recherche dansTout Gallica

Formulaire de recherche pour Tout Gallica

    recherche dans Livres

    Formulaire de recherche pour Livres

      recherche dans Manuscrits

      Formulaire de recherche pour Manuscrits

        recherche dans Cartes

        Formulaire de recherche pour Cartes

          recherche dans Images

          Formulaire de recherche pour Images

            recherche dans Presse et revues

            Formulaire de recherche pour Presse et revues

              recherche dans Enregistrements sonores

              Formulaire de recherche pour Enregistrements sonores

                recherche dans Partitions

                Formulaire de recherche pour Partitions
                  Fermer
                  Aucun mot recherché, veuillez saisir un terme.
                  Fermer
                  Accueil Consultation

                  Notice complète

                  Fermer

                  Titre : La Presse (Paris. 1836)

                  Titre : La Presse

                  Éditeur : [s.n.] (Paris)

                  Date d'édition : 1836-1952

                  Contributeur : Girardin, Émile de (1806-1881). Directeur de publication

                  Contributeur : Laguerre, Georges (Jean-Henri-Georges). Directeur de publication

                  Type : texte,publication en série imprimée

                  Langue : Français

                  Format : application/pdf

                  Identifiant : ark:/12148/cb34448033b/date

                  Identifiant : ISSN 11607718

                  Source : Bibliothèque nationale de France

                  Relation : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34448033b

                  Description : Variante(s) de titre : La Presse universelle

                  Description : Variante(s) de titre : La Presse-Paysage

                  Description : Périodicité : Quotidien ; hebdomadaire (1937-1952)

                  Description : Etat de collection : 1836-

                  Description : Appartient à l’ensemble documentaire : Pam1

                  Provenance : bnf.fr

                  Date de mise en ligne : 31/01/2011

                  Fermer
                  Accéder au premier volume de l'année 1915 Accéder au volume précédent 1915/07/20 (Numéro 8378). Accéder au volume suivant Accéder au dernier volume de l'année 1915
                  Page
                  Page suivante Dernière page (Vue 1 / 2)
                  Télécharger / Imprimer
                  Fermer la popin

                  Téléchargement

                  Vous avez la possibilité de récupérer un fichier informatique contenant plusieurs pages de l'ouvrage. Ce fichier peut être au format Acrobat PDF, JPEG monopage ou texte non structuré txt. Vous pouvez ainsi consulter le document sous ces différents formats et les imprimer.

                  Choisissez le format du fichier:
                  PDF
                  JPEG (Seulement page à page sur la page en cours)
                  txt


                  Choisissez de télécharger :
                  le document entier
                  une sélection du document


                  En cochant cette case, je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utilisation et je les accepte.

                  Fermer
                  Contribuer

                  Signaler une anomalie

                  Vous souhaitez signaler une anomalie sur le document suivant :

                  Titre : La Presse (Paris. 1836)

                  Auteur :

                  URL de la page : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k598273j/f1.image


                  Merci de décrire l'anomalie rencontrée le plus précisément possible, grâce aux propositions ci-dessous et/ou à la zone de commentaires.


                  Nature du problème :

                  Données bibliographiques erronées

                  Incohérence entre les données bibliographiques et le document affiché

                  Image(s) floue(s) ou tronquée(s)

                  Document incomplet ou page(s) manquante(s) :

                  Table des matières incohérente ou incomplète

                  Problème de téléchargement

                  Document inaccessible

                  zoom

                  OCR/texte

                  mode écoute

                  mode plein écran

                  autres (à préciser dans le champ commentaires)

                  Autres (à préciser dans le champ commentaires)


                  Commentaires :



                  Laissez nous votre courriel afin que nous puissions vous répondre:


                  Veuillez recopier les caractères que vous voyez dans l'image.

                  La saisie n'est pas conforme à l'image affichée

                  Fermer

                  Envoyer par courriel

                  Fermer
                  Un courriel a été envoyé au destinataire Suite à un problème technique, le courriel n'a pas pu être envoyé. Veuillez réessayer, s'il vous plaît.
                  Fermer

                  Module de recherche

                  Cliquez ici pour replier le module de recherche vers la gauche ou pour l'ouvrir

                  Résultats de la recherche

                  Rechercher dans ce document

                  Rechercher dans ce périodique

                  Le texte affiché peut comporter un certain nombre d'erreurs.

                  Il a été généré par O.C.R. Le taux de reconnaissance obtenu pour ce document est de 98,97 %.




                  8n Année ̃• Houwlle Sérié, /tP 837$

                  1

                  EMILE DE 6IBARD1N

                  '•. ̃ KMOîiTiBoa •̃;̃̃.̃•̃̃"̃ 7

                  ,POUR 'LA PUBLICITÉ

                  S'aâraKr »u Josmul

                  144/ r«e Montmartre, Paris (2# ârr.)

                  P»Bfi LB8 iKKOSGIS & RJ5C1.4M8

                  ,Publicité, 6, place do la

                  Bou«e «t à VAganco de la Presse.

                  Nouvelle, 42, rue N.-D.-des-Vlctoires, Paris.

                  TUépbons, 3 flU:

                  Rédaction: 101 «9, và-SO. Administration: 101-71

                  EMILE DE GtRARDlN

                  FONDATEUR

                  non mois, su mou. un u

                  PAIVIS BT DiPABTEiHÎNTS.. 6 fr. 13 rr. 24 fr,

                  Etrawhw. 9 fr. 18 fr. 38 fr.

