Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 428 à 428 sur 954

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Fables de La Fontaine / avec les dessins de Gustave Doré

Auteur : La Fontaine, Jean de (1621-1695). Auteur du texte

Auteur : Géruzez, Eugène (1799-1865). Auteur du texte

Éditeur : L. Hachette (Paris)

Date d'édition : 1868

Contributeur : Doré, Gustave (1832-1883). Illustrateur

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : LX-864 p. : portrait de La Fontaine et pl. gravés ; in-fol.

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 954

Description : [Fables (français)]

Description : Comprend : Notice sur Jean de la Fontaine

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k720466

Source : Bibliothèque nationale de France, Rés. Ye-170

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30716029z

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 94 %.
En savoir plus sur l'OCR


Un d'eux, le plus hardi, mais non pas le plus sage, Promit d'en rendre tant, pourvu que Jupiter

Le laissât disposer de l'air,

Lui donnât saison à sa guise,

Qu'il eût du chaud, du froid, du beau temps, de la bise, Enfin du sec et du mouillé

Aussitôt qu'il auroit bâillé.

Jupiter y consent. Contrat passé, notre homme

Tranche du roi des airs, pleut, vente, et fait en somme Un climat pour lui seul ses plus proches voisins Ne s'en sentoient non plus que les Américains.

Ce fut leur avantage ils eurent bonne année,

Pleine moisson, pleine vinée.

Monsieur le receveur fut très-mal partagé.

L'an suivant, voilà tout changé

Il ajuste d'une autre sorte

La température des cieux.

Son champ ne s'en trouve pas mieux

Celui de ses voisins fructifie et rapporte.

Que fait-il? Il recourt au monarque des Dieux.

Il confesse son imprudence.

Jupiter en usa comme un maître fort doux.

Concluons que la Providence

Sait ce qu'il nous faut mieux que nous.