Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 72 à 72 sur 522

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique. [vol. 1] / par F.-J. Fétis,...

Auteur : Fétis, François-Joseph (1784-1871)

Éditeur : Firmin-Didot (Paris)

Date d'édition : 1866-1868

Sujet : Musiciens -- Biographies

Sujet : Musique -- Bibliographie

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 8 vol. ; in-8

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k697171

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-G-7168

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb304321593

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 69


$iastica dtm si contient la v*ra diffiniiione della nusiea tome tcmta, no» piu vednta « tua noMUà} Sienna, Bonetti, 1638, ln-4» de to pages. Ce petit écrit a pour objet d'examiner quel doit être le caractère de la musique d'église conformément à l'autorité des conciles, particulièrement d«i concile de Trente. Agawari e*t ausal l'un des premiers auteur» qui ont publié den instrnction» sur l'u«age «les chiffres pour l'accompagnement de la basse continue. L'instruction donnée par lui se trouve dans la préface du troisième livre de «es motets à deux, trois et quatre voix, publié a Rome par Zannetli, en tûofl. L'abbé Quadrio dit que les ouvrages d'Agawari «ont au nombre de vingt-six et tous imprimés il cite particulièrement des messes à quatre, cinq et six voix qui me sont inconnues.

AGELAUS DE TEGÉE, habile cithsrèdo, remporta le premier prix qu'on institua aux Jeux Pythiques pour les joueurs d'instruments à cor» des. Ce prix était une couronne de laurier. Ce fut à la huitième pythiade, 559 ans avant J.-C. AGG1UTORIO (Rocco), compositeur et professeur de musique, né à Naples vers 1810, a fait représenter an théâtre dit Fonda, dans cette ville, Un opéra de sa composition, Intitulé t il Biglielto e l'Anello, dans l'été de 1839. Postérieurement il s'est fixé à Paris, où il s'est livré à l'enseignement du chant, et a publié des exercices pour ses élève» (Paris, Bicliault), et quelques petites compositions pour le piano et pour le cirant.

AGLI ATI guitariste de l'époque actuelle, fixé à Milan, a publié pour son instrument Sonate; Milan, Riccordi.– 2" Tema con varia- sfoaJ;ibid.– 3" Temacontei variaient ;lbid. i'Sei variazioni { Ah I cki puà mirarla) Mitan, Artaria. La tille de cet artiste connue sons le nom d'Amélie Agliati, née à Milan, a débuté comme cantatricesur le théâtre de Modène le î octobre 1838, dans la Clotilde de Coccla. Depuis lors elle a chanté sur les tbéitrea de Crémone, de Bologne, de Florenco, de Rome et de Cadix avec quelque succès.

AGNELLI(UwtE<T), moine olivefain, vécut dans la première moitié du dix-septième siècle. On a imprimé de sa composition Sairat e Alesso « quallro voei in concerto con atcuni MoleUl Yenezia, Aless. Vincent), 1037.

AGNELLI ou AGNELLO (Saitador), compositeur dramatique, né à Palerme, vers 1816, a fait ses études musicales au Conservatoire de Naples, et a débuté dans sa carrière par i'opéra-bouffe il Laszarone di Napoli, représenté à Naples au carnaval de 1839, avec quelqu «uceès. Il y avait dans cet ouvrage une cer-

taine verve qui semblait de bon augure. Il ne parait pu cependant que la carrière théâtrale de cet artiste ait eu de l'éclat en Italie. Les autres ouvrages connus sons son nom sont s i Vue PedanUi laSenjUtulla no««nw;et Gkmnna Vallese.

AGNESI (M*Bi«-T«feis«), fille de D. P. Agnes), femlatalw de Montereglla, et sœor de blarie Gaetane Agnes), qui professa les mathématiques à Bologne, et qui mourut à Milan en 1799, naquit dans cette ville vers 1724. Elle eut la réputation d'être la plus habile claveciniste de son temps en Italie, et composa beaucoup de musique de clavecin, qu'elle dédia à l'Impératrice Marie-Thérèse. On connaît quelques cantates de sa composition, et quatre opéras, Sqfontsbe, Ciroin Armenlo, Mtocrt et Insubria eontolata ( 1771 ), qui ont en dn succès. On ignore l'époque de sa mort.

AGKOLA (D.-Jacqses), prêtre vénitien, vécut dan» lasecondemoitlédudix'buitièmesiècle. C'était un contrapuntlste de l'ancienne école, dépourvu de génie, mais possédant de bonnes traditions. Il a composé beaucoup de messes, de vêpres, de motets, de concertos et de sonates pour te piano, qui sont restés en manuscrit. AGOBARD, archevêque de Lyon, naquit à la Ondu huitième siècle, audiocèse de Trêves, dans la Gaule belgiquo. Il fut ami de Leydrade, archevêque de Lyon, auquel ii succéda. Son carac.tère irapétueox l'entraîna dans ta révolte des enfants de Louis le Débonnaire; mais plus tard II reconnut son erreur et s'en repentit. Après avoir été déposé en 83S par le concile de Thionville, il fat rétabli, et mourut en Safntonge, le 6 Juin 840. Au nombre de sea ouvrages se trouve nn traité De ConeeUmeAntiphonarU, qui aétélnsérédans la Bibliothèque des Pères, t. XIV, p. 323. AGOSTINI (Looia), théologien, protonotaire apostolique et compositeur habile, naquit à Ferrare, en 1534. Après avoir été longtemps mattre de chapelle d'Alphonse II d'Est et de la cathédralede Ferrare, Hmonrntdans sa patrie àl'àge de cinquante-six ans, le 20 septembre 1590. On connaît de Mifllprimolibro di Madrtgali a 5 voei; Veneria, apresso H flgli di Ant. Gardano, 1670, ta-4«. – V Uadrigali a 4 voei iWd., I57î, in-4"oi)Iong. -3« L'Beo ed enigm* mitsicali a 6 met, Ub. 2; } Venezia, app. Alessandro Gardano, 1581 ra-4". MesSe, Vespri, Moltelti, Madrtgali et Sin/oniei in Ancona, presse Glov. Paolo LiaadrIrsi, lb88, in-4*. AGOSTINI (PAm.),néàVallerano,enl593, fut élève de Bernardino Nanini, dont il épousa la fille. Après avoir été successivement organiste de Satate-Martetonwwfctiew, et mattre decba-