Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 750 à 750 sur 1009

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Oeuvres complètes de Christiaan Huygens. Supplémént à la correspondance varia. Biographie de Chr. Huygens. Catalogue de la vente des livres de Chr. Huygens / publ. par la Société hollandaise des sciences

Auteur : Huygens, Christiaan (1629-1695). Auteur du texte

Éditeur : M. Nijhoff (La Haye)

Date d'édition : 1888-1950

Contributeur : Koninklijke Hollandsche maatschappij der wetenschappen. Éditeur scientifique

Sujet : Huygens, Christiaan (1629-1695) -- Correspondance

Sujet : Huygens, Christiaan (1629-1695) -- Contribution aux mathématiques

Sujet : Huygens, Christiaan (1629-1695) -- Autobiographie

Type : monographie imprimée

Langue : Latin

Format : 23 vol. : ill. ; 29 cm

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k778725

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 4-R-788 (22)

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb38949978f

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 84


Nous obfervons encore que le père Conflantyn légua à Chriftiaan fes compofitions muficales manufcrites dont plus tard nous n'apprenons plus rien.

Revenons aux années 1686-1687. Les "Penfees menées" font déjà voir chez Huygens une tendance à ne pas fe borner dans fes écrits à ce qui relève d'expériences, d'obiervations ou de mathématique. Le père Conuantyn, indigné–la lettre l'a ,,iait rire" de voir que Louvois avait adretTé une épître à Chrilliaan en l'appelant ,,mathematicien", difait avec hauteur: ,Je ne croyois pas avoir des gens de metlier parmi mes enfans Il femble le prendre pour un des Ingénieurs de fes fortifications'")". Et en effet Chrittiaan ne fe bornait pas à exercer une profeflion. Sous ce rapport il était encore plus libre en Hollande qu'à Paris. Il fait preuve de fon efprit ouvert en écrivant vers la fin de 1686 ou peut-être dans un des premiers mois de 168~ la Pièce qu'on a pu lire dans les "Varia" du préfent Tome "*),,Ad VVetilenij dinertationem de lingUT grœca: pronuntiatione, contra Henninium". On voit dans notre première note à cette Pièce que Huygens eu: d'accord avec Henninius dont il connaiffait déjà avant 168~ le manufcrit (publié en cette année) où ce (avant défend fon opinion que les mots grecs ne doivent pas être prononcés fuivant les accents.

L'argument de Huygens c'ctt que, fi l'on prononce d'après les accents, il en réfulte dans les vers une ,abfurdiffima modulatio". Vers la fin de la Pièce il propofe même de rejeter entièrement les accents.

L'on conuate ailleurs que déformais il fuivait cette maxime. On trouve encore des accents dans quelques mots grecs antérieurement écrits "~), on n'en trouve plus dans les citations de Théocrite de 168~. "~). Ce n'ed pas par négligence que Huygens les omet, ou faute de les connaître, c'en: par principe.

Vers la fin de la Pièce "~) il fait des remarques étymologiques qui ie prêtent à des di(cu(nons.

D'un tout autre genre eft la Pièce, de t686 ou !68~, fe rattachant à la difcudion de 1660 iur la caute de la pefanteur que Huygens envoya a Paris en juin 1687 "~)

'")T.vn!,p.4S7.

'")P.29p–304.

"~)T.XX,p.9pet!a6. 114) Début du T. XX. lis) T. XX, p. 304.

"~T.XXI.p.379.