                  RÉDACTION ET ADMINISTRATION

                  144, rue Montmartre, Paria (2-)

                  Adresse télégraphique .• WALPRESSE, Pari»

                  Téléphone, S AU A

                  Rédaction: V&M, 1Û2-80. Administration: i«l-7C

                  au Nord et au Sud de Varsovie

                  SUCCÈS DES RUSSES SUS LE D1ESTEB

                  îV/hj, auons exposé hier dans quelles con-

                  ditions et sur quels points produit l'of-

                  icnmoe générale 'austro-allemande en Po-

                  logne. La bataille fait rage actuellement,

                  sur un front qui de ta Courtande aux rives

                  du Dniester dépasse une longueur de 1.300

                  kilomètres. Cette attaque gigantesque n'est

                  pas menée par jnùtns de neuf armées, dont

                  sii opèrent dans la Galicie méridionale et

                  vers Lublin, tes trois autres, renforcées

                  d'une nombreuse cavalerie assaillant au

                  nord. Ces dernières, suivant la Gazette de

                  la Bourse, compteraient plus de GOO.000

                  Leur objectif stratégique est mamfavc-

                  ̃ment le triangle fortifié formé par lés pla-

                  ces de Varsovie, Biélartok et liresULi-

                  loyjsk dont la chute entraînerait l'évacua-

                  ̃̃̃̃̃ iïoh complète dp Va Pologne par nos alliés

                  et leur retraite au delà. de V ancienne fron-

                  fière fusse proprement dite. C'est pour ob-

                  tenir ce résultat que les impériaux mulli-

                  plient leurs attaques combinées vé,n Mac-

                  SenzeMj'- V 'archiduc Joseph, Les généraux

                  von Lissingen et Pfahzer par le sud, sur le

                  Dniester, la Zlota-Lipa, le Bug et la

                  Wieprz le maréchal Hindenburg, au nord.

                  en sur le Niémen, ta Naref et

                  hisque sur la \i*tule moyenne.

                  [laureuscmenl pour eux, les Russes dis-

                  posent de ce côté de bonnes lignes de che-

                  {!tins de fer et manœuvrent sur un terrain

                  préparé et qu'ils connaissent à merveille.

                  Il serait tout à fait prématuré d'établir

                  colossale qui commence d peine et va se

                  prolonger vrais ̃emblablemenl durant plu-

                  énergiquement formidable- ruée et

                  qu'ih ont déjà remporté, sur le DnieSter

                  notamment, de brillants succès locaux.

                  Disons-nous aussi, qu'en la tentant, les

                  armées au^tro-allemandes semblent jouer

                  leur va-tout et que, si èlies perdent, cette

                  partie suprême, après les pertes effroyables

                  iu'elles auront- subies, elles ne pourront

                  '.ertainëment paila recommencer.

                  Communiqué du Grand-Duc Nicolas

                  Petrograd, 18 juillet. Gomniund-iuÔ du

                  grand éta,t-major du généralissime

                  Entre la Vietuie et le Bug occidental, la

                  bataille à atteint, hier, sa plus grande in.

                  tensité. Nos troupes avec vaillance et té.

                  nacité, ont repoussé l'ennemi.

                  Au sud de Lublin, l'ennemi a prononcé

                  des attaques de front, concentrant princi-

                  paiement ses efforts dans la région de Vil-

                  kolai, nous avons repoussé pendant la

                  Journée une dizaine d'attaques.

                  Au cours de la- journée, de grandes mas-

                  ses de troupes allemandes ont attaqué nos

                  forces sur la rive gauche de la Wleprz.

                  ta Coordination des Plans straté-

                  giques entre les Alliés

                  Le dernier communiqué du général Ca-

                  iorna signale de petites rencontres, dont

                  t'issue fut favorable aua Italiens, dans te

                  fyrol, te Trentin et en Garnie.

                  -'L'artillerie lourde de nos alliés mise en

                  action dans la journée du 16 juillet contre

                  lès ouvrages ennemies du col de Predit y

                  ¡provoqué des explosions et l'incendie.

                  D'autre part, la situation est sans ctcan-

                  gement sur l'Isonso.

                  L'Investissement de Goritz

                  Londres, 18 juillet La grande bataille

                  îanamencée autour de Goritz, sur le front

                  Je Tlsonzo, par une série de petite engage-

                  ïnenlâ, développe avec sûreté en faveur

                  les armées italiennes. Les Autrichiens,

                  dans leur grand camp retranché, sont en-

                  reloppés par trois côtés, nord, ouest et sud,

                  »t un mouvement lent, convergeant, opère

                  graduellement vers Test.

                  '.Au nord et au sud de Goritz, les' Italiens"

                  ont franchi l'Isonzo en force considérable

                  'lA ont réduit plusieurs ouvrages avancés

                  te- l'ennemi, tous puissamment fortifiés et

                  ̃ ;«més.

                  Les Défenses autrichiennes

                  '̃•-• =' Udine, J8 juillet; Le -temps sur le som-

                  <net du Monte Altissimo, à l'est du lac de

                  Gardé, est si mauvais que les Alpins, en cet

                  endroit, ont plus lutter contre la tem-

                  pâte que contre l'ennemi.

                  Les Autrichiens, ont maintenant de telles

                  forces leur disposition qu'ils sont-capa-

                  bles de tenir trois lignes de défense cou-

                  'vrant le front entier Tren te-Botzeh-Brisea-

                  BrmiicorToblàçh. (Daily Mail.)

