Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 131 à 131 sur 384

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Le ménagier de Paris, traité de morale et d'économie domestique composé vers 1393 : contenant des preceptes moraux, quelques faits historiques, des instructions sur l'art de diriger une maison, des renseignemens sur la consommation du Roi, des princes et de la ville de Paris à la fin du quatorzième siècle, des conseils sur le jardinage et sur le choix des chevaux, un traité de cuisine fort étendu, et un autre non moins complet sur la chasse à l'épervier,.... Tome 2 / par un bourgeois parisien ; publié pour la première fois par la Société des Bibliophiles françois

Éditeur : imp. de Crapelet (Paris)

Date d'édition : 1846

Contributeur : Société des bibliophiles français. Éditeur scientifique

Sujet : Économie domestique -- France -- 14e siècle

Sujet : Morale -- Et la famille -- France -- 14e siècle

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 2 vol. (LXXXVIII-240, 382 p). ; in-8

Format : application/pdf

Description : [Mesnagier de Paris (français). 1846]

Description : Comprend : L'histoire de Griselidis, Melibée et Prudence ; Le chemin de povreté et de richesse

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k831118

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, Z-54977

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb33483212d

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 76 %.
En savoir plus sur l'OCR


lavés et appareillés, trempans en belle eaue nette; mais ceulx qui les achettent ne s'attendent pas aux tri.piers de leur appareil, mais les lavent en deux ou en trois paires d'eaues chaudes, et les eschaudument de nouvel avec du sel et puis mettre cuire en eaue sans sel, tant que toute icelle soit beue, puis nourrir d'eaue de mouton, et mettre des herbes, de l'eaue, et du saffran en un plat avecques la fraze, et mengier comme trippes, au sel et au vertjus.

Nota, cy grant diversité de langage, car ce que l'en dit du porc la fressure, c'est le foie, le mol et le cuer; et ce que l'en dit la fressure de mouton, c'est la teste, la pance, la caillette et les quatre piés; et ce que l'en dit la fressure d'un veel, c'est la teste, la fraze, la pance et les quatre piés; et ce que l'en dit la fressure d'un beuf, c'est la pance, le psaultier, la franchemule, la rate, le mol et le foie et les quatre piés; et de venpison, autrement et par autres noms. ( Quœritur1 la cause de ceste diversité sur ce seul mot fressure.) Vewoisow de cerf ou autre. Qui la veult saler en esté, la convient saler en cuvier ou baignoire', gros sel broie, et après sécbier au soleil. Seimier' id est le coyer, qui est salé, l'en le doit cuire en la première eaue et vin pour le premier boullon pour oster son sel et puis getter eauç et viu, et après mettre parcuire en boullon de char et des navès, et servir par lesches avec de l'eaue en un plat et venoison.

E;. ~a

On demande, mais l'auteur n'en savoit pas la raison. Il piuroît manquer ici quelques mots comme avec de Veau et. Cette recette est répéteepk* loin(ch»p. des potages à espiees). Voir sur ce sujet le Trésor deFtturie, p.< 62, et note 56. 4 Mieux cimier, c'est la croupe ou quoier (de queue) du cerf; l'auteur en parle encore plus loin.