Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 212 à 212 sur 330

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Les fleurs du mal / par Charles Baudelaire

Auteur : Baudelaire, Charles (1821-1867). Auteur du texte

Éditeur : Poulet-Malassis et de Broise (Paris)

Date d'édition : 1861

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 319 p. : portr. par Bracquemond ; in-12

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 330

Description : [Les fleurs du mal (français)]

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k70860g

Source : Bibliothèque nationale de France, Rés. p-Ye-1531

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30066464d

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 87 %.
En savoir plus sur l'OCR


Je ne vois qu'en esprit tout ce camp de baraques, 11

Ces tas de chapiteaux ébauchés et de fûts, 11

Les herbes, les gros blocs verdis par l'eau des flaques, II

Et, brillant aux carreaux, le bric-à-brac confus. Il

Là s'étalait jadis une ménagerie;

Là je vis, un matin, à l'heure sous les cieux

Froids et clairs le Travail s'éveille, où la voirie

Pousse un sombre ouragan dans l'air silencieux,

Un cygne qui s'était évadé de sa cage, ̃̃̃•

Et, de ses pieds palmés frottant le pavé sec,

Sur le sol raboteux traînait son blanc plumage.

Prés d'un ruisseau sans eau la bête ouvrant le bec ||

Baignait nerveusement ses ailes dans la poudre, il

Et disait, le cœur plein de son beau lac natal jl

« Eau, quand donc pleuvras-tu? quand tonneras-tu, foudre? » il

Je vois ce malheureux, mythe étrange et fatal, 11

Vers le ciel quelquefois, comme l'homme d'Ovide, jl

Vers le ciel ironique et cruellement bleu, 13

Sur son cou convulsif tendant sa tête avide, il

Comme s'il adressait des reproches à Dieu Il

v 'i