Your request:


Downloading format: : Texte

Screens 125 à 125 sur 396

Nombre de pages: 1

Full bibliographic record:

Titre : Les jeunes France : romans goguenards / Théophile Gautier

Auteur : Gautier, Théophile (1811-1872). Auteur du texte

Éditeur : G. Charpentier (Paris)

Date d'édition : 1880

Type : monographie imprimée

Langue : Français

Langue : language.label.français

Format : XVIII-369 p. ; in-12

Format : application/pdf

Format : Nombre total de vues : 396

Format : application/epub+zip

Droits : domaine public

Identifiant : ark:/12148/bpt6k61498448

Source : Bibliothèque nationale de France, département Littérature et art, 8-Y2-3767

Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb339924672

Provenance : Bibliothèque nationale de France

Date de mise en ligne : 25/10/2010

The text below has been produced using a process called optical character recognition (OCR)
Since it is an automatic process, it is subject to errors you might find in this page. The O.C.R. ratio for this document is 100


100 LES JEUNES-FRANCE.

plus d'attention aux éloges qu'aux injures, et, à chaque visage rose et frais encadré dans le salin et la moire, il se reculait comme s'il eût vu le Diable en personne.

Ce n'est pas qu'il ne rencontrât quelques figures pâles et décolorées ; mais c'étaient des pâleurs de cire, des pâleurs de fatigue et d'excès, ou bien des transparences de nacre de perle, des diaphanéités de blondes et de poitrinaires, mais non pas la pâleur mate et chaude, le beau ton méridional dont il s'était fait une loi d'être épris. Ayant parcouru trois ou quatre fois la longueur de l'allée et cela sans succès, il se préparait à sortir, quand il se sentit prendre le bras. C'était son camarade Albert : ils sortirent ensemble et s'en furent dîner.

Les passions dévorantes qui bouillonnaient dans son sein lui avaient aiguisé l'appétit: il mangea encore mieux qu'à son déjeuner, et se grisa très-confortablement, ainsi que son honorable ami.

Le dîner achevé, nos deux drôles s'en furent à l'Opéra.

Rodolphe, quoique passablement aviné, neperdait pas son idée de vue; un secret pressentiment lui chantait tout bas à l'oreille qu'il trouverait là ce qu'il cherchait. Quand il entra dans la salle, on jouait l'ouverture. Un torrent d'harmonie, de lumière et de vapeur chaude l'enveloppa soudain et le prit aux jambes. Le théâtre oscilla deux, ou trois fois devant ses yeux ; les tibias lui flageolaient d'une étrange manière; le lustre, dardant dans ses prunelles de