Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 510 à 510 sur 954

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Fables de La Fontaine / avec les dessins de Gustave Doré

Auteur : La Fontaine, Jean de (1621-1695). Auteur du texte

Auteur : Géruzez, Eugène (1799-1865). Auteur du texte

Éditeur : L. Hachette (Paris)

Date d'édition : 1868

Contributeur : Doré, Gustave (1832-1883). Illustrateur

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : LX-864 p. : portrait de La Fontaine et pl. gravés ; in-fol.

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 954

Description : [Fables (français)]

Description : Comprend : Notice sur Jean de la Fontaine

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k720466

Source : Bibliothèque nationale de France, Rés. Ye-170

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30716029z

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 94 %.
En savoir plus sur l'OCR


Met à son char; mais le peuple vautour, y Au bec retors, à la tranchante serre,

Pour un chien mort se fit, dit-on, la guerre. Il plut du sang je n'exagère point.

Si je voulois conter de point en point

Tout le détail, je manquerois d'haleine. Maint chef périt, maint héros expira;

Et sur son roc Prométhée espéra

De voir bientôt une fin à sa peine.

C'étoit plaisir d'observer leurs efforts;

C'étoit pitié de voir tomber les morts.

Valeur, adresse, et ruses, et surprises, Tout s'employa. Les deux troupes, éprises D'ardent courroux, n'épargnoient nuls moyens De peupler l'air que respirent les ombres Tout élément remplit de citoyens

Le vaste enclos qu'ont les royaumes sombres. Cette fureur mit la compassion

Dans les esprits d'une autre nation

Au col changeant, au c?ur tendre et fidèle. Elle employa sa médiation

Pour accorder une telle querelle

Ambassadeurs par le peuple pigeon

Furent choisis, et si bien travaillèrent, Que les Vautours plus ne se chamaillèrent. Ils firent trêve, et la paix s'ensuivit.

Hélas ce fut aux dépens de la race

A qui la leur auroit dû rendre grâce.