Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 503 à 503 sur 954

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Fables de La Fontaine / avec les dessins de Gustave Doré

Auteur : La Fontaine, Jean de (1621-1695). Auteur du texte

Auteur : Géruzez, Eugène (1799-1865). Auteur du texte

Éditeur : L. Hachette (Paris)

Date d'édition : 1868

Contributeur : Doré, Gustave (1832-1883). Illustrateur

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : LX-864 p. : portrait de La Fontaine et pl. gravés ; in-fol.

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 954

Description : [Fables (français)]

Description : Comprend : Notice sur Jean de la Fontaine

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k720466

Source : Bibliothèque nationale de France, Rés. Ye-170

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30716029z

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 94 %.
En savoir plus sur l'OCR


Et l'Abondance à pleines mains

Verse en leurs coffres la finance,

En leurs greniers le blé, dans leurs caves les vins: Tout en crève. Comment ranger cette chevance? a Quels registres, quels soins quel temps il leur fallut! Tous deux sont empêchés si jamais on le fut.

Les voleurs contre eux complotèrent

Les grands seigneurs leur empruntèrent

Le prince les taxa. Voilà les pauvres gens

Malheureux par trop de fortune.

« Otez-nous de ces biens l'affluence importune,

Dirent-ils l'un et l'autre heureux les indigents! La pauvreté vaut mieux qu'une telle richesse.

Retirez-vous, trésors fuyez et toi, déesse,

Mère du bon esprit, compagne du repos,

O Médiocrité, reviens vite « A ces mots

La Médiocrité rev ient on lui fait place

Avec elle ils rentrent en grâce,

Au bout de deux souhaits étant aussi chanceux

Qu'ils étoient, et que sont tous ceux

Qui souhaitent toujours et perdent en chimères Le temps qu'ils feroient mieux de mettre à leurs affaires. Le follet en rit avec eux.

Pour profiter de sa largesse,

Quand il voulut partir et qu'il fut sur le point, Ils demandèrent la Sagesse

C'est un trésor qui n'embarrasse point.