                  DE M, BARZÏUAI

                  Kome, 18 juillet M. Barzilal, eon

                  retour du front, avec le président du

                  ¡,Conseil, a été interviewé dans une gare

                  'de la zone de guerre par le correspondant

                  /!du « Glornale d'Italia ».

                  « Le pays, a déclaré M. Barzilal, paut

                  ,'ètre vraiment tranquille sur La manière

                  'dont la guerre sera conduite et achevée,

                  Il existe chez Les chefs suprêmes de l'ar-

                  L'ennemi a réussi ce point progres-

                  ser vers le nord dans la région d'Izde&no,

                  prea de Krasnostaw. Malgré les pertes es-

                  suyées, nos troupes osit repoussé héroïque-

                  ment les attaques ennemies qui se sont pro.

                  duites très tard dans la soirée.

                  Le 16 juillet, sur !a rive droite de la

                  Wieprz, l'ennemi a subi -de très gravés per-

                  tes au cours d'une attaqua nos positions

                  de la rivière Volitza, des amas de oa-

                  davres ennemis se trouvent devait nos

                  tranchées.

                  Le 17 Juillet, un feu d'artillerie très vio-

                  lent a eu lieu dans cette région. Sur le

                  front des villages de Graboviatz et de Be-

                  restlw, t'ennemi a prononcé des attaquas

                  acharnées le 18 et le !7, et, après dea atta-

                  ques la. baïonnette réitérées, n'a enlevé

                  les tranchées que de deux de nos compa-

                  gnies.

                  Entra le Bug et la Coutchwa, nous avons

                  rëpousss de nombreuses attaques de l'en-

                  nemi et nous l'avons délogé de la forêt de

                  Meteiiti.

                  Sur le Bug, près d'ISkovitze, de Tzelontze

                  et de Kondtopy, l'ennemi a tenté, te 17 juil-

                  let, de passer sur la rive droite de la rivière,

                  male nous l'avons repoussé pa«- des centre-

                  attaques heureuses.

                  Dans la' région Riga Chavll, l'offensive

                  ennemie sur Toukoum et Altautz continus.

                  Dans ces régions, nous avons, le 17, livré

                  des oombats où, en plus d'une nombreuse

                  cavalerie, l'infanterie a pris part des deux

                  A l'est du village Popeliany, noua

                  avons fait, au cours d'une attaque heu-

                  reuse, 500 prisonniers allemands avec 9

                  officiers,- et nous ayons pris 7 mitrailleuses.

                  Une attaque ennemie au nord de Chavli

                  a été repoussés.

                  L'offensive ennemie dans la région de

                  Prasnych, qui s'est poursuivis sur un large

                  front, nous a obligés de nous concentrer sur

                  des .positions plus proches de la Nareff.

                  Par suite de ce mouvement, il a été néces-

                  saire de procéder à un regroupement de

                  nos troupes sur la rive gauche de la: Vis.

                  tu le nous y procédons sans empêchement.

                  Sur le Dniester, nous avons réalisé, le

                  16 juillet, un succès très important contre

                  des troupes ennemies qui avaient traversé

                  le fleuve. Nous avons, au cours de la jour-

                  née, fait sur ce point environ 2.000 prison.

                  niers autrichiens et enlevé 7 mitrailleuses.

                  (Haras.) ̃•'

                  La Démission 4u/Miaistre de la Justice;

                  Petrograd, 19 juillet.- La démission

                  de M. Stcheglovitoff, ministre de la Jus-

                  tice, est acceptée il reste membre du.

                  Conseil de l'Empire et secrétaire d'Etat.

                  L'empereur a adressé à M. Stcheglùvi-

                  toff un rescrit plein de bienveillance.

                  M. Khvostoff, membre du Conseil d'Etat,

                  est nommé gérant du ministère la Jus-

                  tice. (Havas.)

                  mée, non un espoir, mais àne certitude

                  logique et ralsonnée de la victoire, môme

                  à travers les difficultés et les sacrifices.

                  Cette certitude est due surtout k l'esprit

                  éprouvé d'audace et de résistance merveil-

                  leuse de nos soldats. et cette certitude est

                  encore éonfirmée parle fait que ces sol-

                  dats sont dirigés par de tels chefs. »

                  Le correspondant ajoute que malgré Iles

                  difficultés qui s'opposent encore la mar-

                  che -en avant des Italiens, le commande-

                  ment suprême estime que les Italiens doi-

                  vent se préparer à embattre non seule-

                  ment l'ennemi actuel, mais aussi les Alle-

                  mands et les Turcs qui, si ces derniers se

                  bornent, pour le moment, à prêter aux Au-'

                  trichiens une aide latente Indiscutable, ne

                  tarderont pas longtemps, d'après les nom-

                  breux indices que l'on a, à prendre parti

                  ouvertement contre l'Italie. Cela ne doit

                  pas troubler l'Italie.

                  Le commandement suprême et le gauver.

                  nement sont depuis longtemps préparés

                  cette. éventualité. D'ailleurs, la suite de

                  t'hostilité déclarée et officielle des puis-

                  sances allemandes et de la Turquie, l'Ita-

                  lie pourra appliquer, dans uti accord plus

                  complet et solide avec nos amis de la Tri·

                  ple Entente, un programme offensif ten-

                  dant à t'épyisement des empires centraua.

