Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 87 à 87 sur 258

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Les fleurs du mal / par Charles Baudelaire

Auteur : Baudelaire, Charles. Auteur du texte

Éditeur : Poulet-Malassis et De Broise (Paris)

Date d'édition : 1857

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 1 vol. (248 p.) ; 19 cm

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 258

Format : application/epub+zip

Description : [Les fleurs du mal (français)]

Description : Appartient à l’ensemble documentaire : BNormand1

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k70861t

Source : Bibliothèque nationale de France, Rés. Ye-3535

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb37367035f

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 95 %.
En savoir plus sur l'OCR


Que les soleils sont beaux dans les chaudes soirées Que l'espace est profond que le cœur est puissant En me penchant vers toi, reine des adorées,

Je croyais respirer le parfum de ton sang.

Que les soleils sont beaux dans les chaudes soirées La nuit s'épaississait ainsi qu'une cloison,

Et mes yeux dans le noir devinaient tes prunelles, Et je buvais ton soume, ô douceur, ô poison 1 Et tes pieds s'endormaient dans mes mains fraternelles La nuit s'épaississait ainsi qu'une cloison.

Je sais l'art d'évoquer les minutes heureuses, Et revis mon passé blotti dans tes genoux.

Car à quoi bon chercher tes beautés langoureuses Ailleurs qu'en ton cher corps et qu'en ton c(pur si doux ? Je sais l'art d'évoquer les minutes heureuses Ces serments, ces parfums, ces baisers infinis, Renaitront-ils d'un gouffre interdit à nos sondes, Comme montent au ciel les soleils rajeunis

Après s'être lavés au fond des mers profondes ? 0 serments ô parfums ô baisers infinis 1