Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 1 à 6 sur 6

Nombre de pages: 6

Notice complète:

Titre : L'Echo d'Alger : journal républicain du matin

Éditeur : [s.n.] (Alger)

Date d'édition : 1923-05-20

Type : texte

Type : publication en série imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 67558

Description : 1923/05/20 (A12,N4972).

Description : Note : GG14181.

Description : Appartient à l'ensemble documentaire : GG14181

Description : Appartient à l’ensemble documentaire : RfnEns0

Description : Appartient à l’ensemble documentaire : RfnAfn1

Description : Appartient à l’ensemble documentaire : RfnDHom1

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k75807571

Source : Bibliothèque nationale de France, département Droit, économie, politique, JOD-10396

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb327596899

Relation : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb327596899/date

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 14/10/2013

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 99 %.
En savoir plus sur l'OCR


La Situation

diplomatique

- 1'," 1

Paris, 19 mai. — De notre correspondant spécial : - :>,¡IU.

Ces Allemands « ont extraordinaires. Ils ne comprennent bien réellement, comme je l'ait dit souvent, que Li. coup de poing en pleine figure.. Ils avaient, pour obéir aux suggestions de lord Curzon, fait des offres et des propositions. Le tout, on le sait,, constituait un fatras à'arrogance, et de prétentions irrecevables et inadmissibles.

La France et la Belgique leur ont fait savoir, dans les termes que l'on connaît, que la prétendue base de négociations offerte par ie Reich, ne valait pas le papier sur lequel elle était écrite. L'Angleterre le leui a dit aussi, et 'l'Italie, en termes encore plu, vifs. Le Japon n'a pas davantage caché sl façon de penser. LI Amérique, fidèle à Si figne de conduite, est restée muette.' Mai.' toute son attitude prouve qu'elle est du côte de la France, contre l'Allemagne.

Clétait donc l'échec complet, la déroute de la diplomatie allemande. Croyez-vou cependant que cela les ait émus beaucoup è Nullement. Après quelques heures de désarroi, ils se sont ressaisis et sont demeu rés silencieux, attendant une chance qui leur permît de se tirer du mauvais pas où ils s'étaient mis. La situation pouvait durer indéfiniment.

Or, voici que soudain se produit un revirement. La Wilhelmstrasse rentre er.: pleine activité, on consulte spécialistes etj experts, et c'est fiévreusement qu'on se met à préparer des. offres nouvelles, plus substantielles que les précédentes.

Que s'est-il donc passé? Simplement ceci : Que notre haut commissaire en Rhéfianie a mis la main sur les grandes fabriques de produits chimiques et de matières colorantes et qu'il a procédé à la saisie « manu militari » de la Badische Anilin à

Ludwigshafen, ainsi que des usines de Hœchst et de Bieberisch, sans préjudice de la $aisie des fabriques d'azote qui va suivre, sur injonction de la commission des Réparations. Or, comme on l'a dit justement, ces établissements industriels sont pour l'Allemagne « des mines d'or en temps de paix et des fabriques d'explosifs et de gaz asphyxiants en temps de guerre ».

Aussi le coup a porté. Les Allemands se sont sentis directement atteints. Ils ont compris. Leur arrogance est tombée et les voici au travail pour élaborer de nouvelles propositions, moins inacceptables.

Ce qu'ils offrirent, vàudra-t-il cependant quelque chose ? Probablement pas plus que ce que nous connaissons déjà. En tout cas, il est une question préjudicielle -' ma iMttsig £ Uun paz la cessation de la résistance passive et la reconnaissance de notre droit d'occuper la Ruhr jusqu'à payement intégral des réparations, avec exécution progressive, proportionnée à l'importance des versements du Reich.

C'est là-dessus que les Allemands entendent ne pas céder, parce qu'ils se rendent bien compte que, vu la façon dont-ils ont emmanché les chbses, 'à l'aide de la résistance passive, céder sur ces deux points, ce sera capituler, c'est-à-dire avouer la perte de la deuxième guerre qu'ils ont entreprise contre nous. Défaite qui leur sera peut-être plus sensible encore que celle de 1918, aveu devant lequel ils reculent jusau'à dernière extrémité.

-..- Cependant les sanctions pleuvent sur eux.

Je ne rappelle que pour mémoire les expulsions par milliers de ces fonctionnaires avec leurs familles, qui sont les premières victimes de la guerre morale actuelle et dont l'entretien commence à peser d'un poids terriblement lourd sur le budget allemand.

Mais voici que les saisies de fonds se succèdent dans les caisses municipales et régionales des localités où l'on refuse de payer les amendes infligées pour actes de sabotage. C'est par centaines de millions de marks que se chiffrent les sommes ainsi mises à l'abri par l'autorité militaire, et cela aussi atteint les Boches en pleine figure et les pousse aux salutaires réflexions.

Certes, il est des esprits , non encore convaincus qui rêvent de revanche et s'acharnent dans la résistance. Pourtant. chaque four on voit fléchir sur quelque point l'ardeur belliqueuse de ces gens, si vive encore il y a quelques semaines. C'est comme une forteresse assiégée où d'heure à heure, sous le feu de l'artillerie assiégeante, on voit crouler quelque pan de mur.

Le moral cependant s'affaissera-t-il bientôt chez les Allemands? Touchons-nous à l'heure décisive? Qui sait? On ne saurait rien prédire. Mais on a l'impression que la situation mûrit et que bientôt il n'y faudra plus qu'un tout petit incident imprévu pour que s'ouvre soudain toute grande la brèche par où passeront triomphantes, les justes revendications de la France et de la Belgique.

CUY DE SAINT-CLAIR.

L'esprit colonial de la France

M. SARRAUT DEFINIT NOTRE MISSION

COLONISATRICE

Paris, 19 mai. - L'Académie des Sciences coloniales a donné, dans la soirée, à la Sorbonne, sa première séance solennelle.

M.

bonne, Albert Sarraut, ministre des Colonies, a prononcé un discours où il montra le sens et l'orientation de la doctrine idéaliste et réa7 liste qui commande l'accomplissement de la mission colonisatrice de-l"; France.

(Le ministre a ajouté : « La colonisation est essentiellement la création de l'humanité.

Ce n'est pas simplement un enrichissement national, mais un enrichissement universel profitant à l'ensemble du patrimoine mondial. »

JSSJST BULGARIE

INCIDENTS DE FRONTIERES

Sofia, 19 mai. — La lutte a commencé entre les troupes régulières de Stambouîisky et les hordes macédoniennes. On annonce quo.

tidienhement des combats sanglants à la frontière de la Yougo-Slavie. Il a été interdit à la presse de publier des nouvelles ayant trait à ces incidents de frontières,

La Conférence de Lausanne

Le général PELLÊ, qui défend avec beaucoup dé succès le point de vue français, se rend au château d'Oùchy, siège de la Conférence.

LES NECOCIATIONS POLONO-TURQUES

ONT. COMMENCÉ

Lausanne. 19 mai. - Les négociations polono-turques en vue d'établir entre la Pologne et la Turquie des relations diplomatiques. consulaires et commerciales, ont commencé, cet après-midi.

Cet événement a donné lieu à un échange de discours entre Ismet Pacha et le chef de la délégation polonaise. Ismet Pacha a fait.

l'éloge de la franchise et de la bravoure des Polonais, et le chef. de la délégation polonaise a rappelé que la Turquie avait toujours protesté contre les partages iniques de la Pologne.

Les deux délégations ont constitué ensuite trois Commissions, -une politique, une juridique et la troisième consulaire, qui commenceront incessamment leurs travaux.

DANS LA RUHR

DES HOMMES POLITIQUES ANCLAIS INVITES A FAIRE UNE ENQUETE

Pusseldorf, 19 mai. - Selon une informailau. aajyqnve .i.t.., uar. > sous réserves, le syndicat du fer et de l'acier. dont le siège est à Dusseldorf, aurait envoyé à plusieurs hommes politiques anglais une. invitation à venir prochainement dans la Ruhr, afin de s'y rendre compte de la situation créée par l'occupation et d'y examiner avec les industriels allemands la question des réparations.

Parmi les industriels promoteurs de cette invitation, se trouveraient Hugo Stinnes et Thyssen.

Après leur visite à Dusseldorf, les hommes politiques anglais se rendraient à Berlin, où ils conféreraient avec les membres du gouvernement.

Une réponse favorable aurait été reçue de

Londres, vendredi dernier.

ARRESTATION DE SABOTEURS

Strasbourg, 19 mai. — Le service de la sûreté de l'armée du Rhin vient d'arrêter sept saboteurs allemands qui avaient préparé de dangereux attentats sur la ligne de Mavence à Strasbourg ainsi que dans la région d Oppenheim.

Deux des saboteurs, arrêtés par le contrôle des voyageurs, entre Francfort et Hœchst, avaient, en leur possession, des sacs de mélinite et des détonateurs.

RENFORTS FRANCO-BELGES

Paris. 19 mai. — Selon le Matin, les gouvernements français et belge ont décidé de renforcer l'armée d'occupation de 20.-000 hommes, de façon à exploiter plus complètement la Ruhr, à surveiller les voies ferrées, à empêcher la fraude, l'évasion du combustible. et à rouvrir d'autres chantiers de stockages aux abords de. certaines mines.

PROTESTATION CONTRE

LA REQUISITION DES ECOLES

Berlin, 19 mai. — Le gouvernement allemand a protesté auprès du gouvernement français contre la réquisition des écoles en territoire occupé.

L'AGITATION COMMUNISTE

Dusseldorf, 19 mai. — L'agitation communiste s'accentue. Une centurie ouvrière a cerné le marché, obligeant les commerçants à baisser Jgurs prix.

D'autres centuries ont pénétré dans plusieurs mines, obligeant par la force les ouvriers à se mettre en grève.

La police est intervenue et des combats serrés se sont déroulés.

On compte de nombreux blessés, dont plusieurs grièvement.

LES ACTES DE SABOTAGE

Bochum. 19 mai. — Un train de marchandises a déraillé dans le secteur belge. Le trafic a été détourné. Les autorités ont frappé Dus seldorf d'une amende de vinsrt millions de marks, à la suite du sabotage du central téléphonique.

AU CONSEIL DE GUERRE DE WERDEN.

UNE NOUVELLE CONDAMNATION

Werden. 19 mai. — Le Conseil de guerre a condamné le directeur de l'Office des Finances de Bochum à trois ans de prison et à cinq millions de marks d'amende, pour avoir refusé de fournir des renseignements aux autorités.

KRUPP ET SES COMPLICES

EN CASSATION

Dusseldorf, 19 mai. — A la suite du rejet de leur pourvoi, Krupp et les autres directeurs ont fait appel à la cour de cassation de Paris.

En Belgique

LES GRÈVES

Bruxelles.'19 mai. — La grève des, chemi.

nots s'est étendue au personnel de l'importante gare de marchandises de Chaerbeck, qui a cessé tout travail. Par contre, les postiers de Gand ont repris le travail.

jLe bruit court qu'un lancerait dans la soirée l'ordre de cessation de grève.

Anvers. 19 mai. — Le bourgmestre a déclaré que tout permettait d'augurer la fin de la grève des P. T. T. et des cheminots pour la fin de la semaine.

a Les expéditeurs étrangers, a-t-il ajouté, peuvent continuer sans inquiétude leurs envois vers Anvers. 1

LES REPARATION S

LA REPONSE ALLEMANDE

Brlin, 18 mai. — La réponse allemande ne sera guère envoyée que dans le milieu de la semaine prochaine. Tout le jmmete, sauf les .nationalistes et les communistes, reconnait qu'il faut fournir des garanties.

personne ne précisant toutefois leur naturt et leur étendue. Sur le chiffre global, les uns ne veulent pas le modifier et d'autres veulent l'élever en annarence à la condition de répartir la somme en beaucoup d'an.

nées. Les premiers semblent devoir l'emporter. Il semble que le Reich ne renouvelle ra pas sa proposition de faire évaluer sa ca pacité de paiement par des experts internationaux. -

Il est peu probable, enfin, qu'il adressa une réponse séparée à la France, à la Bel gique, à l'Angleterre et à l'Italie-

CE QU'ON DIT DANS LES MILIEUX

POLITIQUES DE LONDRES

LES DEUX PROJETS DU REICH

Londres. 10 .mai. — On ne semble pas estimer dans les milieux gouvernementaux que les allemands soumettront aux alliés de nou velles propositions, dans un délai rappro.

ché. On témoigne, en outre, de fortes in quiétudes au sujet de l'existence du mi nistère Cuno. D'après les information par.

venues à Londres, le gouvernement d'empi re disposerait de deux projets : un de 25 milliards. qui d'ores et déjà est considéré cam me inacceptable et l'autre de 50 milliards fixé sur les bases établies par les experts allemands et qui a la faveur de M. Melchior.

C'est au premier projet que le gouvernement allemand aurait l'intention de se rallier. en raison de la défaveur moins grande qu'il rencontrerait auprès de' l'opinion publique.

AU SUJET DE LA VISITE DE L'AMBASSADEUR D'ALLEMAGNE

AU FOREÏGN OFFICE

Berlin, io mai. Un communiqué de l'agence Wolff déclare que la visite de l'ambassadeur d'Allemagne au Foreign Office, dont parle une information de Londres n'a aucun rapport avec la question des réparations.

Jasqu'à présent l'ambassadeur n'a pas ICçu d'instruction au sujet des contre-propo sitions à soumettre au gouvernement anglais.

LA FAILLITE DE L'ALLEMAGNE

N'EST QU'UNE QUESTION DE TEMPS

Paris. Ig mai. — L'envoyé spécial du Petit Journal à Berlin donne les précisions suivantes sur la situation de l'Allemagne non occupée, au point de vue de la capacité de résistance du Reich :

1° Contrairement à l'opinion répandue, nous n'occupons pas encore toute la Ruhr ; il existe encore dans la région de HammDionbonduren des mines relativement importantes dont l'exploitation a été activée; 2° D'importantes réserves de houille ont été stockées depuis deux ans sur différents points du territoire allemand ;

3° Le Reich reçoit environ 1.200.000 tonnes par mois de charbon anglais ;

4° On importe également du charbon de

Tchéço-Slovaquie et de Pologne :

Enhn 1 Allemagne s'est mise à exploiter avec une grande intensité des gisements di> lîgri'-e q.ui se :-rcuv.e.ù cîans un ruy..:i Ui 100 kilomètres autour de Berlin.

Grâce a cet ensemble de mesures, le Reich a DU tenir tête au blocus et, en apparence, il affecte même de ne pas en être géné.

Tandis que pendant la guerre, Berlin et une quantité d'autres villes étaient presque plongées dans les ténèbres, aucun globe électrique, aucun réverbère n'ont été éteints depuis.

il y a très iieu d'usines qui aient complètement et définitivement fermé leurs portes, et le nombre des chômeurs n'a que très faiblement augmenté.

Néanmoins, poursuit le Petit Journal, la situation devient, en réalité, chaque jour moins brillante. Les usines ne congédient Das encore leurs ouvriers mais par contre, ils les font travailler de moins en moins : c'est le système du « Kurzaboit » du travail réduit, Qu'on applique maintenant dans toute l'Allemag-ne, et on cite des aciéries où les ouvriers ne sont occupés que pendant trois heures par jour- C'est que tous les facteurs de la résistance énumérés plus haut, les réserves stockées à l'avance, ont le plus d'importance et il est évident qu'elles sont entamées et diminuées au jour le jour.

A quand le jour de la véritable crise ?

se demande notre confrère, qui poursuit : « J'ai consulté à ce sujet des techniciens étrangers et allemands. Les uns parlent du 15 juin, les autres du 15 juillet. Peu importe. d ailleurs. Ce qui est absolument certain. c'est que c'est tout au plus une question de temps et que le jour de la défaite économique sonnera pour l'Allemagne inévitablement et fatalement. »

LA REPONSE DES ALLIES SERA ETUDIEE EN COMMUN

Paris. 10 mai. — Le correspondant du Petit Parisien à Bruxelles a obtenu des précisions au sujet de l'attitude que le Gouvernement belge voudrait voir adopter, lorsque les pays de l'Entente seront touchés par la note que l'Allemagne a l'intention d'envoyer simultanément à Paris, à Londres, à

Rome et à Bruxelles.

Il en .résulte qu'on désire, à Bruxelles, qu'une conversation interalliée, ou tout au mions un échange de vues entre les différents cabinets, ait lieu après la réception de la note allemande.

La réponse ne devrait donc pas être uniquement une réponse franco-belge mais une réponse autant que possible collective et en tout cas étudiée en commun par la France, l'Angleterre, l'Italie et la Belgique.

Cette façon d'envisager la conduite future des Allies est considérée en Belgique comme une conséquence logique de la pensée qui inspire les\ gouvernements français et belge.

AU MEXIUE

ATTENTAT CONTRE LE

CONSULAT DES ETATS-UNIS

Londres, 19 mai. — On mande de NewYork que. selon un télégramme de Mexico, une bombe a fait explosion au consulat américain.

Il y a quinze jours, semblable incident s'était déjà produit dans la cour de l'ambassade des Etats-Unis.

Aucune arrestation n'a été opérée. Il y a quelques dégâts matériels.

En Ma ur tanie

BEAU RAID D'UN AVION

Dakar, 19 mai. — Un avion de la missisn Casablanca-Dakar, qui avait, été forcé d'atterrir en Mauritanie, à 150 kilomètres au nor de Saint-Louis, a regagné Dakar où il a atterri hier matin.

Il y restera comme unité de complément pour le prochain raid de novembre prochain.

Les aviateurs ont déclaré qu'ils étaient enchantés de la façon dont ils avaient été reçus par les indigènes et du concours apports par les autorités françaises qui furent prévenues, quelques heures après l'accident, par. un çourririer porté à dos de çhameau,

nouvelles Parlementaires

CHAMBRE

LES CREDITS POUR LA RUHR

On sait -que la Chambre doit discuter mardi le projet de loi relatif aux crédits pour la Ruhr. Déjà de nombreux orateurs sont inscrits pour la discussion générale. Ce sont MM. Louis Dubois, Margaine, Albert Favre. Blum, Vincent Auriol. Lebâs, Mistral, Blacke.. Ernest Lafont, Berthon, VaillantCouturier, Rognon, Moutet. Herriot, Uhry, Cliassaigne-Guyon. Oberkirch, Lacotte, P.

E. Flandin. Engerand.

Il faut donc prévoir que le débat durera

Quatre ou cinq séances, au moins.

L'EVASION FISCALE DES TITRES

AU PORTEUR

LA NON-DECLARATION DES REVENUS

M. Vincent Auriol, député de la Haute-Ga ronne." vient d'informer le ministre des finances de son intention d'interpeller le gouvernement sur les mesures qu'il compte prendre pour : 10 réprimer l'évasion fiscale des titres au porteur; 2° prévenir et réprimer la non déclaration des revenus assujettis aux impôts existants.

'ASSURANCE CONTRE LE CHOMAGE

INVOLONTAIRE

M. Jean Mouret, député socialiste de la Seine, vient de déposer une proposition de ici tendant à organiser l'assurance contre le chômage involontaire.

Cette proposition est conçue dans un esprit et selon les méthodes du projet d'assurances sociales lequel vise la maladie, l'invalidité, la vieillesse et le décès.

Trois sorte§ de caisses d'assurances con tre le chômage seraient créées : des caisses locales, 25 caisses régionales et une caisse !

centrale. Elles seraient alimentées : 1° par les. versements des ouvriers ; 2° par les contributions patronales ; 3° par des prélèvements sur les (ressources de lEtat. des départements et des communes.

L'administration des caisses serait assurée par de conseils composés de délégués de l'Etat, du parlement, des départements, des communes, des patrons et des ouvriers assujettis, qui devraient ne pas gagner plus de

12.000 francs par an. L'allocation de chômage atteindrait la moitié du salaire normal avec des allocations pour les charges de famille.

SENAT

A LA COMMISSION SENATORIALE DES

FINANCES

Paris. 19 rçai. — La commission sénatoriale des Finances a adopté l'art. 140 de la loi des finances autorisant les fonctionnaires pères de familles nombreuses à être maintenus sur teur demande dans leur emploi de 55 à

65 ans, s'ils font partie d'un service sédentaire et de 50 à 60 ans, s'ils appartiennent au service actif.

ta Restauration a la pionarciiie en M et en lflleiagne

Londres, 19 mai. — Le correspondant à Londres dq Chicago Tribune dit tenir d'un Krftad personnage* russe que les numarchistes extrémistes russes, avec l'aide des junkers urussicns, sous les ordres de Ludendorff, projettent une prochaine invasion en Russie pour renverser le gouvernement des soviets, restaurer la monarchie en Russie, et éventuellement avec l'aide de la Russie restaurée, replacer les Hohenzollern sur le trône d'Allemagne.

Le but de l'armée allemande secrète est moins une revanche contre la France, que la restauration de l'autocratie en Russie et en Allemagne. Cette armée, connue sous le nom de « Heimatinst », comprend 175.000 hommes, tous anciens officiers de l'atmée allemande, très bien entraînés et entièrement dévoués à l'ancien régime.

Les premiers objectifs sont la prise de Kronstadt et de Pétrograd. Dix-huit mille hommes, habillés en civils, sont déjà entrés en Finlande, pays qui serait heureux de voir les soviets renversés. Les conspirateurs disposent de dix-huit transports de dimensions modérées qui sont chargés d'armes et d'équipements. Ces navires auraient été fournis par 'Krupp et sont dispersés dans les ports de la Baltique. Six d'entre eux se sont trouvés à Copenhague, il v a huit jours.

Le correspondant du journal américain ajoute que ce projet est connu des Soviets et qu'on ne l'ignore certainement pas en France. Il est vivement combattu par la fraction modérée du parti monarchiste russe et nar le parti du centre qui voudraient réorganiser la Russie sur le modèle d'une république constitutionnelle.

EN ALLEMAGNE

LE MARK BAISSE ENCORE,

LE DOLLAR MONTE TOUJOURS

Berlin, 19 mai. — A la Bourse, hier soir, le dollar a été coté plus de 52.000 marks, en même temps qu'une. hausse considérable a été enregistrée sur toute la ligne sur les valeurs. Puisque les grandes décisions politiques ne seront prises qu'après les fêtes de la Pentecôte, on attribue, dans les milieux boursiers, ces gros achats de papier, moins au pessimisme provoqué par la note anglaise qu'au désir du public de posséder des valeurs stables.

Par suite de la baisse du mark, il y a un renchérissement considérable. C'est ainsi que la Poste a augmenté ses tarifs de 100 pour cent.

EN TURQUIE

LA QUESTION FERROVIAIRE

EN ANATOLIE

Paris. io mai. — Le correspondant du Times à Lausanne donne les précisions suivantes sur la récente opération du groupe financier anglais, relativement au contrôle des chemins de fer d'Anatolie.

Il fait remarquer à ec sujet, que l'Avoir dont le dit groupe financier a obtenu le contrôle. a été donné en garantie à des détenteurs d'actions de nationalité suisse et que, par conséquent, l'Avoir n'est pas visé par l'article 260 du Traité de Versailles.

Il est à remarquer, ajouté le correspondant du Times, que cette opération du groupe britannique a pour effet d'exclure complètement toute reprise du contrôle par les Allemands sur les chemins de fer de l'Asie Mineure et que, dans les conditions financières actuelles, tous les nouveaux fonds destinés à l'entretien de ces lignes ferroviaires doivent être fournis par le marché de Londres et cette circonstance rend indispensable certain contrôle britannique.

LES ALLLIÉS ENVISAGENT DES

MESURES DE SAUVECARDE

Constantinople, 19 mai. — Dans la matinée d'hier, les hauts commissaires et les amiraux alliés se sont réunis pour envisager les mesures à prendre dans le but de sauvegarder les intérêts de leurs nationaux, en raison de l'incertitude de la situation qui résulte des atermoiements de la Conférence de Lausanne.

Les hauts commissaires soumettront à leursi gouvernements les mesures préconisées,.

Après la Conférence ûllpr

POUR LA LIAISON ENTRE NOS

POSSESSIONS D £ L'AFRIQUE DU NORD

Paris, 19 mai. — L'Echo '* de Paris, parlant de la conférënce- d'Alger, qui s'est ténue du 6 au 9 février, écrira - M,;

« Malgré le labeur *très réel et l'effort de liaison très sincère, 'dont' les'chefs cle' service ont donné, les preuves au cours dès séances, il nous reste l'inquiétude de ne pas-savoir si la prochaine conférènce annoncée : pour l'automne, pourra se ;.tenir. L'opinion! française, si légère, si versatile. saur-a-t-elle l'exiger ?

Oui peut ,aù .surplus prévoir si les'trois chefs de. gouvernement seront libres. à la même heure? La situation politique de la Tunisie, la situation administrative, de l'Algérie et la situation militaire -du Maroc seront-elles le même, jour, assez.sereines pour q-ue la nouvelle résidence reçoive, à une date fixée, ses hôtes, exacts au rendez-vous?

Admettons que l'entrevue ne soit pas différée. Ou' aura-t-on fait d'ici là dans l'intervalle des deux, réunions? Pendant cette période, dans chacune des trois parties de l'Afrique du Nord, les-fonctionnaires auront continué le plus souvent à s'ignorer; car aucune obligation ne les contraint à harmoniser leurs efforts.

Les grands services locaux peuvent pren1re des décisions sans consulter les administrations centrales dont ils 'rélèvent. Un exemnie: le Parlement a voté récemment la construction d'une voie ferrée à 1 rïiètre 05 d'écartement, >proposée .par le service des tra vaux publics de l'Algérie, qui n'est pas tenu l'exposer ses plans au ministère des travaux rublics. Cependant il est du plus haut intérêt pour la défense nationale de poursuivre la réalisation desN voies avec un même écartement.

S'il existait un service permanent d'éludes. chargé de préparer les questions de liaisons entre les trois gouvernements et l'examiner toutes les affaires, préséntant un uitérêt commun pour l'ensemble du pays de pareils à<coups pourraient être évités. Un tel organisme devrait être permanent ; il relèverait de la présidence du conseil et il lui transmettrait les affaires qu'il aurait étudiées sur place au point de vue des intérêts locaux. Il appartiendrait ensuite à la présidence du conseil de prendre une décision en harmonisant les solutions proposées aux intérêts généraux, à une politique d'ensemble et aux moyens d'action de la France.

Espérons que nous reverrons à Rabat, cet automne. les membres de la conférehce d'Alo-er. Souhaitons surtout , que le travail de ces conférences soit successivement préparé, puis surveillé dans son exécution par un comité d'études dont la création s'impose pour donner une préparation à la défense nationale et aux colonies une continuité nécessaire.