                  La visite du lieutenant-général Porro, sur

                  le front français a dorané des résultats pra-

                  tiqués immédiats. Elle a permis de jeter

                  les bases d'un programme coordonné avec

                  nos alliés qui ne manquera certainement

                  pas de produire un effet sur l'ensemble du

                  conflit européen.

                  Le lieutenant général •' Porro, a conféré

                  longuement avec MM. Salandrà et Barzilai

                  sur les résultats de sa mission et ils paru-

                  rent très satisfaits..

                  Le correspondant conclut que l'heure est

                  arrivée les forces multiples et l'entente

                  des puissances libérales de l'Europe doit

                  triompher la violerwe réactionnaire alle-

                  mande. y.

                  Un» mantfestaJion à Rome

                  Rome; -18' juillet. Les de M.

                  Barzilai et de nombreux citoyens, après

                  avoir parcouru, dans tin cortège imposant,

                  les rues principales, pendant que. des musi-

                  ques jouaient des hymnes patriotiques, se

                  sont rendus à l'habitation de M. Barzilai

                  où. étaient arborés le drapeau national et

                  les drapeaux de Trâsfo et de Trente.

                  M. Barzilai parut au balcon et fut ac-

                  lamé. Il fit de nouvelles déclarations pa-

                  triotiques, qui furent saluées par des ap-

                  plaudissements enthousiastes.

                  Le Pape proteste

                  CONTRE LES BOMBARDEMENTS INUTiLES

                  Rome, 18 juillet. La déclaration offi-

                  cielle suivante a été communiquée aujour-

                  d'hui .,̃- ̃̃•

                  « L'un dea deux aéroplanes autrichiens

                  d'un coup de fusil sur son chemifl de re^

                  ;hlens qui le montaient.

                  « J_>e V.iticun est surpris du bombarde-»

                  ment de Bari, surtout après la lettre du

                  Pape exhortant l'emperour d'Autriche à

                  épargner les villes ouvertes et sans défense

                  de l'Adriatique. Le Pape est profondément

                  affligé et a donné des instructions au nonce-

                  testations. » {Daily Mail.)

                  La situation qui est faite à la. ville de

                  Bari n'est pas sans analogie a vec celle d'un

                  grand nombre de villcë françaises et an-

                  glaises qui ont été cruellement bombardées

                  alors étalent sans défense et que

                  leur destruction ne pouvait avoir aucune

                  L'empereur d'Allenlagne, sur ce point,

                  est tout aussi condamna-blo que son allié

                  l'emuoreur d'Autriche et la protestation

                  rntr.Lins, produite à l'occaston d'un fait

                  particulier, emprunte aux circonstances

                  une portée générale.

                  Svaeuation de Durazso

                  Rome, 19 juillet, Sur l'avis de l'Italie,

                  les Serbes ont évacué Durazzo, qu'ils

                  avaient occupé a la suite d'un-o insurrec-

                  tion d'Albanais, fomentée par des'influen-

                  ces austro-allemandes, mais ils ont con-

                  servé toutes les positions stratégiques dans

                  le voisinage de la ville. {l'ourmer.)

                  Incursions de bandes bulgares

                  Nich, 18 juillet Une bande bulgare,

                  sous le- ̃.commandement du voïvode Krsta,

                  a passé la frontière, il y a quelques jours,

                  mais elle a retourner sur le territoire

                  Une deuxième bande a réussi à se glisser

                  jusqu'aux environs de Kotchana, des

                  troupes ont été envoyées à sa poursuite.

                  Des troupes serbes ont poursuivi une

                  autre bande qui avait pénétrer dans la

                  région de Kravovo, entre Kounovo et Jou-

                  kovo deux comitwljis ont été tués dan3

                  la combat les autres ont pu s'enfuir vers

                  la frontière. Aucun des gendarmes serbes

                  n'a été atteint.

                  Suivant les récits de fuyards venant de

                  Bulgarie, le mouvement de bandes a re-

                  pria avec une certaine intensité à la fron-

                  tière, notamment vers Custendll et Strou-

                  mitza. Les mêmes fuyards racontent que

                  les comiUidjis entraînent avec eux en ter-

                  'ritoire serbe des habitants de la Bulgarie.

                  PREPARERAIENT

                  il il XJltiixi.a"t"o.ïïi

                  A LA ROUMANIE

                  Londres, 19 juillet. Suivant te cor-

                  respondant du « Da1ly Tslegraph » à

                  Athènes, on reçoit de sources dipiomati-

                  ques ennemies confirmation de la nouvelle

                  d'après laquelle l'Allemagne et l'Autriehe-

                  Hongrie préparent un ultimatum à la Rou-

                  manie au sujet du passage des munitions

                  destinées à ta Turquie.

                  On concentre, ajoute le correspondant,

                  une grande quantité de troupes à ta fron-

                  tière roumaine, dans le but de faire pres-

                  sion sur le gouvernement roumain. j

                  II est évident que les empires centraux

                  jugent, que t'affaire est d'importance ca- j

                  pitale car, si les Turcs ne reçoivent pas

                  de munitions, le forcement des Dardanelles

                  eit sera hâté. ̃ .,̃̃̃̃̃̃'• ̃̃; ̃

                  Importants Moavemeçts de Trcupcs

                  Londres, 19 juillet. '"Plusieurs mèau-i

                  res importantes prises indi-

                  quent que la situation entre ce ..paye et les

                  Empires du Centra' a atteint un point ex-

                  trêmement critique. '•̃̃••̃

                  Un. télégramme de Bucarest axiijûiice que

                  des ordres secrets ont été, transmis aux

                  chefs de l'armée et que d'importants mou-

                  vements do troupes ont eu lieu récemment

                  Les négociations avec la Bulgarie

                  Rome, 19 juillet De longues conféren-

                  ces ont eu lieu Rome entre le nouveau

                  ministre bulgare, M. Standoff, et le mi-

                  nistre de Roumanie. Selon 1' « Idea Na-

                  zionale n, ces entrevues auraient abouti à

                  des résultats hautement satisfaisants, et

                  les négociations bulgare-roumaines au-

                  raient franchi un pas important;

