Informations détaillées

Titre : 
Horae ad usum Romanum, dites Grandes Heures d'Anne de Bretagne

Date d'édition : 
1505-1510

Type : 
manuscrit

Langue : 
latin

Format : 
Tours. - Enluminé par Jean Bourdichon. 2 pages héraldiques, 1 diptyque avec portrait, 12 miniatures au calendrier, 47 enluminures à pleine page, 1 lettre historiée, nombreuses bordures floral et végétales, lettres ornées, bouts de lignes. - Corps d'ouvrage :. - Parchemin. - 238 ff. - 300 × 190 mm. - Le parchemin employé est relativement épais et rigide. Ce choix s'explique probablement par la volonté d'avoir un support résistant, supportant les nombreuses peintures à pleine page et l'abondante illustration marginale. La peau a été soigneusement préparée, mais les deux côtés sont clairement différenciés, le côtéil étant bien lisse alors que le côré chair est plus rugueux et légèrement duveté. - Les nombreuses manipulations à travers le siècles ont occasionné des dégradations sur le parchemin, la couche picturale et le texte, en partiuculier dans les coins inférieurs et en bordure. - En dehors des feuillets aux armes de la reine (f. 1v. et 238), les enluminures à pleine page sont peintes sur des feuillets intégrés dans la composition des cahiers et non sur des feuillets ajoutés. Les pleines pages figurent toujours au verso des feuillets, sur le côté poil lisse, le recto (côté chair) étant laissé blanc, évitant les risques transparence et de superposition du texte et du décor. Les textes commencent ainsi toujours au recto des feuillets, avec une image en frontispice. Ce choix explique que certains versos de feuillets soient restés blancs à la fin des textes, l'espace laissé pour le copiste ayant été mal évalué. - 32 cahiers, précédes de deux gardes de papier blanc : 1 f. (1), 1 cahier de 2 ff. (2-3), 2 cahiers de 6 ff. (4-15), 8 cahiers de 8 ff. (16-79), 1 cahier de 7 ff. (80-86 ; il manque un feuillet, arraché, entre les ff. 84 et 85), 1 cahier de 5 ff. (87-91 ; le premier f. du cahier a été coupé), 7 cahiers de 8 ff. (92-147), 1 cahier de 7 ff. (148-154 ; le dernier f. du cahier a été coupé), 1 cahier de 6 ff. (155-160), 7 cahiers de 8 ff. (161-216), 1 cahier de 10 ff. (217-226), 1 cahier de 6 ff. (227-232), 1 cahier de 5 ff. (233-237 ; le dernier f. du cahier a été coupé).La date de la disparition du feuillet entre les ff. 84 et 85 est antérieure à la foliotation actuelle, et donc aux années 1850 (peut-être dès le XVIIe siècle ?). On aperçoit en fond de cahier un mince onglet de parchemin teinté de noir, caractéristique des encadrements des peintures à pleine page de Bourdichon. Cette peinture perdue, placée au début de Complies, devait représenter une Assomption. Aucun feuillet pouvant correspondre n'est à ce jour connu en collections publiques ou privées.Aucun élément ancien de mise en ordre des cahiers et feuillets n'est visible. La foliotation à l'encre, d'un petit module, reprenant une foliotation contemporaine encore partiellement visible, est probablement de la main de Léopold Delisle.La numérotation au crayon au revers des grandes peintures date du XIXe siècle et est peut-être contemporaine de l'éditon du premier fac-simile en 1846. - Réglure à l'encre rouge (17 lignes par page), vraisemblablement posées au compas (cf. marques par ex. au f. 232). Cette réglure encadre exclusivement le texte, l'espace pour le décor des marges étant donc prévu en amont de mise en peinture. - Estampille Josserand-Bruno n° 17 (1792-18032). - Reliure :. - Reliure de galuchat (peau de poisson) noir, gardes de papier dominoté, tranches dorées, fermoirs d'argent doré au chiffre d'Anne de Bretagne. - 1684. - Comptes des bâtiments du roi : "20 avril [1684]. Au s. - r. - Dalencé, 132 livres 5 sous pour son remboursement de la dépense faite pour la reliure des Heures d'Anne de Bretagne, pour mettre au Cabinet des curiosités du Roy, et 500 livres de gratification, en considération de ses services. [Somme totale] 632 livres 15 sous". Cette mention a été copiée, sans doute par Léopold Delisle, au verso de la seconde garde volante de papier blanc en tête du volume. - Jacques d'Alencé. - n'est pas le relieur mais un intermédiaire. Astronome et physicien mort à Lille en 1707, il apparaît à plusieurs reprises dans les comptes royaux, entre 1684 et 1688, comme pourvoyeur d'objets, de livres, de médailles ou d'estampes. - Cette reliure diffère de celles généralement réalisées pour le roi, en général en maroquin rouge à décor de fers et armes dorés. Trois autres manuscrits ont reçu une reliure identique de galuchat noir : les deux. - Heures. - du roi, 1688 et 1693 (Latin 9476 et 9477) et les. - Heures de Louis de Savoie. - , milieu du XV. - e. - siècle (Latin 9473). Seul ce dernier volume conserve encore son dos d'origine, à façonnage presque carré. - En 1684, des serpentes de papier ont été inserrées dans le volume (filigrane en forme de serpent). Il s'agit de bifeuillets inserrés entre chaque bifeuillet de parchemin, ou d'un simple feuillet placé au milieu de ce cahier. Quelques serpentes ont été arrachées (par ex. entre les ff. 154 et 155). - Les quatre gardes volantes de papier, deux en tête du volume, deux en fin, ont un filigrane en forme de pot d'étain (proche Briquet 12492, 12497 et 12499), figurant sur des papiers français d'origine champenoise utilisés entre 1484 et 1508. On peut donc supposer que ces gardes de papier proviennent la reliure originelle du volume. - Les deux contregardes de papier doré-gauffré à motifs de guirlandes de feuillages, de fleurs et de fruits, sont d'origine hollandaise ou allemande, et contemporaines de la reliure de 1684. Les motifs sont différents, ce qui indique qu'il ne s'agit pas d'une feuille coupée en deux. Ces feuilles étaient en effet souvent commercialisées en des formats ne dépassant que rarement 30 sur 40 cm. Dans les deux cas, un long fragment de papier dominoté ancien a été placé à une date inconnue (début du XX. - e. - siècle ?) afin de masquer les dégradations le long des charnières. - La reliure a été restaurée en 2015 dans les ateliers de la BnF (dossier 2014-095812-01), grâce au soutien de Madame Danièle Helias et de Madame Simone Rosa-Cubertefond-Manem (†). Il a été décidé de déposer le dos de chagrin devenu inadapté, car mal façonné (il datait d'une restauration mal datée, peut-être du début du XX. - e. - siècle), et de le remplacer par un dos de même type, en réduisant l'éffet de courbure donné au dos. La pièce de titre du XVII. - e. - siècle, qui avait été remployée dans cette ancienne restauration, a été replacée dans le nouveau dos. Le dos du XIX. - e. - siècle est actuellement conservé en défet (dans la boîte de conservation). Lors de cette restauration, des fragments d'ais de bois ont été découverts (également conservés en défets), provenant de la reliure initiale réalisée pour Anne de Bretagne. L'analyse réalisée par le laboratoire de la BnF (RIL 2015-039 / 2015-038482-01) a montré qu'il s'agissait de bois de hêtre. - Les fermoirs d'argent doré ont été nettoyés en 2015 par une restauratrice extérieure (F. Dall'Ava) (dossier 2016-080136-01). En bon état, ils présentaient des traces d'usages importantes, des plages de sulfurations noires et épaisses, ainsi que de nombreuses rayures et usures. Des constataions techniques ont pu être faites lors de ce nettoyage. Les fermoirs ont été réalisés dans une plaque d'argent reprise en gravure et ciselure à l'aide de burins de formes variées. La dorure est au mercure. Des différences de facture ont été notées entre les deux fermoirs, l'un étant plus usé que l'autre. Une des hypothèses pourrait être que le fermoir le moins usé a été changé, au cours du XVIII. - e. - siècle. Dans tous les cas, l'observation des fermoirs a pu invalider l'hypothèse de la réutilisation au XVII. - e. - siècle de parties des fermoirs du XVI. - e. - (l'ovale contenant le A couronné) qui auraient juste été reserties pour Louis XIV. Aucune trace de soudure n'a en effet été observée