Le différend anglo-russel

Londres, 19 mai. — Il n'y aura pas entre lord Curzon et M. Krassine de nouvelle entrevue avant mardi.

Le délai mentionné dans la note anglaise serait prolongé, non pas indéfiniment, mais vraisemblablement de huit jours.

Riga, 19 mai. — 'La presse soviétique, qui a suivi attentivement les débats au Parlement anglais, déclare que la Russie des Soviets ne cédera pas et X'ue. conume consul quence, la rupture est probable.

Une Mission Océanographique

Marseille, 19 mai (de notre correspondant particulier). — Le trois-mâts « PourquoiPas », en mission océanographique en Méditerranée, est parti pour se rendre à' Toulon.

Le commandant du bord, le. capitaine de frégate docteur Charcot, nous a dit, avant de lever l'ancre, que son bateau allait tout d'abord se livrer à de brèves études sur les basfonds dei Planier et à la Carsidagne, au large de Cassis.

iLes éminents géologues qui se trouvent à bord ont, en effet, l'intention d'étudier la minéralogie des fonds qui s'ouvrent le long des côtes provençales et. après une escale à Toulon, le « Pourquoi-Pas » fera route sur Tunis et l'Algérie, pour s'occuper du thon rouge qui fait l'objet de grandes pêches en Méditerranée.

Dans l'Enseignement

BOURSES ET CONCOURS

Paris, 19 mai. — Sont autorisés à prendre part. en 1923. au concours d'admission à l'Ecole Normale Supérieure, pour l'obtention des bourses de licences, les jeunes gens de l'Académie 'd'Alger dont les noms suivent, du groupe I : MM. Barbé, Djabali, Duquennois, Ercoli, Loisy, Perpère, Robba, Sarramagna, Trojani.

Les gisements de pétrole

DES SONDAGES VONT ETRE REPRIS

EN FRANCE ET A MADAGASCAR

Paris, 19 mai. ;— Le gouvernement fait reprendre les sondages dans les diverses régions où la possibilité de trouver des gisements pétrolifères a été reconnue, en Limagne, dans l'Ain, dans les Landes, ainsi qu'à Madagascar.

Un crédit de 20 millions est ouvert dans ce but.

Exfensfon de l'aviation soviétique

Londres, 19 mai. — Le Daily Chronicle publie une étude sur l'aviation internationale.

Comparant les programmes d'aviation des nations européennes, il signale les efforts considérables que le gouvernement soviétique consacre à l'extension de cette « arme » dans plus d'une douzaine de grandes villes. Il assure que cette extension est très considérable dans le voisinage de la banlieue même de Moscou.

- Sik.i s'amuse

Paris, 19 mai. — Le boxeur Siki s'est présenté. hier après-midi, en compagnie d'une jeune femme, dans un magasin de modes, rue de Rivoli. Il a choisi un chapeau, et dès que la vendeuse le lui eut enveloppé, Siki s'écriait : Il Je n'ai aucun argent sur moi- Au plaisir de vous revoir ! »

Tous deux sautèrent dans un taxi-auto.

Un gardien de la paix, prévenu, faisait arrêter toutes les voitures dans la rue de Rivoli.

Le patron du magsin s'avançait vers le taxi-auto où se trouvaient Siki et la jeune femme.

Le boxeur lui lançait l'enveloppe qui contenait le chapeau, et les voitures reprirent leur course. Mais le carton à chapeau ne contenait qu'une toque usagée.

Le patron se disposait à porter plainte au commissariat, lorsque Siki réapparaissait dans le magasin et jetait des billets de banque sur le bureau de la caissière, et se retirait, en souhaitant le bonsoir aux personnes présentes..

Les obsèques de M. de Freydnef

Le dernier instantané de M. de FREYCINET

Paris. mai. — Ce matin ont eu lieu les obsèques dé M. de Freycinet. Au service religieux célébré au Temple de l'Etoile, assistaient MM. Millerand et Poincaré. les ministres, le bureau de l'Académie et de nombreuses notabilités civiles et militaires.

L'inhumation * a eu lieu au cimetière de Passy. M. Poincaré a prononcé un discours retraçant la vie du grand disparu.

Victimes d'une explosion

DEUX JEUNES MARltS SONT BRULÉS

CRIEVEMENT

Paris, 19 mai. — Deux jeunes étrangers, nouvellement mariés, Féliciano Rosa et Garcia, s'étaient installés rue de la Chaussée.

d'Antin. La jeune femme venait d'allumer sa cuisinière ; son mari qui l'entendit de la salle voisine se rappela qu'il avait laissé dans la cuisinière un flacon d'un produit pour faire reluire les métaux, produit très inflammable. Il accourut pour la prévenir ; au même moment, une explosion formidable se produisit. Les voisins accoururent et trouvèrent le mari et .la femme sans connaissance, horriblement brûlés, au visage et à la poitrine.

La jeune femme succomba bientôt ; son mari a été transporté à l'hôpital dans un état très grave.

Explosion dans une usine de pyrotechnie

Carpentras, 19 mai.. — Dans la matinée, vers 9 heures, une explosion a détruit en par< tfe l'usine de Pyrotechnie de Monteux. On compterait de nombreux blessés et disparus i un incendie a suivi l'explosion.

Le parquet, la trendarmerie et le sous-préfet sont sur les lieux.

Des automobiles ont amené plusieursbles.

sés atteints gravement à l'hôpital de Carpentras.

Une. île clisparaft

Melbourne. 19 mai. - Les postes de télégraphie sans fil ont recueilli un message an" nonçant que l'Ile de Pâques, dans le Pacifique, avait disparu.

Elle appartenait au Chili, et était surtout connue par les sculptures géantes dues à une race préhistorique restée inconnue.

Un Peintre en Justice

SON TABLEAU A ETE SAISI

Paris, 19 mai. — M. Raymond Duncan, inculpé d'outrages aux bonnes mœurs, en raison de l'exposition de son tableau « La Maternité », qui a été saisi par la justice* a été interrogé par le juge d'instruction.

Il a répondu que rS'fu tableau était une œuvre d'art qui ne portait aucune atteinte à la moralité publique.

Condamné à mort par contumace

Pau, 19 mai. — La cour d'assises a con; damne à mort par contumace Luis dit An.

tonio Lissasso, journalier espagnol, accust d'avoir tenté d'assassiner pour le voler, le 31 janvier 1922, M.' Haristeguy, cultivateui à St-Pierre-sur-Nivelle.

L'incident Caillaux *

Toulouse, 19 mai. — M. Paul Bories, étudiant en droit, âgé de 25 ans, a été inculpé de coups et blessures volontaires contre M.

Caillaux, au cours de l'agression du 10 mai.

C'est la quatrième inculpation.

La Condamnation d'un traître

iMézièires, 19 mai. — La cour d'assises a condamné à la détention perpétuelle dans une enceinte fortifiée le mécanicien belge Jaliensky, accusé d'avoir, pendant toute la guerre, par des intelligences avec l'ennemi, favorisé les opérations. militaires des troupe; allemandes.

Petites Nouvelles

LONDRES. — Le Parlement s'est ajourné au 28 mai.

SYDNEY. — Les grands chantiers de bois de construction de Langross, à Pyrmont, ont été brûlés. Les dégâts sont évalués à plu.

sieurs centaines de mille livres sterling.

h* u Seho" amusant

— Paraît que les billets de banque sont remplis de microbes.

Oui, aussi j'me méfie. J'en port* jamais sur moill


FEDERATION DES SYNDICATS

AGRICOLES DE L'ALGERIE

LE PROJET

d'impôts nouveaux

UNE LETTRE DE M. BORIES

10 mai 1Q23.

Mon Cher Président

Je m'empresse de répondre à votre estimée du 8 courant.

Déjà le bureau fédéral et les syndicats se sont préoccupés du projet d'impôts nouveaux ..présenté par l'Administration à l'oc;asion desquels sera rédigée une note destinée aux Délégués Financiers de l'Oranie et à nos représentants au Parlement. Communication vous sera faite de ce document.

Comme vous, nous estimons que l'impôt de 1 franc par hecto de vin. perçu à la sortie de la propriété frapperait exclusivement le producteur. Il serait une charge sans contre-partie même si le droit algérien de circulation était diminué, le prix net restant au producteur devant "résulter du prix basé sur les cours de la Métropole défalcattion faite de tous les frais : intermédiaires, ;ransports, fret, assurances, nouvel impôt, etc.. etc. -..,.

Même observation pour l'élévation considérable, de 7 à 10 0/0 du droit d'enregistrement sur- les mutations immobilières, qui aurait pour conséquence de diminuer le jeu les transactions, d'où ralentissement désastreux de la mise en valeur des terres et par suite de la colonisation.

Il ne faut pas perdre de vue que le 10 0/0 déjà très élevé, perçu dans la métropole où les mutations relatives à un même immeuble sont pu fréquentes — une en moyenne dans une période de trente ans - serait une charge écrasante en Algérie, où, dans la même période, un immeuble subit 3 ou 4 mutations. On sait que certains immeubles Dnt fait l'objet de 8, 10 et 12 mutations et on voit à quelles conséquences, cette situation pourrait conduire.

Par ailleurs, si les immeubles ruraux ont revêtu en France, tout leur développement et leur forme définitive, il faut reconnaître Qu'en Algérie, les exploitants apportent rapidement à leurs propriétés, de grandes améliorations et d'importantes augmentations. Il est à craindre qu'une exagération démesurée des frais ne pousse les redevables, surtout les indigènes, à dissimuler et que, tant par le ralentissement des transactions que par la dissimulation créée par l'abus de l'impôt soient déçues les prévisions supplémentaires de recettes. Un grand mal serait fait à l'Algérie, sans profits pour son budget.

Les évaluations précédentes furent plus modérées. L'ancien tarif de 3,50 est passé, le 1er janvier 1915, à 4 %, le 1er janvier 1913 à 6 et le 1er janvier 1920 à 7 Aller plus loin dans une période d'incertitude et de diffcultés. serait, plus particulièrement en Algérie, impolitique et imprudent. L'intérêt budgétaire est lié, ne l'oublions pas, aux intérêts du pays qui risqueraient de sombrer si la capacité contributive était surestimée.

Il est des limites qu'il faut savoir ne pas dépasser. 9

Enfin -quel besoin est-il de réaliser la péréquation des impôts entre l'Algérie et la Tunisie? Nos Assemblées Financières qui ont tracé à nos contribuables le dispositif des charges fiscales n'auraient dont usé de l'autonomie financière que pour aboutir à une dépendance de la fiscalité tunisienne ? Elles n'accepteront ni cette péréquation, ni l'unification douanière Algéro-Tunisienne grosse de périls.

Ni vous ni moi qui avons eu l'honneur de défendre le principe de l'Union douanièie-de l'Algérie à la France au grand congrès des Confédérations Viticoles de la Métropole, à Tonnerre, n'avons perdu le souvenir des inimitiés fratricides ,engliçs par Ie con-eurrence-algérienne.

Il était question alors, d'obtenir du Parlement des droits de douane contre nos exportations vinicoles. Ce danger fut évité. Qu'en serait-il, demain, si le contrat d'Union étendu à la' Tunisie, libérant les producteurs de ia Régence des entraves du Contingentement, feraient apparaître en peu d'années, plusieurs millions d'hectolitres de vin s'ajoutant, sur les marchés de la Métropole, aux importations d'Algérie ?

N'avons-nous pas eu à lutter récemment encore contre la taxe d'importation de 1,10 0/, qui, durant ^plusieurs années, nous frappait injustement 'sinon illégalement ?

Attention ! Nous compterons peu dans les décisions du Parlement si nos représentants se heurtent aux députés des soixante départements vinicoles de la Métropole.

La sagesse et la prudence commandent de a'aborder l'Unification douanière AIg-éro-Tunisienne qu'avec la plus grande circonspection et,- si des considérations exceptionnelles devaient v conduire le gouvernement,' du pnoins, faudrait-il que soient envisagées des modalités et des réserves ménageant les positions actuelles et les droits acquis. L'Algérie Française ne saurait être la rançon d'arrangements politiques où internationaux dont le oire serait aue-sombrent les efforts et les résultats de 100 années de colonisation.

Les impressions recueillies au contact de la récente mission parlementaire et plus récemment au cours de graves entretiens avec le colonel Mirepoix, président de la C.G.V.

de France, doivent faire réfléchir les plus optimistes et le Gouvernement lui-même.

Revenant à la question qui nous occupe, j'estime personnellement, que l'Algérie a couru trop vite et trop fort à l'imposition.

lîans le désir louable d'outiller le pays et de seconder ainsi le magnifique essor de ses activités, les Assemblées Financières ont, à tour de bras, frappé les contribuables européens qui portent aujourd'hui une charge supérieure à celle du contribuable métropolitain. Il est difficile et dangereux d'aller plus loin.; il convient plutôt d'examiner si les ressources énormes mises depuis quelques années à la disposition de nos budgets ont bien reçu l'utile destination en vue de laquelle elles ont été créées, ou si elles n'ont pas favorisé l'éclosion et le développement de dépenses sans grande utilité qui pourraient être fatales si l'on ne procédait à un émondage rapide et radical.

Cantonner l'extension des dépenses publique5 dans la stricte limite des augmentations de recettes dues à l'accroissement de la matière imposable ; réserver l'effort nouveau d'imposition et de fiscalité, s'il est nécessaire, aux cages des emprunts à consentir pour 4es grands travaux publics demeure la seule politique ayant l'approbation du pavs.

Si l'exercice 1922 s'est soldé en déficit, ce ne peut être qu'un accident dont il faut rechercher les causes pour v porter rémède sans recourir à de nouvelles contributions permanentes. Créer des impôts pour-combler des pertes ou des moins-values résultant d'erreurs. de fautes ou encore d'irrationnelles exploitations d'entreprises publiques, serait entretenir les causes de perturbation et d'impuissance financière.

Si nous voulons atteindre les sommets de

#

là prospérité économique et financière ne chargeons pas trop les jeunes épaules mais épierrons les chemins et fauchons impitoyablement les ronces. Elagons du programme de travaux publics les projets qui doivent être mis au compte des entreprises privées ; quant aux autres, sérions-les dans l'ordre de leur immédiate productivité et du degré d'urgence que leur assignent les graàds devoirs moraux ou les intérêts de la colonisation.

A tort nous admettrions qu'un jeune pays, où l'industrie naittàpew. ait; des ambitions démesurées. Chaque pas en avant doit porter sur le terrain fertile de précédentes et productives réalisations. Ajouter une cause de déficit à une autre conduirait à la ruine. Elarflir au contraire la puissance contributive du pays des revenus indirects, d'un qutillage largement et immédiatement productif, est permettre d'aller vite, beaucoup plus vite dans l'exécution du- programme intégral ; c'est serrer au plus près la fiscalité et c'est aussi la possibilité à un moment donné d'v recourir sans écraser le contribuable.

Même dans ce cas, il est difficilement admissible que l'on préfère tel ou tel contribuable pour l'application de charges nouvelles.

Notre système fiscal a été mis debout -dans l'harmonie de tous les intérêts. Si des besoins sont créés pour des buts d'avenir profitables à tous les éléments d'activité, n'estil pas opportun et simplement juste de procéder au relèvement général et proportionnel de tous les tilnpôts ?

Loin de la frapper exceptionnellement il faut ménager l'agriculture dans l'intérêt de tous, des plus humbles surtout, et éviter les eycès d'imposition qui, en l'atteignant et en l'affaiblissant contribuent à la vie chère.

Je n'insisterai pas sur cette élémentaire vérité. Pour me résumer en un mot = pas de nouvelles contributions permanentes à l'occasion d'un déficit passager qui n'existe pas, en fait, si l'on tient compte du recouvrement des énormes impositions arriérées. Pas d'emprunts sans exécution de travaux publics ; pas d'impôts sans travaux publics.

Nous serons certainement d'accord sur les principes que i& viens d'énoncer et dont l'approbation ne peut manquer de rallier et l'administration et l'unanimité de nos représentants aux Délégations Financières, au Conseil supérieur et au Parlement.

le vous presse bien cordialement les mains.

Bories.

Mutualité Scolaire

ASSEMBLEE GENERALE

La société scolaire de Secours Mutuçls et de Retraite des Etablissements d'Instruction publique du département d'Alger avait organisé son assemblée générale, samedi 19 mai, dans la coquette salle du Splendid-Cinema, gracieusement mise au service de l' œuvre par le sympathique propriétaire, M. Leca. Un nombre important de sociétaires, enipnL: et adultes, avait répondu à l'appel du conseil d'administration. Les autorités iocales, les membres du personnel enseignant avaient tenu, par leur présence, à manifester l'intérêt et le dévouement qu'ils apportent à ce groupement de prévoyance et de solidarité.

Autour de M. Tailliart, vice-recteur de l'Académie, président de la société, nous notons la présence de M. Raffi, maire d'Alger, de son adjoint, M. Rigal, de M. Jacquard, inspecteur d'académie, de MM. Redon, Dumas, ChambDn, Auge, Grassioulet, Maosebœuf, inspecteurs primaires, Guillemin, directeur de l'Ecole Normale, Ginestet. conseiller départemental de l'enseignement primaire ; de Mmes Ardaillon, Mantout, Juillet-SaincLager, Eliçhabe, directrice du Lycée de jeunes filles, Mme Hermitte, directrice de l'Ecole primaire supérieure d'Alger.

Devant un auditoire attentif, M. Tailliart ouvre la séance. Avec finesse, l'orateur improvise une allocution entrecoupée d'applau dissements. La jeunesse enthousiaste marque particulièrement la confiance et l'attachement qu'elle voue à son président.

M. Tailliart, dans un sentiment qui lui fait honneur, reporte tout le mérite de la prospérité de l'Œuvre mutualiste qu'il préside s..ur ses collaborateurs immédiats, Mme Duc et M. Mailhes, vice-présidents; M. Bancheraud. trésorier général, Rolland, secrétaire, ainsi que tous les membres du Comité.

M. Tailliart les félicite et les remercie. il adresse les sentiments de gratitude de l'assemblée à M. Leca, propriétaire du Splendid Cinéma, toujours dévoué aux œuvres de bienfaisance, qui. un.e fois encore, a mis sa salle à la disposition de la Mutualité scolaire et lui assuré au surplus le concours gratuit de ton orchestre, de ses films et de son personnel.

iU président excuse ensuite M. le Recteur Ardaillon, empêçhé; adresse de) remerciements à MM. Raffi el Rigal, aux élèves de l'E.P.S. de ieunes filles d'Alger qu'on applaudira à l'intermède récréatif, à tous ceux qui assistent à cette manifestation d'entr'aide.-

M. Tailliart aborde le compte rendu moral pour 1922 et exposa la question du relèvement temporaire de 50 des indemnités de maladie payées aux sociétaires de la deuxième catégorie ; la question de l'admission des écoles d'indigènes dans la Mutualité scolaire. Il fait sur ces deux Doints ratifier des propositions du Conseil d'administration. Il fait enfin voter les subventions traditionnelles aux œuvres filleules et accorder un crédit nouveau en faveur de l'Œuvre de préapprentissage des jeunes filles. <

Après une relation rapide des travaux du Congrès de Tunis, dont on trouvera l'exposé complet au Bulletin administratif, M. Tailliart fait appel, une fois encore, au zèle, aux efforts de propagande du personnel enseignant pour diffuser davantage, si possible, les bienfaits de la Mutualité.

Il cède la narole à M. Bancheraud, qui soulignera de chiffres éloquents J'état florissant de la Mutualité scolaire dans le département d'Aller.

Au 31 décembre 1922, le nombre de ses sociétaires atteignait le chiffre de 9.319 cotisants. A cette même date la comptabilité enregistrait un avoir net de 113.277 fr. 42, En 1Q22, la Société avait engagé pour ses secours et son assistance un crédit de 60.914 fr. 25.

Par acclamation les comptes de gestion du trésorier général sont approuvés.

Après le vote pour le renouvellement partiel du bureau, l'ordre du jour étant épuisé, l'assistance bénéficie d'un programme artistique soigneusement élaboré.

L'orchestre du Splendid-Select, sous la direction de son chef M. Moreschi exécute brillamment l'ouverture de Guillaume-Tell.

Mlle Chauvet, la jeune virtuose, dont les algérois ont récemment pu apprécier ie beau talent, avec sûreté et finesse interprêtait sur le violon un boléro de Garcin et une dif-ficultucuse étude caprice de Paganini.

Sous la direction de leur professeur Mme Desparmet, les élèves de l'E.R.S-. d'Alger chantèrent dans un ensemble exquis le chœur des Blés. Mlle Prédhumeau assurait avec son organe généreux et bien timbré, l'interprétation du solo.

Pour amuser petits et grands, pour faire sourdre les rires Bobby, sur l'écran, suivit à sa façon comique le régime sec.

Instrumentistes, chanteuses furent chaleureusement ovationnés. Le film également eut son gros succès.

Au' demeurant, excellente, réconfortante maniktion de la Mutualité.

Monument Charles de Galland

Neuvième liste de souscriptions

MM. Blandy, 10; Dr Max Coudray, 50; J.

Coudray père, 50 ; Eugène Coudray, 50; André Coudray, 50; Gustave Mercier, avocat, 40; Pierre Segond-Weber. 20; Peyroud père et fils, 200; François Italiano, 5; Société les Enfants de l'Aude, 50 ; Banquet des Enfants de l'Aude, 128; Antoine Mondié et Cie, 10; Jean Thisse, 10 ; Dr Viallet, 50 ; Anopyme, 100; Duhem, 20.

MM. Zermati S.. 10; Mesguich, 20; Société chorale la Lyre Alkéiiemie. 50 ; Morand. 20, Peltier, 10; Loisel, 10; Thivin, 5; Isoard, 1; Mazas, 1; Eveyradi, 2; Bellocq, 3; Ruis, 3; Savoye Jules, 1; Amédée Froer. 100; Marcel Simian, 100; E. Chatel, 50; Lafourcade, 20; Denoyel, 20; Eugène Fabre, 100; Deudon, 5.

MM. Henri Girard, 100; Louis Thomas, 100 ; Léon Gauthier, 10 ; Et. Gantin, 10; A.

Fournier. 15; M. Larnaude, 5; G. Albertini, 5; H. Basset. 5; Dr Gab. Colin, 20; René Basset, 20; Georges Marcais, 5 ; Ch. A. JoIv. 50; Mlle Cécile Taillefert, 5; MM. Lasserre, 5; Dr Hérail, 50; Dr Ferrari, 20; Dr Cabannes, 20; Dr Chassevant, 10; Dr Pouiol. 10; Dr Ardin-Delteil. 20.

MM. Dr Gillot. 10: Dr Leblanc, 10; Dr Tournade, 10; Dr Raynaud, 20; Dr Duboacher, 10; Dr Vincent, 20: Gatheron, 5; Figière, 2; Delpis, 10; Victor 2: Merieu, 2; Clément Michelet, 1: Gaizard, J): F. H., 20; P. H., 20; Taillart. 20; Rouyer, 20; Moreau, 10 ; Leruste, 5 ; Auge, 10. #

MM. Deloge, 5; Pinoy, 5; Po.uget, 10; Carrus; 25; Verain, 20; MuFrr. 20; Bounliiol, 10: Tudury, 2,50; jnardiv, HI; llcheur, 10; Couillard, 10; Fortuné Ravazza, 50; Desnos, 20; Periette Sayay, 2; Mm? Jacque, 5; Mlle Rambert, 25; Cours de Mlle Rainbei-t, 16: Mlle Santacreu. 10; Cours de Mlle Santacreu. '11 ; Cours de piano de Mme Bacque, 15.

MM. Perrin, 5; Ferotis, 1; Boùrsu, 1 ; Cours Perrin, 6 ; Mlle Oléa, 5; Anonyme, 2 ; Anonyme, 3 ; Meresque, 1 ; Etablissements d'Abrantès. 25 ; MM. R. Prévost, 10; Harrison. 10; Soye, 10 ; Pfcjffer, 3 ; Aléida, 2 ; Movado. 2; Maurin, 1; Fabri, 1; B. Sicard;

2 ; Soumagne, 2 ; Cie Générale Boissons gazeuses hygiéniques d'Alger, .100.

MM. Ronot, docteur en pharmacie, 20 ; Anonyme, 1; Edouard Pérez, 5 ; Anonyme, 10 ; Anonyme, 1 ; Anonyme, 2 ; Toloméi. 10; Kléber, 10; Lehoux, 20: C. du C., 25; Escot, 10 ; Anonyme. 5 ; Rev Jean 20.

Total, 4^1.50.

: ÉCHOS |

LE TEMPS QU'IL FAIT

Situation générale du 1p mai. — Le baromètre a partout baissé sauf à l'Est de l'Europe. Des dépressions recouvrent le Nord de ce continent (Norwège 755 mm.), la Hongrie et la Grèce (758 mm.), le Sahara (Bou-Denib 755 mm.) et l'Ouest du Maroc (Agadir 759 mm.) jusqu'au Sud du Portugal. De hautes pressions s'étendent sur l'Océan Atlantique au large de la France (La Corogne 767 mm.) jusqu'aux Iles Canaries (Ténérife 771 mm.) Sur le Nord de l'Afrique la preseion est voisine de 762 mm.

En Algérie, le ciel est généralement beau au Nord,. nuageux dans le Sud-Est. Les vents aouf. ;

fient en majorité du secteur Est et sont assez forte ou forte au Sahara-Dés orages ont éclaté hier et cette nuit dans le Sud-Est. La. mer est houleuse à Mahon, Alger, Bougie, Capwde-Garde et Bizerte, belle ou agitée sur le reste du bassin. ,

Avis aux ports. - Golfe du Lion et Baléares, vente variables vere Est modérés; Oran, vents du secteur Sud aseez forts; Alger et Bizerte, vente du secteur Est modérés ou assez forts.

Pression atmosphérique. — Alger à 13 heures: 761 mm. 5. La veille 763 mm.

Température. — Alger maximum 20°0; minimum 14*1.

Probabilité pour le 20 mai. — La baisse barométrique se poursuivra sur l'Ouest de l'Europe et de l'Afrique du Nord et une dépression tecouvrira l'Ouest de l'Algérie et du bassin médi- terranéen. Le temps deviendra nuageux à l'Ouest où les vents tourneront au secteur Sud et seront assez forts. Il sera beau au Centre et à l'Est avec vents du secteur Est. La température se relèvera sur l'eneemble du réseau et le eiroco se fera sentir à, l'Ouest.

Département d'Alger. — Beau temps. Vents du secteur Est modérés ou assez forte.

SYNDICAT PROFESSIONNEL DES JOURNALISTES ALGERIENS

Tous les membres du Syndicat sont invités à assister à l'apéritif d'honneur offert, ce soir, à 18 heures, dans les sous-sols de la

Brasserie Laferrièrea aux confrères Alsaciens-

Lorrains de passage à Alger.

VERA SERGINE A ALGER

C'est mardi prochain 22 mai que paraîtra pour la première fois, sur notre scène, l'illustre comédienne Véra Sergine. L'œuvre affichée pour ce gala est Le Scandale, qui ti* gure au premier rang dans la production dramatique d'Henry Bataille, le maître si regretté du théât're contemporain.

Henry Bataille lui-même a célébré comme on sait le saisissant lyrisme et l'art merveilleux de Véra Sergine. considérée par toutes les sommités littéraires comme la continuatrice des Rachel, des Sarah Bernha>rdt et des Réjane. Le mélange de mystère et de réalisme

vibrant qui est en elle, en fait l'interprète

idéale des ouvrages modernes. C'est dà quel point elle est émouvante dans Le Scandale.

Rappelons, sur ce beau drame, l'opinion unanime de la critique parisienne qui en célèbre, à la fois, la tendresse et la cruauti (Journal) ; l'action dramatique et l'intense poésie (Comœdia) ; son caractère persuasif et suggestif (Le Temps).

Le triomphe qui a partout accueilli Vera Sergine. dans ce chef-d'œuvre, se renouvellera après-demain sur notre scène où se feront également applaudir M. Pierre Renoir et les meilleurs artistes des théâtres de la Capitale.

Location ouverte aujourd'hui et jours suivants, sans. augmentation.

DANS LE PORT

Une nouvelle unité de la Société Algérienne de Navigation pour l'Afrique du Nord Charles Schiaffino et Cie, la « Rose-Schiaffino », eslarrivée hier, venant de Cardiff, avec complet chargement de charbon pour notre port.

Commandé par le sympathique capitaine Richaud, un des brillants élèves de notre Ecole algérienne, ce yapeur possède, comme les précédents navires de cette importante firme. une installation spéciale pour le transport des vins, ainsi nue la T. S. F et le matériel nécessaire pouc les sauvetages. éventuels de navires.

Construit à Blyth (Angleterre), en 1020, sà portée en lourd est de 5.000 tonnes, sa longueur de 101 mètres et sa vitesse de 10 nœuds.

Les relations maritimes avec les ports d'An-I gleterre et du Nord se trouvent ainsi dotés d'un service réponcWnt aux nécessités de l'importance de notre Colonie, et nous félicitons, à nouveau la Nouvelle Société Algérienne de son intéressante initiative.

SIMONE, 3, rue Dumont-d'Urville, ROBES

lm A 19We

PERNOD, Anis supérieur OXYGENE

La Maison d'Ameublement

LÉVEILLEY Frères invite ses clients- à visiter le rayon de Meubles Modernes installé dans ses magasins de la rue de Constantine.

Etude, plans et devis de modèles spéciaux fournis gracieusement sur demande.

Mson FERNAND TECH et Cie, TOULOUSE Les plus beaux trousseaux, la plus belle lingerie pour Dames et pour Messieurs. i BAUDET, Représentant. 12, r. Richelieu.

- —. ex-chef Cliniq. Faculté Mal. Peau,

11* ItlntfûC Vénériennes, 58, r. Michelet. T. 35-IQl

U J T. les jours de 1 à 5 h et sur rend.v.

PENTECOTE

au Céleste-Hôtel, Bouzaréa. Retenir sa table.

Mutuelle des Retraités* des Chemins de Fer d'Algérie

Le: groupe a tenu récemment son assemJ blée générale et procédé au renouvellement de son bureau. Les camarades dont les noms suivent ont été nommés ; président; l'ingénieur, Sbussol ;• vicerprésidents, Goudon, Dc- jouany, Hippeau ; secrétaire général, Dollin du Fre^ncl; adjoint, Fouga ; trésorier, Mantout ; adioint, Weiss ; censeurs, Rey,. Bernard, Joli ; conseillers, Aquatella, Bertrand Ch. Séizuin, Hary, Deiglun, Bourdonne!, Fossat, Ferré, Wolters et Mme Raymond

Le président Soussol a exposé aux nombreux membres présents les avantages obtenus et ceux sur le point d'aboutir, grâce aux efforts de la Fédération des retraités des chemins de fer français et coloniaux, dont le siège social est à Paris, auprès des pouvoirs publics.

Il annonce qu'un groupement analogue à celui d'Alger, vient d'être fondé par les cheminots retraités de la région de Philippeville.

Antérieurement à cette création, les cheminots retraités d'Oran ayant créé également une amicale, il s'en suit que chaque département algérien possède maintenant une association de retraités cheminots.

Le président se félicite'de cette émulation, il aioute que la nouvelle loi sur les pensions civiles et militaires en discussion en ce moment devant le Parlement oblige les cheminots retraités d'Algérie à se connaître et à se grouper de plus en plus, il faut en un mot former un bloc, l'union fait la force ; il exhorte tous les cheminots retraités d'Algérie à se faire inscrire à leurs groupements. Le groupe d'Alger a son siège, chez le président, 7, rue du Languedoc.

Dans l'impossibilité d'obtenir de la mairie d'Alger une salle suffisante pour réunir les sociétaires en assemblée générale. les cheminots retraités d'Alger ont émis avant la clôture de la séance le vœu' ci-après : Réunis en assemblée générale le 13 avril dan;, la salle des Beaux-Arts, les cheminots retraités protestent énergiquement auprès du maire et des conseillers municipaux d'Alger, cortro l'imixifsimlité dans laquelle s'est trouvée la mairie de mettre à leur disposition une salie suffisante pour l'assemblee générale, la salle du Foyer du Soldat, oui leur a été offerte, ne comportant ni installation pour le bureau, ni chaises Dour les .assistants,

Ligue des Locataires

La Ligue des Locataires nous communique une copie de la lettre suivante qui a été adressée à M. le sénateur Moran, rapporteur au Sénat de la loi sur les loyers :

« Monsieur le Sénateur,

« M. le sénateur Duroux, votre collègue, a bien voulu nous transmettre votre lettre du 10 mars 1922 concernant les travaux de la Commission qui est chargée d'étudier le nouveau projet de loi concernant les 'oyers.

Croyez que nous vous remercions bif'n vivement de l'intérêt que vous portez aux locataires et laissez-nous vous dire que nous espérons beaucouupp de votre intervention au Senat pour que la prochaine loi apporte une solution, acceptable pour tous, à cette crise pénible que nous traversons et qui risque, i aucune mesure énergique n'f:'st prise! de comnromettre fortement l'ordre social. -

« Dans votre lettre, vous félicitiez l'Association des Propriétaires et la Ligue des ILocataires d'Alger de s'être mis d'accord pour régler les conflits qui pourraient surgir entre propriétaires et locataires. Jusqu'à ces jours derniers, rien, en fait, n'avait été décidé, malgré les tentatives de la Ligue pour constituer une Commission paritaire. M. le sénateur Duroux .ayant bien voulu accepter de concilier les uns et les autres, à la suite de diverses entrevues qui eurent lieu en son cabinet, l'Association des Propriétaires et la Ligue des Locataires ont signé le compromis ci-joint, compromis accepté par la Ligue des Locataires, pour éviter jusqu'au vote de la prochaine loi les explications qui, malgré les affirmations de M. le garde des Sceaux, se faisaient de plus en plus nombreuses, les Parquets étant complètement impuissants pour les empêcher.

« Voilà donc, Monsieur le Sénateur, un point d'acquis. Reste maintenant à attendre le vote de la loi dont vous êtes le rapporteur devant la Haute Assemblée. Nous nous adressons à vous pour vous exposer nos desiderata, convaincus que vous voudrez bien tenir compte des revendications que nous avons à formuler.

« On nous objecte à chaque instant, du côté des propriétaires, qu'en menant la camDacUv; comme nous la faisons, nous cherchons à porter ateintc au droit de propriété. Croyez bien. Monsieur le sénateur, que jamais une telle pensée n'est entrée dans notre esprit.

Nous sommes au contraire très respectueux de ce droit mais nous estimons, et à juste titre,, que si ce droit existe pour les uns, il doit également exister pour les autres, et nous ne comprenons plus que l'Eta puisse dire à un rentier dQn1 la valeur des actions, a baissé et dont le taux d'intérêt est au minimum de 6 qu'il sera tenu de payer à des propriétaires qui ont préféré spéculer en achetant des immeubles au lieu de répondre à l'appel de la Patrie en danger, des sommes qui représentent un intérêt de capital de 14 à 15

« Donc. notre premier désir est que la rémunération des capitaux engagés soit égale à l'intérêt payé par l'Etat à ses rentiers.

« Le second désir que nous avons 9 formuler est que la loi soit précise, qu'elle ne laisse rien dans l'ombre, qu'elle fixe le taux que les locataires auront à payer comme majoration globale fixe sur le prix des loyers en 1914. Ce en vue d'éviter les nombreux procès oui dans le cas contraire ne manqueraient pas d'encombrer les tribunaux et qui exigeraient, pour les solutionner, un temps fort long. Le maquis de la procédure. Monsieur le Sénateur, nous épouvante, nous réclamons un texte clair qui ne puisse prêter à ambiguïté. car les quelques six mois que nous venoïTS de vivre nous prouvent surabondamment qu'on ne peut laisser la solution des conflits à l'appréciation du juge, puisque ce dernier, en l'absence de tout texte précis, est, vu son incompétence en la matière, complètement indifférent et rend des jugements au petit bonheur, quels oue soient les dommages qui puissent en résulter pour les locataires cons* ciencieux et honnêtes, qui se trouvent parfois ruinés par des décisions de justice complètement incompréhensibles.

« Ces deux grand principes posés, voici rapidement quelles sont nos revendications : , 1° Limitation à 75 des majora$ions-.gk>~ !bales. 'sans aucune autre charge, sur les prix d'avant guerre pour toutes les locations.

2° Prorogation de 5 ans pour tous les locataires qui auront accepté cette majoration et qui paient régulièrement leur loyer (réserves faites pour les cas de forces majeur qui pourraient pendant un certain temps mettre le locataire dans l'impossibilité de remplir ses engagements : maladie du chef de familJ le par exemple ; mauvais vouloir constaté du propriétaire à fournir l'eau, la lumière et à faire entretenir son local propre et en état «'habitabilité, etc.) 1 3° Remboursement du trop perçu sur le prix des loyers à partir du jour de la promulgation de la loi.

4° Pénalités sévères et poursuites sur simples indications au Parquet des propriétaires ou mandataires qui auront imposé une augmentation supérieure à 75 ou qui auront exigé des pots de vin de la main à la main pour la location.

5° Interdiction de la reprise d'un mobilier pour la cession d'un appartement même si le propriétaire ou le mandataire consentent à la cession du bail ou à la suite de location dans ces conditions.

6° Peines sévères édictées à l'égard des locataires principaux qui font de la spéculation en sous-louant les locaux à eux confiés.

7° Obligation pour les propriétaires de faire connaître aux mairies dans les huit jours les locaux devenus vacants et le prix de location et obligation également d'apposer sur les immeubles un écriteau portant la mention « Appartement à louer » et le prix en. gros c.aractères. 1

8" Déclaration obligatoire, sous peine de sanctions graves, de tous les ..meublés et du prix de location de ces derniers (certains propriétaires ayant tendance à expulser les locataires pour faire des appartements meublés dont ils réclament des prix excessifs), fixation d'un taux maximum de location par chambres meublées en les classant par exemple en 3 catégories (simple, demi-luxe, luxe).

9° Extension de la loi aux locataires étrangers (ce, en vue d'éviter ce qui se pratique journellement, on expulse les locataires français qui ne peuvent être. majorés pour installer à leur place des locataires étrangers qui, eux, n'étant pas visés par la loi, doivent subir toute augmentation de loyer qu'il plaît au propriétaire d'imposer).

; 1° Autorisation pour les villes, de faire payer aux étrangers une taxe de séjour variapie, suivant qu'il s'agit de propriétaire ou de locataires étrangers et qui sera fixée par les conseils municipaux. Les produits de cette taxe seraient versés par les villes aux offices de constructions d'habitations collectives à bon marché. (Il y a, à Alger, 80.000 étrangers et parmi eux nombre de propriétaires, voyez les sommes que les budgets communaux pourraient recueillir pour les offices de construction). ,-- '--

11° Autorisation pour les villes d imposer une taxe progressive de 5 à 30 francs, suivant la fortune, à tous les contribuables fran-

çais, taxe qui servirait à constituer des fonds destinés à la construction d'habitations collectives à bon marché.

120 Interdiction pour un même locataire de posséder plusieurs locaux d'habitation dans une même ville.

« Voici, Monsieur le Sénateur, les grandes lignes de nos desiderata. Nous estimons, en outre, que ces dispositions doivent être les mêmes pour tous- les locataires, qu'il s'agisse de locaux d'habitation, de locaux proessicnnels ou de locaux commerciaux.

« On parle de travailler à faire diminuer le coût de la vie, et on réclame des enfants pour la France ; comment serait-il possible, Monsieur le Sénateur, d'obtenir- un tel résultat si nous continuons à tourner, toujours dans le' cercle vicieux où nous nous agitons.

Le loyer cher, c'est l'augmentation fatale des taxes municipales, du prix des - denrées ou des produits des commerçants et des négociants. c'est l'impossibilité de la procréation (qui aurait le courage d'avoir de nouvelles bouches à nourrir, alors que tant, à l'heure présente, ne peuvent recevoir l'alimentation qui leur est strictement nécessaire

pour vivre ?). C'est enfin la négation de toute hygièneet de toute morale, puisque par mesure d'é, conomie, de nombreuses familles, voire même des classes moyennes, en arrivent à vivre dans des caves et dans une promiscuité souvent révoltante.

« Le Sénat Républicain ne tolérera pas que pour sauvegarder les intérêts de quelques j privilégiés, on méconnaisse le droit impres-

criptible des autres à la vie, et c'est en faisant confiance à ces hommes qui surent, chaque fois que l'occasion s'en présenta sauver la République, que nous vous prions d'agréer nos respectueuses salutations.

« Le président, Dr Méreau ».

LA COUPE CASABLANCA-TUNIS

M. BILLON DU PLAN EST ARRIVE

- A TUNIS A 18 H. 23

Tunis. 19 mai. — M. Billon du Plan, qui avait quitté Alger à 1 h. 30 du matin, est arrivé à Constantine ce matin à 10 h. 30. Il est passé à Bône à 13 h. 45 et est arrivé à Tunis à 18 h. 23. Il a donc accompli le trajet Casablanca-Tunis en 41 h. 23 minutes.

Société de Secours Mutuels des Instituteurs et Institutrices

DU DEPARTEMENT D'ALGER

Les cotisations du ier semestre 1923 ont été fixées à 12 francs dont 2 francs pour les indemnités de décès. Elles sont actuellement en recouvrement par l'intermédiaire d'un collègue dans chacun des principaux centres. Les sociétaires isolés sont priés d'envoyer directement le montant de cette coti sation en un mandat chèque de 12 francs au profit du compte-courant de chèques-postaux n° 661 Association des instituteurs, bureau d'Alger (sans autre désignation de nom). Les frais d'envoi sont ainsi réduits à o fr. 15.

Examens et Concours

BOURSES D'ENSEICINEMENT PRIMAIRE

SUPERIEUR

Filles w

Ont été admises définitivement :

lre série. — Amossé, Andoque, Armagnac, Baille, Bar,thelet, Baudier, Baudru, Bouaziz,

Boyer, Brune, Burel, Calvat, Cano, Carlin,

Charmot, Clavaud, Courault, Crooherie, Cunin, Curot, iDelignère, Demaret, Denni, Djian, Dumant, Esposito, Fournols, Garcia Paulette, Garcia Sylvie, Gaultier, Gélabert, Gianazza, Gozillon, Grandjean, Graziani, Guillot, Harster, Hillairet, Ivorra, Karoubi, Karsenty, Landès, Langlois, Larrodé, Lelouche Mireille, Lelouche Yvonne, Lesfauries, Lévesque, Llinarès Clémence, Llinarès Marcelle, Loir, Maizoué, Marchai, Marcou, Marquet, Marseille, Martin, Mauguis, Miara, More, Nicolas, Olives, Parodi, Pertus, Pujol, Randavel, Ripoll, Roux, Sauvage, Schiltz, Serra, Siiblot, Sinard, Sintès, Stéphan, Sumian, Surjus, Tételbom, Vaucelle, Watel, Yanez, Zoppi.

2e série. — Annibal, Carret, Cassin, Hassen, Marti, Mortédo.

3e série. — Teboul.

Les Courses de Boufarik

DIMANCHE 20 MAI

Coup d'œil et pronostics

En cette journée de Pentecôte, amateurs de courses hippiques et profanes peuvent faire coup double, nous voulons dire peuvent goûter à deux spectacles aussi attrayants l'un que l'autre, lesx courses de Boufarik, les fêtes de Blida.

Si nos lecteurs sont déjà fixés sur l'éclat, l'heureuse diversité des réjouissances annuelle de la Cité des Roses, ils apprendront avec plaisir que les joutes dont la piste de 2Çjla sera le théâtre dimanche sont de celles qui méritent d'être vues.

Les engagements dépassent la bonne moyenne; les épreuves au trot puisent leur intérêt non pas seulement dans le nombre des concurrents réunis, mais, parallèlement à celles de Sidi-bel-Abbès et Bône, dans la proximité des grosses épreuves d'Alger.

Comme si aussi les propriétaires avaient tenu à s'associer à l'hommage rendu par la Société Boufaiikoise au regretté sportsman qui fut longtemps l'infatigable artisan du développement de l'hippisme en Algérie, sept écuries ont fait inscrire leurs pensionnaires dans l'épreuve à réclamer portant son nom.

Le Prix Fernand Ricci sera superbe avec ses neuf concurrents: l'épreuve est difficile à débrouiller ; c'est là pour les parieurs, amateurs de grosse côte, une réjouissante perspective.

En matière de sujets. inédits, l'assistance sera servie : dans le Prix de Xila, Suippe, la récente importation de M. Llopis, donna en France en 1'36 et des fractions; dans le militarv de 20 série bis, quatre inconnus.

Sur le riant hippodrome de Xila, rapide passera le temps, grâce aux compétitions ardentes attendues, et aux flots d'harmonie dont s'apprête à nous gratifier l'excellent Progrès de Boufarik. Et après les courses, c'est la direction de Blida qui est toute désignée.

Nos appréciations

L'épreuve amateurs au trot, comprend cinq concurrents ; sur leurs exhibitions précédentes à Boufarik, le Prix de la Mitidja doit échoir à Voltigeur, Pas-de-Veine et Magnifique dans l'ordre.

Toutes réserves faites sur l'inédite en AIgérie, Suippe. dans une course régulière, Lucrèce et Mandataire devraient fournir les gagnants de l'épreuve en partie liée, Prix de Xila. Les parieurs ne devront pas perdre de vue que la seconde manche est plus longue de 800 mètres et que dans cette seconde manche Lucrèce rend 40 mètres à Pierrette au lieu de 20. Les autres écarts ne varient pas.

Retord, Buffalo, Unipare et El Berka sont inconnus: cour Radir II, la question est résolue par la présence de celui qui les a déjà vaincus, Kaïf ; la lutte, dans ce Prix des Etendards, se présente entre ce dernier et Javeau. C'est Taveau que nous préférons.

Nous éliminerons du Prix Fernand Ricci, Le Poilu. Hamlet, Agaric, qui ne s'est pas bien comporté dimanche et pour qui, ici, la distance sera trop longue de deux cents mètres, Hamadryade et Ardémis qui non plus n'ont guère brillé dans le Prix des Ondes à Alger. Nous restons donc en présence de Trévisane, Creduleu, Petit-Prince et Chouciuette. Avec le train d'enfer qui sera mené certainement par celle-ci avec ses 45 kilogs.

nous craignons pour les membres de PetitPrince sur la piste de Boufarik ; aussi au fils de Radis Rose qui en terrain lourd serait le favori s'imposant, nous préférerons Créduleu, mais nous voyons célui-ci battu par Trevisane, bonne pouliche honnête et qui va s'améliorant.

Cléopâtre et IVlarnette n'ont rien à espérer dans le Prix des Roses où la compagnie est trop relevée pour eux; Tanagra et Lucrèce auront sûrement opté pour la partie liée. Restent Miarka, Pimprenelle, Yankee, Lorette et Quolibet. L'écurie Coutaya a les chances les plus sérieuses dans l'épreuve avec surtout Lorette ; avec d'autre part les adversaires comme Pimprenelle et des concurrents courant montés, Yankee et Quolibet, l'empoignade ultime sera rude. Nous retiendrons comme favorite l'écurie Coutayn estimant Miarka trop nerveuse battue par Pimprenelle et celle-ci a 40 mètres. d'écart par Lorette dont 'l'exhibition à" Orléansville a : fait impression. Et Quolibet qui vient de rudement se comporter à l'entrainement sera là aussi.

NOS FAVORIS

Prix de la Mitidja. — VOLTIGEUR, PAS

DE VEINE.

Prix de Xila. LUCRECE, MANDATAIRE. Pour la seconde manche, voir nos observations plus haut.

Prix des Etendards, r— JAVEALT, KAIF.

Prix Fernand Ricci. — ECURIE ZERMA

TI. CREDULEU, PETIT PRINCE.

Prix des Roses. — ECURIE COUTAYA PIMPRENELLE, QUOLIBET.

Mauricet.

Maison Noël PETERS

RISTORANTE SAVOIA

La vieille cuisine française, la véritable cuisine italienne. La renommée de cave.

Salle mauresque unique à Paris, 24, Passage des Princes (Bd Italiens), Paris

A TRAVERS ALGER

PHARMACIES DE SERVICE le dimanche

20 mai 1023.

Filippi, 55, rue Michelet. Téléphone 10-57.

Salles, rue du Docteur-Trolard.

Crandmont, 28, rue Bab-Azoun. Téléphone

1-30.

Zimmermann, 98. rue de Lyon. Téléphone : 18-77.

Cezilly Henri, 16. avenue de la Bouzaréa*

Téléphone : 22-52.

Tochon, 119, route Malakoff. St-Eugène.

Cuisoni, 76. rue Sadi-Carnot. Téléphone ï

12-40.

—————— '** ***

/1 M

APRÈS LE RAMADAN. — Nous avons signalé hier plusieurs rixes ou agressions dont la haute ville avait été le théâtre dans la journée de vendredi. Le service de la Sûreté a opéré dans la journée d'hier plusieurs arrestations se rapportant à ces faits.

Tout d'abord celles des nommés Naïli Mohadem ben Bachir, 46 ans, journalier, 10, rue Barberousse, et Bellara Mohamed ben Ahmed, journalier, rampe Valée 6, tous deux inulpés de coups de rasoir au caporal Hallalou Amar, du 5e tirailleurs, caserne d'Orléans, qui dû être hospitalisé. Les deux inculpés ont été remis au 2e arrondissement chargé de l'information.

L'indigène Berkani Mohamed dit Chinois, charetier, inculpé de çoups et blessures sur un tirailleur du 5e régiment, a été également arrêté et remis au 2 arrondissement de police qui informe.

L'ANDALOUSE

ANISADO

EXPOSITION INTERNATIONALE

des Arts Décoratifs el Industriels Modernes

ÉMlSSIONd«2.000.000jJH!lSiLolSd.50'r-

Donnant droit à 20 Tickets d'entrée de 2f50

et à réductions sur Chemins de fer et Théâtres.

TABLEAU DES LOTS:

4Lotsde IIIiILLIONdefr. 4.000.000 fr.

2 - 600.000 fr. 1.000 OOOfr.

46 - 100.000 fr. 4.6OQ.O0Ofr« 10 - 50.000 fr. soc.boo fr726.000 - 100 Ir. n.6oiQOOfr: Soit 726.062 Lotsponr. 82-700 000 fr.

l' Tirage le 6 Août 1923.

Les tirages ", Ip ¡>a¡pmen' des Inb nuiMnt lieu au

CRÉDIT FONCIER DE FRANCS.

Souscription ouverte dès le 16 Mat 1923 jusqu'il concurrence des Bons disponibles.

On peut souscrire par Correspondanc

VOL D'UN PORTEFEUILLE CONTENANT 400 FRANCS. - A la suite d'un vol par effraction commis à la Redoute, au pré.iudice de M. Diméglio François, le Service de la Sûreté a arrêté hier le nommé Vivant Marcel, journalier, demeurant 70, boulevard Bru.

L'inculpé a fait des aveux et a reconnuy avoir soustrait un portefeuille contenant 400 francs..

Vivant a été remis au se arrondissement,

l' A NTÉSITE S"~ a a o i f

avec peu de liquide

Le flac. p. 200 verres 2 fr. - p. 500 verres 4 fir.

Chez Phai-m.-Epiciers- Drogyisles

Vente en Gros: 7, Rue station Sanitaire — ALGtB

A b MAIRIE. — En commémoration du 1.:"11l\.:-lav <Iv la..IU:.;J.;:H..,,;U."--C;': Pa"~K!t'< }e' bureaux de la Mairie, de la Recette municipale et les bibliothèques seront fermés le mardi 22 mai courant.

Les services des naissances, des décès ef des eaux seront assurés ; le service des légalisations sera assuré le mardi matin.

110NTREXEVILLE Guérit : etns,

CONTREXEVILLE voies Biliaires

SOUS UN CAMION. - Le ipurnalicr Ilaoj Ha«ucine ben Mohamed, 20 ans, se trÓuvait couché sur le bord d'un trottoir, à l'arricreport de l'Agha, quand un camion, lourdement chargé dessable, lui est passé sur les deux jambes et l'a grièvement blessé.

L'indigène a été hospitalisé après avoll reçu des soins du docteur Legendre.

CRENOVILLE. ses marfums appréciéS

LES VOLS. — Dans les sous-sols de ia place de Chartres, où il a un entrepôt, q a été volé à Debbah Mohamed, marchand, des costumes d'enfants et une caLse contenant divers obiets, le tout d'une valeur de 180 fr.

— Sur les quais, au préjudice de M. Ronda, fabricant d'espadrilles, il a été dérobé un' sac contenant huit douzaines de paires d'espadniles d'une valeur de 240 francs.

DISCUSSIONS SANCLANTES. - ARRESTATIONS. — Hier soir, à neuf heures, à la suite d'une discussion, avenue de ia Bouzaréah, à l'àngle du Boulevard de France, le nommé Raymond Jean, 23 ans, charretier. a été blessé de trois coups de couteau par Djilali Abderrahman, 40 ans, qui a été arrêté.