                  La Bulgarie et fa Turquie

                  Londres, 19 juillet. On mande de Sofia

                  au « Timw 10 15 juillet

                  Un ordre ministériel suspend définitive-

                  ment le trafic par chemin de fer avec la

                  Turquie. Cette mesuire aurait été prise à

                  la suite de rin-gérence constante dies Turcs

                  dans les questions de trafic. Elle implique

                  probablement l'échec des. négociations on-

                  gagées pour la cession du chemin de fer dte

                  Dédéagatch- à la Bulgarie.

                  r

                  Un diplomate, dont j'ai oublié |e

                  nom, apprenant un jour que M. de Bis-

                  mairck était indisposé, objecta « Quel

                  intérêt a-Hl être malade ?

                  Il est certain, sauf respect, que la re-

                  crudesc^nce de la maladie du roi de'

                  Grèce, à lavètUe la rentrée de

                  Chambre, apparaît avec u,n caractère

                  essentiellement opportun pour la-politi-

                  que des ennemis de M. Venizelos. Le

                  bulletin de santé a être rédigéd'après

                  diagnostic du « docteur » Gouna-

                  ris, s'il nous est permis de donner ce

                  titre hQnôris causa; au président du

                  Conseil.

                  A une très grande majorité, à la quasi

                  unanimité même, si l'on excepte les

                  population annexées et, au fond, restées

                  turques, la Grèce s'est prononcée en

                  faveur de M. VenizeloB. Cette majorité

                  du pays trouve son expression dans une

                  majorité' inoonteatable à la Chambre

                  helléat^ue. Il fallait donc, ̃ççûir.'Firïté-

                  BULLETIN DU JOUR

                  rët de rAllemagne, que la Chambre ne

                  pût se réunir. On l'a ajournée à l'ex-

                  terne limite prévue par la Constitution,

                  on nous annonce comme

                  certain un d-âcret royal qui retarderait

                  encore d'un mois une con-vocation qui

                  s'imposait. On parle même d'uaî véri-

                  table coup d'Etat parlementaire et de la

                  dissolution du parlement avant même,

                  qu'il ait tenu séance.

                  Comme on le voit, les Allemands,,

                  défaut d'autre mérite, possèdent une in-

                  discutable ténacité dans l'intrigue. Pa-

                  reils à ces molosses dont la race, était

                  jadis célèbre à Sparte, ils ne lâchent

                  jamais le marceau, h moins qu'on ne

                  porte tête avec. Sur -tous les points

                  du globe, nous trouvons leurs agents

                  diplomatiques organisant la guerre de

                  tranchées: et les attaques par dés mines

                  souterraines comme dans l'Argonne ou

                  sur les bords de l'Yser. Au besoin, ils

                  lâchent les guz asphyxiants de la ca-

                  lomnie et, contre M. Venizelos notam-

                  ment,' ils n'ont pas craint d'avoir re-

                  cours à ce déloyal procédé de combat.

                  Il faudra pourtant un jour ou l'autre

                  que l'opinion publique et le droit aient

                  le dernier mot en Grèce. Gambetta, au

                  lendemain des élections qui survinrent

                  le seize mai, eut un mot qùi visait plus

                  haut, mais qu'on pourrait appliquer au

                  cabinet de M. Gounàris « Il faudra se

                  soumettre ou se démettre »,.

                  (Voir en seconde page nos informations

                  sur la situation politique en Grèce.)

                  Communiqué

                  I g i OFFiCSEL

                  Juillet 3 heures

                  L'ennemi a bombardé, cette nuit, assez

                  violemment, nos tranchées de Satnt-Ceor-

                  gea, ainsi que la village et l'église de Boea-

                  En Artois, les Allemands ont lancé, vers

                  minuit, à l'ouest et au sud-ouest de Sou

                  chez, -sur un front de mètres, une

                  attaque que nous avons repoussée.

                  En Argonné, une attaque allemande dans

                  Pa région de Saint-Hubert a été rejetée.

                  En forêt d'Apremont, lutte de bombés

                  et de grenades, sans action d'infanterie.

                  En Lorraine, à Manhoué-sur-la-Seiile et

                  aux lisières sud-est de ta forât de Parroy,

                  on signale quelques oombats d'avant-poste,

                  nous avons eu l'avantage.

                  Nuit calme sur le reste du front

                  La Rentrée Pariementaire

                  Après s'être octroyé une dizaine de

                  jours de congé, à l'occasion de la Fête na-

                  tionale, la Chambre reprend demain le

                  cours-de .ses travaux. -Et ces travaux sont

                  fort variés de quoi occuper toutes les com-

                  pétences indemnités' aux fabricants d'àb-;

                  siiithe,- allacations aux familles 'des mobili-

                  sés, réforme hypothécaire, etc.

