Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 154 à 154 sur 386

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Le feu : (journal d'une escouade) / Henri Barbusse

Auteur : Barbusse, Henri (1873-1935). Auteur du texte

Éditeur : E. Flammarion (Paris)

Date d'édition : 1916

Sujet : Guerre mondiale (1914-1918) -- Roman

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : 1 vol. ([4]-378-[1] p.) ; in-16

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 386

Description : [Le feu (français)]

Description : Appartient à l’ensemble documentaire : GG14182

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k65983d

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-Y2-24750

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb31761560f

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 15/10/2007

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 91


allés a la recherche d'un brasero. Ils reviennent de cette expédition, complètement bredouilles, hargneux et farouches « Pas l'ombre d'un fourneau. D'ailleurs ni bois ni charbon, même en se ruinant pour. »

Impossible d'avoir du feu.

La commande, elle est loupée, et où j'ai pas réussi, personne réussira, dit Barque avec un orgueil que cent exploits justiftent.

On reste immobile, on se déplace lentement, dans le peu d'espace qu'on a, assombris par tant de misère. A qui e' journal ? P

Ch'est à mi, dit Bécuwe.

Qu'est-c' qui chante? Ah, zut, on peut pas lire dans c'la nuit 1

l's disent comme cha, qu'à ch' t'heure, on a fait tout cli' qu'i fallait pour l' soldats, et les recauflr dans a'tranchées. Va ont toudi ch'qu'i leur faut, et d'lainages, et d' kemises, d' fourneaux, d' brasos et d' carbon à pleins tubins. Et qu' en' est comme cha dans l'tranchées d'première ligne.

Ah! tonnerre de Dieu ronchonnent quelques-uns des pauvres prisonniers de la grange, et ils montrent le poing au vide du dehors et au papier du journal. Mais Fouillade se désintéresse de ce qu'on dit. Il a plié dans l'ombre sa grande carcasse de don Quichotte bleuâtre et tendu son eou sec tressé de cordes à violon. Quelque ^hose est là, par terre, qui l'attire.

C'est Labri, le chien de l'autre escouade.

Labri, vague berger mâtiné à queue coupée, est cou'ché en rond sur une toute petite litière de poussière de .paille.

Il le regarde et Labri le regarde.

Béeuwe s'approche et, avec son accent chantant des "environs de Lille:

Il minge pas s'pâtée. Il va pas, ch'tiot kien. Eh! 1 laiu-i, qu'ch'qu'to as f Vlà tin pain. tin viande. R'vêt' cha,'