Le blessé, atteint à la face et au cou assez légèrement, a regagné son domicile après avoir été soigné par le docteur Gardon.

— A peu près à la même heure, rue Dupetit-Thouars, Fartasse Rabah ben Ahmed, 26 ans, qui venait de blesser un autre indigène Amiaoui Mohamed ben Ahnled, 23 ans. marchand de légumes, a été arrêté et sera présenté au Parquet.

Fartasse qui avait été blessé à la jambe gauche a été hospitalisé après avoir reçu.

des soins du docteur Gardon.

LE-REVOLVER. — Au moment où il venait de tirer un coup de revolver sur sa tanto sans l'atteindre, le nommé Merabet Moha; med, 18 ans, marchand de légumes, a été arrêté par les agents Aïchaoui et Guadagnim et sera déféré au Parcfuet.

BANLIEUE D'ALGER

COLONNE-VOIROL

Les fêtes. — Nous rappelons cju'X l'occasion de la Pentecôte l'Union Sporàvc de la

Colonne-Voirol a organisé Sa fête annuelle qui se tiendra aujourd'hui- dimanche et demain lundi. sous la présidence. d'hamîçtJr 'de M. Chevalier, maire de Birmandreis.

A cette occasion, la Société soucieuse de donner à 'ces fêtes leur éclat coutumier, a: organisé pour ces 2 journées des grands bals en matinée à 15 heures et en soirée a 20 h. 30.

EL-BIAR

Succès scolaire. — Nous apprenons avec plaisir le succès obtenu au concours, dé3 bourses de l'enseignement primaire supérieur par Mlles Angèle Clavaud, fille de no* tre très sympathique allli, chef de la brigade de gendarmerie, Marie-Thérèse Marchai et le jeune Alfred Féménias. Nos compliments à ces bons élevas et nos félicitations à leur* maîtresses et maîtres.

Bulletin Commercial

du 19 mai

Primeurs et agrumes d'Algérie. les 100 kilos. 250 fr. ; tomates, tes 100 kilos, 400 fr. ; courgettes, les 100 kilos, 60 fr. ; fèves, les 100 kilos. 100 fr. ; haricots verts, Ici 100 kilos. 330 fr.: haricots beurre, les 100 kilos, 320 fr. ; pommes de terre nouvelles, les 100 kilos 120 fr.


DERNIERE HEURE

L'incident Caillaux

-

LA DEFENSE DE M. EBELOT

IL CRAICNAITD'ETRE ASSASSINE

PAR M. CAILLAUX 1

Toulouse. 19 mai. — Aujourd'hui le magistrat instructeur Me Signorel a entendu Mme BÓurjade, signalée par M. Ebelot, avocat, pour lui avoir fait, les jours qui ont précédé l'agression contre M. Caillaux. le récit de la visite mystérieuse d'une dame lui annonçant que M. Caillaux avait projeté .de le faire .assassiner dès qu'il viendrait a iToulouse.

Mardi le magistrat instructeur procèdera a un interrogatoire complémentaire de deux autres inculpés, Lacointc et Bories et l'information sera vraisemblablement close, a moins d'incidents nouveaux.

Cour d'Assises de la Seine

CONDAMNATION D'UNE BANDE

DE MALFAITEURS

Paris. 19 mai. -. La Cour d'assises de la Seine vient de rendre un arrêt dans une affaire de détournement commis au préjudice d'un agent de change, M. Leuba.

Marcel Chilouet a été condamne à 18 mois de prison et 100 francs d'amende. Son complice Raoul iLemarchand à 3 ans de prison et 100 francs d'amende. Les femmes Chilouet et Lemarchand. que l'accusation avait rendues complices du détournement, ont été acquittées. Alfred Pfische, qui avait servi d intefPrète. a été également acquitté.

M. Leuba, ragent de change, obtient les 183.000 francs de restitution qu'il avait demandés, -

Marcel Chilouet et Rapul Lemarchand avaient détourné, en mars 1922, une certaine somme de la caisse de leur patron et tous les deux, accompagnés de leurs femmes, avaient duitté la France sous la direction d'un interprète parlant plusieurs langues qui leur fit parcourir l'Europe Centrale, avant de trouver un gîte sur où s'arrêter.

Ils parcoururent ainsi le Tyrol et s'arêtèrent à Athènes, où ils achetèrent une villa DOUJ 160.000 drachmes. Ils y invitèrent des amis, et, comme ils pendaient la crémaillère, deux inspecteurs de la Sûreté les arrêtèrent.

L'accusation avait inculpé non seulement Marcel Chilouet et Raoul Lemarchand, mais leurs femmes et le cicérone Pfische, qui avait reçu 40.000 francs uoûr ses frais de déplacement. «

UNE HISTOIRE DE BRIGANDS

AVENTURES D'UNE JEUNE ANGLAISE

Marseille, 19 mai (de notre correspondant particulier). — Parmi les passagers arrivés

aujourd'hui par le paquebot « Calédonia », courrier des Indes, se trouvaient le major

Ellis et sa fille, âgée de 20 ans, qui fut l'héroïne d'un terrible drame. Tandis que le major Ellis était absent, des brigands s'introduisirent, au début d'avril, dans son cottage à KowJiat et, sous les yeux de miss Ellis terrifiée, les bandits égorgèrent sa mère. Ils enlevèrent ènsuite la jeune fille et l'emmenèrent dans la jungle.

Des. patrouilles de soldats envoyées à la poursuite des brigands ne purent délivrer la jeune fille. Mais une courageuse femme, au péril de sa vie, réussit à sauver la jeune miss.

C'est Mrs Star, dont le mari fut assassiné il y o quelques années par les mêmes brigands.

Risquant cent fois de se faire tuer, elle rejoignit la jeune prisonnière. Cela se passait vers fin avril. C'est dans la petite ville de Khanzibazar que miss Ellis avait été enfermée par les brigands. Ayant pu s'entendre tTT&c rUn acs-niêfs des fTMls. Mrs Star offrit une énorme rançon pour obtenir la liberté de sa protégée. Ses propositions furent finalement acentées et une semaine plus tard, les deux femmes arrivaient à Pechavan Le maior Ellis s'y trouvait déjà.

C'est ainsi nue le mari et la fille de la victime des bandits se trouvent aujourd'hui sur le « Calédonia t. Tous deux rentrent directement à Londres.

Mortel accident d'auto

UNE FILLETTE EST TUEE

Versailles, 19 mai. — Ce matin, p un chauffeur nommé Decker, rentrait à Paris avec l'automobile de son patron, lorsque passant rue de Pologne à St-Germain. Le chauffeur, ivre donna un brusque coup de volant et monta sur le trottoir et écrasa la jeune Tétard, âgée de trois ans dont les parents sont entrepreneurs de menuiserie.

La malheureuse fillette a été tuée net. Le chauffeur murtrier a été mis à la disposition du parquet de Versailles.

Après l'assassinat de Vorowski

TCHITCHERINE REND LE CONSEIL

FEDERAL RESPONSABLE DU DRAME

DE LAUSANNE

Berne. 19 mai. — Dans une note qu'il vient de faire parvenir au Conseil fédéral, Tchitchérine décore sue le gouvernement des Soviets rend le gouvernement suisse responsable de l'attitude des autorités suisses, attitude qui a oermis l'exécution de l'assassinat de Vorowski. Il aioute qu'il en tirera les con-, clusions nécessaires. „ -

Cette note dit encore que les autour susses ont laissé la délégation russe sans protection, bien qu'informées des menaces dont celle-ci a été l'objet. Le refus des autorités stiisses d'accorder à la délégation russe, bien que celle-ci fût învitee a la Conférence, !les privilèges diplomatiques, a cree, d après Tchitchérine. une atmosphère d excitation en même temps qu'il a facilité le meurtre. Cet acte n'a été possible que parce que les autorités suisses n'ont Dris aucune mesure de protection.. ,

L'attitude des autorités suisses doit donc être taxée de négligence ayant favorisé l'ac complissement du crime le plus grave, 1 assassinat d'un représentant diplomatique d'un autïe pays. , „

■. iLe Gouvernement des Soviets exprime la confiance que le gouvernement fédéral donnera à la Russie toute satisfaction, qu'il or- àonnéi'ii une enquête extrêmement rigoureusc. qu'il révoquera et défèrera devant les tribunaux compétents toutes les personnes reconnues coupables de négligence en cette

,Éttdàlii tance.

DANS LA RUHR

SAISIE DE SIX MILLIARDS DE

MARKS-PAPIER

'Coblence, 19 mai. — On a saisi, le mois dernier, à la banque d'Empire de Coblence, Tiùe sommé de six milliards de marks-papier.

DANS LA SARRE

LE FRANC FRANÇAIS AURA COURS

LEGAL LE 1er JUIN

- ~La commission du

Sarrebruck. 19 mai. - La , commission du territoire de la Sarre a décidé le 18 mai l'introduction du franc français, comme monnaie légale à l'intérieur du bassin à dater du 1er juin. Cette mesure a pour but de mettre fin au malaise économique dont souffre la copulation de la Sarre du fait de la circulation simultanée dans le bassin de deux monnaies, dont une est stable et 1 autre presque complètement dépréciée.

Cette réforme est appelée à contribuer à consolider la prospérité générale du pays , nour l'instar" ^oraDromise par -les conflits

des salaires, issus en grande partie de la dualité monétaire et qui ont servi de prétexte au déclanchement de la dernière grève des mineurs exploitée par la suite dans un but politique.

Le travail dans les mines a repris d'une façon générale sans incidents. Toutefois l'exploitation ne pourra redevenir normale qu'au fur et à mesure de la remise en état des Duits et des installations techniques qui ont souffert toutes plus ou moins, du fait de la réduction au minimum des travaux d'entretien et par suite, du manque de main-d'œuvre.

UN DRAME

UN PROPRIETAIRE ABAT

SON DOMESTIQUE D'UN COUP

DE FUSIL

Dijon, 19 mai. -t Un drame s'est déroulé, hier soir, à Foncegrive (Côté d'Or). Le nomme Poupon, âgé de cinquante quatre ans, avait eu, cet après-midi, une discussion avec un manœuvrier nommé Bannet, qu'il occupait depuis des mois à la culture du houblon.

Voyant, hier soir vers 19 heures, Bannet entrer chez lui, Gustave Poupon, couché s'empara d'un fusil chargé de chevrotines et 1 abattit d'un coup tiré à trois mètres Se levant ensuite, il prit la fuite, tandis que

Bannet. les intestins perforés, expirait peu après.

Gustave Poupon a été arrêté pendant la nuit dans le bois j Boussenois où il s'était réfugié

L'AVIATION

L'ESCORTE AERIENNE DU MARECHAL

FQCH EST RENTRÉE A METZ

Metz. 19 mai. — L'escadrille du 11e régiment d'aviation, comprenant six avions sous le commandement du capitaine Papin, partie de Metz pour escortér le maréchal Foch, au cours de son voyage en Pologne et en Tchécoslovaquie, est rentrée aujourd'hui à son port d'attache, Le voyage, à l'aller et au retour, s'est effectué sans incident, bien que les pilotes aient eu a lutter contre le mauvais temps. Au retour, l'escadrille. par.tie de Prague, a traverversé 1 Allemagne à une altitude moyenne de 200 mètres.

LES SPORTS

LES PREMIERES ELIMINATOIRES DU CHAMPIONNAT DU MONDE

DE TENNIS

Paris. 19 mai, - Voici les résultats des premières éliminatoires pour le championnat du monde du tennis :

Simple messieurs : 2e tour, Lacoste bat Varda par 6 points à 3 et 6 à 3.

Simple dames : 2e tour, Mme Storf bat Mme Lebesneray par 6 à 4 et 6 à 3. ; Miss Mac Kane bat Mlle Bourgeois par 6 à 2 et 6 à 1 ; Mlle Steranza bat Miss Ginn par 6 à o et 6 à 4; Mlle Deve bat Mme de Borman par 6 à 1 et 6 à 3; Mme Billout bat Mlle Lecaron par 6 à 0 et 6 à 2; Mlle Vlasto bat Mme Humford par 6 à 1 et 6 à 4; Miss Goff bat Mlle Pharnelet par à 5, 4 à 6 et 9 à 7.

Dôuble messieurs : Aflangul et de Morpur1!0 battent Sovka et Rorher par 6 à 0, 6 à 1 et 6 à 1.

Double mixte : M. et Mme Didmer Koll battent M. Hohnston et Miss Sears par 8 à 6 et 6 à 1.

AU VELODROME BUFFALO

Voici les résultats de la première journée du meeting de la Pentecôte : Course d'une heure derrière moto: 1. Fossier. couvrant 72 kil. 300 ; 2. Miquel. à deux tours 1/2; 3. Parisot; 4. Colombatto; 5. Séres.

Match de défi franco-belge, 2 manches 15 u&4*rièi'e naoto;-lrc m&iiclîe * 1 L,ar-*i rue, en 12' 18" 2/5; 2. Lejour.

2e manche : 1. Larrue. en 25' 8" 4'5- 2 Le-!

jour. *

Match Cugnot : tandem Jouder-Costet ga- g-ne.

Petites Nouvelles

PARIS. — César Silvena, âgé de 41 ans, arrivé de Tunis récemment et descendu dans un hôtel, 15,-rue Villejuif, à Paris, s'est suicidé aujourd'hui dans sa chambre avec un réchaud de charbon de bois. On attribue ce suicide à la neurasthénie.

MEAUX. — M. Magiriot et le général Gouraud se rendant dans la Meuse, pour assister à des cérémonies patriotiques. ont eu une panne d'auto dans la traversée de Meaux.

Leur voiture a été tamponnée à un carrefour par une camionnette. Les dommages sont purement matériels.

Le ministre et le général Gouraud ont pris à la gare de Meaux l'express de Nancy.

piortel accident d'avion à Sétif

IMPOSANTES OBSEQUES DES

VICTIMES

Sétif, 19 mai. (De notre correspondant particulier). — Les obsèques du lieutenant d'artillerie Bavard Paul et de l'adjudant-pilote Matignon Henri, de la 2e escadrille, victimes de 1 accident survenu au parc d'aviation, hier ont eu lieu, ce soir, au milieu d'une foule aussi dense que fortement impresionnée.

La chapelle de l'hôpital militaire où les corps étaient déposés, avait été copieusement pavoisee aux trois couleurs et les cercue oIs disparaissaient sous les gerbes de fleurs et les couronnes.

« L'Harmonie » municipale, jouant des marches funèbres, ouvre la inarche, suivie du Groupement sportif sét;fien, des Médaillis militaires, d'une délégation des sapeurs-pompiers des Dames de Firance et des délégations des diverses armes. Les corps des deux aviateurs, placés sur des prolonges d'artillerie pavoisées et fleuries, sont encadrés de piquets d honneur suivis des autorités civile et militaires et de nombreux camarades de3 défunts. La foule, très nombreuse, tient à accompagner à* leur dernière demeure ces braves 'Soldats français morts au champ d'honneur, victimes du devoir.

Au cimetière le capitaine Battini, commandant le paire d'aviation de Sétif, unité à laquelle appartenaient les deux victimes, prononce d'une voix très ferme entrecoupée de sanglots, un poignant discours, puis le commandant du 3e groupe d'artillerie, le colonel commandant le 3e groupe d'aviation, au nom du général commandant la division, et enfin M. Girod, adjoint au maire. au nom de la PAPulation sétinenne, font successivement l'élog-e des braves soldats qui., après avoi.,r combatu vaillamment sur le front, pendant la guerre, et avoir été l'objet de nombreuses et élogieuse-s citations, ont donné, par leur cou rage et leur sang-froid, le plus bel exemple d'énerie. en cherchant à développer l'emploi de l'arme nouvelle, orgueil de la France. Chacun salue bien bas les corps de ces héros !

Puisse cette émouvante et imposante cérémonie atténuer la douleur de ceux qu'atteint ce deuil cruel.

En cette douloureuse circonstance, l'Echo d'Alger adresse à Mme Matignon et à son fils ses plus vives condoléances.

Les Fêtes de Blida

LEUR SUCCÈS S'ANNONCE

MACNÍFIQUE

Blida, 19 mai. -- Les drapeaux ont été mis, les lampions sortis et. la pluie n'est pas tombée. Pour les Blidéens, ce sont là d'heureux présages qu'ils saluent avec plaisir.

iLe temps est donc superbe ; le soleil brille dans un ciel tout bleu ; auto DUS et trains déversent dans notre cité des flots énormes de visiteurs; l'entrain est grand ; le comité met la dernière main à une organisation bien conçue et non moins bien exécutée ; la fête foraine, installée place Lavigerie, attire une

affluuene considérable, et les indigènes, fêtant la fin de leur jeune, ajoutent une note locale très animée.

Dans quelques .instants, la retraite aux flambeaux va ouvrir la série des réjouissances. ILe concert des Amis Réunis complétera le charme de la soirée.

Demajxi matin, éliminatoire de la Poule à l'épée et du grand concours des boulomanes.

CYMKANA AUTOMOBILE

Les engagements seront reçus jusqu'à mardi 22 mai, à midi, au Secrétariat du Comité des fêtes, 3, rue de Lamartine.

Fêtes et Concerts

Grandes fêtes annuelles du Hamma

C'est aujourd'hui 20 mai que commencent les fêtes annuelles du Hamma., organisées par notre vieille Société de préparation militaire le Club Gymnastique de Mustapha.

Nul doute que ces fêtes ne dépassent en éclat celles des années précédentes.

A 7 h. 45. ouverture du grand concours de boules, boulevard de l'Orangerie, chez Staropoli ; tirs à la quille, ieu du crapaud.

L'après-midi, défilé, départ de l'Arsenal, à 2 h. 45 ; même itinéraire que pour la retraite. Dans l'enceinte de la fête, exercices divers et pyramides par le Club. Trois grands combats de boxe par les élèves de la salie Daurces.

Le soir à 9 heures, grand bal. Dames, 1 fr. ;

cavaliers. 2 fr. -

Office Public Municipal d'Habitations à Bon Marché

DE LA VILLE D'ALCER

Les logements construits avenue Malakoff par l'Office public d'habitations à bon marché de la ville d'Alger pourront vraisemblablement être mis en location vers le 15 octobre.

Ces logements, de 3 et 4 pièces, avec dépendances, seront loués au prix uniforme de 910 francs par an, taux prescrit par la législation sur les habitations à bon marché.

Ils seront attribués aux personnes de situation modeste et de préférence aux familles nom breuses.

Liste d'inscription des candidats

Les postulants pourront se faire inscrire à partir du 1er juin au Secrétariat de l'Office (arcades de la mairie), tous les jours non fériés, de 9 heures à 11 heures du matin et de 3 heures à 4 h. 30 du soir.

La liste d'inscription sera close le 15 juin, à 5 heures du soir.

Questionnaire spécial

Chaque postulant devra remplir, au bureau de l'Office, le questionnaire spécial qui lui sera remis, afin de faire connaître son état civil et celui des membres de sa famille logeant sous le même toit, et de fournir toutes indications utiles pour l'établissement de la liste d'attribution.

Pièces à produire

Chaque candidat devra déposer à l'appui du questionnaire précité :

l°Les pièces établissant son identité, sa nationalité, celles des membres de sa famille, son temps de résidence à Alger ;

20 Un extrait de son casier judiciaire ;

3° Son livret de famille ou pièces en tenant lieu pour ses descendants ou ascendants à sa charge ;

4° Des pièces établissant qu'il est en règle avec ses impôts (quittances ou certificats de non imposition).

Les requérants pourront être invités à fournir, en outre, tout autre pièce complémentaire jugée nécessaire T'laI' la commission des locations, pour établir leur situation sociale.

Ceux oui habiteraient chez des membres de leur famille faute de logement, devront faire la preuve de cette situation pour bénéficier de I-. majoration prévue.

LA VIE SPORTIVE

PETIT PRIX AUTO-MOTO organisé par la section cycli$te de l'ASSE, sous les 'règlements de TU V F

Aujourd'hui, à 2 heures, au bas de la rue Monge, sera donné le départ du Prix Auto Moto, l'une des plus belles compétitions réservées a nos juniors. Plus de 60 engagés ont répondu à l'appel des organisateurs ; ils vont se livrer, sur le parcours Alger, Birkadem, Saoula. Crèscia. Douéra, Dély-Ibrahim, Château-Neuf, Chéragas, Staouéli, Guyotville, Saint-Eugène, à une bataille qui sera des plus émotionnantes à suivre.

Dans la liste, nous relevons les noms des vainqueurs et favoris des toutes dernières épreuves : les Lemonnier, Meziane, Olivar, Cuba, Thomas, Andriot, Huss, Guercy, Moutte, Déioan. Roméo, Saïa Belkacem ; l'arrivée des premiers est pronostiquée pour 4 heures 30 minutes au stade Lapergue.

Trois primes seront offertes aux trois premiers qui défileront dans le stade. Une bouteille de crème de cacao est - offerte au premier de l'ASSE par MM. Maille, du Café de la Poste. La Maison Auto-Moto offre trois primes de 25 francs aux trois premiers sur AutoMoto.

Convocations

Stade de Saint-Eugène. — Grands matches d'association. — Aujourd'hui dimanche à 8 heures AiSfd: (2) contre ASSE (2); à 9 h. 30, Elan de Babel-Oued contre CSJP, entrée générale 1 franc.

L'après-midi, match d'ouverture entre ForLdcl'Eau et l'ASSE (3) ; à 16 heures, grande rencontre chez le ODJ, finaliste de la CQupe de l'Qranie avec Bel-Abbès et la lre équipe l'ASSE.

Marine Sportive Algéroise. — Rendez-vous des nageurs, aujourd'hui à 9 heures du matin, au local de l'Amirauté pour former les équipes de water-polo.

Course Cycliste de Blida. — Demain lundi à 9 heures. la course de 50 k. (réglemente de l'UVF( sera doté d'une bicyclette Peugeot offerte par les Etablissements Vinson. Inutile de dire que l'annonce de ce prix important réunira à Blida les as de la « petite reine ».

Les coureurs doivent se munir de leur licence 1923, en cas de non présentation un dépôt de 5 fr. sera exigé par les commissaires dont 2 fr.

leur seront remis s'ils sont en règle âvec l'tfVF, sinon la suppression du prit qu'ils pourraient a,voir gagné et' confiscation du dépôt.

INFORMATIONS MARITIMES

NOS COURRIERS

Arrivées et départs de Marseille

Arrivées du 18 mai : Le « Gouverneur Général-Grévy », venant d'Alger ; du 19 mai, lé « Maréchal-Bugeaud », venant de Bone.

Départs du 19 mai : Le « Timgad », pour

Alger ; 1' « Eugène-Péreire », pour Oran.

« Radio du « Timgad »

« Beau temps. Petite brise du N.-O. Arrivée probable à 15 heures. — Chabot ».

MOUVEMENT DU PORT

du 18 au 19 mai

Arrivées : Vap. ang. Great City, de Gênes, charbon ; vap. allem. Artushof, de Hambourg, opère; vap. ital. Flaminia, de Barcelone, d.

m. : vap. ang Nivose. de Bahia-Blanca, blé; vap. fr. Rose-Schiaffino, de Cardiff, charbon.

Départs : Vap. fr. Douce-France1 pour Oran, d. m. ; vap. fr. Lamoricière,, pour MarseJle, d.m.: vap. ang Great Citv, pour Sand,' lest ; vap ital. Flaminia, pour Gibraltar, d.m..; vap. fr. Moulouya, pour Marseille, d.

m. ; van. fr Savoie, pour Marseille, tl.m.

Dans les Départements

DE NOS CORRESPONDANTS

BLIDA

Appel aux anciens combattants. — Les A.C. de Blida sont priés de se réunir aujourd'hui dimanche, à 14 heures, au café d'Orient pour constituer une section de l'U.N.C.

Les camarades Ferrillon, Robaglia et Simon du groupe régional d'Algérie y exposeront les buts de l'U.N.C., le président étant empêché.

ix65 speeTAeixes

THEATRES.

NOUVEAU THEATRE. — Aujourd'hui dimanche en matinée et en soirée : LE CAVALIER LAFL'EUR, avec M. Gabel dans le rôls de Lafleur..

Location Nouveau Théâtre, 28-67 ; chez Cérésa; 48, rue d'Isly.

A l'occasion des fêtes de Pentecôte, dimanche et lundi, le Bar américain du Nouveau Théâtre restera ouvert toute la nuit.

Souper froid soigné. Orchestre jazz-band féerique de 1er ordre, sous la direction Bénincasa.

THEATRE DE L'ALHAMBRA. — Auîourd'hui dimanche, en matinée, à 2 h. 30 et en soirée, à 8 h. 45. dernières représentations de

TA BOUCHE

l'opérette moderne la plus amusante, aux airs les plus entraînants et qui, jouée par l'excellente troupe de l'Alliambra, constitue 3 actes de fou rire.

Loc. ouv. Trams. Bar Américain.

CASINOS.

CASINO MUSIC HALL. — Aujourd'hui dimanche, matinée à 2 h. 30. Adieux des 4 Rosen's et du Trio Onoto. Au programme encore : Andrée Turcy, la grande vedette du jour; Talber, diseur fantaisiste; Simm's et la jolie Betty, danseurs acrobatiques; Léonardi et ses chiens comédiens, et les Mazzony's, cascadeurs. Demain lundi, matinée à 2 h. 30 et débuts des 3 Custinos, barristes comiques, et des Ceorgianis, perchistes. Entrées de faveur rigoureusement suspendues.

Loc; ; de 10 à 12 h. et de 4 à 7 heures.

CINEMAS

Splendid Cinéma Select

9, rue de Constantine. Téléphone 28-56.

La meilleure société

Dernières de :

L'Affaire du Courrier de Lyon

(2e époque)

L'OR MAUDIT

Drame en 4 parties

Comique, documentaire, actualités.

Demain: Le Fantôme du Passé

RECENT-CINEMA. —. Une seule et grande matinée à 4 h., soir. à 9 h :

BONHEUR CONJUGAL

comédie humoristique et sentimentale de Robert Saidreau. interprétée par Pierre Etchepare, Denise Legeay et André Dubosc.

CAOHUCHA, FILLE BASQUE, comédie dramatique en 3 parties. A l'ouverture de la 2e partie, :!.. R. Néri, violoncelle solo, exécutera « Chants. Russes », de Lalo. Tl.

27-16.

Demain lundi : JUSTICE DE CRIFFITH;

CA'RPENTIER CONTRE NILLES.

A L'OLYMPIA

Mat. 4 h., soirée 9 h. : Dernières du superbe film

La Princesse Inconnue

fine comédie dramatique en 5 actes, avec Nazi mova.