                  Gomme cette aainée, les. parlementaires

                  ont généreusement renoncé à prendre dés

                  vacances, il y a matière, sinon à de

                  bonnes lais;. du moins de copieux dis-

                  Athènes, 19 juillet. La batailte se -pour-

                  suit d'ans la péninsule de' Gallip<)li, les

                  Alliés attaquant .vigour-euseineat suj' toute

                  La ligne. Chaque attaque est précédée d'un

                  bombardement exécuté par l'artillerié lour-

                  de française et par les canons des navires

                  de guerre, Toutes les attaques auraient

                  été effectuées avec succès, mais on ne pos-

                  sède pas encore de nouvelles définitives

                  sur les derniers progrès qui auraient été

                  faits.

                  L'ennemi a subi des pertes très lourdes,

                  causées surtout par l'artillerie française.

                  (Fournier.)

                  Dernières Nouvelles

                  LES METAUX EN ALLEMAGNE

                  Genève, 19 juillet. On maude de Berlin

                  que tous les -métaux actuellement en Allèmiv-

                  gne doivent être déclarés jusqu'au 25 juillet

                  au moyen de formules déposées dans les bu-

                  reaux de poste. Les personnes qai ne se coa-

                  formeraient pas à cet ardre sont passibles de

                  peines sévères. (Havas.)

                  LA BAISSE DU MARK A NEW.YORK

                  New-York," 19 JuUlet. Le cours du mark

                  est en Le tanua: est. de 81 cents 9/16.

                  rbur"4 marks. (Fournier.)

                  LE PRIX DU BLÉ EN ALLEMAGNE

                  Zurich, ^19 Juillet. D'après une dépêche

                  de Budapest, le président du Conseil- des ̃ mi-

                  nistres de Hongrie, en réponse à une. pétition

                  du Congrès des muiaicipalités qui "'• denian-

                  daient une dimiinuitton du, prix du blé, à dé-

                  ̃ olaré qu'U ne pouvait donner suit© a 'cette'

                  requête. « Si les blés d'automne -sont moyens,

                  disent-ils, ceux de-printemps .sont mauvais

                  = de plus, la récolte, subim de multiples dom-

                  mages dû'fait de la rareté de la main-d'œu-i'Te.

                  UN ATTENTAT EN CHINE

                  Iionéres, 19 Juillet. Dans la soirée de sa-

                  me<îl, une' bombe a été lancée contre te-gou-

                  verneur générai die Canton, en Chine, qui a

                  été légèrement blessé. Deux: gardes de corps

                  du gouTemeur gén.éial auraient été tués.L'au.

                  teur de l'attentat a été arrêté. (Fournier.)

                  COMMENT ILS TRAITENT LEURS SOLDATS

                  Londres, 19 ̃ juillet. On- télégraphie de

                  Berne au t Morning Post »

                  Une lettre d'un soldat du landsturm. -elle-

                  mand appelé au front Il n'y a pas loingtemps

                  dépeiatle traitement rigoureux dont les sol-'

                  dots allemands sont l'objet. Après cinq jours

                  passés dans les tranchées, ils ont trods jours

                  = ,-disant repos, mais, dit la lettre, ils

                  son* bien contents de rentrer dans les tranr

                  chées,- eh raison des tourments auxquels Ils

                  sont exposés. (Havas.) ]

                  ORIB.

                  contre

                  On ne peut encore pronostiquer la déci-

                  sion qui interviendra dans le grave conflit

                  ouvrier qui vient d'éclater dâns le pays de

                  Galles. Le mouvement semble dirigé contre

                  la nouvelle loi des munitions qui interdit

                  les grèves. ;Son caractère apparaît donc

                  conciliation aboutiront et mettront, fin d

                  une situation

                  grande satisfaction à Berlin et à Vienne.

                  Au Comité Exécutif

                  Londres, 18 juillet. On sait que des

                  députés de Cardiff laissent espéior que

                  sotution de la crise minière p-oiiTra inter-

                  vënir d'ici peu de jours.

                  Lôrs de la réunion du comité exécutif de

                  la. Fédération des mineurs du Pays de Gal-

                  tes, hier matin, Londres, l'on éspérait en-

                  core découvrir un moyen de mettre un ter-

                  me à la grève avant la fin de la semaine.

                  Le conseil, c0pendant, ne parvint pas à se

                  mettre d'accord sur les termes d'une déli-

                  bération susceptible d'être acceptée par les

                  parties en Avant 'de' repartir pour

                  le Pays de Galles, ils se réuniront de-

                  main, les représentants ont informé M-

                  Walter Runeiman qu'ils s'en tenaient à la

                  résolution prise par les'Sàélégués la con-

                  férence du 12 juillet i

                  « Nous n'accepterons rien de moins que

                  nos propositions premières et nous arrête-

                  rons tous les charbonnages jeudi prochain,

                  ce que l'on nous accorde co que

                  nous demandons. u

                  M. W. Abraham, le leader des vieux mi-

                  neurs, qui se trouve à Llandrindod Wells

                  par ordre des médecins, interviewé a pro-

                  pos d.© la gTève, a dit « Je supplierai éner-

                  La Perfidie allemande

                  les Etats-Unis

                  L'incident de l' « Orduna est considéré,

                  à Washington, comme ajoutant grande-

                  ment la gravité de la crise diplomatique.

                  Il démontre la fausseté des excuses succes-

                  ¡¡ives présentées par les Allemands pour

                  iutifier leurs procédés. L'essai de torpil-

                  lage de 1' « Orduna prouve à l'opinion

                  américaine. que l'unique objectif de l'AlLe-

                  magne, c'est de détruire la propriété bri-

                  tannique, sans s'inquiéter si des existences

                  américaines seront sacrifiées ou non.

