Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 281 à 281 sur 396

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Les jeunes France : romans goguenards / Théophile Gautier

Auteur : Gautier, Théophile (1811-1872). Auteur du texte

Éditeur : G. Charpentier (Paris)

Date d'édition : 1880

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : XVIII-369 p. ; in-12

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 396

Format : application/epub+zip

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k61498448

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-Y2-3767

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb339924672

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 25/10/2010

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 100


253 CONTES HUMORISTIQUES.

transparentes, que je voyais son âme à travers aussi distinctement qu'un caillou au fond d'un ruisseau. Et je sentis que, si jamais il m'arrivait d'aimer quelqu'un, ce serait elle. Je me précipitai hors du lit, d'où jusque-là je n'avais pu bouger, et je me

dirigeai vers elle, conduit par quelque chose qui agissait en moi sans que je pusse m'en rendre compte; et je me trouvai à ses genoux, une de ses mains dans les miennes, causant avec elle comme si je l'eusse connue depuis vingt ans.

Mais, par un prodige bien étrange, tout en lui parlant, je marquais d'une oscillation de tête la musique qui n'avait pas cessé de jouer ; et, quoique je fusse au comble du bonheur d'entretenir une aussi belle personne, les pieds me brûlaient de danser

avec elle.

Cependant je n'osais lui en faire la proposition. Il paraît qu'elle comprit ce que je voulais, car, levant vers le cadran de l'horloge la main que je ne tenais pas :

— Quand l'aiguille sera là, nous verrons, mon cher Théodore.

Je ne sais comment cela se fit, je ne fus nullement surpris de m'entendre ainsi appeler par mon nom, et nous continuâmes à causer. Enfin, l'heure indiquée sonna, la voix au timbre d'argent vibra encore dans la chambre et dit :

— Angéla, vous pouvez danser avec monsieur, si cela vous fait plaisir, mais vous savez ce qui en résultera.