Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 731 à 731 sur 954

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Fables de La Fontaine / avec les dessins de Gustave Doré

Auteur : La Fontaine, Jean de (1621-1695). Auteur du texte

Auteur : Géruzez, Eugène (1799-1865). Auteur du texte

Éditeur : L. Hachette (Paris)

Date d'édition : 1868

Contributeur : Doré, Gustave (1832-1883). Illustrateur

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : LX-864 p. : portrait de La Fontaine et pl. gravés ; in-fol.

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 954

Description : [Fables (français)]

Description : Comprend : Notice sur Jean de la Fontaine

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k720466

Source : Bibliothèque nationale de France, Rés. Ye-170

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30716029z

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 94


Cet ennuyeux déclamateur;

Il cherche de grands mots, et vient ici se faire,

Au lieu d'arbitre, accusateur.

Je le récuse aussi. » L'Arbre étant pris pour juge, Ce fut bien pis encore. « II servoit de refuge

Contre le chaud, la pluie, et la fureur des vents; Pour nous seuls il ornoit les jardins et les champs L'ombrage n'étoit pas le seul bien qu'il sût faire Il courboit sous les fruits. Cependant pour salaire Un rustre l'abattoit c'étoit là son loyer;

Quoique, pendant tout l'an, libéral il nous donne Ou des fleurs au printemps, ou du fruit en automne, L'ombre l'été, l'hiver les plaisirs du foyer.

Que ne l'émondoit-on, sans prendre la cognée?

De son tempérament, il eût encor vécu. »

L'Homme, trouvant mauvais que l'on l'eût convaincu, Voulut à toute force avoir cause gagnée.

« Je suis bien bon, dit-il, d'écouter ces gens-là! » Du sac et du Serpent aussitôt il donna

Contre les murs, tant qu'il tua la bête.

On en use ainsi chez les grands

La raison les offense; ils se mettent en tête

Que tout est né pour eux, quadrupèdes et gens, Et serpents.

Si quelqu'un desserre les dents,

C'est un sot. J'en conviens mais que faut-il donc faire? a Parler de loin, ou bien se taire.