                  Les commentaires de la presse, depuis, ce

                  nouvel outragé, sont unanimes à demander

                  une action énergique de la part de l'admi-

                  nistration des Etats-Unis.

                  Le New-Yorlc Herald dit

                  « La civilisation ne-saurait montrer un

                  pareil cas d'outrecuidance effrontée et de

                  duplicité malfaigàrite la traîtrise est-

                  d'autant 'plus flagrante a,u moment

                  l'ambassadéur 'd1 Allemagne-' fait semblant

                  de vouloir préparer la route à une mail-

                  leure-énténte entre les Etats-Unis- à l'Alle-

                  magne, Il ,̃̃̃̃̃̃: ,•

                  La tf New-York Tribune « commenté avec

                  aigreur- la fiction de certains. que TAllema-

                  grue s'était décidée observer les règles de

                  l'humaaité dans la guerre navale. Ce ne

                  fut que pour cajoler, dit-elle, le public amé-

                  ricain. »

                  Cornish (New-Hampshire), 18 juillet,

                  Le président Wilson est parti pour Was-

                  hlngton, Il arrivera demain matin do

                  bonne heure. (Havas.)

                  DANS LES CENTRES METALLURGISTES

                  New-York, 19 juillet M. Gotnpers,.

                  président de la Fédération travail amé-

                  ricain, accuse des agents allemands d'es-

                  sayer d'empêcher l'exportation des muni-

                  tions destinées aux alliés en fomentant des

                  troubles ouvriers. Des personnes intéros-

                  sées à, l'interdiction de cette exportation

                  ont tenté de s'aboucher avec les chefs tra-

                  vaillistes « Mais, nous allons, a dit M.

                  Gornpers, mettre un frein à ces efforts

                  dans l'avenir. Le seul intérêt du travail

                  est de travailler dans les limites de la loi.

                  La destination-des marchandises sur les-

                  quelles les ouvriers travaillent ne nous

                  regarde pas. •̃ •̃̃̃

                  d'armes Remington et dans d'autres fabri-

                  ques d'armes de Bridgeport (Connecticut),

                  .principal centre pour la fabrication des-

                  armes aux Etats-Unis douze mille ou-

                  vriers chômeront..

                  1 Les, agitateurs porteront, ensuite .leurs

                  efforts à. Newhaven,- il y a d'autres fa-

                  briques d'armes; Des trotiples ouvriers

                  existent sur tous les points l'on pré-

                  paro des munitions.-

                  Les patrons veulent rejeter la respon-

                  sabilité de ces incidents sur certaines

                  agences mystérieuses mais ies chefs tra-

                  vaillistes déclarent qu'ils ne font que p-'o-

                  fitér de « l'occasion propke » pour se sous-

                  traire à la journée de huit :heures et pour'

                  Dbtenir des augmentations de salaires, que

                  d'ailleurs ils ne définissent pas..(Havas.)

                  AU' CIRQUE D'HIVfeR

                  La distribution des invitations pour no-

                  tre gala patriotique du Si juillet Cir-

                  que d'hiver (boulevard du Temple), offert

                  aux réfugiés des départements envahi», se

                  poursuit activement

                  Rappelions dans auélieis conditions im. Eé-

                  les travailleurs da suivre lei

                  conseils de loura chefs et d'aider ainsi à

                  trouver une entente prochaine. »

                  ni mi ces jours derniers. Des 23 membres

                  qui le composent, une minorité quatre

                  seulement est d'avis qu'il faut demander

                  aux ouvriers de ne pas accepter les -pro-

                  positions du Conseil du commerce. Cetta

                  minorité se flatte d'avoir derrière elle lea

                  délégués des travailleurs.

                  cette idée qu'il convient do no rien céder

                  des prétentions émises, à moins que le gou,.

                  vernement ne consente modifier son atti-

                  tude et a retirer fe décret relatif aux mil*

                  niions qui interdit, sous des peines sévè-

                  res, les grèves et les coalitions aussi bien

                  que les lock-out, et, en même temps, n'ac-

                  cède à la plus grande partie des réclama-

                  tions des travailleurs.

                  un nouveau minimum de salaires et la fixa-

                  tion d'un prix de vente du charbon établi

                  en. conséquence, prix qui servira de basa

                  aux décisions du président du tribunal da

                  conciliations des houillères.

                  avec tes p^us exaltés sur :ce point qu'au-

                  cune entente ne sera possible tant que le

                  décret sur les munitions no sera pas rap-

                  porté. C'est, au fond, la véritable question

                  sur laquelle repos- tout 10 différend, et l'on

                  so demande môme- si les aulnes rovondica-

                  tions ne sont pas considérées comme d'im-

                  portance très secondaire et ne figurent

                  que pour la forme.

                  assez sérieuses ont eu lieu dans diverses

                  localités, notamment à Pembry, près de

                  LlaneUy, ,où s^pt arrestations ont été opé-

                  rées.

