Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 194 à 194 sur 498

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique. Supplément et complément. [vol. 1] / par F.-J. Fétis ; publ. sous la dir. de M. Arthur Pougin...

Auteur : Fétis, François-Joseph (1784-1871)

Éditeur : Firmin-Didot (Paris)

Date d'édition : 1878-1880

Sujet : Musique -- Bibliographie

Sujet : Musiciens -- Biographies

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 2 vol. ; in-8

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k697260

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-G-7168

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31142028c

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 82 %.
En savoir plus sur l'OCR


On connalt aussi de cet artiste un concerto de violon, avec accompagnement d'orchestre mais je ne crois pas que cette ?uvre importante ait été gravée.

CHKROX (Augi'stin-Atiuxase), chanteur de l'Opéra. 11 faut croire que cet artiste fort remarquable eut» ainsi que sa femme, qui appartenait aussi au personnel de l'Opéra, des démêlés assez graves avec l'administration de ce théâtre, car on publia, en 1790, un factum ainsi intitulé Mémoire pour les sieur et dame Chivon, premiers sujets du chant A PAcadémie royale de Musique, contre l'administralion de ladite Académie (Paris, 1790, in-8° do 70 pp.). Je n'ai pas eu cette brochure entre les mains, mais je l'ai trouvée mentionnée dans un Catalogne de librairie.

CUÛROUVRIER (Eduosd-M.vrie), compositeur, naquit Sablé le 7 février 183t. Il lit sa première éducation musicale en province, et dès l'Age de six ans, jouait déjà bien du piano. Placé au collége de Vaugirard, près de Paris, il s'exerça à la composition uns en avoir appris les règles, et à quatorze ans il faisait exécuter dans cet établissement un Ave Maria. Fixé plus tard au Mans avec sa famille, il continua de se se livrer à son goût pour la musique on écrivant pour la société philharmonique de cette ville un certain nombre de morceaux symphoniques qui étaient exécutés par elle. Cependant, c'était contre le gré des siens que M. Chérouvrler ne lançait ainsi dans la carrière artistique, et une de ses tantes le lui fit sentir en le déshéritant d'une fortune d'environ 300,000 francs. Cela ne l'empêcha pas, étant revenu à Paris, de travailler la fugue et la composition avec Leborne, alors professeur an Conservatoire mais je ne crois pas qu'il se soit fait admettre dans cet établissement, car je n'ai pas tronvé son nom sur les registres de réception des élèves. Quoi qu'il en so», M. CWronvrier prit part, an 1857, au concours de l'Institut, obtint une mention honorable, et Vannéo suivante remporta le second grand prix de Rome, ce qui apaisa le mécontentement de sa famille, Après avoir publié quelques mélodies vocales, il fit représenter au Théftlre-Lyrique, la 22 septembre 1805, un opéra en 3 actes, intitulé le Roi des Mines, qui n'eut qu'un petit nombre de représentations', cet ouvrage devait être suivi de Quentin Metvjs, opéra-comique en 2 actes, qui était reçu au mfone théâtre, mais qui n'a pas été joué.

On connait de M. Chérouvrier, en dehors du théâtre, uncertain nombre de compositions panni lesquelles une Messe solennelle pour quatre voix d'hommes, un Tantnm ergo à 3 voix, un Ave

Maria et un Tata pulchra es à voix seules ?uvres qui ont été publiées chez l'éditeur M. Choudens, ainsi qu'un agréable recueil de mélodie» vocales, qui porte le titre de fleurs, d'automne. Cet artiste, auquel sa situation de fortune laisse une indépendance complète, était adjoint au maire du 14* arrondissement de Paris, lorsqu'à la suite du siège de cette ville éclata l'insurrection communaliste. Arrêté le 18 avril l»7i par les fédérés, il fut enfermé à la Conciergerie, et ne dut qu'au hasard de ne point subir le sort réservé aux otages. Apres le rétablisse*ment du gouvernement régulier, il fut nommé maire de son arrondissement, qu'il administre encore aujourd'hui. Il n'a pas pour cela renoncé complètement a ses travaux artistiques, car il a écrit depuis lors la musique d'un opéra en quatre actes Intitulé Gilles de Bretagne, et il a fait exécuter en 1876, dans l'église de Montrouge, une messe de sa composition. M. Chérourrier a encore en portefeuille les partitions d'un opéra en 2 actes, la Fiancée de Corinthe, et de XIcolas Flamel, opéra-comique en 3 actes. CHERUBIM (M\rie-Loui9-Ciu«ies-ZeNoai-SAmnon). Il n'est sans doute pas inutile de dresser Ici une liste complète et détaillée des ouvrages dramatiques de cet artiste célèbre, d'autant plus que les titres de quelques-uns de ces ouvrages ne sont pas mentionnés dans la notice publiée sur cet artiste par la Biographie universelle des Musiciens. ? Opéras italiens i'il QuMo Fablo, 3 actes, Alexandrie-la-Paille, 1780; Armida, 3 actes, Florence, 1782 Adriano in Stria, 3 actes, Llvonrne, 1782 V il Memnslo, 3 actes, Florence, 1782; 5° il QuintoFabio (nouvelle musique), 3 actes, 1783; lo Sposo di ire, marito di aesauna, actes, Venise,- 1783; V l'tdalide, 2 actes, Flo> rence, 1784 3" ~<MM)t<<MHfH'e, 2 actes, Mantouc, 17S4; la Flnta Principessa, 2 actes, Londres, 1785; 10* Glulio Sabino, 2 actes, Londres, 1788;, 11" /ftgenia in Autide, 3 actes, Turin, 1 788 1 Fanlska, 3 actes, Vienne, 25 ré» vrler;i800; 13* Pimmalione, unaete, Paris (palais des Tuileries), 30 novembre 1809. ? Opéras FIUNÇ.W3Démophon, 3 actes. Opéra, 5 décembre 1788; Lodofska, 3 actes, théâtre de Monsieur, 18 juillet 1791 Èlisa ou le Mont Saint- Bernard, 2 actes, théâtre Feydeau, 13 décembre 1704; V Médée, 3 actes, id., 13 mars 1797; V Hôtellerie portugaise, ton acte, id., 25 juillet. 1798 6" la Punition, lin acte, id., î3 février 1799; 7° la Prisonnière, un acte (en société avec Boicldicn), th. Montansier, 12 septembre 1799 les Deux Journées, 3 actes, th. Feydeau, 16 janvier 1800; 9° Épi'