Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 773 à 773 sur 954

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Fables de La Fontaine / avec les dessins de Gustave Doré

Auteur : La Fontaine, Jean de (1621-1695). Auteur du texte

Auteur : Géruzez, Eugène (1799-1865). Auteur du texte

Éditeur : L. Hachette (Paris)

Date d'édition : 1868

Contributeur : Doré, Gustave (1832-1883). Illustrateur

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : LX-864 p. : portrait de La Fontaine et pl. gravés ; in-fol.

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 954

Description : [Fables (français)]

Description : Comprend : Notice sur Jean de la Fontaine

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k720466

Source : Bibliothèque nationale de France, Rés. Ye-170

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30716029z

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 94 %.
En savoir plus sur l'OCR


Que ses sujets; et la Nature

A mis dans chaque créature

Quelque grain d'une masse où puisent les esprits J'entends les esprits corps, et pétris de matière.. Je vais prouver ce que je dis. »

A l'heure de l'affût, soit lorsque la lumière Précipite ses traits dans l'humide séjour,

Soit lorsque le soleil rentre dans sa carrière, Et que, n'étant plus nuit, il n'est pas encor jour, Au bord de quelque bois sur un arbre je grimpe, Et, nouveau Jupiter, du haut de cet olympe, Je foudroie à discrétion

Un lapin qui n'y pensoit guère.

Je vois fuir aussitôt toute la nation

Des lapins, qui, sur la bruyère,

L'œil éveillé, l'oreille au guet,

S'égayoient, et de thym parfumoient leur banquet. Le bruit du coup fait que la bande

S'en va chercher sa sûreté

Dans la souterraine cité

Mais le danger s'oublie, et cette peur si grande S'évanouit bientôt; je revois les lapins,

Plus gais qu'auparavant, revenir sous mes mains. Ne reconnoit-on pas en cela les humains?

Dispersés par quelque orage,

A peine ils touchent le port,