L'EXPEDITION VANDENBERCH

Sensationnel voyage du Zambèze au Nil lre étape

Doc. Comique. Loc. Tél. 19-07.

Demain lundi, à l'occasion de la Pentecôte, grand gala :

LE COSTAUD DES EPINETTES d'après la célèbre pièce de Tristan Bernard.

AVIS AU PUBLIC. - A partir de demain lundi, les matinées commenceront à 4 h. 15.

EEt~S

TRIANON PALACE. — Compania_Espanola E. Belda. — Hoy, en matinée, el grandioso drama en 3 actos : HIJA Y MADRE.

Por la noche el hermoso drama en espanol LA TOSCA. Fin de Fiesta los aclamados Rosalina y don Bruno. Location al tfiismo precio. Trams à la salida. El lunes : EL CRISTO MODERNO.

CINEMA DU PLATEAU. — Mat. 2 h.

et 4 h., soir. 9 h. : Mme Kovanko et Mosjoukine dans NUIT DE CARNAVAL, grand drame ; ROULETABILLE, 3e épis.

L'ANDALOUSE

ANISADO

VARIETES-CINEMA. — Mat. 3 h. 30 soir. 9 h. : LES DEUX SERGENTS, grand drame émouvant en 6 p. ; ROULETABILLE, 1er ép. ; LA VERTU RECOMPENSÉE, par Lui, fou rire en 2 part.

CINEMA MONTPENSIER Mat. 3h.30, soir. 9 h. : André Nox dans L'HOMME QUI PLEURE, grancl-draine ; L'AIGLONNE, 3e ép.

VARICES - OBÉSITÉ-DÉPLACEMENTS D'ORGANES

LA HERNIE

Avant de tenter quoi que ce soit concernant le traitement de votre infirmité, renseignez-vous auprès des Spécialistes Poulard Frères, installés dans votre propre région, où ils jouissent déjà de la plus légitime renommée. MM. Poulard peuvent mieux que quiconque vous soulager et vous guérir.

Allez les voir de notre part, ils vous recevront gratuitement, de 9 h. à 4 h., en leur cabinet :

INSTITUT HERNIAIRE DALGER

4, rue Lulli, 4,

Les mardis, vendredis, samedis. Les dimanohes et fêtes jusqu'à midi.

ALCAZAR-CINEMA. — Mat. 3 h. 30, soir.

9 h. : Maurice de Féraudv dans CR,AINQUEBILLE, d'Anatole France; VIDOCQ, fin.

CINEMA-PALACE. — Mat. 2 h. et 4 h., soir 9 h. : NANOUK, l'Homme des temps primitifs; VIDOCQ, ge ép.; BEAUCITRON, fou rire.

BIJOU CINEMA. — 2 mat. et soir. : PARI DE BETTY, drame 5 part.; REVENANT PLEIN D'ESPRIT. fou rire; MYSTERE DE LONDRES, 6e ép.

CINEMA MUSSET. — DON JUAN ET FAUST, aventure romanesque de Marcel1 i'Herbier, 10 parties. Sensationnel !

ATTRACTIONS

CRAND CIRQUE EQUESTRE MONDIAL (Champ de Manoeuvres). — Aujourd'hui, dimanche, 3 représentations matinées à 2 h. 30 et 4 h. 30, soirée à 9 heures. Grand succès de la pantomime « Le sergent Michel ».

PARIS DENTAIRE

VIDAL, Chirurgien-Dentiste

1, RUE D'ISLY, ALGER (Place du Ballon)

Toutes opérations absolument sans.aucune douleur

PRIX TRES REDUITS

BAINS DE MER JARDIN D'ESSAI

Ouverture du Restaurant

Téléphone : 44-43

I E. MARADJI I Chirurgien-Dentiste de la Faculté I H de Médecine I B 1er Lauréat de l'Ecole Dentaire de Lyon fl

1 71, rue d'Isly, Téléph. 39-58 I j|| (près Excelsior) |

1

VILLÉCIATURE. - Pour cure de repos et de grand air, en pleine campagne, pays boisé très pittoresque, altitude 750 m. S'adresser « Les Granges » à Crocq (Creuse).

Brochure illustrée sur demande..

Gorges de Palestro

LUNDI DE PENTECOTE chez DON AT O, Hôtel de la Victoire

Repas soigné et copieux à 10 fr. Tél. 0-04

MinAlfl? Vous réaliserez 40 0 0 d'éco-

1*1 A" Aillïi nomie en commandant dès à présent vos Tapis orientaux pour l'Hiver c'hez Me Julien,-2, rue Fondérie- (Grand Lycée). Téléph. 46-32.

- - - - - - - - - - - - - - -

CUL TURE PHYSIijUE i

Ecoles DESBONNET, de Paris 1

i! 43, RUE MICHELET, ALCER S I > Téiéphone : 43-59 j[ MALET, Directeur j[

J| Rajeunissement physiologique ra-

< > tionnel à tout âge — Cure contre l'obé- < i sité — Traitement médical sans ré-

II gime alimentaire — Hydrothérapie >

J | Massage — Exécution des ordonnances | 0 de la Faculté. » 1 > Hommes : Lundi, mercredi, vendredi. < J | Dames : Mardi, jeudi, samedi. J j | Prix Modérés - - Succès garanti ; {

o On traite par correspondance o

Qvcuxl de barïtr bowr > àxotez * V adresse^ "de r -

Z '€ £ /VC £ HAVAS

$2, Rae de Ricne/ietl- 1

AXHÎÔ tourner Lire cKacfae

Li I J(ci.1I ;/J.

mm ,So-n Immell.¿te -.

MBMBRB DU JURY et HORS CONCOURS

A GU] RI SON certaine et radicale des hernies les plus volu-

JLJXJL - mineuses, par le port du bandage, ne p,ut etre obtenue qu'en adoptant le nouvel appareil sans ressort de M. CLASER. le GRAND SPECIALISTE de PARIS, 44, Bd. SEBASTOPOL. (amt no 63). le seul oui garantisse par éçrit l'immobilisation parfaite des hernies les plus rebelles, sans gêner en quoi que ce soit le majade dans ses occupations. r ,

Henriéùx qui avez vainement tout essaye, vous ne retrouverez donc la santé qu'en adoptant le nouvel appa- "TV/T G L SE R dont la réputation universelle est reil sans ressort de .LVA • vJTJLJ £ OXLi XV due à-40 années d'expérience.

reil saris r è ssort.

Le nouvel sgns ressort de M. CLASER, le grand spécialiste de Paris, est Je seul reCOnnu officiellement par le corps Médical. Muni de la nouvelle pelote à compression souple, il est en quelque sorte le remède infaillible qui a..sauvé et guéri des milliers de personnes atteintes dé hernies.

- Quelques-unes de ces personnes nous autorisant à publier leur nom :

M. Cirard A., ferme de Chabersas, à Constantine (Algérie) : hernie guérie.

M. Sombardier, av. Guerrois, villa 77, à Fort-de-l'Eau (Algérie) : hernie guérie.

M. Juve F., à Abbo, province d'Alger (Algérie) : hernie guérie.

M. Hausvirt J. chez M. Frespech, restaurant Jardin-d'Essai à Alger (Algérie) : hernieguérie.

M. Quantin Tules, à Hammam-bou-Hadiar prov. d'Oran (Algérie) : hernie guérie.

Désireux de donner aux malades une M A Q L1 "D invite toutes les preuve immédiate de ces résultats, 1YX • VTXJXXOXIJXV pgrsônneà âtteintes de hernies, efforts, descente.. à lui rendre visite dans les villes suivantes, où il fera gratuitement l'essai de ses appareils. Allez donc tous de 8 h. à 4 h. à :

Qran. 19 et 20 mai, Hôtel de France.

Sidi-bel-Abbès, 21 mai.. Hôtel Continental.

Alger. W 22 et 23 mai. Hôtel des Etrangers.

VARICES DÉPLACEMENT TOUS ORGANESO O É SI T É

Trait-é tic la Hernie. - Brochure des Bas à Varices et Ceintures ( FRANCO ventrières.- Extrait de l'Album des fîeintures Maillots t sur demande

-8 fr. la boite de trois, t

Maison NUNZI, Représentant, ALGER

Casino de FORT DE L EAD

Fêtes de la Pentecôte

Les cars assurant le service des transports partiront du Bar des 5 Avenues, rue Waïssei et du Bar Gaulois, rue de la Liberté.

Départs d'Alger :

Samedi soir 19 : 17 h. et 17 h. 45 ; ,

Dimanche 20, lundi 21, départs toute 1.

journée, à partir de 8 h. 30.

Voir horaire spécial des C. F. R. A.

I LOAUiiiIS c PIETTE Chirurgien Dentiste t LO~tUt!SS c PIETTE de la Faculté da Médecine de Lille, 65, rue d'Isly (ex-Hôtel Excelsior). Consultations de 9 à 11 et de 2 à 51

Lingerie de Grenoble

Maison FLEUR frères. ROCIER et Cie

Maison spéciale pour trousseaux ROCIER. 3, rue Barbès, Alger

J'IIDTIEPOIRjyΕ

Nous voudrions que nos concours de fin d'année soient pratiluml.n: faits sur le"!

tissus, aussi, nous attirons l'atenrion de IÓj dames qui auraient besoin de costumes.

Exemyts du prix de façon, ces costumes si feront à 2QO et 300 francs.

Les profiteurs de cette favetrr rarticiperont en même temps, à cette grande œuvra démocratique qui complète la femme da son ménage. Les curieux et indécis qui ignorent l'effort et le mal que se dunne la Professeur Mussot, devront s'abstenir. lns cription ; Professeur de la Ville, rue Blanchard.

ROMOLI-MODES

SPECIALITE DE DEUIL

10. rue Bab-Azoun 1

CUYOTVILLE. - M. et Mme Félix Caserte leurs enfante ; M, et Mme François Palmisano et leurs enfants ; Mme et M. Joseph Adorno, le adjoint au maire ; M. Joseph Palmisano et sk fille ; M. et Mme Georges Palmisano et leura enfants, de Staouéli ; M. et Mme Auguste Ro.

vest, de Marseille ; Mlle Germaine Rovest ; Mi et Mme Antoine Siore et leurs enfants ; M. Elf Mme Michel Antoni et leurs enfanta, de Bône: M. Barthélémy Palmisano, d'Amérique ; les fa.

milles Caserte, Morra, Vitiello, e Ont la douleur de voua faire part de la pertft cruelle qu'ils viennent d'éprouver en la persee ne de

Monsieur Jean CASERTE

leur frère, beau-frère, oncle, cousin et allié, d'.

cédé à Cuyotville le 19 mai 1923 à l'âge de 67 ana.

muni des Sacrements de l'Eglise.

Et vous prient d'assister à sés obsèques qni auront lieu aujourd'hui dimanche à dix heures trente à Cuyotville. .Réunion, propriété Palmisano, b, dix heures.

OFFICE D'ETAT-CIVIL, Sle de la Maison (J

Trouvain, de Paris, L. Cosso-Centil, directeur ài Alger. Succursale du Littoral, Joseph Pons, ageuff général à Guyotville. Téléphone 0.45 (pertnanertt avec Alger).

M. et Mme Gaétan Foscoso et leurs familles d'Alger et de Meurthe et Moselle, ont la douleùï de vous faire part dé la perte cruelle, qù'iIï viennent d'éprouver en la personne de -

Paul FOSCOSO

décédé à Alger le 19 mai 1923 à l'âge de 6 moiarf

Ses obsèques auront lieu aujourd'hui dimanche à dix heures.

Réunion au domicile mortuaire, 25, Boulevar d Bugeaud.

OFFICE D'ETAT-CIVIL (Cie G. Trouvain, de p1 ris), L. Cosso-Centil, directeur, à Alger, 62 et 64t rue de Constantine. Téléphoné : 27-03.

Cercle de Mun. — Le Conseil d'Administration prie les membres du Cercle de vouloir bien a asieter aux obsèques de *

Paul FOSCOSO

Fils de M. Foscoso, membre du Cercle

qui auront lieu aujourd'hui à dix heures. RéwJ nton, 25, Bd Bugeaud. *<

OFFICE D'ETAT.CIVIL, Sle de la Maison G.

Trouvain, de Paris, L. Cosso-Centil, directeur ib Alger, 62 et 64, rue de Constantine, téléph. 27-03.

Touring-Club Algérois. — Le Président et le< membres du Conseil d'administration prienf tout les sociétaires d'assister aux obsèques de

Paul FOSCOSO

Fils de M. Caëtan Foscoso, membre honoraire ■:

Réunion au domicile mortuaire, 25, Bd Bugeaud. à 10 heures.

BOUFARIK-ALCER. — M. et Mme Kassel et leur fille Yvonne ; M. et Mme' Céoget, aidai que les famille6 alliées, ont la douleur de vous f re pMt du décès de *

Monsieur André-Victor CHAVOT J

survenu à Boufarik le 18 mai 1923 dans sa 8e anV née. j Et vous prient de vouloir bien assister à se* obsèques qui auront lieu à Alger, aujourd'hm dimanche à dix heures du matin.

Réunion à. l'entrée ,du cimetière du Boulevard, Bru. Ni fleurs, ni couronnes.

OFFICE D ETATCtVH., Sie de La Maison 0„!

Trouvain. de Paris. L. Cosso-Centil, directeur àft Alger, 62 et 64: rue de Conetilntine, téléph. 7.0

..TIARET-ALCER. — Mme Vve Jules Franchellij

M. et Mme Gaston Franchelli ; Mlle Pauline Le Floch; Mlle Thérèse Franchelli ; la Direction, lelf Inspecteurs et les agénts généraux de la Cie du Phénix, 1 Ont la douleur de vous faire part de la perttf cruelle qu'ils viennent d'éprouver en la personne de

Monsieur Jules FR,ANCHELLI inspecteur divisionnaire pour l'Afrique du Nord de la Cie d'assurances Le Phénix-Vie J leur époux, frère, beau-frère, oncle, collaboraJ teur et ami, décédé à Tiaret le 16 mai 1923. t Et vous prient d'assister à ses obsèques qui auront lieu mardi 22 mai à trois heures. Réu- a.

11 ion à la Chapelle ardente de la garë d'Alger.

L'inhumation aura lieu au eiiiietière de Saint:.:., Eugène.


MOUVEMENT ADMINISTRATIF

DANS LES EAUX ET FORETS

Par arrête de M. le Gouverneur Général de l'Algérie, en date du 12 mai 1923, les mutations -suivantes ont été prononcées lans le personnel des préposés français de la Colonie :

Le garde Pasqualini, du triage 3 de TiziOuzou, est appelé" au triage 12 de Médéa; Foing, du triage 9 de Tizi-Ouzou, au triage 12 de Bouïra ; Gallin, du triage 10 de TiziOuzou, au triage 1 d'Aumale ; Suzzarini, du triage 8 de Tizi-Ouzou, au triage 9 du mêtriage

me cantonnement.

-Le (brigadier Martin est appelé en qualité de garde au triage 5 d'Aumale ; le brigadier Maucœur, de la brigade 1 de Ténict-el-Haâd,

est appelé à la brigade II de Miliana.

Le garde Josse, du triage 7 de Bône, est appelé au triage 1 de Boghar ; Agostini, du triage 7 de Médéa, au triage 2 de Boghar.

Le brigadier Chabert, de la brigade 1 de

Bougie, est appelé à la brigade III de Mé déa ; Bouteville, de la brigade 3 de Boghar, à la 'brigade 5 de Téniet-el-Haâd ; Pages, de la brigade 1 -de Ténès, à la brigade 1 d'Orléansville.

Le garde Arpin, du triage 6 d'Orléanivil-

le, 4st appelé au trial\a du même cantonnement ; Mace, du triage 7 de Téne?, au triage 2 d'ÛTléansville ; Périni, du triage 2 de Bou-Saâda, au triage 6 de Djelfa ; Arnal, du triage 6 de Djelfa, au triage 3 de Bou-

Saada ; Coiseur, du triage 2 d'Orléansvile, est appelé au triage 2 de BeRAbbès ; Mantéi, du triage 6 d'Ammi-IMoussa, au triage 7 du Télagh ; Vandromme, du triage 7 du Télagh, au triage" 5 du même cantonnement ; Lucchini, du triage 5 de 'Mascara, au triage 6 du Télagh.

Le brigadier Frech, de la brigade 3 de Bône, est appelé à la brigade 1 de Philippeville.

Le garde Cabaud, du triage 11 de Collo, est appelé au triage 3 du même cantonnement ; Lepage, du triage 11 de Duvivier, au triage 8 du même cantonnement ; Ciavaldini, du triage 8 de Duvivier, au triage 9 de Bône ; Massa, réintégré, est appelé au triage 11 de Sétif ; Pierson, nouveau promu, affecté provisoirement à la iM. F. d'Aïn-iMekfel et non installé, est appelé au triage 4 de Duvivier: Salva, du triage 4 de Duvivier, au triage 1 du même cantonnement ; Santucci, du triage 7 de Duvivier, au triage 8 de

Bélezma ; Rotge, du triage 8 de Bélezma, au triage 7 de Duvivier ; Latbbé, du triage 2 de Duvivier, au triage 7 de "Bône ; Tomasini, du triage 6 de Duvivier, au triage 10 de Bône.

Le brigadier Clérin, de la brigade 1 du Tarf est appelé à la 'brigade VII de Tébessa ; Delaire, de la brigade III de Souk-Ahras, à la brigade III de Bélezma ; Bœuf, de la brigade III de Bélezma, à la brigade II de Souk-Ahras ; Broch, de la brigade II de Souk-Ahras, à-la brigade III du même cantonnement.

-Le garde Antonetti, du triage 26 de Tébessa, est apelé au triage 37 du même cantonnement.

Les gardes nouveaux promus : Audin, appelé au triage 3 de Tizi-Ouzou ; Missonnier, au triage 8 de Tizi-Ouzou ; Giovanni, au triage 10 de Tizi-Ouzou ; Saes, au triage 10 de Cherchell ; Casanova, au triage 7 de Médéa; Dispan, au triage 7 de Ténès ; Legeley, au triage 6 d'Ammi-Moussa ; Mitjaville, au triage 4 de Ténès ; Luigi, au triage 1 de Bougie ; Félici, au triage 3 de Djidjelli-Ouet ; Capolini au triage 1 de Collo ; Piétri, au triage 11 de Collo ; Pénigaut, au triage 6 de Duvivier ; David, au triage 2 de Duvivier ; Paoli, au triage 25 de Tébessa ; Nicoli, au triage 36 de Tébessa ; Mazelin, au triage 10 de Constantine.

Pour les changements d'adresse, nos abDn- nés sont priés de nous adresser l'anaianna bande et 1 franc en timbres-poste, pour tyriis d'impression des nouvelles bandes.

NOS SOCIÉTÉS RÉGIONALES

LES LYONNAIS

Une association amicale d'originaires de Lyon et de la région vient de se créer a Alger. Ce nouveau groupement a obtenu à son origine le plus grand succès ce qui est la preuve qu'il répondait à une nécessité.

Réunis en assemblée générale les sociétaires ont nommé leur bureau qui est composé de :

Président : M. Paillet.

Vice-Président : M. De Varenne.

* Secrétaire : M. Laprevotte.

Secrétaire adjointe : Madame Florence.

Trésorier : M. Lacombe.

Membres du bureau : MM. Marchand,

Renaud. Rûusset. Bizet.

Les Lyonnais d'Alger et de la région peuvent les samedis soir de 9 h. à 10 h.

trouver à la permanence, Brasserie Masclaux. 2, rue de la Liberté, tous les renseignements sur le but de la Société et pour se faire inscrire.

Une des premières manifestations des Lyonnais a été la création d'un section bouliste. Les amatèurs de ce sport de plein air sont assurés de rencontrer au café des Trembles. Chemin du Télemly des compa-

triotes tous les dimanches après-midi où desl jeux sont réservés.

Aujourd'hui dimanche, partie de boule amicale à 16 heures, au Café des Trembles, chemin du Télemly, 124, Alger.

Sport Nautique d'Alger

Messieurs les sociétaires propriétaires de bateaux, sont informés que les prochaines régates à la voile auront lieu le dimanche 27 mai courant. Toutes les séries de bateaux modernes, bateaux latins, bateaux voiles au tiers et canots à dérive pourront y prendre part.

Le parcours sera le même que pour les régates précédentes.

Le signal du départ sera donné à 13 heures précises. La liste d'inscription pour ces régates est affichée au local de la Société et sera close le samedi 26 courant à 19 heures.

UNE ANNONCE DANS V < ECHa D'ALO.

C'EST DE L'OR -

Dans les P. T. T.

DANS LES P.T.T.

Par arrêtés, de M. le Gouverneur général de l'Algérie, ont été nommés dans le service algérien des Postes et des Télégraphes :

Contrôleur : à Oran Central télégraphe.

M. Fargayrac.

Commis :.à Constantine R. P., M. Mathey; à Oran R.P., M. Crocicchia; à Tizi-Ouzou, M. Troyon.

Agents mécaniciens : à Alger direction, M. Perals; à Aleer Central, M. Mayneris; à Constantine Central, MM. Mamo, Pérès; à Oran direction, M. Gineste.

Dames employées : à Ahrer chèques postaux, Mmes ou Mlles Michel, Moge, Malignon et Salvignol N.J. ; à Alo-er Central téléphone, Goguely ; à Constantine R.P., Arfi ; à Constantine Centrai, téléphone, Loosli.

Dames dactylographes : à Alger chèques postaux, Mlle Lévy.

z Le Directeur-Gérant : E. BAILAC

Les manuscrits non insérés ne sont pas rendus

REPUBLIQUE FRANÇAISE

SERVICE DES DOMAINES

Vente d'immeubies domaniaux situés sur les territoires de la Commune de Bouïra et de la Commune mixte de Be ni-Man-sour.

Le Samedi 23 juin 1923, à 2 heures du soir, il sera procédé à Bouïra dans une des salles de la Mairie à la vente aux enchères publiques de divers immeubles et droits' indivis immobiliers appartenant a l'Etat et situé sur le territoire de la commune de Bouïra et de la Commune mixte de Beni-Mansour (Hameau d'EI-Esnam, Village d'EI-Adjiba et de Maillot Douars Tighremt et Béni-Mansour).

Superficie. — De 0 h. 04 a.

74 c. à 7 h. 85 a. 50 0.

Mises à prix : de 70 francs à

25.000 francs.

On pourra prendre connaissance du cahier des charges et du plan des immeubles au bureau des Domaines de Bouïra et à la Direction des Domaine à Alger, rue Berthelot, ng 9, tous les jours non fériés de 14 à 17 heures.

Le Directeur des Domaines,

1. COLIN.

Pommes de terre nouvelles 1

FLOUQUE EXTRA Expédition dans l'intérieur à partir de 50 kilos

A RANNOU, 7, rue Miche let, Alger.

REPUBLIQUE FRANÇAISE

Mairie de la ville d'Alger

ADJUDICATION

Le lundi 18 juin 1923, à 10 heures, dans une des salles de l'Hôtel de Ville, adjudication publique, en un seul lot sur rabais minimum et par voie de soumissiolÍ cachetée : de la fourniture et des travaux de pose de conduites en fonte destinées à l'alimentation en eau potable des terrains du Foyer des Cheminots P.L.M., situes entre le chemin Abdelkader et le chemin Laurent-Pichat.

Evaluation : 31.000 francs.

Somme à valoir : 2.687,27.

Cautionnement : 1.000 fr.

Cahier des charges et pièces du projet bureau de l'Ingénieur chef du service des Travaux communaux.

Frais ordinaires à la charge de l'adjudicataire.

Le Maire, A RAFFI.

I COLONS soucieux de vos intérêts i

B La main-d'œuvre se fait rare et chère! ||

■ Si vous voulez rapidement moissonner, sans El

I perdre d'épis, sans fatiguer vos bêtes et il

I avoir une machine sérieuse et d'USAGE, a

B moissonneuse - lieuse PiltBP-Wood |

-' nttBr-ttUOH H

M Nouveau modèle à roulements spéciaux [1

I Tous instruments agricoles les plus parfaits S

1 Maison Th. PILTER, 24, Rue Sadi-Carnot B

§11 Téléphone 0.35 — Télégramme: Pilter-Alger gjl

j)) A VENDRE t Locomobile Carrett, S

35 HP. timbrée à 10 ki- los. Très bon état de B marche. Prix : 17.000 fr. 9 B Aimé BAILLE, à Bou- I farik.

13° Régiment de Tirailleurs

Coloniaux

ADJUDICATION

Le Lundi 18 juin à 14 heures, au Bastion XV, il - sera procédé à l'adjudication publique des fournitures ri-après nécessaires aux ordinaires du Régiment pour la peru.de .)u 1er juillet au 31 décembre 1923.

1° Pommes de terre, légumes frais.*

2° Riz.

3° Pâtes alimentaires. <

4° Epicerie.

5° Poisson.

6° Eaux grasses, os et dcbiis de pain.

NOTA. — Pour tous rcnsei.

gnements voir les afIlche' ou s'adresser à la Commission des Ordinaires les jours non fériés, de 9 à 11 h. et de 14 à 16 heures.

Signé : MOREAU.

Etude de Me ., Adrien ROBERT, licencié en droit, notaire à Boufarik.

VENTE

L I

aux enchères publiques

Le lundi 11 juin 1923, à 2 heures de l'après-midi, "a Boufarik, en l'étude de Me ROBERT, notaire.

D'UNE

BELLE VILLA

située à Boufarik, à l'angle du boulevard Est et de la rue Blandan, élevée d'un rez de chaussée et d'un étage, avec nombreuses dépendances, eau, salle de bain, électricité.

Cour et grand jardin. -

Le tout occupant une superficie de 1.008 mètres carrés.

Jouissance immédiate.

Mise à prix : 50.000 fr.

Pour tous renseignements, s'adresser à Me ROBERT.

EÇOLE PU ("AUffEOR

La seule donnant des leçons illimitées. Instruction approfondie du moteur. Bvevet assuré. Garage ATTOUEL, rue Borély-la-Sapie, 8, Alger.

s NEURASTHÉNIE guérieradicaleipentpa le produit scientifique de la science médicale.

guérie radicalement par sr Il U L cellules nerveuses et rend ff

N Ce régénérateur puissant du système nerveux. connu dans le monde

B entier. agit spécifiquement sur les cellules nerveuses et rend

B rapidement les forces aux épuisés. neurasthéniques, surmenés. etc. B B S Demandez BROCHURE ILLUSTRÉE Gratis (sous pli fermé contn Ofr. 50). M

INSTITUT du Docteur C.N. CALVET, 4bll, rue Daméril, PARIS

RELIGIEUSE e ISS

Pipi au lit et hémorroïdes.

