Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 324 à 324 sur 465

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Le Navire d'argent : revue mensuelle de littérature et de culture générale / directrice Adrienne Monnier ; secrétaire de la rédaction Jean Prévost

Éditeur : La Maison des amis des livres (Paris)

Date d'édition : 1925-06-01

Contributeur : Monnier, Adrienne (1892-1955). Directeur de publication

Contributeur : Prévost, Jean (1901-1944). Rédacteur

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Format : application/pdf

Description : 1925/06/01 (A1,N1)-1925/09 (A1,N4).

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k81787p

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-Z-23525

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34443771m

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb34443771m/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 96 %.
En savoir plus sur l'OCR


il conduirait soudain Anaïs à la gare, ou s'il l'installerait dans un hospice de vieillards, ou si même il irait vivre ailleurs avec sa femme, mais il savait que les temps étaient proches où une chose nouvelle serait. Il était sur ce point du même avis que le Destin, qui, bienveillant, lui épargna de prendre une décision violente les événements étaient si bien prêts, qu'ils accouchèrent sans aide du fait définitif.

Anaïs sonna au milieu de la nuit. Madame Pixu se leva et alla vers elle.

J'étouffe. Ouvre mes volets.

Puis tout à coup

Non, las toi ton mari. Il ne fait jamais rien pour moi, je ne veux pas que tu prennes toute la peine.

Et comme Madame Pixu protestait

J'ai dit ton mari cria la vieille. Réveille-le s'il dort. Il faut que les hommes servent à quelque chose. Vaincue, Madame Pixu alla réveiller son mari. Il se leva en estant, passa une robe de chambre et arriva chez Anaïs avec sa femme, tout dormant.

Va te recoucher, dit la vieille. Ton mari peut ouvrir des volets tout seul, je pense ?

Madame Pixu disparut, se coucha. Un long temps passa. Anaïs donnait des ordres à M. Pixu qui les exécutait comme dans un rêve.

Ouvrez les volets. Tirez le rideau. Pas tant. Plus. Ramassez ce journal. Arrangez mon lit.

Madame Pixu se rendormait quand un coup de sonnette la fit sauter debout. Puis un autre, un autre, dix coups, vingt coups, une sonnerie ininterrompue. Elle accourut. Anaïs à demi sortie du lit appuyait d'une main sur la sonnette, de l'autre tenait M. Pixu aux cheveux et le secouait. Elle était défaite, blême, ses couvertures éparses. Ils composaient un tableau effrayant et grotesque.