Accueil Texte brut
Mode texte Mode écoute
page 581 (vue 595 sur 1009)
Page suivante Page précédente  
  Dernière page Première page

poids pun~ifbrmes'7). À cet cftet il était parti de l'hypothèfe'~) que fi l'on multiplie chaque poids par là hauteur maximale atteinte par lui au dedus d'un plan horizontal détermine, la fomme de ces produits fera la même dans le cas où les poids ofcillent librement que dans celui ou ils compofent un corps unique: étant fuppofé bien entendu que dans le cas de l'ofcillation dite libre les poids commencent à ofciller (autour du même point de fufpenuon) féparément, au lieu d'ofciller conjointement, au moment où les deux poids fe trouvent dans la fituation la plusbafle. C'eft, comme Huygens le fait reflortir dans la Pièce de i66t fur le centre d'ofcillàtion '~), une application à ce mouvement réverfible du grand principe voyez la p. 500 qui précède que le centre de gravité ne peut pas monter par la gravité feule ~°). Au lieu de fuppofer que les deux poids continuent à ofciller après être devenus ..libres", on peut d'ailleurs aufli fuppofer *') que les deux globes foient tancés dehors par la barre impondérable après avoir exécuté une demi-ofcillation et s'élèvent verticalement par réflexion fur des furfaces planes chacun à fa plus grande hauteur; ou bien encore, comme le fait Huygens, qu'après une demi-ofcillation le pendule foit réduit au repos par le fait que les deux globules, fuppofés parfaitement durs, entrent en collifion avec des globes libres égaux du même genre qui (d'après la nouvelle théorie du choc) acquièrent chacun la viteffe entière du globe correfpondant du pendule et s'élèvent, eux, chacun à la hauteur maximale (où ils font arrêtés) par la dite réflexion idéale. Ce principe peut évidemment fervir aùfli dans le cas où le nombre des poids etKupérieuradeux; déjà en 1650 Huygens en avait fait ufage en confidérant le cas où la barre ofcillante n'ett pas impondérable mais compofée d'une infinité de poids égaux infiniment petits; cette barre pouvant en outre porter, par exemple à ton extrémité, un feul globule pun~ifbrme, mais ponedant un poids nni. La difpute avec Douw et d'autres horlogers") nous l'avons dit à la p. 503 avait acHvé cette recherche du centre d'oscillation déjà préconifée dix ans plus tôt par Merienne ~). Les p. to~–i i du T. XVII contiennent les calculs de t66t fur le poids curfeur qui fe rattachent à ceux de tosp; les p. 414-433 du T. XVI, également de 1661, y font fuite; tous ces calculs datent du mois d'août ou plutôt feptembre et des mois fuivants. Brucey était étranger tout autant qu'aux confidérations fur l'inégalité des jours. Voyez fur ce

17 ) P. 354 et 387 du T. XVI.

's) T. XVI, p. 387, note 5, dernier alinéa.

'?) De centre oscillationis sive ad invenienda perpcndicula simplicia isochrona propositis perpendiculis compositis", p. t~S et suiv. du T. XVI.

~°) Voyez aussi sur ce sujet la p. 21 du T. XVI.

=') T. XVI, p. ~4, note 3.

~)Comparez)anote3detap.!osduT.XVH.

~~) P. 426 qui précède.

Mode texte Mode écoute
page 581 (vue 595 sur 1009)
Page suivante Page précédente  
  Dernière page Première page
Accueil Texte brut