Maison BU ROT, à Nantes 4-1922.

Puits Artésiens

SOND,ACES

H. BLANC, Boufarik.

OFFICE DÉTECTIVE

6, r. SADI-CARNOT. ALGER

DIVORCES enquêtes filatres

Vol, Renselgts

ILue COURT I

N Torpédo 7 places. H M 5 roues Rudge bon état B M ■à enlever pour 12.000 francs M

2, r. Berthezène, Alger, fl

Figues Sèches en sacs

Expédition dans l'intérieur à partir de 50 kilos

A RANNOU, 7, rue Miche" let, Alger.

1 Les Bureaux de Mon- K

B sieur M. MEYZEN, cour- I H tier. assermenté, sont 9 transférés, 15, rue Ma- 1 N réchal-Soult, Alger. Té- I jj Mphone : 6-64. B

A LOUER M AUVERGNE

Appart. meublés 3 et 4 piè., ces entièrement neufs, 100 m.

rivière (truite). 4 fr. 50 P. jour ef par pièce. Prix spc. poui 3 et 4 mois. -

FAUGERE villa Beau Rivage, Châteauneuf-Ies-Bains (P.-i de-Dôme).

w~ü d - m~Ë

TARIF

pour une annonce : 1 franc la ligne de 25 lettres ou signes de ponctuation.

Pour trois annonces successives : 2 francs la ligne pour les trois annonces.

Les - Petites Annonces sont payées au comptant.

rlmmIW

Lotissement A LEVF-ILLEY et Cie, chemin Parnet, Hu.

sein-Dey. Beaux emplacefents de 12 à 20 fr. le m2. Affaire de grand avenir. ^res^uL.e jue de Constantine. Alger

DANS TOUS LES CAFES Demandez un

PHENIX

la prClJJre marque d'anisette A CEDER magasin entre rue de Constantine et Boule- vârd Carnot.

S'adresser : 5. Bd Carnot.

OCCASIONS.. Moto-pompe, appareil battages MarsEall, grand pressoir, # fouloir Vendanges, pompe à vins. Prix débattre.

VUILLECA RD, Ménerville.

Timbre réponse. BONNE EPICERIE, logement. loyer minime, gaz, eau, ba

Adresse : 4126 Echo d'Alger.

"~2.000 GREFFES carignan.

S'adresser : V. BourgadeMalteval, Camp-Romarn, Ben Chicao.

ROBES IDEALES pour les râlas Véra Sergine, Réceptions à l'escadre, Visites. Modèles inédits. Ras prix étonnants.

Mme KOSTA, 4, rue Né, grier, au 2e.

CAFE bien situé, bon rapport, 50 km. de Blida.

S'adresser : Pierre Giraud, Blida. DEUX FOUDRES de 80 hl., on de 32. Cuve 70 hl.

S'adresser : De Chavigné, à Dély-Ibrahim.

VILLA Pointe-Pescade,bord de mer, sup. 289 mq. 4 p.

cuis virandah, terras., buanderie, eau, gaz. P.: 35.000 fr.

SELECT-OFFICE, 8. rue des Chevaliers de Malte. T. 38-33.

PORTEPLUMES A RESERVOIR. — Dépôt des célèbres marques Waterman et Onoto, Portemines Eversharp.

Réparation de toutes marques.

papeterie Sandrès, Escaliers du Marché de Chartres, Alger.

TROIS LOTS de terrain à tâtir, situés à St-Eugène, près aes trams.

S'adresser à : M. BERGERET, courtier maritime, 9, Bd Caruot. -à -Alger.

MOTEUR ELECTRIQUE triphasé 150 HP, 200 volts, 50 périodes, 750 tours, avec compensateur de phase ; matériel neuf de la Cie Electro-Mécanique. ,

S'adresser à Maurice RICCI, Blida. COURROIES pour baitatages. cuirs emboutis pour pompes et presses hydrauliques. N'achetez pas sans demander nos prix. Fabrique de Courroies Lyonnaises, 4, Avenue Maillot, Mustapha.

Téléphone : 20-72.

« OCCASION moissonneuseLieuse marque Wood, en parfait état, coupe 1 m. 80 avec tous ses accessoires. Albert GALEA. Birkadem, Tél. 0-36.

UNE MOISSONNEUSE LIEUSE, marque Massey-Harris, 2 m. 10 de coupe, ayant fait deux petites campagnes.

Au besoin l'acheteur peut la voir fonctionner ;

1 brabant double, état neuf, n° 44 ;

1 petit deux-roues monté sur pneus, garni.

S'adresser : Pierre OLIVES, forgeron, Réghaïa.

MOBILIER COMPLET, armes marocaines, etc.

Mme MONiNIER, 111, rue

Michelet, 9 à 11 h.

DEUX TREPANS plats, neufs, de sondage 250 et 190 m/m. de diamètre, tiges lisses.

Cinq francs le .kilo.

A. BLANC, Bd Est, Boufarik.

VILLA située au centre de Belcourt, deux entrées, une rue de Lyon, l'autre rue des PetitsChamps, quatre pièces, cuisine, cave, écurie, jardinet, eau, gaz, électricité.

S'adresser : Faïencerie Célérier, 4, rue Vialar (place du

Gouvernement), Alger.

PIANOS d'occasions. Accords. Réparations.

ICARD, 25. avenue Bab-el-

Oued.

Pour cause de Liquidation

lu.13 courant, jours suivants: Grande vente de draperies.

Nouveautés françaises, anglaises. Prix très modérés.

Mme Veuve ALCIATORE,

8, rue Mahon au premier.

DEFONCEMENTS. - A vendre treuil avec charrue Guyot ou Pelous. Prix réduit exceptionnel.

Ph. FAYEL et Cie, 22, Bd Auguste-Comte, Belcourt - Alger.. _, - MOTEUR Semi-Diésel, de 30 HP, à deux cylindres, état de neuf. On se chargerait du montage et de la mise en marche.

Ph. FAYEL et Cie, 22, boulevard Auguste-Comte, Belcourt-Alger. FOIRE-EXPOSITION, tôles ondulées en toute quantité, vitrerie, zinguerie, plomberie, séparations, coffrages. madriers, fermes diverses dimensions, etc. à des prix défiant toute concurrence. S'adresser au Commissariat Général, tous les jours de 9 h. à 11 h. et de 14 h. à 18'h. MATERIELS de battages finisseurs ,« Marshall » complet de 1 m. 22 et, 1 m. 37, prêts à fonctionner. Etàt et fonctionnement garantis comme neufs.

Ph. FAYEL et Cie, 22, Bd Auguste-Comte, Belcourt - Alger. MAINS DE FATHMA, bijoux indigènes. Prix très modérés.

ZITOUN, 7, Place du Gouvernement

1re COMMUNION

Charles IX et 2 barrettes toile blanche :

28 au 34. 15 fr.

35 au 39. 18 fr.

Duc de Cuise toile blanche: 28 au 34. 18 fr.

35 au 39. 22 fr.

Richelieu verni garçonnet:

28 au 34. 33 fr.

35 au 3n. 39 fr.

AUX DEUX FRERES

11, place du Gouvernement 9, rue Bab-el-Oued,Alger Expédition dans l'intérieur

mPh nfn[ i) fn Ses portraits

PI F|j TI IIT I iS-Mk

J)ijii± Ses émaux

'—— * Ses miniatures

8; rue Bab-Azoun, Alger

PROPRIETE Langlct, près Tiaret (céréales élevage), 280 hectares toutes constructions utiles, eau abondante, sera vendue aux enchères en 3 lots réùnissables, le 4 juin 1923, à 2' heures, en l'étude de Me Barat, notaire. Total des mises à prix : 188.000 francs. Facilités de paiement. Possibilité de 'traiter de gré à gré àvan adjudication.

Pour renseignements, s'adresser à Me BARAT, notaire à Tiaret. ou, jusqu'au 26 mai, à M. LANGLET, 2, Bd Laferrière, Alger.

CHARLES IX, bracelet, 2 barrettes Richelieu et barrettes croisées en chevreau acajou et en 'verni forme nouvelle doublé blanc et talon Louis XV, 35 au 40. 49 fr.

Décolleté toile blanche, fotme nouvelle, talon recouvert, boucle celluloïd :

35 au 41. 22 fr.

AU PETIT POUCET

12, Place du Gouvernement

(près du Café du Sahel) Expédition dans l'intérieur LOCOMOBILES « Marshall », « Carrett » ou « Ruston Proctor », de 8, 12, 18, 24 30 et 35 HP. Types .modornes.

Etat et fonctionnement garantis. *

Ph. FAYEL et Cie, 22, boulevard Auguste-Comte, Beloourt-Alger.

CHAUXVtVE. viticole, agricole et hydraulique. Fleur de chaux impalpable (89 C.

A. O.). Carrières calcaires et basaltiques.

PEiL'LENC, Blida. Tél. 0-18.

« MON BUREAU » est le magazine de l'organisation commerciale et industrielle.

Depuis 1909 « Mon Bureau » recherche et étudie pour se letteurs, donc pour vous si vous le désirez, les meilleures méthodes d'organisation, les meilleurs procédés et le me 1leur' outillage d'application de ces méthodes.

Depuis 1909 « Mon Buieau » s'est spécialisé dans l'étude et la solution de ce-s problèmes qui sont les vôtres et dont dépend' votre succès.

Numéro spécimen contre 1,50 en thrtbres adressés : Case

Postale 27, Alger-Central.

MINOTERIE à Cylindres, près Alger. Facilités de paiement.

S'adresser : Quai, voûte 6o,

Alger.

METIERS à tisser les tapis d'Orient, modèle 'breveté, simplicité, élégance, solidité.

S'adresser : N. GRIMAUD, constructeur, .42, chemin Yusuf, Alger.

EN TOTALITE ou par lots, propriété 35 hect., labours, figuiers, oliviers. -

S'adresser à M. CHANAL, à Dra-cl-Mizan.

UNE REPUTATION ne s'établit pas seule. Le goût, le temps et le bon marché ont imposé celle du PETIT MATELOT, 13 place du Gouvernement, fa maison spéciale de vêtements.

VICNOBLE. - Trois hectares à vendre, gros rendement, plein rapport, belles récoltes pendantes, nui'sonnette, cave, eau, à .ôré d'une ga: l'.

40 km. d'Alger. Fac'lûé paic,

40

ment. !

Henfry STACKLER. 3, rue Zola, Alger. LOTISSEMENT SCALA, approuvé par la Préfecture, arrêt Scala, site et vue unique, arbres. Choix dans 81 lots.

Constructions à forfait.

BOUCHET, architecte, 2, rue Combe. Tél. 16-66.

CRANDE VITRINE murale à coulisse, rayonnage et tiroir 6 mètres longueur. 7, ave nue Pasteur. ,

CABANON avec eau et élec tri cité, libre le 31 mai, Pla?e d-e la Poudrière, StEugène.

S'adresser : DULIN, 1, rue Mahon, Alger.. BELLE VILLA neuve, confort mod.. vue, climat except.,

5 pièces, cuisine, 2 vérand., buand., 2 déb., w.-c. angl., égout. eau, gaz, électr. Arbre 3 div., "2 chemins. Ravitail. devant mais. 15 ans exempte impôt. 100 m. arrêt tram T.

M. S. Visiter tous les jour-.

ALARY, villa Louise, chemin Scalaj arrêt villa Les Oliviers.. EI-Biar.

ASPIRATEUR électrique neuf.

S'adresser à la concierge :

2, chemin de la Solidarité.

LOTISSEMENT BALDETTl à la Pointe-Pescade. — Il reste encore quelques lots de terrain de 1 fr. 50 à 3 fr. tout cultivable avec arbres fruitiers.

Lots de 500 à 1.0CP mètres carrés.

S'adresser: Campagne Beau-

Séjour, au bout du village.

MALLES POUR AUTOS Saintemic, 34, rue Michelet.

UN JEUNE FOX-TERRIER.

S'adress. chez Mme Selva, rue de? Tanneurs 11.

VIL L A S'N E U V E S à' vendre, ensemble ou séparément, pas encore habitées, trè solidement construites, confortables. sur sous-sols habita bles, situées à St-Raphaël (ElBiar), arrêt tram. Bon air, belle vue. Eau. gaz, électricité, tout à l'égout, salles de bain et cabinets de toilette parfaitement agencées, etc., 850 m.

Prix : 125.000 francs l'une (Aucune commission à payer).

S'adresser pour visiter à : M. Ami SHAEFFER, horloger, rue St-Louis, à Alger.

CHIEN berger allemand, 2 ans à vendre cause départ.

S'adresser : Bar Central,

34, rue Bab-el-Oued.

Ee~EvB~a~EM

VOYACEUR à la commission, visitant propriétés dé partemcnt - d, Alger, pour placement articles de caves, ma tériel viti-vinicole, etc.

Ecrire avec détails et références, à M. VICO, 10. rue d'El-Biar, Alger.

A tOÙER petit appartement vide 3 pièces et cuisine, même dans villa près tram, pour le 15 juillet Ecrire Echo d'Alger pour M. Roland.

MECANICIEN marié, breveté de l'Etat, ayant déjà fait battages, demande à faire réparations et battages à moitié.

Ecrire : Bureau du journal,

J. N., n° 26.

MIEUX QUE L'OR. J'achète le plus cher vieil or, plat, argenterie, dentiers, bijoux, jusqu'à 10 fr. le gr. Concucr.

impossible. Horlogerie-Bijouterie E. LUBRANO, 12, rue Henri-Martin, 12. Ne pas confondre.

CHEF DE RAYON de chapellerie est demandé par les Galeries de France à Oran.

Se présenter aux GALERIES

DE FRANCE, Alger.

LESAGE, rue Lamartine, 5, désire appart. rez-de-chaussée, dans villa ou entrée sur rue.

Achèterait.

DES MAÇONS. — Ecrire à M. B. GARCIA, mines de fer, Rouïna.

MECANICIEN, jeune, actif, connaissant Diésel si possible, pour prendre en mains outillage usine Kabylie, situation avenir.

S'adresser, mardi matin : Etablissements Matériel Naval, â, rue de Constantine, Alger.

FRANÇAIS, 42 ans, actif, grande pratique commerciale, références 1er ordre, demande emploi commerce gros ou industrie. Pourrait géreT et visiter clientèle.

Ecrire : Boîte postale 234,

Alger-Central.

UNE BONNE sachant très bien coudre et repasser libre à 7 h. 30 le soir. Bonnes références exigées. Appointements 150 francs.

Des garçons de salle sont également demandés. S'adresser restaurant du Petit Rosbif, Place de la République, Alger.

CLERC D'AVOUE et d'huissier, au. courant rédaction de toutes procédures, liquidations judiciaires, et faillites, pratique de 25 ans, connaissant à fond la place d'Alger et les environs, demanda emploi daas études, chef contentieux, maisons commerce d'Alger ou secrétaire avocat. Excellentes références. Agé 45 ans. Réformé n° 1.

Ecrire : E. B., n° 1877, bu reau Echo d'Alger.

DEMI-MECANICIEN dentiste, connaissant caoutchouc et un peu l'or, demande place. Prétentions modestes.

S'adresser au bureau du journal, no 4071.

UNE BONNE DOMESTIQUE, logée ou non. 32, rue Marey, à Belcourt.

ACENT GENERAL d'une maison importante de rhum, Porto et liqueurs, demande agent sérieux et au courant de ces produits, pour le département d'Alger et Un autre agent pour le département d'Oran.

Débutants s'abstenir. Références très sérieuses exigées.

Ecrire à M. Alexandre Naouri. Bône, ■

BON VIGNOBLE plaine et immeuble rapp. seraient achetés de suite. On placerait capitaux à 8 sur première hypothèque.

Henry STACKLER, S, rue Zola (1er étage), Alger. Mardi et vendredi, 10 à 18 heures.

CHAUFFEUR français de mande conduite poids loutds ou autobus.

Adresse - au journal, n° 4157.

MUSICIENS. — On dqnanre bon uianiste et premier violon pour 3 mois brasserie et cinéma. Faire offres avec conditions : Casino Relizane.

DAME sérieuse; avec références demande place caissière ou autre emploi dans maison de commerce.

Bureau du journal, n° 4160.

MAGASIN, façade 5 à 8 m., rue commerçante, très passagère, serait acheté très cher.

Henri STACKLER, 3, rue Zola (1er étage), Alger. Tél.

20-52. ASSOCIE avec apport pour nouvelle teinture inoffensive instantanée barbe, cheveux abs. naturel. On céderait procédé.

S'adresser au bureau du journal, n° 4159.

FABRICANT de chaussures.

Basanes pour doublures toutes qualités. Disponible : SICARD, 15, rue Michelet..

ENCAISSEUR - PLACIER pour maison importante, de préférence retraité. Sérieuses références exigées.

Ecrire : BARON, poste restante, Alger-Strasbourg. UNE FEMME de otMimbr» au courant de l'hôtel. 4. passage Bon-Accueil.

VEUVE ou ORPHELINE de guerre, dactylo, demandée à « La Française », 4, place de la Pêcherie.

COMPTABLE expérimenté, pour maison de vins.

S'adresser : 2, rue de Suez.

JEUNE CHAUFFEUR avant sérieuses références, logé et nourri.

S'adresser : 2, rue de Suez.

COURTIERS en vins, machines agricoles engrais. Ayant de trop nombreux acheteurs de propriétés (vignobles, cultures maraîchères, etc.), je désire entrer en relation av. voyageurs, courtiers, faisant la propriété et pouvant m'indiquer bonnes propriétés à vendre.

Henri STACKLER, 3, rue

Zola (1er étage), Alger. Tél.

20-52.

0 à

CHAMBRE meublée dans

villa près tram, grand et beau jardin. Facilité p. cuisine, b.

vue. 30, rue de Picardie. A LOUER, dans. villa à Chéraga-s, confortable appar-!

tement vide indépendant, 4 p..

cuisine, eau, w.-c., etc.

S'adresser à : M. MAURY, propriétaire. Tél. 0-10, à Ohéragas.

PERDU, camée portrait de famille, signé, parcours 75 Bd Bru au 280, rue Michelet. Prière de le rapporter chez M.

Bergamini, 280, rue Michelet.

Bonne récompense.

DEMOISELLES sérieuses demandent 1 ou 2 pièces vides ou meublées, pour été ou définitivement, pour donner coursseulement. Centre.

S'adresser : 75, rue Miche..

let. Urgent.

FORT-OE-L'E'AU. — Saison d'été. — A louer, meublée, villa, première zone, 4 pièce* cuisine, eau, électricité, ara-, ge. Jardin.

:Ecrire ou téléphoner; .1 AR DIEUX, Blida.

M~mSw~F~ùnEt~N~

LUCHQN. - La reine dea ryrenées, affection des bron.

.ches.. Goutte, Rhumatisme.

Blessures de guerre. Pour vexioos~em~nt-)~ -nLfrsser à M TOPPIN - BICHON, phar:r cie de la Poste, 00. rue Je Constantine, Alger, corrctpc dant de la Station.

TE A ROOM du Dey, villa route N.-D. d'Afrique ou 30 rue de Picardie. Five o'c tea.

Repas sur commande. G. et b.

jardin. B. vue.

CAPITAUX à placer en piemière hypothèque sur immeuble ou propriété.

Sélect-Office, 8, rue Cheva liers-de-Malte. Tél. 38-38.

CHALET - HOTEL d'AinN'sour, massif montagneux du Zaccar Nord, près Miliana, accessible aux automobiles. Ou.

vert toute l'année. Téléphone Aïn-N'sour.

AVIS UNIQUE. — L'atelier de forge et charronnage appartenant à M. Henn DHERj», situé à El-Esnam, est venm.

Pour les oppositions s'adresser au dit atelier, dans la huitaine, sous peine de fûrdusion.

A VilS. — Le fonds de commerce de bouchera situé :!; rue Bab-el-Oued, appart,enan: à M. Salem ben Bouamed. est vendu. Pour oppositions, s'adresser chez MM. Achouche frères, 9, rue Nemours, Alger, avant le 27 mai courant, sous peine de forclusion.

PROFESSEUR. deman-'e à louer petit appartement garni, juillet a fin septembre, de la.

place du Gouvernement à Station.

LECOCQ, professeur, Tlem cen.

PROFITEZ 1 Tapis Orientaux au tiers de leur valeur.

Madame Julien, 2, rue Fonderie (à côté du grand Lycée),

r--

FEUILLETON DE L'ECHO D'ALGER <9j

Les Deux ûrjËiies

Par Adolphe D'ENNERY

OUATRIEME PARTIE

I Affaire du pavillon du Bel Air a

XIX

- C'est lui, dit-elle, lui qui a fait toutes ]es démarches, lui seul. mon enfant!.

Mais le docteur avait à cœur de préparer la petite apothéose qu'il voulait improviser à sœur Geneviève. Il se tourna vers Marianne. toujours prosternée, la releva et, la conduisant en face de la supérieure :

— Oui, dir-il, j'ai fait les démarches. Et c'est à elle qu'on a tout accordé 1

« A sœur Gen 'viève, à la noble et digne femme qui. née à la Salpêtrière, n'a jamais -consenti à en franchir le seuil ; qui a fait de cette prison, sa patrie ; de toutes les affligées, sa famille.

Puis, s'adressant directement à la religieuse :

— A vous. la consolatrice des réprouvées, des coupables repenties. A vous, que tout le monde ici respecte, vénère et chérit !..(

Le médecin jugeait que l'émotion avait gaËné tous les cœurs, car nombre de détenues contenaient à peine leurs larmes prêtes à jaillir.

Il vit que la supérieure elle-même n'avait pu se contraindre et que des perles humides tremblaient au bout de ses cils.

.— Je ne dis pas cela pour vous faire de la rei ne. pour vous faire pleurer. ajouta-t-il.

Ni vous, ni. cette pauvre Marianne TI; li-s autres, ni.

Et. s'interrompant pour porter vivement les mains à ses veux :

— Bon!. Allons, bien !. Voilà que ça me tragne aussi !.

Les détenues rompirent alors le cercle dans lequel elles avaient peu à peu enserré la supérieure.

Elles se précipitèrent comme des enfants sur la religieuse.

Les unes lui baisaient les mains : les autres prenaient le bas de sa jupe de bure, ou les manches de sa robe, pour les porter à leurs lèvres. Toutes se disputaient doucement, a qui arriverait le plus près de la sainte femme pour lui manifester son respect, son admiration.

Impressionné plus qu'il n'avait voulu le paraître, la voix mouillée, le bon docteur regardait toutes ces malheureuses qui collaboraient avec lui à la scène si touchante qu'il avait provoquée. ,

Il balbutiait lui aussi. Et ces mots sortaient. entrecoupés, de ses lèvres tremblantes

— C'est égal. il v a encore du bon dans toutes ces coquiijes-là !.

— Voici l'heure de rentrer, dit sœur Geneviève à Marianne, qui demeurait clouée à la même place, les regards rivés sur sa bienfaitrice.

c Allez, chère enfant; ce soir vous serez libre !

« N'oubliez pas alors que j'ai répondu de vous

Et, d'un ton ou perçait une imperceptib,.le pointe de iuste fierté :

— La société m'avait envoyé une coupable, aiouta-t-elle, je lui rends une honnête fille.

N'est-il pas vrai, Marianne ?

La pauvre créature, touchée par ces paroles. balbutia, en courbant le front devant la religieuse :

— Je l'espère. je le crois. ma sœur!.

Tout à coup, comme les détenues se mettaient e" marche, se dirigeant vers les ate-

de l'inun grand bruit se fit entendre, venant liers, firmerie.

Des cris de femme éclataient. violents et se succédant sans interruption. La supérieure et Te docteur s'étaient tournés du côté d'où provenaient ces cris. Marianne s'était également arrêtée. Ces cris avaient dans son cœur un douloureux écho. Elle se prit a trembl e r.

Sœur Geneviève avait précipitamment fait quelques pas- vers l'infirmerie, en disant:

- Que se passe-t-il donc?

Le docteur avait essayé de la rassurer par ces mots : •

— Quelque malade insoumise. le vais y mettre ordre !

Mais la supérieure avait ieté un regard vers le groupe qui se présentait, en ce moment, a l'entrée du couloir conduisant à 1 infirmerie.

— Attendez, fit-elle, en retenant le docteur auprès d'elle ; attendez, c'est la jeune fille que l'on a amenée ici. il y a deux jours.

- Et qui a été prise ensuite d'un accès de délire ?- v

— Oui. docteur!. C'est cette malheureuse au chevet de laquelle vous avez passe plus d'une heure, écoutant les propos incohérents qui' s'échappaient de ses lèvres.

A ce moment, celle dont il était question s'élançait dé'u,s b cour, malgré les infirmières, qui faisaient de vains efforts pour la retenir.

Henriette criait :

,.- Ne me retenez pas!. Je veux sorti. r!,.

Te veux m'en aller, vous dis-je!.

Marianne avait lancé un regard sur la jeune fille qui manifestait cette violente douleur. Et. la reconnaissant. elle s'exclama : - Ah! mon Dieu !. Mais c'est. c'est elle!.

Henriette avait réussi à se débarrasser des infirmières qui l'avaient maintenues jusquelà. Elle courait vers sœur Geneviève.

XX

Marianne ne s'était pas trompée lorsque.

après avoir bien regardé la détenue, elle avait murmuré à part' soi :

— Je ne me trompe pas. C'est bien elle!

C'était, en effet, Henriette, qui, en arrivant à la Salpêtrière, avait dû — étant donné son état de prostration - être conduite à l'infirmerie. 1

Le docteur avait prescrit simplement quelques calmants.

, — Surtout, avait-il recommandé en se retirant, qu'on ne laisse pas la malade seule un instant, car il n'est pas rare que, dans ces accès de fièvre qui s'attaquent au cerveau, les malades soient pris de la folie du suicide.

La vérité est qu'Henriette, dans son délire, s'était écriée :

— Laissez-moi ! Je veux mourir ! C'est la honte éternelle!. Oh!. je suis perdue.

perdue !

Dès le lendemain matin, sœur Geneviève était montée à l'infirmerie, pour savoir ce qui s'y était passé depuis qu'elle avait, fort avant dans la soirée, quitté le chevet de la nouvelle détenue.

On lui apprit, à sa grande satisfaction, que la malade s'était calmée peu à peu, qu'elle s'était assoupie et qu'en ce moment elle paraissait dormir profondément.

Après la grande crise qu'elle avait subie, Henriette semblait vaincue par les efforts nerveux qu'elle avait faits, sous l'influence de la fièvre.