Description : 
Contenu : F. 4-15v. : calendrier F. 16v.-25v. : Fragments des quatre Evangiles F. 26v.-46v. : Matines et Laudes de la Vierge F. 47v.-48v. : Matines de la Croix F. 49v.-50v. : Matines du Saint-Esprit F. 51v.-90 : Petites heures. Vêpres et complies de la Vierge, de la Croix et du Saint-Esprit F. 91v.-101v. : Psaumes de la pénitence F. 102-110v. : Litanies et prières F. 111v.-154v. : Office des morts F. 155v.-215 : Suffrages et oraisons. F. Le scientifique Antoine de Jussieu a consulté les Grandes heures au palais de Versailles pour réiger son mémoire lu en 1722 à la séance de rentrée de l'Académie des Sciences.

Description : 
Réalisé pour Anne de Bretagne ; vraisemblablement passé à sa fille Claude de France , puis à François Ier ; cabinet de curiosités de Louis XIV au palais de Versailles ; cabinet de Louis XV ; cabinet de Louis XVI (NAF 2622, Catalogue des livres du Cabinet du roy à Versailles, p. 388 : 25e armoire A) ; saisie révolutionnaire à Versailles, 25 messidor an III [13 juillet 1795] (Archives modernes 494, Note de quelques manuscrits provenant de la bibliothèque de Louis Capet à Versailles) ; présenté de 1852 à 1872 au Musée des Souverains au musée du Louvre (étiquette "N [couronné] 72" au verso de la seconde garde supérieure de papier) ; de retour à la Bibliothèque nationale en 1872.

Description : 
Quittance

Droits : 
domaine public

Identifiant : 
ark:/12148/btv1b52500984v

Source : 
Bibliothèque nationale de France, Département des Manuscrits, Latin 9474

Provenance : 
Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 
02/01/0018


Aide à la consultation

Pictogrammes utilisés