Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 247 à 247 sur 328

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Le château de Chantilly pendant la Révolution : arrestations dans le département de l'Oise en 1793, emprisonnements à Chantilly, liste complète des détenus, documents inédits... / par Alexandre Sorel

Auteur : Sorel, Alexandre (1826-1903)

Éditeur : Hachette (Paris)

Date d'édition : 1872

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 1 vol. (VIII-315 p.) ; in-8

Format : application/pdf

Description : Appartient à l’ensemble documentaire : Picardi1

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k747082

Source : Bibliothèques de la Ville de Compiègne, 8-Lk7-16029

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31385498j

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 82


~aM« n" 230 (~y'M~ <793).

~oyoa, ee 28 juin 1793, l'an <econd de la République &aMaiM. Citoyen Marat,

La fermeté avec laquelle vous combattez le despotisme me fait croire que vous voudrez bien entendre les observations d'un vrai républicain~ relativement aux prisonniers prussiens qui sont à Noyon; mais je vois avec douleur l'accueil qu'on fait chaque jour à ces hommes, qui, au fond, sont nos ennemis les aristocrates dont Noyon fourmille, les fêtent tour à tour, louent leur maintien, leur tournure.

Dans ces temps de crise, tandis que les bons citoyens s'occupent à déjouer les complets liberticides des méchants, ces messieurs donnent bal deux ou trois fois la semaine et passent les nuits dans les fêtes bruyantes.

L'échange de ces ennemis est très instant, car ils ont des entrevues avec nos ci-devant chanoines et autres suppôts de l'ancien régime; ils se serrent la p main lorsqu'ils se rencontrent dans les rues. Depuis deux ans, je suis membre de la société populaire de Noyon j'ài vu avec peine s'y introduire de faux patriotes qui sont parvenus, par leur astuce