre, un loup et un mouton. F. 54 : miniature représentant une allégorie du poids de la charge royale. Le roi, Ferdinand Ier de Naples, jongle avec une pierre.F. 56 : miniature représentant le triomphe de la magnificence. Une femme, tenant une palme, assise sur un tabouret placé au sommet d'un char, drapé de pourpre et de bleu, tiré par deux éléphants et deux lions, accompagnée de hérauts jouant de la trompe, traverse un paysage avec en arrière plan une ville fortifiée.F. 58 : miniature représentant Ferdinand Ier de Naples, monté sur un cheval blanc, qui reçoit une couronne de laurier d'un personnage vêtu comme un empereur antique. F. 58v : miniature représentant Ferdinand Ier de Naples à la chasse. Le roi, tenant une pique, sur un cheval blanc, accompagné de sa cour, course un sanglier, poursuivi par deux lévriers portant collier ; dans le ciel, plusieurs échassiers volent. Pour Gennaro Toscano, ce manuscrit, représente le manuscrit le plus précieux et le plus élégant produit à Naples à la fin du XVe siècle : la beauté et la richesse de ses enluminures en font l’un des plus luxueux exemplaires de l’ancienne librairie des rois d’Aragon.F. 9v, 11v, 13v, 16, 18v, 21v, 23, 25v, 26v, 28v, 30v, 33, 35, 39v, 42v, 49, 51, 55, 58, 63, 63v : initiales champies.Rubrique à l'encre rouge (f. 64), texte à l'encre noire. - Nombreuses notes marginales en rouge indiquant les auteurs et les références des oeuvres cités dans le texte. - Manuscrit composé de 8 cahiers de 8 feuillets chacun (f. 1-8 ; f. 9-16 ; f. 17-24 ; f. 25-32 ; f. 33-40 ; f. 41-47 ; f. 48-55 ; f. 56-62). Réclame à l'encre brune au coin inférieur droit du verso du dernier feuillet de chaque cahier : f. 8v ("mancoe"), f. 16v ("sono"), f. 24v ("ramo"), f. 32v ("bene"), f. 40v ("capitulo"), f. 47v ("ne sono"), f. 55v ("spectaculo"), f. 62 ("con").Iv et Ar portent deux notices de bibliothécaires datées de 1882 et de 1886 contenant des transcriptions de documents des archives napolitaines à propos de la commande de ce manuscrit. - Parchemin. - 64 feuillets précédés de trois gardes (I-A-B) et suivis de deux gardes. - 205 x 280 mm. - Réglure à la pointe sèche. Le dernier feuillet de garde inférieure est réglé à la mine de plomb. - Reliure d'origine (en bois) recouverte de velour marron. - Estampille de la bilbiothèque nationale de la fin du XIXe siècle
Description : 
F. B : "La opera de Maiestate composta da Iuniano Maio cavaliero neapolitano" : titre écrit, en majuscule et en pleine page, par une main du XVIIe siècle. F. 1-64 : "Bella et honorata cosa e sapientissimo signore sapere le cose de la humana vita per arte et per scientia ...-... per la somma bontate et singularitate de nobili facti. Finisce la opera de Maiestate composta da missere Iuniano Maio cavalero napolitano 1492." La rubrique finale est suivie d'une inscription en grecque, rendant grâce à Dieu, sans doute d'une autre main et avec quelques fautes. Le texte est divisé en 18 chapitres : "De non propulsare la iniuria" (f. 10v) ; "De la benignità de la maiestate" (f. 12v) ; "De la francheza de core" (f. 14) ; "De la constantia de la Maiestate de non inflarese" (16v) ; "De la fortitudine contra la fortuna" (f. 19) ; "De la constantia non insuperbire" (f. 21v) ; "De la liberalità de la Maiestate" (f. 23v) ; "De non pregare altrui" (f. 26) ; "De la gratitudine de la maiestate" (f. 27) ; "Di essez amatore de la veritate" (f. 29) ; "De despregiare le cose vile" (f. 31) ; "De fugire li assentatori" (f. 33v) ; "De non montare in ira" (f. 35v) ; "De la modestia" (f. 40) ; "De la modestia de li gesti de la maiestate" (f. 43) ; "De la pietà de li Ri" (f. 50) ; "De lo peso che porta la Maiestate" (f. 54) ; "De la Magnificiencia" (f. 56). L'auteur, Giuniano Maio, professeur au studium de Naples entre 1465 et 1480, énumère les vertus du prince idéal et donne pour chacune d'elles un exemple de leur mise en pratique par le roi de Naples. Il souligne les difficultés de pénétrer les significations du concept de majesté et de ses vertus. Il poursuit par l’énumération de certaines catégories comme la libéralité, la magnanimité, en démontrant qu’il est possible d’en dégager l’essence propre dans l’observation et la fréquentation de Ferdinand Ier . Dès les premiers mots, l’auteur admet une sorte de primauté de l’expérience sur la connaissance livresque et, en décrivant les vertus attribuées par la tradition au prince idéal, il les illustre à travers des exemples tirés de la vie du souverain aragonais.
Description : 
Ce manuscrit est réalisé sur l’ordre de Ferdinand Ier d'Aragon en 1492 auquel il est dédié et dont les armes sont représentées sur le f.1 (1-4 : Aragon, 2-3 : Hongrie, France, Jérusalem). Ce manuscrit a fait partie de la bibliothèque des rois Aragonais de Naples . Il a ensuite appartenu à la bibliothèque du couvent de San Paolo à Naples, puis au marquis Taccone . Ce manuscrit est acquis par la Bibliothèque nationale en 1886.
Description : 
Lieu de copie : Naples
Droits : 
domaine public
Identifiant : 
ark:/12148/btv1b8438678d
Source : 
Bibliothèque nationale de France, Département des manuscrits, italien 1711
Notice du catalogue : 
http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc10659g
Provenance : 
Bibliothèque nationale de France
Date de mise en ligne : 
19/09/2011


Aide à la consultation

Pictogrammes utilisés