Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 39 à 39 sur 954

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Fables de La Fontaine / avec les dessins de Gustave Doré

Auteur : La Fontaine, Jean de (1621-1695). Auteur du texte

Auteur : Géruzez, Eugène (1799-1865). Auteur du texte

Éditeur : L. Hachette (Paris)

Date d'édition : 1868

Contributeur : Doré, Gustave (1832-1883). Illustrateur

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : LX-864 p. : portrait de La Fontaine et pl. gravés ; in-fol.

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 954

Description : [Fables (français)]

Description : Comprend : Notice sur Jean de la Fontaine

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k720466

Source : Bibliothèque nationale de France, Rés. Ye-170

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30716029z

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 94


par Mme de La Sablière, dont la générosité pourvut à tous ses besoins, et dont la délicatesse prévint tous ses désirs. C'est sans doute la reconnaissance qu'elle lui inspirait qui arracha du cœur de La Fontaine ces vers que tant d'autres ont pu depuis répéter avec amertume

Qu'un ami véritable est une douce chose! etc.

Voilà encore un de ces noms devant lesquels on aime à s'arrêter. Mme de La Sablière exerça un véritable patronage sur les savants et les gens de lettres; sa maison leur était ouverte, et sa fortune encourageait leurs travaux. Sauveur, Roberval, Bernier éprouvèrent sa discrète libéralité, qui se déguisait pourse répandre plus largement. Elle aimait la science, et la possédait sans l'afficher; elle faisait le bien avec passion, tout en le dissimulant par des ruses délicates. Le dévouement dans un amour illégitime ne fut pour cette femme, d'ailleurs irréprochable, qu'une transition aux élans de la piété la plus sincère, qui remplit les dernières années de sa vie. La Fontaine fut, jusqu'à soixante-douze ans, le génie familier de l'hôtel de Mme de La Sablière; il y passa plus de vingt années, dans une complète sécurité, d'abord dans le commerce d'une société choisie de beaux esprits et de savants, et plus tard en hôte indépendant, faisant lui-même les honneurs du logis à des visiteurs un peu mêlés qu'il attirait pendant les longues retraites religieuses de la maîtresse de la maison, désormais tout entière au salut de son âme.

La Fontaine n'a plus à chercher de nouveaux protecteurs sa destinée est assurée comme le rat de la fable, il a

Le vivre et le couvert que faut-il davantage? a

Nous sommes donc tranquilles sur son compte, comme lui-même il profitera de cette sécurité pour se livrer avec abandon au démon de la ne le quitte plus. Ses premières fables ont été accueillies avec faveur, il en composera