                  RENTRE A W-ASHINCTON

                  Les Menées allemandes

                  pour les Réfugiés

                  noua tenons à le répéter, à notre pala.

                  femmes et enfantes d'au moins sept ans)

                  pourront, sur la présentation, do la carto

                  d'jllocatiwn (rouge) qui leur a. été délivrée

                  par les mairies voisines leur résidence,

                  retire*1 leurs invitations à'noë bureaux.'

                  nous distribuerons -des bilïets.

                  d'invitation à nos bureaux, tous les, jours,

                  de dix heûres à midi et de deux heures à

                  six heures.

                  ou les permissionnaires du front n'auront i

                  qu'à se présenter nous serons très ̃̃heu-

                  reux de les accueillir. Lucien Doublon.

                  Le Havre, lo- juillet ̃ On communique

                  le texte- complet .de .la lettre que le -cardinal

                  G-àsparri, secrétaire d'Etat, vient d'adres^-

                  sër. sur sa demande, ai M. van don Heuvel;

                  .'atientiQU au mem^rancl'um uue- m'a' remis

                  30 juin d-ornier, .ut j'ai rhon.aeur.de Lui c?m-

                  mûn-iqueir aujourd'-mii les observations qua

                  le Sâmt-Siège ùà .reconnaît 'aucune autorité

                  le rédacwur du Carrière "à'Uuiia, n'a, dans

                  trattt de Votre. Excellence (juç la pensée da

                  :tr,alité- belge par- l'Allemagne et l'àrresta-

                  tion du cardinal Mercier..

                  portée par le Pape contre la violation de

                  On suit, do façon certaine, que le comité

                  Cette minorité,est fortement ancrée dan*

                  Parmi ces revendications, 41 faut noter

                  Ajoutons que les modérés sont d'accord

                  En terminant, notons .que des émeutes

                  Les réfugiés français ou belges (hommes,

                  Ce n'est que sur cette présentation quo'

                  Les réfugiés. peuvent ,retirer les coupons

                  Ajoutons que les soldats convalescentes

                  LA. LETTRE DU CARDiMâL SASPiRE

                  à M. van den.ïieuveJL

                  le Vatican

                  j-e n'ai pas nianqué ̃d;-a«x>rutM' toute. mon

                  y. cuve Excellence avec son estimée Note du

                  l'examen «Jfû céOe-ei; m'a suggérées'

                  Cornu» Votre, '-Excellence le saix très bien,

                  la vision (le M. Lat-apie. Celui-ci, ainsi

                  que je l'ai déclaré > d'ans mon "in'teryiew avec

                  aucun passage de son article, reproduit exac-

                  tement la véritable pensée du Satat-Pèrer éa

                  plusieürs il l'a complètement .dénaturée, et

                  d'autres .enfin sont inventés de toutes piè>

                  ces. Si le Saint-Père dénie toute-valeur 0 1&

                  relation de M. Latapie, il est clair qu'à plus

                  forte raison cette dénégation s'étend aux

                  propos qu'il peut avoir tenus sur le même

                  sujet.

                  11 ne peut, daireste échapper à l'esprit pén£-

                  Saint-Père doit être oherchéa dans ses aotei

                  et o>fficiels, et -non- dans 'des publica-

                  tions ou récits faits par des particuliers la

                  passion politique fait souvent mal oomprea-

                  dire- les paroles en-tendues et celles-ai répétée»

                  easuiité. ae boucla en bouche; liniissent par

                  nraiïdre des proportions faBiastiquies.

                  Getté observation générale constituerai par

                  elle seule une réponse complète aux réfle-

                  xiams contenues dans le mémorandum' susdit.

                  Mais par un sentiment de spécial* déférence

                  pour Votre Excellence je ne tais aucune difflr

                  culte pour discuter en détail -les divers points'

                  Le' reste de la lettre traite. en détail deux

                  pointe déjà connus la violation de la neu-'

                  Le texte dies déclarations du Saint.Siège

                  sur ces deux points a été publié, il y a plu.

                  sieurs jours, dans sa teneur exacte. Nos

                  lecteurs n'ont pas oublie la condamnation

                  neutralité belge et l'exposé des vexat,lons

                  auxquelles fiit soumis l'éminent cardinal

                  Mercier, vexations qui motivèrent les re-

                  montrances et les protestations du Souve-

                  rain Pontife..

                  La Lattre se termine par l'expression de

                  l'affection et de lia bienveillance pôn-tifica-

                  les envers la Belgique.

                  BOURSE SE

                  La faiblesse des cours s'est accentuée peu prô»

                  dans tous les groupée, ^sans «uo l'activité da»

                  transactions ait augmenté. Les Rentes française!

                  sont résistantes, ainsi que l'Extérieure espagnole,

                  mais les Fond.5 russes accusent de nouveaux re-

                  culs. La Banque de France est raffermie par l'ac-

                  croissement des versements d'or. Les Chemins

                  français -sont plus faibles et le Eio poursuit soa

                  mouvement de baisse. Les valeurs russes, au par-

                  quet comme ea banque, reculent lourdement.

                  Principaux, cour», au parquet Rente. 3 0/0, 69

                  4 1/2 1909, 78 Banque de France,

                  Banque de l'Azow-Don, 974 Est, 750

                  Lyon, 1.050 Midi, 960 Orléans, 1.175 Rio,

                  Briansk Nxphte, Thomson,

                  En banavs Bakou, Maltaof, PI»

                  Une, De i Cape Oôpper, 80 ..ma»

                  au 50. •'•̃ V- ̃• .̃'̃:• ̃•.


                  Source: gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

                  Partager

                  Permalien sur ce document

                  Permalien sur cette page
                  Lecteur exportable

                  Vignette exportable
                  Envoyer par courriel

                  Blogs et réseaux sociaux