Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 123 à 123 sur 522

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique. [vol. 1] / par F.-J. Fétis,...

Auteur : Fétis, François-Joseph (1784-1871)

Éditeur : Firmin-Didot (Paris)

Date d'édition : 1866-1868

Sujet : Musiciens -- Biographies

Sujet : Musique -- Bibliographie

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Format : 8 vol. ; in-8

Format : application/pdf

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k697171

Source : Bibliothèque nationale de France, département Philosophie, histoire, sciences de l'homme, 8-G-7168

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb304321593

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 69 %.
En savoir plus sur l'OCR


g'e*t fait entendre avec sueces dans quelques con. rerts. Jusqu'à ce jour (t858) il n'a rien publié do sa composition.

ALTMAN (!>'), greffier delà cliwnbre impériale do Brenlau an commencement du dix-lmi. lième siècle, a écrit un Compendlum musicum; ou Instruction abrégée sur la bauge continue; mais on ignore si ce livre a été imprimé.

ALTMDTTeR (Marianne), habile canta.trice et actrice, née à Inspruek le 19 décembre 1780. Son père 6tant passé à MoaicU,il établit une fabrique d'étoffes de soie, elle l'y suivit et»'y adonna à l'étude du théâtre et de la musique. Elle eut pour professeor de citant le mettre de elia. pelle François Danzi et, lorsque celui-ci passa au service du roi de Wurtemberg, elle reçut des leçons do compositeur P. Winter. Ce fut la celèbre actrice Marianne Lang qui la dirigea dans l'art thatral. D'heureuses dispositions déve» loppées par ces habiles maître», une belle voix, les avantages de la taille et de la figure, lui valurent de grande succès à set début». Son premier rôle rut celui d'BIvire, dans l'opéra de don Juan de Mozart Dès 1806, elle fut attachée à la cour de Munich, où elle se trouvait encore en 1812.

ALTNIROL (JuK-CramoraE), organiste à Naumboorg, en Saxe, élève et gendre de J. Seb. Bach, vivait encore en 1748, et jouissait de la réputation d'un des meilleurs organistes et clavecinistes de son temps. Parmi ses compositlons, qui ne sont pas dépourvues de mérite on trouve à la bibliothèque royale de Berlin un BalleluiaHvolx et orchestre; un motets NunDanhet alleGoti, à & voixj.deux Sanctoa, dont an a 4 voix et orgue, des fugues et une sonate pour le clavecin. Le catalogue de Brettkopf indique un Magnificat et plusieurs cantates grand orchestre de sa composition.

ALVARS (A. PARISH-). Voyex PARISH- AtVAKS.

ALVAREZ ACEVO (BraHAno), plu* connu en Espagne sont le deuxième nom qne sons le premier, était, en 1787, mattre de eha- pelle de l'église dite de la Solitude (Soledad ) de Madrid. Ses œuvres de musique religieuse ont en beaucoup de réputation dans -certaines provinces de l'Espagne. Quelques-uns de ses ouvra- ges sont conservés en manuscrit dans les archives de l'Escurial. Alvarez écrivait en général dans un style brillant, et donnait à l'instrumentation plu* d'importance et d'elTctquelesautras compositeurs espagnols de son temps.

ALVENSLEBEN(AcmHAiiDD'), directeur de musique de la société Muterpe, à Leipstck, compositeur et professeur de piano, actuellement

[ vivant (1858), est élève de M. Marx, et s'est déjà fait connaître avantageusement en 1838, époque où il faisait ses étude* à l'université de Berlin, par la composition d'une cantate pour voix d'hommes avec orchestre, exécutée |« 3 août de cette année à la fête de l'université. Une analyse de cette cantate, avec des passages notés, a été donnée dans la Gacette générale de musique (de Lelpsick ), numéro a7 de la même année. Elle indique un bon sentiment de mélodie et de l'habileté dans l'art d'écrire. M. d'Alven»leben a rait entendre dans les concerts de la société d'Euterpe, à Leipoick, une ouverture et une symphonie (en toi mineur ) auxquelles on a ac. cordé des éloges. Il a publié 1" 4 pièces caractéristiques pour le piano, op. 3. Leipsick, Bofmefster; 2° a Lieder pour voix de sopmno et piano, op. t Berlin Dole et Bock 1° a Ueder pour contralto et piano, op. 2, ibid. 8 Ueder pour Mezzo-taprano et piano, op. 4, Berlin, Stem; 2 Ueder pour voix de basse et piaao. op. &, Leipsick, WhistUng. J'ignore al M. d'Alvensleben est le même qui a publié une espèce d'Aimanach biographique de* artistes dramati- ques du théâtre allemand, sous ce titre s Kfo- graphisches Taschenbuch dcuUcher BMnenKûnstler «ad Kûnstlerinn. Première année, Leipsick, Fischer, 1836, i vol. in- 12. Deuxième année, ibid. 1837, 1 vol. in-12. La première année contient les notices biographiques de Henri Marschner, M™ Béatrix Fiscber-Schwartbock, Edouard Genest, M. Greiner, G. SpontloI, H. Kreite, et Fr. WiUi. Grohmann. Dans la seconde année on trouve les notices de M"1* FronciiettiWaUel, Morlacdii, Jules Pellegrini, Élise Pohlbesteimer, Jos. Rastrclli Guill. Rauscher et Marie Pister,

ALVERI (.), compositeur bolonais, vécut dans la seconde moitié du dix-septième siècle. Il fat un des plus ancien auteurs de cantates à wix seule, dont il publia un premier livre à Bologne, chez Moati, en 1671, un second, chee le même, en 1678, et un troisième, en 1687. ALVIMARE (D1). Voyez Dam-imamu ALYPIUS, auteur grec qui a écrit sur la musique et qu'on croit avoir été un sophiste do l'École d'Alexandrie. Un passage d'Eunapius, dans la vie de Jamblique a fait croire que l'auteur dont il s'agit était contemporain de ce dernier, et conséquemment qu'il vivait sous le règne de l'empereur Julien ( Voyez liteursius, Annot. ai Artstox., Nichom.. Alyp., p. 186) mais il n'est pas prouvé que cet Alypius soit l'écrivain sur la musique. Cassiodoro semble avoir cru que cet auteur vivait avant Euclide et Ptoldmfc car il tait l'énumi'ralion de ces nutenrs (In Musica,