Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 179 à 179 sur 466

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Anthologie hospitalière et latinesque : recueil de chansons de salle de garde anciennes et nouvelles, entre-lardées de chansons du Quartier latin, fables, sonnets, charades, élucubrations diverses, etc.. T. 1 / par Courtepaille ; avec un avant-propos de Taupin

Auteur : Bernard, Edmond Dardenne. Auteur du texte

Éditeur : [s.n.] (Paris)

Date d'édition : 1911-1913

Contributeur : Taupin. Préfacier

Sujet : Etudiant. France. 20e siècle

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 2 vol. ; in-8

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 461

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k72786c

Source : Bibliothèque nationale de France, département Fonds du service reproduction, Rés. p-Ye-942 (1)

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31975767x

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 89


Puis, vous avez foutu le vit à mon derrière

Oui, Sire, sans respect pour ma race guerrière,

Pour le cul de Poitiers, puceau depuis mille ans, Tandis que, revenant le con tout plein de sang,

Elle priait tout bas le Dieu du pucelage

De rendre votre vit moins dur en son passage, Vous, François de Valois, te soir du même jour, Vous avez, sansjpitip, sans pudeur, sans amour, Des joies du cul, du con, usant toute la gamme, Dans votre lit, tombeau de ta vertu des femmes, Flétri, déshonoré, déculotté, baisé

Moi, moi, de Sàmt-Valtier, vicomte de Brezé

En m'enculant ainsi d'une manière Infâme,

Vous preniez donc mon cul pour le con d'une femme ? Vous, roi François, sacré chevalier par Bayard, Jeune homme, il vous faut donc des fesses de vieillard ? Et les poils de mon cul, déjà blanchis par t'âge, N'ont pu me préserver de ce cruel outrage

0 vous, Dieu des bordels, qu'avez-vous dit, là-bas, Lorsque vous' avez vu, dans te pli de deux draps, 9 S'enfoncer raide et dure, et rougeâtre et sanglante, Une pmerdyàte en mes fesses saignantes ?

Sure, ~n enfonçant trop, vous avez mal agi.

Que du sang d'une enfant votre vît fût rougi,

Cela peut s'expliquer on comprend qu'une femme Ait pu se laisser. prendre à votre piège infâme,

Mais que vous ayez pris et le père et l'enfant

Que vous ayez flétri, sous votre vît bandant,

Le~con d'une comtesse et le cul d'un vicomte, C'est une chose impie et dont vous rendrez compte, Quand vôtre braquemart, de fatigue brisé,

Sur vos roustOns vidés pendra inerte, usé,

Sire, je ne viens pas insulter votre pine

Quand on est ëhculé ton fait mauvaise mine