Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 211 à 211 sur 334

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Les travailleurs de la mer. Tome 1 / Victor Hugo

Auteur : Hugo, Victor (1802-1885). Auteur du texte

Éditeur : A. Lacroix, Verboeckhoven (Paris)

Date d'édition : 1866

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 3 vol. ; in-8

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 334

Description : [Les travailleurs de la mer (français)]

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k802187

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-Y2-964 (1)

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30625597m

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 87 %.
En savoir plus sur l'OCR


L'hommo se réveilla.

Je regarde, dit-il.

Il so réveilla tout a fait et reprit »

J'arrive dans le pays, je suis venu par ici en me promenant, j'ai passé la nuit en mer, j'ai tro.ivé la vue belle, j'étais fatigué, je me suis endormi.

– Dix minutes plus tard, vous étiez noyé dit GiUialt.

Bah l

Sautez dans ma barque.

Gilliait maintint la barque du pied, se cramponna d'une main au rocher et tendit l'autre main à l'homme vêtu de noir, qui sauta lestement dans le bateau. C'était un très-beau jeune homme. Gilliatt prit l'aviron, et en deux minutes la panso arriva dans l'anse du M do la Rue. Le jeune homme avait un chapeau rond et une cravate blanche. Sa longue redingote noire élait boulonnée jusqu'à, la cravate. Il avait des cheveux blonds en couronne, le visage féminin l'œil pur, l'air grave.

Cependant la panse avait touché terre. Gilliait passa le câble dans l'anneau d'amarre, puis se