La pauvre enfant roulait des yeux affolés, suppliant qu'on l'habillât pour qu'elle pût partir. --

Dans l'espoir qu'on gagnerait ainsi du temps, jusqu'à l'arrivée du docteur, l'infirmière en chef s'était installée auprès du lit et avait essayé de faire entendre raison à la malade.

Pendant que la brave femme lui parlait,

Henriette avait paru se calmer.

— Je désirerais me reposer, dormir un oeu- wv^ura-t-elle.

Alors on l'avait laissée seule.

Henriette alors en avait ptofité pour reprendre ses vêtçments qu'on avait placés sur une chaise, au chevet du lit. Puis, une fois habillée, elle avait mis à exécution son projet de fuite.

En voyant venir à elle la détenue, dans un semblable état d'exaltation, sœur Geneviève avait essayé de la calmer.

Le médecin intervint et, parlant avec une brusquerie feinte :

—- Pourquoi avez-vous quitté votre lit sans mn permission?

Henriette leva sur lui ses yeux rougis par les larmes:

— Ah ! je vous reconnais, monsieur, dit-elle.

c'est vous que j'ai vu auprès de moi. C'est vous qui m'avez soignée.

Le docteur avait repris son ton paternel.

— Oui, pauvre enfant, c'est moi qui vous ai- soignée, et je ne puis autoriser.

Mais la jeune fille devina ce ru'on allait lui dire.

Elle joignit les mains dans yn geste suppliant.

Et, s'adresant au docteur :

Et, Ah! je suis guérie, monsieur. je ne

-

souffre plus. je vous l'affirme, et j'ai profité d'un instant où l'on ne me voyait pas pour reprendre mes vêtements, ilais jiai toute ma raison, et, puisque cela dépend de vous, dites, je vous en conjure, dites qu'on me laisse sortir. Je. vous en supplie. je vous en supplie à genoux.

Et la malheureuse allait tomber aux pieds du médecin;

- Ce que vous me demandez est impossible, mon enfant, dit le docteur; il faut, nour donner cet ordre. une volonté plus puissante que la mienne.

— Je ne suis donc pas ici. dans un hôpital ?

— Cet hôpital est aussi. une prison! dit le docteur.

Henriette exhala un t'Jj étouffé.

— Une prison! s'exclama-t-elle. Ah !.

je me rappelle!

(t Oui, ces soldats qui m'ont entraînée.

« Cet homme qui leur donnait des ordres i

« A la Salpêtrière », disait-il.

« La Salpêtrière. je sais. l'hôpital des mendiantes et des folles!

« La prison des filles perdues 1.

•Puis, avec une exclamation déchirante ; — Ah ! mon Dieu, mon Dieu, qu'ai-jc donc fait pour être ainsi frappée?

Henriette se tordait les bras de désespoir.

Devant cette douleur si vraie, sœur Geneviève courba le front, en proie à une agitation Qu'cl: s'efforçait vainement de ne pas laisser percer.

Trop és *e pour trouver des paroles de consolatics pcTOr une si poignante affhctJOD, la ditfne femme avait gardé le silence.

Très ému aussi était le docteur.. Et, s'adresant à sœur Geneviève :

Ma sœur. lit-il, voilà une guérison que seule vous pouvez entreprendre.

Puis il se rendit dans le couloir, se rena,am â l'infirmerie.

— J'ai vu bien des coupables, dit alors la supérieure en s'aprochant, mais celle-CI.

Marianne se redressa subitement au mot

« coupable ».

- Elle ne l'est pas, ma sœur! s "clIe avec énergie. Je l'affirme!. Je le Jure

Sœur Geneviève narut étonnée.. demand,a-t-

— Vous la connaissez donc ?

ele. l,

6 Mais déià. sans attendre au' on mtcrro--eât, ,iniarlane se disposait à ra'ollter ce qu'elle savait sur la jeune détenue.

- Je vous ai avoué. dit-elle a s re. que. dans un jour de désespoir, j voulu me tuer.

- Je m'en souviens,

(A suivre.)


HUILES - SPECIALES POUR iD TT AGES

.;. fUUN MAi iMhM&

Nous traitons dès maintenant à dès Prix exceptionnels - f

1 Société Anonyme A. ANDRÉ Fils .-

.;. -.. ,. ,.- t-' T

Téléphone 34.07 i j 1, IZUE de l'Abreuvoir, 1 - ALGER : 1 i t Téléphone 34.07 t * AGENCES à : Constantine - Bône - Sétif - Bougie - Cherchell - Marengo t

Matériel de Battages - H. LANZ

,Ffatériels de toute dimeusiou dispouibles

*

Rue Albert-Ecensch

, Concessionnaire Exclusif : p.: COMTE 9S £ S8ggRi^aM^||t

8, Rue Changarniel' - Téléph. 8.01

A LA CHARMEUSE

6, Rue d'Isly, 6 - ALGER — (en face le Casino)

Spécialité de

SOIERIES LAINAGES

CETTE SEMAINE

voile d8 imprimé iches,dispositions, grande, 7 50

Voile organdi imprimé rg'eur.En réclame9.50 èt. 7.50 I

F 1 d impressions nouvelles, grand choix 15 50

Foulards imprimés coloris. Enréclamel850ct 8

Voir nos étalag-es

A Qualité égale comparez nos prix

TFOYEZ VOUÔ même. votre teinturier.

_.,. 3 nroduitô ,.' --

I BOULES K«BILQITHE ? PAQUETS

POUR POUR POUR

I RAVIVER DÉGRAISSER. TEINDRÈ

BB Lingeries, Soieries Jftk et Stoyer i TEINDRE

tg Lt~eries, So:er!es Eli Vêtements, Tissus

Tous les Tissus etc.

ïfea INE

EN VENTE PARTOUT. ReD. Dép. FOUASSIER et Cie, 17, r. de Tanger, ALGER.

f .,

JOAILLERIE - BIJOUTERIE - HORLOGERIE

Frédéric DANON I

60, rue d'isly (près de la grande Poste) i

Grand Choix d'Orfèvrerie argent, Métal argenté S

Couverts, Objets d'Art, Pendules, etc. 1

Atelier pour la Fabrication de Joaillerie-Bijouterie 8 mai Télép. 21-S5 I

,.,.,,,

.- -

(f Pouréviterla aladie.

| Arthrttisme. — Origine constitution-

i nelle des affections les plus variées : G t a

['i goutte, rhumatismes, diabète, obésité, gravelle, albuminurie, asthme, migraine, f • eczéma, etc., qui - ne sauraient guérir sans «a tfit H B H B RH

i traitement et qu'il faut soigner par le ~M~t

l, î régime régulier des Lithinés du Docteur ^TBrn

* Foie. — Les arthritiques sont exposés i

aux congestions et engorgements du

, ~) foie, notamment aux douleurs atroces

- de la colique hépatique. Contre ces «|g fg Br ^1

affections, on doit s'imposer de faÇOI1 M M H |H H H

P-'Iil fi continue le régime alcalin, lithiné ob- ~~jg SAt~M~ tSES &~HN&B

- tenu avec les Lithinés du Docteur wW W J&âUK

1 *™ Reins. — Le meilleur antidote de ,

f j l'acide urique qui est le redoutable C ^a» A poison du rein est la lithine, dont on raflT. qr

doit faire un lqrge emploi pour le traite- Il W §S^ - m arm

t ment d'une affection rénale quelconqué : ES M j| w M M iffl M m JM»l

) néphrite, albuminurie, gravelle, coliques

2 ] néphrétiques. La lithine est maintenant *KBP JESrm w 9PO | '! Mise à la portée de tous sous la forme

[ si populaire des Lithinés du Docteur

t j Vessie. — Cystites, catarrhes de la G';' .-

? ? vessie, dépôts uratiques dans les urines, 11 ffi £ &^ i "> imposent le régime dépurateur et dari.. H M' M H

fiant par excellence de la lithine simplifié A M M A par la découverte des Lithinés du Dr. «W

M Estomac. — Pour faciliter la diges- G

P- tion, rétablir l'appétit, neutraliser les ai- -mm a

> | greurs et acidités, dissiper les renvois: te^ l 9| 8Fg l "l et calmer les maux d'estomac, employez J~ RB^I| R H H B p 1 à tous les repas les Lithinés du Docteur au" a' s W Q&m&sÊP i 4 <

* t Intestins. - La régularité des opéra- C. U -t.-

] tions intestinales est toujours assurée t~ ~M H %? jg H f j à ceux qui font un usage assidu des ijf B B Bl B H H Lithinés du Docteur Hw S W

~S La boite de 12 paquets pour faire 12 Utres £Un .n-,

alcaline et lithiDee(Toute5 pharmacie.) 3 t

: Etude de Me Albert BRESSON, notaire à Alger.

A VENDRE

Une Crando PROPRIETE

rurale située sur les territoires des communes de l'Arbatache et de Saint-Pierre-SaintPaul. arrondissement d'Alger, d'une superficie de 177 h., 60 a.

14 c., sur lesquels 18 hectares çomplantés en vignes américaines en plein rapport. En semble le matériel agricole vinicole et viticole servant à l'exploitation de cette propriété bâtiments d'habitation et d'ex ploitation.

Jouissance immédiate.

Pour tous renseignements s'adresser à Mc BRESSON notaire.

l' Etude

de Me Albert BRESSON, no taire à Alger, rue de la V berté, n° 6.

Adjudication Volontaire

A Alger, en l'étude et pat le ministère de Me BRESSON notaire.

Le mercredi 23 mai 1923,

15 heures.

D'Un TERRAIN situé à Al ger, boulevard Bru, de la su perficie de 742 mètres carré"

29 décimètres carrés environ limité :

Au Nord-Est sur une façade de 30 mètres par le boulevard Bru et des autres côté par les propriétés Temime et Rolland et par la ville d'Alger.

Mise à prix : 40.000 fr.

Pour tous renseignements s'adresser.à Maître BRESSON., notaire.

DOMAINE DU KROUF

St-Denis-du-Sîg (Oran)

VENTE

pour cause d'excédent de

Cheptel

Lundi 21 mai prochain, ; 9 heures, du matin, il sera pro-

cédé au domaine du Krouf à la vente aux enchères pubhiques de :

8 .mules ou mulets.

16 juments poulinières suitées et présumées pleines.

9 chevaux arabes arabes bardes, percheron et 1/2 sang.

7 poulains de 1 an et 1/2 à 2 ans, déclarés à la SociJté d'Encouragement.

5 pouliches de 2 à 3 ans.

2 baudets étalons.

Un important matériel agricole comprenant :

2 Scmoires en ligne Deering

4 Cultivateurs Jean.

3 moissonneuses-lieuses, Mac Cornick et Wood.

2 charrues fixes, 2 bisocs, 2 grosses charrues à 3 disques, 2 epuideurs de fumiers, etc., etc.

Au comptant le 7,50 en sus.

Le Greffier, Commissaire-pris.

A. ZMIRO.

Etude de M0 Simon PIANELLI, licencié en droit, avou5 près le Tribunal civil d'Alger, y demeurant, 6, rue Joinvu le.

Expropriation FAYOLA

VENTE -

Aux Enchères Publiques en deux lots sépares, à l'audience des criées du Tribunal civil de première instance d'Alger, du Vendredi premier juin 1923, à 14 heures, au Palais de Justice de ia d'ie ville, rue de Constantine, n° 10, de : 1er lot. — Un Immeuble de rapport sis à Alger, quartier de Mustapha, portant le n" 20 du boulevard Aug-U::'l{'-Com;(' élevé sur terre-plcm d'un rez de chaussée et de cinq étages, le cinquième en attique.

Mise à prix : 75.000 fr.

Rapport brut : 22.020 frs, susceptible d'augmentation.

2e Lot. — Un Immoubte de rapport, sis au même lieu, rue Adolphc-Blasselle n- 12, élevé sur terre-plein, d'un rezde chaussée et de cinq étages, le cinquième en attique.

Mise à prix : 50.000 fr.

Rapport brut : 14.520 frs, susceptible d'augmentation.

Frais droits fixe et proportionnel en sus au prorata des prix d'adjudication.-

L'Avoué poursuivant

Signé : PIANELLI.

Pour tous renseignements s'adresser à Me Simon PIA NELLI, avoué poursuivant à Alger, 6, rue Joinville, et pour prendre communication du çahier des charges au greffe du Tribunal civil d'Alger, où il est dénosé.

Ceci

~tv~

SY4 N rit

ChOISISSEZ,

DRAGEES VERTES ANTIPALUDIÇUES

LE Pli/S Pl//SSAAfr FEB/FUGE CONNU

VE.NU tw SRPS. _mTEMENT F4CIt VtNS

'Pharmacie Générale „ Envoi 6!r Franco La Galiléenne, Orat, f JAmcfae da Nord 0 foutes bonnet Droguerie de lI'sr <6 rue ûhnfuedoc, tyer JB CoxTiS,ph*rmJen - cÀimiste À Co^hnliM -;:;=- Coy (JlgèrieJ

== F-A.R.IS -

La Meilleure Pension de Famille

Rue VANEAU, 85 (7e). - Quartier Saint-Cermain.

Grandes Chambres-avec cab. toil. Elect. asc., 3 repas : 16 à 18 francs par personne, pourboires et taxes compris Maison très sérieu-se, convenant spéc. à famille. Honorabilité. parfaite exigée. 10 jours de séjour minimum.

1 Il 1 1 1 1 1 1

t *

SOCIÉTÉ ALGÉRIENNE 1-

[DE |

H &AGGLOMÉRÉS

I Briquettes Anthracite 15/25 H— i= ! j CHARBON DE FORGE 1=

1 A'L G E D BUREAUX. 1

Bja 3 A I L b tl K 6, Rue Jules-Ferry |R j

- Téléphones : 24-14, 34-25, 35-29, 38-48 ;

- ARZ F- W L. DELPORtE 1 _4.

IAA RZEW L AGENT: B !

jtj Téléphone : 0-06 B

1 H B BOUGIE J. AGENT | j

;- BOUGIE J. De Chancel Bj --¡

Téléphone : 1-00 B

IPHILIPPEVILLE s. Sijno =;

Portotano

1 -- Téléphone : 0-09 B

1 1 l

p~~

1 Les Bureaux de Messieurs DUPUY et TEISSEIRE, 1

t courtiers en vins. Agents dépositaires des Produits H a Œnologique LAMOTHE et ABIET de Bordeaux, sont Mi transférés. 15 r. Maréchal-Soult, Alger. Tél. : 6-64. Bj

cassât DEMANDEZ MI% p Alto

E if~~C~~ Liqueur Ng f\ S de Dessert exquise Wm B Cette liqueur qui fut inventée au commence- l^y H ment du siècle dernier par le célèbre savant H|p| EH F.-V. R ASP AI L, que ses recherches dans le BS| H morde médical ont immortalisé. joint à toutes HH H les qualités de son goût, les propriétés les plus «H hygiéniquçs.

S Etablissements RASPAIL à Arcueil (Seine) p|

B V1SMTE DANS TOUS LES CAFÉS

H et chez les Dépositaires B~~ m MM" L. et G. DUMÉNY,

B R rue Dumont d'Urvillo, 5. — ALGER MBa

..1;,' ;.l -, 11-/

Maison FAULQUIER CADET & Cie

de Mont.pellier

Savon blanc « LE GAULOIS »

Garanti pur 72 d'huile

Produit de qualité supérieure

Savon jaune a FAULQUIER » le plus ancien, le plus réputé le plus économique de tous les savons bruns et jaunes connus

Exg-r de vos fou.rniss eurs les marques ci-dessus

Représentant- Dépositaire.

M. Jean-Charles Farrouch. à Alger. — Téléphoné : 33-49

,, A'évralgïes, Migralaes, IUlilmatlsms f

j~ Grippe, Fièvre, Règles douloureuses et ~8~ toutes douleurs

1. Soulagés instantanément et gnéris Jfgxr r,y> y en quelques jours par l'emploi des ~s~

Cachets Miria

Un cachet, pris au moment de la douleur, Wf

Suffît à supprimer, en quelques minutes, l'accès le plus douloureux..

Attention ! Exigez bicn les CACHETS MIRIGA. En vente toutes pharmacies.

0 fr. 90 la boîte de 2 cachets Knvoi franco 'O!"f' *1 ir. adressé à

"-- h ;

^-G-IRAXTT) f- 'htyl Monsieur Giraud, très heureux de pouvoir vous complimenter de vos excellents CACHETS MIRICA. C'est merveilleux. Névralgies, Migraines, Rhumatismes rien ne résiste à eux et le mal semble passer comme par enchantement.,

Aussi tous, parents et amis, se joignent à moi pour ven'r vous remercier d avoir créé un tel médicament. Recevez, etc.

RIOUX, Gustave, v iLa Voulte (Ardèche),

SULFATE

Garanti 98-99

MACCLESFIELD et KUHLMANN

Soufre Sublimé -

Soufre noir Schlœsing

Carbonate

A. LEFÈVRE

48, rue d'Isly

Téléphone : 5-13

Etude de M" JACOB, notaire à .Téniet-el-Haâd.

VENTE

Sur app" d'offres

1° Une Propriété située à Téniet-el-Haâd sur la route des Cèdres, propre à la culture et à l'élevage avec construction" de la contenance de 168 hectares environ.

2° Une Propriété située à Téniet-el-Haâd. au lieu dit « La Vallée M, pjropre à la culture, de la contenance de 109 hectares environ.

3° Un -lot de terre de culture, situé à proximité du village de Téniet-el-Haâd, boulevard de Tara de la contenance de 10 hectares environ.

4° Et une superficie de 148 hectares environ de terre de culture au douar Ben-Na.)uri.

au lieu dit « Les Deux Marabouts », commune mixte de Téniet-el-Haâd.

Pour tous renseignements, s'adresser au dit Me JACOB, notaire.

Hôpital Civil de Mustapha

APPEL DWFRES

'Le Directeur de l'Hôpital civil de Mustapha informe les intéressés que des appels d'offres sont faits en vue de la fourniture de 4.000 kilogs de lessive nécessaires à l'Hôpitai civil de Mustapha et à ses anpexes, pour le 2° semestre

1923.

Les. offres devront être adressées sous plis cachetés, à M.

le Directeur de l'Hôpital Civil de Mustapha pour le 3 juin dernier délai ; l'ouverture des plis aura lieu le 5 juin à 14 heures, en séance publique.

Pour tous renseignement s'adresser à l'économat de l'Hôpital, tous les jours njn fériés de 8 à 11 heures, et de 2 à 5 heures.

Alger, le 17 mai 1923,

Le Directeur,

BUCHER.

CONSTRUCTION

D'UN MARCHE COUVERT

AVEC MAGASINS

Le Mercredi 6 juin, il sera procédé à 10 heures du matin à la Mairie d'Hammam-bouHadjar, à l'adjudication au rabais sur soumissions cachetées, des travaux de construction d'un marché couvert avec magasins.

Le montant des travaux à exécuter s'élève à la somme de 168.315 francs.

L'adjudication portera sur les six lots suivants :

1er lot. — Terrassement, maçonnerie, bétons, carrelage, etc..,.

, 58.888 fr. dont une somme!

à valoir de 5.979,17.

u lot. — Ciment armé.

35.000 dont une somme à valoir de 1.940 04.

3e lot. — Charpente et couverture.

43.000 fr. dont une somme à valoir de 2.582,17.

4c lot. — Menuiserie, quincaillerie.

11.000 fr. dorif* une somme à valoir de 848,90.

« 5e lot. — Peinture et vitreri e.

7.000 fr. dont une somme à valoir de 356,04.

6e lot. — Zinguerie, f )ntc, plomberie.

6.300 fr. dont une somme à valoir de 934,40.

Le cahier des charges rela tif à cette adjudication est déposé au secrétariat de la Mairie d'Hammam-bou-IIadjar et dans les bureaux de M. Condamine, architecte à Sidi-belAbbès, pour être mis à la disposition des personnes qui désixfixaient en prendre connais-j sence.

Le Maire,

î SAINT-ÏEAN. J

Ile CORSET D ARGENT 1 j est LE ROI DES CORSETS. I

Fabrique de Corsets

, LARACINE

8, rue Bab-Azoua - ALGER

Pour foutes les Tailles

Pour fous les çoüf5

"TT',,,

pour foutes les Bourses

Soutien-gorges à 4.25-5.50

6.95 - 8.50 - 10 - 12-15 et

18 francs.

1 Ceinture Maillot Corselets ceintures- Cor-

élastique sets à 12, 15,18, 20, 22, 25, I

45 francs. 28, 32, 35, et 40 francs !

Expéditions par retour pour l'intérieur I

Envoi d'échantillons et catalogue sur demande. I

"CON TEN TIEUX-FISCAL"

20, RUE HENRI-MARTIN, ALGER

(DIRECTEURS : SI MO UN ET et SEROR Experts-Comptables près les Tribunaux)

BENEFICES de GUERRE et TOUS IMPOTS

Défense de tous conflits devant

la COM,MISSION du 1er degré

, REDACTION DE REQUETES

devant COMMISSION SUPERIEURE, CONSEIL

D'ETAT et toutes JURIDICTIONS

H jj ! TV l

<~.— J .J L!f .¿? ( ijlj J j d $

y_~i! 0' Ijub tp. ~JLLJ ji2 0le 8

2Sr-"4 ;4 r. 0l:i).P .$j -') .¿? l(\1 t -7 Ml J

1 ÉTALAGES-VITBINÉS-GUICHBTS 1

Installations de Banques et devantures de magasins en tous Métaux

Accessoires d'Etalages,

Pièces détachées

Grillage Ondulé laiton et

• fer laitonné

IE. CHOLLET U.t 1

4, r. Francis- Gamicr, Alg-ov- Tél. 15.17 I -¡:;r- !H -- me .- momm

Avis d'Adjudication

GOUVERNEMENT CENERAL DE L'ALGERIE

DEPARTEMENT D'ALGER

Ponts et Chaussées. — 2e Circonscription d'Alger

Route Nationale no 12 d'Alger à la frontière Tunisienne

Pavage aux abords de Tizi-Ouzou (au droit du marché hebdo* madaire du Sebt) entre les points kilométriques ï 103+731 et 104+080, sur 342,mètres.

Le 16 juin 1923, à 8 heures 30, il sera procédé à la Préfec, ture d'Alger, Salle du Conil de Préfecture rue de Cons, tantine, à l'Adjudication publique des travaux ci-après dé"i.

gnés :

Pavage aux abords de Tizi-Ouzou (au droit du marché hebdomadaire du Sebt) entre les points kilométriques : 103+731 et 104+080, sur 342 mètres.

Dépense à l'entreprise ififi fcA?

Somme à valoir 16.198

Total 183.000 Cautionnements : provisoire : 3.000 fr.; définitif : 6.000 fit On peut prendre connaissance des pièces du projet, toui les jours ouvrabes :

1° Dans les bureaux de la Préfecture d'Alger (Salle de: archives) rue de Constantine, de 8 à 11 h. du matin et de S à 4 heures du soir.

2° Dans les bureaux de M. Tondu, ingénieur ordinaire de

Ponts et Chaussées, à Tizi-Ouzou, aux mêmes heures.

Les Candidats à l'adjudication doivent présenter les pièces réglementaires dans les délais prescrits par l'affiche d'adjudication à M. POUYANNE, ingénieur en chef des Ponts 21 Chaussées, 3, rue Berthelot, Alger.

Etude de Mc Alfred BRISDOUX, notaire à Alger, rue de l'Abreuvoir, n5 2.

VENTE VOLONTAIRE j bll* ques, au

aux enchères publiques, au plus offrant et dernier enchérisseur le 25 mai 1923. à 15 h.

en l'étude et par le ministère

de Me BRISDOUX.

D'Une VILLA sise à Alger en façade sur le Boulevard Saint-Saëns où elle porte le n° 74, et sur la rue Pomel, le n° 5.

Cette villa comprend : un rez de chaussée partie sur cave, partie sur terre plein, com}:,',sé d'un salon, salle à manger cuisine, vérandahi waterclosets, et d'un premier étage composé de trois chambre-;, salle de bains, cabinets de toilette. Terrasse avec chambre de bonne. Petit jardin.

Mise à Prix : 75.000 fr.

On peut traiter de gré à gré avant l'adjudication.

Pour plus amples renseignemeirts s'adresser à l'étude de Mc BRISDOUX. notaire.

Etude

de M° OSTERMAX, notaire à Tlemcen.

A Vendre à i'Amteb'e

1° Une PROPRIETE sis.

aux A'bdcllys à 33 kilomètres de Tlemcen, d'une contenance de 39 hectares de terre d'alluvion irrigable à l'exception de 3 hectares. Eau en abondance, complaptée de 10 hectares de vigne américaine en plein rap port, grands bâtiments @ cheptel mort et vif au gré de l'acqué.

reur, jouissance au l^r octobre 1923. Facilités de paiement.

2° Une PROPRIETE eise au lieu dit Ouallout entre Lamoricière et Aïn-Tellout à che-

val' sur là mutè nationale et à 2 kilomètres de'la garè de ce dernier centre d'une concnance de 300 hectares environ, dont 13 hectares environ en♦ vigne et 50 hectares irrigables, grands bâtiments jouissance au 1er octobre 1923. grande t facilités de paiement.

Pour visiter et traiter s'adresser à Me OSTERMANNi notaire, à Tlemcen.


POUR

AGENT DEPOSITAIRE A ALGER' POUR

CH. VENGU D _LLUMAGB Glu

, 4, Avenue Bab-el-Oued , ¡ ECLAIRAGE'

4:;: -.. : ,' ,.

- - f

PULVERISATEURS -

„■■ ;** *e "«*"—^aBS*r- «a* ---< - —■ 1

* -< ~~———— <~—

'>': SOUFREUSES

VERMOREL

* s *>

«: - "r" : - « t

(

à dos et à. traction livrables de suite à la maison

LOUIS BILLIARD

LA COMPTABILITE

s'apprend par leçons particulières ou par correspondance, sans dérangement, sans quitter emploi. sans grands efforts et d'une façon parfaite.

Cours à forfait sanctionnés par Diplôme.

Succès garanti. Notice sur demande.

Ecole REMINCTON

-66, av. Malakoff B.-E.-O.

1, rue Colbert, Alger.

