Rappel de votre demande:


Format de téléchargement: : Texte

Vues 60 à 60 sur 386

Nombre de pages: 1

Notice complète:

Titre : Le feu : (journal d'une escouade) / Henri Barbusse

Auteur : Barbusse, Henri (1873-1935). Auteur du texte

Éditeur : E. Flammarion (Paris)

Date d'édition : 1916

Sujet : Guerre mondiale (1914-1918) -- Roman

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 1 vol. ([4]-378-[1] p.) ; in-16

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 386

Description : [Le feu (français)]

Description : Appartient à l?ensemble documentaire : GG14182

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k65983d

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-Y2-24750

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31761560f

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs. En effet, le mode texte de ce document a été généré de façon automatique par un programme de reconnaissance optique de caractères (OCR). Le taux de reconnaissance estimé pour ce document est de 91 %.
En savoir plus sur l'OCR


l'écoree jaune recouvrant les genoux. Les têtes sont hâves, charbonneuses, les yeux grandis et fiévreux. La poussière et la saleté ajoutent des rides aux figures. Au milieu de ces soldats qui reviennent des bas-fonds épouvantables, c'est un vacarme assourdissant. Ils parlent tous à la fois, très fort, en gesticulant, rient et chantent.

Et l'on croirait, & les voir, que c'est une foule en fête qui se répand sur la route 1

Voici la deuxième section, avec son grand sous-lieutenant dont la capote est serrée et sanglée autour du corps raidi comme un parapluie roulé. Je joue des coudes tout en suivant la marche, jusqu'à l'escouado de Marchai, la plus éprouvée sur onze compagnons qu'ils étaient et qui ne s'étaient jamais quittés depuis un an et demi, il ne reste que trois hommes avec le caporal Marchai. Celui-ci me voit. Il a une exclamation joyeuse, un sourire épanoui il lâche sa bretelle de fusil et me tend les mains, à l'une desquelles pend sa canne des tranchées. Eh, vieux frère, ça va toujours ? Qu'est-ce que tu deviens ? f

Je détourne la tête et, presque à voix basse Alors, mon pauvre vieux, ça s'est mal passé. Il s'assombrit subitement, prend un air grave. Eh oui, mon pauv' vieux, que veux -tu, ça a été alfrcux, cette fois-ci. Barbier a été tué.

On le disait. Barbier 1

C'est samedi, à onze heures du soir. Il avait le dessus du dos enlevé par l'obus, dit Marchai, et comme coupé par un rasoir. Besse a eu un morceau d'obus qui lui a traversé le ventre et l'estomac. Barthélemy et Baubox ont été atteints à la tête et au cou. On a passé la nuit à cavaler au galop dans la tranchée, d'un sens à l'autre, pour éviter les rafales. Le petit Godefroy, tu le connais ? P le milieu du corps emporté il s'est vidé de sang sur place, en un instant, comme un baquet qu'on renverse