Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 159 à 159 sur 362

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Souvenirs d'un hugolâtre : la génération de 1830 / par Augustin Challamel

Auteur : Challamel, Augustin (1819-1894)

Éditeur : J. Lévy (Paris)

Date d'édition : 1885

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 358 p. ; in-18

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k74268j

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, Ln2-265

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30216539s

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 95 %.
En savoir plus sur l'OCR


de raison, lorsque Decamps et Delacroix acquéraient une réputation immense.

Sainte-Beuve, auteur des PoJs~es de Joseph De~onHc, livre à propos duquel une dame répondit ce mot « Werther carabin », devait assez prochainement renier presque le cénacle de la place Royale. Ses Co~tso~MMM étaient alors dans toutes les mains.

Sainte-Beuve, le même qui, depuis. ne jurait alors que par Victor Hugo.

Mais,– il l'a dit lui-même,–« en passant par le monde de Victor Hugo, il avait eu l'air de s'y fondre, il avait fait ses réserves, comme il les avait faites en passant par l'école (~ctrinaire du Globe, où dominait l'École normale dont Barthélemy Saint-Hilaire était un des rédacteurs, avant de fonder le Bon Sens, avec Victor Rodde et Cauchois-Lemaire.

Sainte-Beuve cherchait toujours quelque grande âme à épouser; seulement, il savait ménager ses divorces autant qu'il s'enthousiasmait pour ses mariages littéraires et philosophiques. Il mit toutes ses variations sur le compte de ses désillusions.

En lui, on l'a justement remarqué, le poète mourut jeune, et fut tué par la critique. De Victor Hugo il passa à Lamennais, à Carrel, puis à Proudhon, enfin à Napoléon III, en se