26, r. Lamartine, Belcourt

Etude

ie Me Lucien SIDER, avoué t près le Tribunal Civil de I première instance d'Alger, y e "lemeurant 48, rue d'Isyl. r - t

Licitation Oury-Lemichel *

VENTE i

Aux Enchères publique? < sur licitation en quatre lots De : 1

Premier 'Lot

Un MHEUBLE

situé dans l'intérieur du villa- < ge de Palestro, arrondisse- < ment d'Alger, en bordure de 3 a route nationale n° 5, d'Al- < ger à Constantine, occupant une superficie de 25 ares 53

centiares environ et faisan, partie du lot rural n° 45 du plan de lotissement. Le dit im- 1 meuble comprend-un groupe J de constructions à usage de cafés maures, magasins, chambres servant de débar- ras, écuries avec cour intérieu- J re. jardins derrière. J

Deuxième lot

Un IMMEUBLE ;

situé au même lieu ocupant une superficie de 20 a-res 47 < centiares environ, faisant par- !

tie comme l'immeubleprd- j dent (tu lot n° 45 du plan de 1 lotissement. Le dit immeuble comprend diverses construc tions dont une avec étage et ès autres à.simple rez de chaussée à usage de logements magasins, café maure, écurie, poulailler, cours et jardins.

- Troisième lot fin lot de Terrain

àvec petite construction en mauvais état, situé au mémt lieu, occupant une superficie i de 20 ares environ, formant le 4ot rural n° 81 du pian de lotissement.

- Quatrième lot

UNE VILLA

sise à Fort-de-l'Eau, canton de Maison-Carrée, a proximité de la mer et sur le bord de la route conduisant-du village au fort servant de casernement a là Douane. Elle comprend : sale à manger, cuisine, .chimDres, débarras, buanderie, han gar w.-c., cour, petit jardin.

Le tout plus amplement designé ci-après.

L'adjudication aura lieu le vendredi 8 Juin 1923, à 14 h., à l'audience des criées du Tribunal Civil de première instance d'Alger, séant au Palais de justice de la dite ville, rue de Constantine, n° 10.

On fait savoir à tous ceux qu'il appartiendra :

Qu'en vertu et en exécution d'un jugement rendu sur requête conformément à la loi du 15 décembre 1921, par la Chambre du Conseil- du tribunal civil de première instan' ce d'Alger, le 16 mars 1923, enregistré.

Et aux requête, poursuite.

et diligences de :

10 M. Marsot Albert, entrepreneur de travaux publics, demeurant à Palestro.

2° M. Vallas Michel Stéphane, emplové des Postes et Té légraphes) demeurant a Paris, rue du Théâtre, cité Thuré n° 2..

30 M. Vallas Pierre Màrtin

Ernest, monteur, en bronze, demeurant à Paris, rue d'Allègre, n° 12 ;

4° M.. Peyrolle Victor Prudenè, ancien négociant, demeurant à Ivry-Port, rue de

Seine, nO, 77, veuf de Mme

Clémentine Stéphanie Vallas.

5° M. de Peyrolle Clément

Stéphane, fabricant de coiffes

-- de casquettes; demeurant à

:vry-Port, rue de Seine nu- 8 néro 77. l' 6° Madame de Peyrolle Ma-b

-le Elisabeth Stéphanie, épou- y

;e de D. Durioux Omer Oscar, L représentant de commerce, L ivec lequel elle demeure à Pa- t ris, lue Moufletard, n° 82, et 1 ;e dernier pour l'assister et 11 l'autoriser,

7° M. Furet Louis, propre :ai:re, demeurant à Villeneuve sur-Yonne (Yonne).

8° M. Furet Désiré Eugène, , propri-étaire-vigneron, demeu- 1 rant à La Tesnière, commune j ie Buillé (Loir-et-Cher). d 9° M. Furet Léon, vigneron, t au bourg de la commune de (

Mareuil - sur -Cher (Loir - -et-

Cher). q 10° Madame Coûtant Ma- « thilde Juliette, épouse de M. r Fouilloux Gustave Alexandre, employé, avec lequel elle de- t meure à Paris, avenue de Châ L tillon, n° 24 (14e), et ce der- s nier pour l'assister et l'autor- t ser. 1 11° Madame Coûtant Suzanne Victorine, épouse de M. j Beauvais Félix, ouvrier maçon, 1 avec lequel elle demeure à Saint-Aignan-sur-Cher (Loir- j et-Cher) et ce dernier pour , l'assister et l'autoriser.

12° M. Coutant Camille Victor, boucher, demeurant à St-

Aignan-sur Cher.

13° M. Daudin Eugène, vi- , gneron, demeurant à Mont, canton de Bracieux (Loic-et- < Cher)..

14° M. Daudin Eugène Fran- ; çois. vigneron, demeurant aux Champs-Blachets, commune de Mont.

15° M. Daudin Baptiste, bri- < gadier d'octroi, demeurant à 1 Aix-en-Provence, quartier Bar- « ret.

16° Madame Martineau Jus- < tine, épicière. demeurant à Mer (Loir-et-Cher), veuve de M. Jérôme Emile.

17° Madame Martineau Loui- J se, épouse de M. Picault Paul, 1 cordonnier, avec lequel elle demeure à Mer, et ce dernier pour l'assister et l'autoriesr.

18° M. Antoine Michel, jardinier, demeurant à Blois. rue , Sourderie, agissant au nom et ; en qualité de tuteut naturel et c légal de son fils mineur Antome André, né à Blois, le 19 avril 1903.

19° Madame Deletang Isa- ] belle, propriétaire vigneronne, demeurant à la Courbaudièrc, commune de Mont. veuve de M. Daudin Alfred, dit Charles agissant tant en son personnel qu'au nom et comme tutrice naturelle et légale de son fils mineur Daudin Roger, issu de son mariage avec M. Daudin Alfred.

20° M. Daudin Emile Alfred, cultivateur, demeurant à Mont.

21° M. Daudin Ernest, cultivateur, demeurant à Mont.

22° Madame Daudin Aieline. épouse de M. Loyau François Denis, propriétaire-vigneron, avec lequel elle demeure à la Richardière, commune, de Mont et ce dernier pour l'assister et l'autoriser.

23° M. Amiot Emile Joseph, prqpriétaire-vigneron, demeurant à la Martinière, commune de Mont, veuf de Mme Daudin Angeline.

24° Madame Amiot Marie

Angélique, dite Emilie, épouse de M. Boyeux Albert, dti Modeste, propriétaide - vigneavec lequel elle demeure à Mont, et ce dernier pour l'assister et l'autoriser.

25° Madame Amiot Florentine Justine, épouse de M.

Bayeux Gabriel, propriétaire, avec lequel elle demeure aux Barrières, commune de Mont, et ce de^pier ^our l'assister et l'autoriser.

26° M. Amiot Fernand Raoul propriétaire-vigneron, demeurant rue de Meneuil, commune de Mont.

27° Mme Daudin Philomène Justine, vigneronne, demeurant à Mont, veuve de M.

Epiais Modeste.

28° Madame Sausse Désirée, épouse de M. Mitaine Emile, propriétaire-vigneron, avec lequel elle demeure à Mont, et ce dernier pour l'assister ec l'autoriser.

29° M. Sausse Désiré Lucien

Frédéric, vigneron-propriétaire demeurant à Mont. '," 30° Madame Morin Aline épouse de M. Daridan Emile, marchand de bois, avec lequel elle demeure à Fontaine-en-

Sologne (Loir-et-Che;1), et ce dernier pour l'assister et l'autoriser.

Poursuivants ayant pour avoué constitue Me Lucien SI-

DER, exerçant en cette qua i té près le Tribunal civil d'Al-

1 ger, y demeurant, rue d'Isly, n° 48.

Il sera procédé, le vendredi

juin 1923, à 14 heures, à audience des criées du Trunal civil de première inv ince d'Alger, au Palais de ustice de ladite ville, rue de Constantine, n° 10. à la ven-

s aux enchères publiques, su icitation, en quatre lots, dea mmeubles ci-après désignés.

D ESI Q NATION

des Immeubles à vendre

Premier lot

UN IMMEUBLE, situé dans 'intérieur du village de Pa.

estro, canton de Palestro, ar ondissement et département l'Alger, en bordure de la a-oue nationale n° 5 d'Alger à ..onstantme. occupant une sulerficie de vingt-cinq ares cin [uante-trois centiares environ, t faisant partie du lot rural lO 45 du plan de lotissement.

Le dit immeuble comprend : m groupe de constructions à Lsage de cafés maures, magasins, chambres servant de dé >arras, écuries avec cour ints ieure,. jardins derrière.

Le tout est limité : au Nord, ?ar la route nationale, à 'Est. par M. Mari Baptiste ; lU Sud, par un terrain communal et à l'Ouest, par M. Bou-elly.

Deuxième lot

UN IMMEUBLE, situé dans .'intérieur du village de Paies:ro, en bordure de la route na ;ionale n° 5 d'Alger à Constantine, occupant une superficie de vingt ares quarantesept centiares environ et faisant partie comme l'immeuble précédent du Jot rural n° 45 du plan de lotissement.

Le dit immeufole comprend : diverses constructions, dont une avec étage et les autres à simple rez de chaussée à usage de logements, magasins,

:afé maure, écurie, poulailler, cours et jardins.

Le tout est limite : au Nord, par la nute nationale ; à :'Est, par M. Strub ; au Sud, par un terrain appartenant à a commune, et à l'Ouest, par me rue.

Troisième lot

UN LOT DE TERRAI Ni ivec petite construction en mauvais état, situé à Palestro, sur le bord de la route nationale n° 5 d'Alger à Constan tine, occupant une superficie ie vingt ares environ et formant le lot rural n° 81 du plan de lotissement.

Le dit lot est limité .: au Nord, par la propriété Perault; à. l'Est, par les héritiers Micoud ; au Sud, par la route nationale ; à l'Ouest, par M. Albert Garbies.

Quatrième lot

UNE VILLA, sise à Fort- I de-l'Eau, canton de MaisonCarrée, arrondissement d'Alger, à proximité de la mer et sur le bord de la route conduisant du village au fort servant de casernement à la Douane.

La dite villa comprend : salle à manger, cuisine, quatre chambres, débarras, buanderie, water-closet, cour, petit jardin et droits indivis dans une petite parcelle de terrain devant servant à la création d'un chemin de service. -

Cette propriété est limitée : à l'iEst. par la route conduisant au fort ; au Sud, par un chemin reliant cette route à l'ave.

nue des Bains ; à l'Ouest, par la villa Huck, et au Nord, par un passage.

Tels au surplus que les dit' immeubles s'étendent, se poursuivent et se comportent dans toutes leurs aisances* et dépendances.

Mises à Prix

-

Outre les charges et comptions du cahier des charges de la vente, les enchères seront ouvertes et reçues SUT les mises- à prix suivantes, fixées par le. Tribunal dans son jugement du 16 mars 1923, eusvis é, savoir :

1er lot : Douze Mille francs ci 12.000 2e lot : Dix-sept mille

francs, ci 17.000

3° lot : Trois mille francs, ci .,. 3.000

4e lot : Quatorze mil-

le francs, ci .:. 14.000 Frais, droits fixe et proportionnel en sus.

Fait et rédigé à Alger, le 14

Mai 1923.

L'Avoué poursuivant,

Signé : L. SIDER.

Enregistré à' Alger, le 17

Mai 1923, par le Receveur qui à perçu les. droits.

Pour tous renseignements, s'adresser à l'étude de Me L.

JiDER, avoué, 48, rue rue d'Isly, et pour prendre commùtiication du cahier des charr ges au Greffe du Tribunal civil, où il est déposé.

LE > PLUS RÉCENT PORTE-PLUME RÊSERVOtR 1^?

! L'AUTOMATIQUE "MALLAT"

BREVETÉ S. G. D. G.

Avec Plume OR 18 CARATS

J! a '- "-:'iIJJ!'--'

ET SON ENCRIER UNIQUE, BREVETS

——- t ,r- - n

ï i 1

» t La plus Ancienne marque de Plumes à écrire de FRANCE ;

Inventeur de la PLUME D'OR et du PORTE-PLUME RÉSERVOIR en 1842 et 1864 (Brevets)

4 La Première fabrique de PLUMES D'OR

et de PORTE-PLUME RÉSERVOIR du MONDE

Sans conteste, la qualité la plus réputé.

j ! i : Le Porte-Plume automatique Mallat se remplit automatiquement et sans risques de taches. n peut se remplir au premier encrier venu, mais nous le fournissons avec un flacon-d'encre stylographique MALLAT..

encre universellement réputée par sa fluidité et sa stabilité. Ce flacon est muni d'un dispositif (1) spécia-

lemènt calculé pour permettre le remplissage du porte-plume sans que soit a craindre la perte d'une seule goutte d'encre : donc impossibilité complète de se < tacher. Vne instruction très détaillée est du reste fournie avec chaque porte-plume.

Nous livrons. aussi, pour contenir ce flacon d'encre, un encrier spécial MALLAT (2) en aluminium, complètement hermétique, qui évitera le renversement rendu absolument impossible par la stabilité et l'étanchéité parfaites de l'encrier MALLAT.

Désireux de donner à notre clientèle un article soigné, de premier ordre, muni de tous les accessoires indispensables, nous nous sommes assuré les deux types de porte-plume réservoir les plus modernes de la célèbre marque MALLAT, dont la renommée n'est plus à faire et dont le nom seul est une garantie. Le marché Important que nous avons passé nous permet de donner un porte-plume avec sa plume or 18 carats et ses accessoires à un prix et à des conditions uniques qui permettront à tout le monde de posséder cet objet complètement indispensable à notre époque.

Le Porte-Plume réservoir automatique Mallat A 50(4), avec plume or 18 carats, avec son encrier en aluminium contenant un flacon d'encre stylographique MALLAT, flacon muni du bouchon spécial et une agrafe dorée permettant d'accrocher le porte-plume à la poche. (Le porte-plume livré en botte carton avec instruction détaillée.)

PRIX : 40 francs, payables 5 francs par MOIS, ou au c:omptant avec ..--.

compte

Le Modèle A 51 (5), plus grand que le modèle A 50, avec les mêmes accessoires désignés ci-dessus :

PRIX : 47 fr. 60, payables 5 fr. par MOIS, ou au comptant avec 10 d'escompte.

N. B. - Nous pouvons fournir en remplacement de Pagrafe dorée une agrafe en plaqué or lamln6 Inoxydable garanti 10 ANS, avec un supplément de 5 francs. ,

Pour co^j^ra6n^®^ Maison Pierre STREMBEL, Les Sables-d'Olonne (Vendée)

,,-',,';". ,:".,.;",",,. .-.;"(' FONDËE EN 1906 "'i ."Ó'.,:,. ',.' , ".)

lîl

-

'*

- '-' - .- - - -

M y&iS&L < *

M IL La Moissonneuse-BaHeuse I

1 DEERING INTERNATIONAL

Remplace avantageusement tous les moyens employés jusqu'à ce jour pour couper iz llwlli p iavw les récoltes et battre le grain..

Elle fait ce travail en une seule opération aussi bien dans les récoltes courtes que hautes.

Coupe à 10 centimètres donc ramasse le plus possible. El

1 i"

Ne'c e SSI. te une équipe de4 à 5 hommes, alors qu'avec les moyens ordinaires il en faut H 30 environ. |i

Supprl"Me toutes pertes de grains qui résultent de l'emploi des machines ordinaires de H

~JtU~ppriiUmU~ C récolte et de battages soit par le tablier, l'élévateur, le lieur ou la sache, iill soit par les manipulations des gerbes.

Economise ainsi par hectare un a deux quintaux de grains. H

Augmente- sensiblenlent lesbénéftces des pethes aussi bien i que des grandes exploitations agricoles..

Peut être également tirée par 6 ou 8 bêtes. 11

INTERNATIONAL HARVESTER COMPANY OF FRANCE

X. M. A.. !

ORAN ALGER * TIARET

M -7. .*t";;'?4'I"fitf,::;,.,.,i.

A VENDRE t

USAGES MAIS EN TRES BON ETAT

* Un Transporteur « Burton » 13,40x0,60.

Une Presse à rebattre « Du bois ,i). av. moules à briques et à carreaux.

Une Presse à rebattre « Boulet »..

Deux Tables à découper.

Un Chariot découpeur avec sa filière, pour tuiles de montagne.

Un ventilateur à hélice « Aland », actionné par courroie.

27 Fiiières. bluterie, élévateur à godets transporteurs à vis sans fin.

8 Arbres acier

90 m/m 80 m/m 60 m/m

-

4.00 - 3.00 1,20 - 1.50 - 2,40 - 3,80 - 4,40 5!20

, ( 0,20 à 1,40 de diamètre

16 Poulies fonte < 0,09 à 0,30 de largeur

( 0,04 à 0,09 d'alésàge

21 Paliers fonte et bronze, à bain d'huile 60 à 90 m/m d'alés.

119 Cloches fonte ( Pour fours à* feu Continu

17 Vannes fonte Pour fours à feu éontinu 2 VVerins pour vannes (

1 Moteur marchant au pétrole ou à l'essence, 200 m/m d'alésage sur 370 m/m course.

1 Bétonnière.

1 Treuil à patins levant directement 2.400 kilos sur tambour.

NEUF :

1 Toile aîoës sans fin 1$ ro. 39.

1 Glacière « Empire » à Fêtât de neuf 120 h. 1. 53 p.

1 Pressoir à rotuie « Ma'rmonier » neuf, maie fonte , sur roues, diamètre intérieur des claies 1 Irl. 00.

S'adresser chez M. RENAL D REGIS, Sétif.

Etude de Me Henry VEROLA, avoué près le Tribunal Civil d'Alger demeurant dite ville, 2, place d'isly.

LICITATION SOLLBERCER

Vente afux enchères publiques

Sur surenchère ensuite de licitation en un seul lot de

UN IMMEUBLE

à usage d'hôtel dénommé,

HOTEL ALEXENDRA

situé à Alger, rue Michelet, Canton Sud, arrondissement et département d'Alger.

Le tout d'une superficie de deux mille deux cent quatrevingt dix-huit mètres carrés environ.

20

UN FONDS DE COMMERCE

d'hôtel exploité sous le. nom d'HOTEL ALEXANDRA, dans l'immeuble sus-désigné.

''adjudication aura ru le Vendredi huit Juin mil neuf cent vtngt-trots, à quatorze heures, à l'audience des criées du Tribunal civil d'Alger.

MISE A PRIX -i 501.700 fr.

Frais et remise proportionnelle en sus.

* L'Avoué poursuivant :

Signé : Henry VEROLA.

Pour tous renseignements, s'adresser en l'étude de Maître aux études de Maîtres Henr" VEROLA. avoué poursuivant, aux études de Maîtres

DURAND. PIANELLI, CUTTOLIs SIDETR, avoués cô-licitants, à M. CARNAUSE, curateur aux successions vacantes.

r-l^il i ifhi'l ■«Il

Jil POURLAFEMME!

H

S Toute femme qui souffre d'un trouble quelconque -j i de la Mentruation, Règles irrégulières ou douloureu- f ses, en avance ou en retard, Pertes blanches, Mala- 'j ,, dies intérieures, Métrite, Fibrome, Salpingite, Ova- të. rite, suites de Couches, guérira sûrement rien qu'en I faisant usage de la - A i

I JOUVENCE de l'Abbé SOURYk

s uniquement composée de plantes inoffensives jouis- ï; sànt de propriétés spéciales qui ont été étudiées et ;' expérimentées pendant de longues années. La JOUVENCE de l'Abbé SOURY est faite ex- i j pressément pour guérir toutes les maladies de la 1 femme. Elle les guérit bien parce qu'elle débarrasse k JS l'intérieur de tous les éléments nuisibles ; elle fait f-j circuler le sang, décongestionne les organes, en II S même temps qu'elle les cicatrise. jtj it. * tSN

La JOUVENCE de l'Abbé SOURY ne peut jamais être nuisible, et toute personne qui souffre d'une mauvaise circulation du sang, soit Varices Phlébite, Hémorroïdes, soit de l'Estomac ou des Nerfs, Chaleurs, Vapeurs, Etouffements, soit malaises !U

RETOUR D'AGE doit. employer la -

H JOUVENCE de l'Abbé SOUR Y

8|I en toute confiance, car elle guérit tous les jours des U

K! milliers de désespérées. * ¡.

1

K| j Il est bon de faire chaque jour des injections avec u

~! l'HYCIENITINE des DAMES. La boîte, 4 fr. 40.

La JOUVENCE de l'Abbé SOURY, préparée à la g Pharmacie Mag. DUMONTIER, à Rouen, se trouve > an5 toutes les phqrmacies. Prix au public, 6 francs. £

g Nota. — Le produit est majoré de 0 fr. 60 pour £ tous frais perçus à son entrée. Prix du flacon 6 fr. 60 f-

net de tous frais. N

K Bien exiger la véritable JOUVENCE de l'Abbé ffjf SOURY, qui doit porter le portrait dé l'Abbé SOURY i et la signature Mag. DUMONTIER, en rouge. si

JI

',-:"-'f.,..;;,. mwypwiiiipjpp# "?M¡' !,:>." m

BEURRE de NORilANDIE

Beurre des CHARENTES et du POITOU. Frais ou saléa 1 1' Expédition tous les jours par la poste iLaboîte de 500 grammes .-. 8.50 La boîte de i kilo net. H"-a-.' -- 16.50

Franco contre mandat poste "'-.

Réduction selon quantité poui marchandises rendues t QUAI ALGER

Etablissements L. PIQUEREAU et Cie. Société en commandite par actions au capital de 1.500.000 francs entièrement versés. *

LE LOUVET-DREUX (Eure-et-Loir). 1

"DURAIT "Roi du Vêtement

,. Habille Bien et pas Cher

TOUT FAIT ET SUR MESURE -

BELLE JARDINIÈRE

5, Rue Bab-el-Oued, ALGER

FACILITES DD PAIEMENT

Journée Remboursable

Fournisseur de l'UNION ECONOMIQUE

Etude de Me LEGRAND, , avoué à

Blida, 11", rue Tirman.

Exécution de la loi du du 15 décembre 1921

VENTE

Aux Enchères Publiques en suite de licitation et sur surenchère entre les Consorts Kadouche. en 4 lots séparée non iréunissables, aux plus offrants et derniers enchéris eurs et à l'exception des feux de : 1° Une PROPRIETE située commune de Médéa, quartiers Koutiten et Batti, de 16 h. 95 ares 25 c. dont 11 h. en viguç française, 4 h. en jardin irrigafble et arbres fruitiers et sur laquelle il existe diverses constructions en maçonnerie, comprenant 4 pièces et une écurie avec cour au milieu, le tout couvert en tuiles.

Mise à prix : 46.670 fr.

2° Une PROPRIETE située commune de Médéa quartier Koutiten, de 4 h. 25 a., 40 c., complantée en vigne, sur lanielle se trouvent plus eurs constructions en maçonne le, couvertes en tuiles, à usage de maison de maître et UI.e gran de cave pouvant lofeer 1.500 hectolitres de vin.

Ensemble le matériel viticole et vinicole pouvant exister et sept amphores en maçonnerie cimentée.

Mise à prix : 28.000 fr.

3° Une PROPHETE située au même lieu, quartier Koutiten, formée de la réunion de trois parcelles de la cônlenance totale de 5 h. 64 a. 40 c., dont 5 h. 50 a. en vigne.

Mise à prix : 21.000 fr.

4° Une PROPRIETE située partie banlieue de Médéa et partie commune de Lodi, ne 57 h. 66 a. 40 c., composée de 8 parcelles en nature de terres la:bourahes,. jardins bois et broussailles et sur laquelle il existe diverses, constructions en maçonnerie comprenant 4 pièces, écurie et cour inté-, neur.

neU Mise à prix : 18.700 fr.

L'adjudication aura lieu le mardi 5 juin 1923, à 8 h. du matin, au Tribunal civil de Blida, au Palais de Justice de la dite ville, sis rue Zaouïa.

Outre les charges, clauses et conditions insérées au cahier des charges, les immeubles sus-désignés seront mis en vente sur les mises à prix cidessus offertes par les surenchérisseurs.

Prorata, frais poursuite de première vente, frais de revente sur surenchère, droits fixe et proportionnel en sus.

Pour rxtiait,

L'Avoué poavirvant

- Signé : ¡LEGj{.\ND.

NOT A. - Pour. tous autres renseignements- (bail, entrée en jouissance, etc.) s adresser en'l"Etude de Me Henri LEGRAND, avoué à Blida e: au greffe du Tribunal civil de Bli.

da où le cahier des charges est déposé.

Etude de Me André GODIN, cheva.

lier de la Légion d'honneurc notaire à Alger, 2, rue de la Liberté.

Adjudication Volontaire

(Etrangers admis)

En l'étude et par le ministè.

re de M6 GODIN, notaire à Alger.

Le jeudi 7 juin 1923, à 10 h.

De divers immeubles appan tenant auv consorts Sitgès et en trois lots.

Premier lot

Une MAISON située à Alv ger, rue d'Orléans n° 22, anciennement n° 28, composée d'un rez de chaussée à usage de magasin et de trois étages, comprenant chacun 3 appartements dont 2 de 2 pièces et une cuisine et un d'une piè* ce et une cuisine, entièremer', louée.

Mise à prix : 35.000 fr.

Consignation pour enchérir 3.200 francs.

Deuxième lot

Une autre MAISON située âi Alger rue d'Orléans n° 24, composée d'un rez de chaussée à usage de magasins d'ua premier étage comprenant 6 pièces, deux cuisines et un débarras, d'un deuxième et d'un troisième étage comprenant chacun neuf pièces et une cuisine et d'un quatrième et der.

nier étage en terrasse comprenant trois pièces, entièremeni louée.

Mise à prix : 45.000 fr.

Consignation pour enchérir i

4.200 fr.

Troisième et dernier lot

Un lot de TERRAIN à bâtii situé à Saint-Eugène, canto( Nord d'Alger rue de la PoU; drière sur laquelle il a une façade de 16 m. 50, d'une con, tenance de 682 mètres carrés, limité, au Nord par un lot d< terrain appartenant aux héritiers Sitgès et non compris dans l'adjudication, à l'Est, par la rue de la Poudrière, au Sud par M. Rachaudj et à l'Ouest, par la propriété Pé, truc.

Mise à prix : 20.460 fr.

Consignation pour enchérir :

1.900 francs.

Entrée en jouissance immédiate, par la- perception deï loyers pour les deux premier lots, et par la prise de possession réelV pour le dernier lot.

libre de toute location.

Nota. — L'adjudication aura lieu en trois lots séparément et distinctement, au plu* offrant et dernier enchéris-

seur.

Toutefois on peut traiter de gré à gré avant l'adjudication,

Pour tous renseignements et pour visiter ou traiter s'a.

dresser à l'étude dé M0 GODIN, notaire à Alger, rue de la Liberté n° 2, rédacteur et dépositaire du cahier des charges.