Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 418 à 418 sur 1009

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Oeuvres complètes de Christiaan Huygens. Supplémént à la correspondance varia. Biographie de Chr. Huygens. Catalogue de la vente des livres de Chr. Huygens / publ. par la Société hollandaise des sciences

Auteur : Huygens, Christiaan (1629-1695). Auteur du texte

Éditeur : M. Nijhoff (La Haye)

Date d'édition : 1888-1950

Contributeur : Koninklijke Hollandsche maatschappij der wetenschappen. Éditeur scientifique

Sujet : Huygens, Christiaan (1629-1695) -- Correspondance

Sujet : Huygens, Christiaan (1629-1695) -- Contribution aux mathématiques

Sujet : Huygens, Christiaan (1629-1695) -- Autobiographie

Type : monographie imprimée

Langue : Latin

Format : 23 vol. : ill. ; 29 cm

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k778725

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 4-R-788 (22)

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb38949978f

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 84


famille Huygens en tant qu'arti~es. Il ett impoffible de fbutenir, nous femble-t-il, que Conftantyn ait été un artifte véritablement grand. On peut même dire qu'il ne veut pas t'être. Il a beau être admirateur de grands peintres, d'architectes etc., être cômpouteur, poète, et un peu peintre lui-même, il eft bien décidé à ne pas ie laitfer entrainer par là Mute à des hauteurs dangereutes. Voyez comme il (ë rappelle à l'ordre lorfque, craignant le fort d'Icare, il a l'impreffiôn de s'être momentanément aventuré trop haut:

Hoe heb ick 't waerde Cats '~), hoe raeck ick hier om hoogh?

Wat heeft mij dus vervoert uyt aller ooghen oogh,

Daer d'oogen fchemeren, daer wafch en wiecken fmelten?

Of loert mij weer ter hand, ofkort my defe nehen;

Ick ilruyckel op het land, wat maeck ick in de lucht? '?

Het kruypen is my kond, wat maeck ick in de vtucht?

c.à.d. "Que m'arrive-t-il, cher Cats, comment puif-je ainfi m'étever? Qu'ett-ce qui m'a emporté de la forte hors de la vue de l'oeil le plus perçant, là où les regards deviennent incertains, où (e fondent la cire et les ailes? Ou bien faites moi revenir à là portée de la main par la force de vos regards, ou bien raccourciuex-moi ces echaues. Sur terre déjà je trébuche, que tais-je en l'air? Ramper eft déjà un art pour moi, comment pourrais-je voler?"

des peintres de ce temps, en tSpt dans la Revue Oud-Holland IX, en y ajoutant une traduction hollandaise. Nous nous contentons de citer en latin ce que Co'stantyn dit de Rembrandt: ~Rembrantium (sic pronuntiare audebo)}udicio et affectuum viuacitateLivio[Joan Lievens] prxstare. sur se industrie inuoluens, In minorem tabulam conferre amat et compendio effectum dare, quod in amplissimis aliorum frustrà quxras. ïudse poenitentis tabulam nummosque argentées, precium innocentis domini ad Pontificem referentis, omnium instar esse volo. Accedat Itatia omnis, et quidquid ab uitima antiquitate speciosi superest aut mirandi. Unius tud:B desperati gestum, ut omittam tot in uno opere stupendas formas, unius, inquam, Iudm furentis, ejulantis, deprecantis veniam, nec sperantis tamen aut spem vultu seruantis, faciem horridam, laniatos crines, scissam vestem, intorta brachia, manus ad sanguinem compressas, genu temero impetu prostratum, corpus omne miserandà atrocitate conuolutum, omni s<eculorum etegantix oppono, et scire inscitissimos mortales cupio, qui, quod alibi insectati sumus, nihil enici magisquamdieihodiëautumant,quodnondictumpriùsetef!ectumvetustasviderit. Aio enim, nulli aut Protogeni, aut Apelli, aut Parrhasio in mentem venisse née, si redeant, venire posse qua: (obstupesco referens) Adolescens, Uatauus, molitor, imberbis uno in homine collegit singula, et uniuersa expressit". Etc. Cette autobiographie a été écrite en 162?–togi. "~) Jacob Cats, né une vingtaine d'années avant Constantyn, poète bien connu (d'ailleurs aussi homme d'état), pieux et pratique, campagnard plutôt que citadin, recherchant souvent le terre-à-terre, et fort populaire, surtout dans les milieux paysans, précisément pour cette raison. Jadis, dans mainte ferme, la bibliothèque était, dit-on, composée uniquement de deux gros volumes: la Bible et les Oeuvres de Cats.