Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 209 à 209 sur 384

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Le ménagier de Paris, traité de morale et d'économie domestique composé vers 1393 : contenant des preceptes moraux, quelques faits historiques, des instructions sur l'art de diriger une maison, des renseignemens sur la consommation du Roi, des princes et de la ville de Paris à la fin du quatorzième siècle, des conseils sur le jardinage et sur le choix des chevaux, un traité de cuisine fort étendu, et un autre non moins complet sur la chasse à l'épervier,.... Tome 2 / par un bourgeois parisien ; publié pour la première fois par la Société des Bibliophiles françois

Éditeur : imp. de Crapelet (Paris)

Date d'édition : 1846

Contributeur : Société des bibliophiles français. Éditeur scientifique

Sujet : Économie domestique -- France -- 14e siècle

Sujet : Morale -- Et la famille -- France -- 14e siècle

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 2 vol. (LXXXVIII-240, 382 p). ; in-8

Format : application/pdf

Description : [Mesnagier de Paris (français). 1846]

Description : Comprend : L'histoire de Griselidis, Melibée et Prudence ; Le chemin de povreté et de richesse

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k831118

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, Z-54977

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33483212d

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 76 %.
En savoir plus sur l'OCR


deux fueilles seulement, et de rue moins la moitié ou néant', car sachez qu'il est fort et amer de l'ache, ténoisie1, mente et sauge, de chascun au regart de quatre fueilles ou moins, car chascun est fort marjolaine un petit plus, fenoul plus, et percil encores plus; mais de porée, bettes, feuilles de violettes, espinars et laitues, orvale, autant de l'un comme de l'autre, tant que de tout vous aiez deux poignées largement eslisez et lavez en eaue froide, puis les espraignez et ostez toute l'eaue, et broyez deux cloches de gingembre; puis mettez ou mortier à deux ou à trois fois vos herbes avec le dit gingembre broyé, et broyez l'un avec l'autre. Et puis aiez seize œufs bien batus ensemble, moyeux et aubuns, et broyez et meslez ou mortier avec ce que dit est, puis partez en deux, et faites deux alumelles espesses qui seront frites par la manière qui s'ensuit premièrement vous chaufferez très bien vostre paelle à huille, beurre ou autre telle gresse que vous vouldrez, et quant elle sera bien chaude de toutes pars, et par espécial devers la queue, meslez et espandez vos œufs parmy la paelle et tournez à une palette souvent ce dessus dessoubs, puis gettez de bon frommage gratuisé* pardessus; et sachez que ce est ainsi fait pour cel qui brayeroit' le C'est-à-dire moins d'une feuille ou pas du tout. Plante dite Ténaisie dans la Maison rustique. Ce plat aura été nommé arboulaste à cause des herbes qui entroient dans sa composition. Les Italiens avoient aussi au xvi* siècle un plat tout à fait analogue dit Herbolata (Bail. Scappi cuisinier du pape Paul V, 1570 in~t°, f. 360 v°).

'Aumelette. Le mot alumelU qui vient de lamelia, diminutif de lamina, signifie ordinairement la lame, le tranchant d'une épée, d'une hache, etc. (voy,. Du Cange à Alemetta). Cest sans doute à cause de leur forme aplatie, laminée, que les œufs ainsi accommodés auront été dits atumtlte, puis par corruption alumette (p. 208, n. 1) et en6n amulette. Râpé. « Suppléez que. Broyeroit.