Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 169 à 169 sur 334

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Les travailleurs de la mer. Tome 1 / Victor Hugo

Auteur : Hugo, Victor (1802-1885). Auteur du texte

Éditeur : A. Lacroix, Verboeckhoven (Paris)

Date d'édition : 1866

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 3 vol. ; in-8

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 334

Description : [Les travailleurs de la mer (français)]

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k802187

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-Y2-964 (1)

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30625597m

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 87


l'Angleterre de Wellington, mess J.ethicrry dit? s Bourmont a été le traître d'union entre les deuao camps. Une fois il écrivit papauté, pape Clé. Nous ne pensons pas que ce fût exprès.

Cet antipapisme ne lui conciliait point les anglicans. Il n'était pas plus aimé des recteurs protestants que des curés catholiques. En présence dca dogmes les plus graves, son irréligion éclatait presque sans retenue. Un hasard l'ayant conduit à un sermon sur l'enfer du révérend Jaqucmin Hèrodc, sermon magnifique rempli d'un bout ?i l'autre de textes sacrés prouvant les peines éternelles, les supplices, les tourments, les damnations, les châtiments inexorables, les brulements sans fin, les malédictions inextinguibles, les colèrcs de la Toute-puissance, les fureurs célestes, les vengeances divines, choses incontestables, on l'entendit, en sortant avec un des fidèles, dire doucement Voyez-vous, mol, j'ai une drôle d'idée. Je m'imagine que Dieu est bon.

Ce levain d'athéisme lui venait de son séjour en l'rancc.

Quoique guernesiais, et assez pur sang, on l'appelait dans l'île « le français », à cause de son