Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 328 à 328 sur 954

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Fables de La Fontaine / avec les dessins de Gustave Doré

Auteur : La Fontaine, Jean de (1621-1695). Auteur du texte

Auteur : Géruzez, Eugène (1799-1865). Auteur du texte

Éditeur : L. Hachette (Paris)

Date d'édition : 1868

Contributeur : Doré, Gustave (1832-1883). Illustrateur

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : LX-864 p. : portrait de La Fontaine et pl. gravés ; in-fol.

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 954

Description : [Fables (français)]

Description : Comprend : Notice sur Jean de la Fontaine

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k720466

Source : Bibliothèque nationale de France, Rés. Ye-170

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30716029z

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 94


Mais venons à la fable, ou plutôt à l'histoire

De celui qui tâcha d'unir tous ses enfants.

Un Vieillard prêt d'aller où la mort l'appeloit

« Mes chers enfants, dit-il (à ses fils il parloit), Voyez si vous romprez ces dards liés ensemble

Je vous expliquerai le nœud qui les assemble. » L'aîné les ayant pris, et fait tous ses efforts,

Les rendit, en disant « Je le donne aux plus forts. » Un second lui succède, et se met en posture,

Mais en vain. Un cadet tente aussi l'aventure.

Tous perdirent leur temps le faisceau résista

De ces dards joints ensemble un seul ne s'éclata. a Foibles gens 1 dit le père, il faut que je vous montre Ce que ma force peut en semblable rencontre. » On crut qu'il se moquoit on sourit, mais à tort Il sépare les dards, et les rompt sans effort.

« Vous voyez reprit-il, l'effet de la concorde

Soyez joints, mes enfants, que l'amour vous accorde. » Tant que dura son mal il n'eut autre discours.

Enfin se sentant prêt de terminer ses jours,

« Mes chers enfants, dit-il, je vais où sont nos pères; Adieu promettez-moi de vivre comme frères;

Que j'obtienne de vous cette grâce en mourant. » Chacun de ses trois fils l'en assure en pleurant;

Il prend à tous les mains il meurt et les trois frères Trouvent un bien fort grand, mais fort mêlé d'affaires. Un créancier saisit, un voisin fait procès: